www.zejournal.mobi
Mercredi, 30 Nov. 2022

La liberté d’expression n’a pas d’importance si les propagandistes déterminent ce que les gens disent

Auteur : Caitlin Johnstone | Editeur : Walt | Mercredi, 31 Août 2022 - 16h12

Nul n’est plus désespérément esclave que celui qui croit faussement être libre.

Nul n’est plus désespérément ignorant que celui qui croit faussement être informé.

Nul n’est plus désespérément victime de la propagande que celui qui ne sait pas qu’il est soumis à de la propagande.

Vivre dans une démocratie occidentale libérale signifie avoir la liberté de critiquer la tyrannie de son gouvernement, mais au lieu de cela, passer son temps à critiquer la tyrannie des gouvernements étrangers que votre gouvernement n’aime pas.

La liberté d’expression dans une démocratie libérale occidentale signifie que vous avez la liberté de dire ce que vous voulez sur les abus de votre gouvernement, et que la presse a la liberté de vous marteler de propagande pour s’assurer que vous ne le fassiez jamais.

Dans une démocratie occidentale libérale, vous êtes libre de critiquer votre gouvernement, mais au lieu de cela, on vous incite à critiquer les marionnettes impuissantes qui entrent et sortent du pouvoir tandis que votre gouvernement continue à faire les mêmes choses maléfiques, quel que soit le candidat élu.

Dans les démocraties occidentales libérales, vous êtes libre d’appeler le président « Drumpf » ou « Brandon », mais vous n’êtes pas libre de savoir qui mène réellement la barque dans votre pays, sous le gouvernement officiel.

Dans les démocraties occidentales libérales, les gens disent : « Je suis si heureux de ne pas vivre dans un pays comme la Russie ou la Chine, où il est interdit de critiquer son gouvernement. Je vis en Occident, où je suis libre de critiquer la Russie et la Chine autant que je le veux ».

Peu importe que vous ayez la liberté d’expression si ceux qui sont au pouvoir peuvent contrôler ce que vous allez dire. Et dans les démocraties occidentales libérales, c’est exactement ce qui se passe.

En Occident, nous grandissons saturés de la propagande de l’empire américain. Nous marinons dedans. Elle imprègne notre conscience. Mais parce que c’est tout ce que nous avons toujours connu, la plupart d’entre nous ne le remarque même pas.

Nous pensons qu’il est normal qu’on nous dise toujours que notre gouvernement est du bon côté et du côté juste de chaque conflit international. Nous pensons qu’il est normal que nous entendions constamment parler de la tyrannie des gouvernements étrangers alors que nous n’entendons qu’occasionnellement parler des mauvaises choses que notre propre gouvernement a faites il y a des années (mais c’était une erreur innocente et cela ne se reproduira jamais).

« Si nous étions victimes de propagande, je suis sûr que nous en aurions entendu parler dans les nouvelles », nous disons-nous.

Mais les nouvelles sont la propagande. Et elles ne parleront jamais de cette histoire explosive.

La propagande est l’aspect le plus négligé et le plus sous-estimé de notre société. Elle contrôle la façon dont le public pense, agit, vote et se comporte, mais presque personne n’en parle jamais. Parce que les sources d’information qu’ils ont été formés à consulter n’en parlent jamais.

Les gens disent donc ce qu’ils ont en tête, après que ce qu’ils ont en tête ait été soigneusement sélectionné par les managers narratifs impériaux qui sont chargés de contrôler les informations qui entrent dans leur esprit.

Et ils le disent en toute liberté. Bien sûr, si ce qu’ils disent va à l’encontre des intérêts de l’empire occidental, ils ne seront pas autorisés à s’exprimer sur de grandes plateformes où ils pourraient contaminer le grand public avec des idées fausses, et bien sûr, si ce qu’ils disent est vraiment gênant, ils pourraient même être interdits de parole sur l’une des principales plateformes en ligne, mais ils peuvent toujours parler. Seuls, là où personne ne peut les entendre. De préférence dans un trou dans le sol.

Et tous les autres doivent ingérer la pâtée du courant dominant. Les récits autorisés qui sont amplifiés sur les médias traditionnels et par les algorithmes de la Silicon Valley. Les récits autorisés qui masquent les abus de leur propre gouvernement – étranger et national – tout en amplifiant et en exagérant les abus des gouvernements ciblés par l’empire.

C’est pourquoi, lorsque certaines personnes entendent mes objections à l’empire, elles disent « Au moins, là où je vis, nous avons le droit de critiquer notre gouvernement ! ».

Et c’est pourquoi je leur réponds : « D’accord, mais pas vous ».

Si la parole n’était pas libre, les gens se rendraient compte qu’ils sont opprimés, mais si les gens commençaient à utiliser leur parole pour exprimer de vrais griefs à l’égard du vrai pouvoir, ils découvriraient rapidement que leur parole est ignorée et que le pouvoir fait ce qu’il veut. Ainsi, les discours gênants sont limités par la propagande, la censure, la manipulation des algorithmes et la marginalisation des médias.

Les gens sont maintenus désespérément en esclavage en leur donnant l’illusion qu’ils sont libres, et toute voix qui interrompt cette illusion est réduite au silence par tous les moyens nécessaires.

C’est ce que signifie la liberté d’expression dans une démocratie occidentale libérale. Vous pouvez dire ce que vous voulez, tant que c’est ce qu’ils aiment.

Traduction Réseau International


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé