www.zejournal.mobi
Samedi, 01 Oct. 2022

Dictature en Israël : Utiliser du cash devient criminel

Auteur : ZeroHedge (Etats-Unis) | Editeur : Walt | Mercredi, 17 Août 2022 - 12h12

La guerre d’Israël contre l’argent liquide passe un cap décisif.

À partir de lundi, ce sera une infraction pénale en Israël de payer plus de l’équivalent de 1700 dollars en espèces à une entreprise ou de 4360 dollars en espèces à un individu, alors que le gouvernement intensifie sa guerre en cours contre l’argent tangible.

C’est une guerre qui a commencé sérieusement avec l’adoption en 2018 de la loi sur la réduction de l’utilisation de l’argent liquide. Les entreprises et les particuliers israéliens ont commencé à faire face à des limites sur les transactions en espèces en janvier 2019.

Cependant, le 1er août, ces limites sont réduites de près de moitié.

« Nous voulons que le public réduise l’utilisation de l’argent liquide », a déclaré Tamar Bracha, responsable de l’application de la loi pour l’administration fiscale israélienne, à The Media Line.

« L’objectif est de réduire la fluidité des liquidités sur le marché, principalement parce que les organisations criminelles ont tendance à compter sur l’argent liquide. En limitant son utilisation, l’activité criminelle est beaucoup plus difficile à mener. »

Israël limite également la mesure dans laquelle l’argent liquide est utilisé dans les transactions impliquant plusieurs méthodes de paiement. Si la valeur totale de la transaction est supérieure aux seuils ci-dessus, l’argent liquide ne peut être utilisé que pour 10% de l’achat. Les achats de voitures sont soumis à une limite plus élevée de 50 000 NIS (nouveaux shekels israéliens) – environ 14 700 $.

Les contrevenants sont passibles de pénalités pouvant atteindre 25% de la transaction pour les particuliers et 30% pour les entreprises.

Selon Israel National News, le gouvernement a amassé l’équivalent de 5 milliards de dollars d’amendes depuis le début des restrictions en 2019.

Toutes les transactions ne sont pas affectées, comme l’explique The Media Line :

« Il y a quelques exceptions à la nouvelle loi: les institutions caritatives, qui sont les plus courantes dans la société ultra-orthodoxe ; et le commerce avec les Palestiniens de Cisjordanie, qui ne sont pas citoyens d’Israël. Dans ce dernier cas, les transactions comprenant de grandes quantités d’argent liquide seront autorisées, mais elles nécessiteront un rapport détaillé à l’autorité fiscale israélienne. »

Cependant, dans l’approche progressive d’Israël visant à éliminer l’argent liquide de la société, ces exceptions sont destinées à expirer.

Suppression intégrale du cash à venir pour amener la société digitale sous contrôle

Le ministère israélien des Finances prévoit de présenter une proposition au parlement pour criminaliser la simple possession d’argent liquide dépassant une certaine somme. Une version de la proposition a fixé le plafond de possession à l’équivalent en shekel de seulement 14 700 $.

Des limites comme celle d’Israël ne sont qu’une façon de travailler à la suppression du liquide d’une population.

Un document du Fonds monétaire international de 2017 décrivait d’autres tactiques, notamment l’abolition des billets de grande valeur, l’imposition d’exigences de déclaration sur les transactions en espèces au-delà d’un certain seuil, l’obligation de déclarer des espèces à l’entrée ou à la sortie d’un pays ou l’application d’une taxe supplémentaire lorsque des espèces sont utilisées. Divers pays et blocs économiques ont déjà commencé à mettre en œuvre des mesures à partir de ce menu.

Une guerre contre l’argent liquide n’est pas la seule façon dont Israël ouvre la voie à un avenir autoritaire ; il a également :

Edward Snowden : « J’ai averti, par le passé, que l’architecture de l’oppression était proche.
Elle est arrivée ».

Traduction: Géopolitique Profonde


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé