www.zejournal.mobi
Lundi, 05 Déc. 2022

Augmentation mystérieuse des décès en Europe

Auteur : John Cody | Editeur : Walt | Lundi, 19 Sept. 2022 - 12h00

Les scientifiques et les spécialistes des données sont perplexes face à l’augmentation croissante des décès enregistrés en Europe.

Les pays européens connaissent actuellement un taux de mortalité anormalement élevé, et les décès dus au coronavirus ne sont pas la raison directe de cette augmentation. Connue sous le nom de « surmortalité », la mortalité est anormalement élevée aux Pays-Bas, en Allemagne, en Espagne, au Portugal et en Grande-Bretagne.

Depuis avril, le taux de mortalité a fortement augmenté en Europe, de 11 % en moyenne. Ce qui intrigue les experts, c’est que ces décès ne sont pas directement liés à la pandémie de coronavirus.

Aux Pays-Bas, selon le Volkskrant, l’un des principaux journaux du pays, des centaines de personnes supplémentaires meurent chaque semaine par rapport à la normale. Cela signifie que depuis le printemps, environ 5 000 décès de plus sont enregistrés par rapport à la période précédant le coronavirus. Les scientifiques sont perplexes quant à la raison de ce phénomène, mais les agences de santé néerlandaises refusent de publier les données relatives à la cause des décès en raison, selon elles, de problèmes de confidentialité.

Certains ont critiqué cette approche, la célèbre commentatrice néerlandaise Eva Vlaardingerbroek affirmant que les questions de confidentialité en matière de santé ont été universellement suspendues lorsque le gouvernement néerlandais a décidé de vérifier le statut vaccinal de chacun avant qu’il n’entre dans les restaurants et les établissements commerciaux.

 

Cependant, la surmortalité est encore plus grave ailleurs, le journal allemand Die Welt, très vendu, indiquant que la situation est particulièrement drastique en Espagne. En juillet 2022, l’Espagne a enregistré près de 10 000 décès de plus qu’au cours du même mois de 2019, tandis qu’en Allemagne, l’escalade du taux de mortalité n’était pas aussi dramatique mais restait préoccupante.

Dans une certaine mesure, la hausse du nombre de décès en Espagne peut être expliquée par les infections à coronavirus, mais seuls 1 872 décès ont été attribués au Covid-19, et un autre cinquième est dû aux températures extrêmes de cet été, selon les statistiques analysées par l’Institut de santé Carlos III, spécialisé dans la surveillance des dommages causés par la chaleur.

Cependant, un grand nombre de ces décès ne peuvent être expliqués, un fait reconnu par le gouvernement espagnol, qui a ordonné une enquête détaillée dont les résultats sont attendus dans six mois. Selon certains experts, il est déjà clair que la recherche ne doit pas se concentrer sur le Covid-19 ou la chaleur.

« Ni le Covid ni les vagues de chaleur n’expliquent ce qui se passe ici », a déclaré Salvador Peiró, responsable de la recherche à la Fundación de Investigación Sanitaria y Biomédica de la Comunidad Valenciana.

M. Peiró estime que le nombre croissant de décès est « incompréhensible », surtout parce qu’il voit beaucoup de personnes âgées et de malades chroniques parmi les personnes décédées. Bien que ce groupe soit en moyenne très bien vacciné, il s’agit des personnes les plus à risque de mourir du Covid-19.

« Nous pensions que le coronavirus avait déjà attrapé les plus faibles », a déclaré M. Peiró, mais aujourd’hui, ces personnes âgées meurent à un rythme très élevé.

En Grande-Bretagne, jusqu’à 1 000 personnes de plus meurent chaque semaine par rapport à la moyenne des années précédentes, mais les experts de la santé de ce pays, connus pour leur expertise en matière d’analyse des données sanitaires, seraient plus avancés dans la détermination des raisons de cette augmentation substantielle des décès.

L’autorité britannique chargée des statistiques nationales (ONS) a publié début août un rapport intitulé « Effets directs et indirects de Covid-19 sur la santé en Angleterre », qui a fait la une des journaux internationaux. Les auteurs ont examiné la manière dont le système de santé a réagi à la pandémie et ont déterminé qu’il existait un lien entre les mesures de confinement et la peur du Covid-19, ce qui a entraîné une réduction drastique du diagnostic d’autres maladies. En d’autres termes, les gens avaient soit trop peur pour se faire examiner dans un hôpital ou chez leur médecin, soit, en raison de la crise des soins de santé, n’ont pas été diagnostiqués car les patients atteints du Covid-19 étaient prioritaires.

Le rapport, qui a examiné le taux de diagnostic pendant la pandémie, a déterminé que jusqu’à 141 000 cas de maladies cardiaques, 26 000 accidents vasculaires cérébraux et 60 000 cas de diabète n’ont pas été détectés. Dans le même temps, les auteurs notent une augmentation spectaculaire des maladies mentales et de l’alcoolisme.

Si les conclusions du rapport sont reprises ailleurs, cela prouvera de manière irréfutable que les confinements ont eu à eux seuls un effet délétère sur la santé publique et pourraient être responsables de dizaines de milliers de décès en Europe.

En ce qui concerne l’Allemagne, 85 285 personnes sont mortes au cours du seul mois de juillet, ce qui représente une augmentation de 12 % par rapport au nombre moyen de juillet pour les années 2018 à 2021, selon l’Office fédéral de la statistique (Destatis). En une semaine de juillet, les décès ont augmenté de plus de 24 %.

Cependant, les scientifiques et les statisticiens en Allemagne ne peuvent pas non plus attribuer une raison derrière l’augmentation rapide des décès, car les données derrière les décès ne sont pas disponibles pour le public.

Traduit par Anguille sous roche

***

Et en Austrlie..? Ben c'est la même chose:

Les entrepreneurs de pompes funèbres sont débordés avec un nombre anormalement élevé d'Australiens qui meurent - et ce n'est pas seulement à cause de Covid

  • Les entrepreneurs de pompes funèbres sont occupés avec plus d'Australiens qui meurent que la normale cette année 
  •  Le croque-mort de Melbourne, Martin Masson, constate une augmentation des décès entre 40 et 60 ans
  •  Les médecins ne savent pas pourquoi d'autres meurent, mais craignent que cela ne reflète le Royaume-Uni
  •  Le facteur possible est que les gens ont évité d'aller chez le médecin pour des examens

Les entrepreneurs de pompes funèbres connaissent une ruée vers les affaires, les Australiens mourant en nombre anormalement élevé dans une tendance «inquiétante» que les médecins ne peuvent pas expliquer. 

Martin Masson, directeur général de Tribute Funeral Services dans la banlieue ouest de Melbourne , Ravenhall, a déclaré que le travail ne manquait pas pour lui et pour d'autres acteurs de l'industrie, car les chiffres officiels confirment que les Australiens meurent à un rythme plus élevé en 2022.

"Nous sommes constamment occupés depuis le premier de cette année", a déclaré M. Masson à Daily Mail Australia. 

"Nous avons certainement constaté une augmentation du besoin de nos services, comme l'ont fait de nombreux autres administrateurs."

M. Masson pense que de plus en plus d'Australiens en âge de travailler meurent, mais n'a pas de statistiques spécifiques pour étayer cela.  

"Nous avons certainement constaté un net retour vers les personnes dans la soixantaine, la cinquantaine et même la fin ou le milieu de la quarantaine et même plus jeunes", a-t-il déclaré. 

M. Masson a révélé qu'il avait été interrogé à plusieurs reprises sur l'augmentation des taux de mortalité, mais qu'il n'avait aucune explication particulière à part le fait que Covid était «lâché». 

Cependant, il a noté qu'il y avait également eu plus de décès dus au cancer, aux crises cardiaques et à d'autres maladies, qu'il a attribués au mode de vie des Australiens.

"Les aliments transformés, notre style de vie, rester debout tard, boire, stress et cela a été très évident au cours des deux dernières années", a déclaré M. Masson.

"Ceux-ci contribuent tous à causer des décès, que ce soit prématuré ou à leur époque, je ne sais pas."

Le Bureau australien des statistiques (ABS) confirme que les Australiens meurent à un rythme supérieur à la normale cette année.

Lorsque les taux de mortalité grimpent au-dessus des moyennes historiques, sans s'expliquer par le vieillissement de la population, on parle de « surmortalité ».  

"Il y a eu une surmortalité enregistrée en 2022 sur tous les mois, le nombre de décès et le taux de mortalité étant généralement supérieurs aux moyennes historiques", a déclaré un porte-parole de l'ABS au Daily Mail Australia.

"En mai, il y a eu 16 124 décès, soit 13,5% de plus que la moyenne des décès que nous verrions normalement se produire en mai (14 202)."

Covid représentait une proportion substantielle de ces décès avec 862 décès «directement attribuables au virus en mai».

Cependant, le nombre de décès dus à la démence, au diabète et aux cardiopathies ischémiques a également été supérieur au nombre prévu.

Le président de l'AMA, le professeur Steve Robson, a déclaré que davantage de recherches sont nécessaires pour montrer pourquoi plus d'Australiens meurent plus que prévu.

Les décès par cancer ont également augmenté, mais en ligne avec le vieillissement de la population.

L'ABS a déclaré que les personnes décédées avaient encore largement plus de 75 ans. 

L'organisme des médecins de Peak, l'Australian Medical Association (AMA), a déclaré à Daily Mail Australia qu'il était «inquiétant» que les décès augmentent et que cela reflétait ce que l'on voyait à l'étranger. 

"Nous avons vu les statistiques ABS qui reflètent une tendance inquiétante dans d'autres pays comme le Royaume-Uni", a déclaré le président de l'AMA, le professeur Steve Robson.

La Grande-Bretagne a connu une augmentation de 10% par rapport au nombre de décès attendu depuis avril. 

Les principales causes ont été citées comme les maladies circulatoires et le diabète.  

Le professeur Robson a déclaré qu'il n'était pas clair ce qui était à l'origine du nombre excessif de décès en Australie.  

"Il doit y avoir des recherches sur les raisons pour lesquelles cela se produit", a-t-il déclaré.

Cependant, il a souligné certains «facteurs probables» qui pourraient être une gueule de bois de la période d'isolement et de restrictions de Covid.

Une cause majeure probable était que les gens ne pouvaient pas ou avaient peur de voir un médecin en raison du risque d'infection. 

"Les gens ont évité d'aller voir le médecin pour des contrôles réguliers ou pour parler d'un problème de santé ou ont retardé une visite chez le médecin et ont par conséquent vu leur état s'aggraver", a déclaré le professeur Robson.

"Nous devons faire plus pour préparer le système de santé, à la fois pour faire face à l'impact du COVID sur des choses comme les listes d'attente, mais aussi pour traiter les patients qui ont retardé l'accès aux soins et nécessitent maintenant une intervention plus sérieuse." 

À Victoria, on estime que plus de 6 000 cas de cancer ont été manqués pendant les périodes de verrouillage entre avril 2020 et avril 2022. 

Même après la fin des confinements, les diagnostics de cancers ont continué d'être plus faibles que prévu, ce qui pourrait montrer que les gens ont perdu l'habitude des contrôles réguliers. 

M. Masson a déclaré que dans les années qui ont précédé Covid et pendant la période pandémique de verrouillages et de restrictions, les décès avaient été inférieurs à la tendance.

"Avant Covid, nous avons constaté qu'il y avait une baisse d'environ 4% des taux de mortalité", a déclaré M. Masson.

« De 2017 à 2019, nous n'avons pas eu de grande épidémie de grippe.

«Tout le monde se battait pour les services funéraires à l'échelle nationale.

Les années qui ont précédé la pandémie et la période Covid elle-même ont été calmes pour l'industrie funéraire

«Les grands types sortaient leurs armes et faisaient de la publicité sur des panneaux d'affichage, à la télévision, à la radio, etc.

C'était des moments difficiles. Nous avons dit "nous avons besoin d'une épidémie et d'une pandémie" et malheureusement nous avons réalisé notre souhait.

M. Masson a déclaré qu'il y avait également une baisse prononcée des décès pendant la période Covid, en particulier à Victoria où les gens ont été contraints de rester en grande partie chez eux.

"Les chantiers ont été effectivement fermés, les accidents de voiture ont été arrêtés, nous avons constaté une augmentation des suicides même si nous avons constaté une augmentation du nombre de cancers chez les personnes ne recherchant pas de services médicaux parce qu'elles étaient enfermées", a-t-il déclaré.

«Mais nous avons constaté une nette baisse des rhumes, des grippes et de tout le reste. Il n'y avait qu'environ 20 personnes qui sont mortes du rhume et de la grippe.

«Nous sommes maintenant de retour au travail et à nous tuer sur les routes.

"Nous commettons toujours des suicides et continuons à nous tirer dessus et à faire toutes les choses normales que nous faisions avant Covid."

M. Masson a déclaré que Covid était toujours une menace mortelle que la plupart des gens ignoraient désormais. 

"Les gens passent de Covid, même si ce n'est pas la une des journaux, c'est toujours dans les statistiques, vous pouvez y jeter un œil", a-t-il déclaré.

«Depuis que les politiciens sont devenus plus actifs dans la gestion du protocole de santé plutôt que les médecins-chefs du pays. 

« Au cours d'une période de cinq mois allant de la fin de 2021 aux cinq premiers mois de 22, plus de 9 000 personnes sont décédées à l'échelle nationale de Covid en plus de tout ce qui les tue. 

"Maintenant, tout le monde pense" nous avons tous l'injection, donc nous étions tous immunisés, ça va et nous pouvons le laisser se déchirer ". Nous savons que des gens vont mourir... mais on s'en fiche, on va juste devoir s'y habituer. 

Les Australiens ont accepté un niveau de mortalité dû à Covid, le pays étant susceptible de voir des augmentations de décès tous les six mois, a déclaré M. Masson

M. Masson a déclaré qu'il s'attend à ce qu'il y ait des augmentations régulières des décès de Covid, les Australiens étant peu susceptibles d'adopter à nouveau des restrictions.

"Nous voyons des vagues tous les six mois parce que tous les six mois, nous semblons avoir une nouvelle variation qui nous frappe", a-t-il déclaré.

«Les autorités médicales disent que nous devons faire ceci et cela. 

"Mais les sondages disent" ça va ".

Source: DAVID SOUTHWELL FOR DAILY MAIL AUSTRALIA


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé