www.zejournal.mobi
Lundi, 05 Déc. 2022

Des missiles à plus longue portée pour l’Ukraine feraient des États-Unis « une partie au conflit » : Kremlin

Auteur : AubeDigitale | Editeur : Walt | Mercredi, 21 Sept. 2022 - 10h32

Le ministère russe des Affaires étrangères a réagi aux nombreux rapports de cette semaine indiquant que les États-Unis envisagent de transférer des systèmes de missiles à plus longue portée à l’armée ukrainienne. Par exemple, un rapport publié lundi par le Wall Street Journal indique que Kiev demande maintenant le système de missiles tactiques de l’armée, ou ATACMS, un système de missiles surface-surface capable d’atteindre environ 300 km. Cette portée serait bien supérieure à celle des missiles transférés à l’Ukraine jusqu’à présent dans le conflit.

Il existe également la possibilité de supprimer les limites actuelles imposées par les États-Unis sur le type de missiles expédiés pour les systèmes HIMARS déjà fournis à l’Ukraine. Lors d’un point de presse jeudi, la porte-parole du ministère russe des affaires étrangères, Maria Zakharova, a averti que si des munitions de plus longue portée étaient fournies, les États-Unis deviendraient « une partie au conflit » en franchissant cette « ligne rouge ».

Mme Zakharova a en outre souligné que la Russie « se réserve le droit de défendre son territoire » – un avertissement qui intervient après que l’Ukraine a commencé le mois dernier à multiplier les frappes en Crimée, et même, selon certaines informations, dans le sud de la Russie, près de la frontière.

Elle a adressé ses remarques directement au gouvernement américain, selon la traduction intégrale des commentaires :

« Si Washington décide de fournir des missiles à plus longue portée à Kiev, il franchira ainsi une ligne rouge et deviendra une partie directe au conflit. Dans un tel scénario, nous serons contraints de réagir de manière appropriée », a-t-elle déclaré.

Mme Zakharova a prévenu que la Russie se réservait le droit de défendre son territoire « par tous les moyens disponibles ».

L’une des préoccupations est évidemment que l’augmentation considérable de la portée des capacités de l’Ukraine au-delà de la portée actuelle de 80 km pour les HIMARS mettrait immédiatement en danger le territoire russe. Par le passé, l’administration Biden s’est abstenue de crainte que les États-Unis ne soient entraînés dans un conflit direct avec les forces russes.

« La fourniture éventuelle de missiles au régime de Kiev est identique à une situation dans laquelle des pays européens pourraient accueillir des missiles à lanceur terrestre de fabrication américaine, précédemment interdits par le traité sur les missiles à portée intermédiaire et à plus courte portée, capables d’atteindre des cibles sur le territoire russe », a souligné Mme Zakharova. 

Les responsables ukrainiens de la défense ont fait pression sur Washington pour que non seulement ils augmentent la portée et l’efficacité des armes fournies, mais aussi pour qu’ils prévoient à « moyen et long terme » comment aider à maintenir le contrôle du territoire reconquis depuis le début de la contre-offensive « réussie » dans le nord-est.

Plus tôt, mardi, la Maison Blanche avait annoncé qu’un autre paquet d’armes pour l’Ukraine serait probablement annoncé dans les prochains jours. Le secrétaire à la défense, Lloyd Austin, a promis que les alliés de l’OTAN étaient prêts à soutenir la guerre contre la Russie sur le « long terme ».


- Source : AubeDigitale

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé