www.zejournal.mobi
Mardi, 16 Août 2022

Comment les médias sont achetés et corrompus (Vidéo)

Auteur : Kla TV (Allemagne) | Editeur : Walt | Lundi, 04 Juill. 2022 - 18h07

Couverture médiatique d’une guerre en cours – informations sur le Covid – nouvelles sur un président américain : aussi différents que soient les sujets, les reportages des médias de référence se recoupent largement. Cette émission ne se contente pas d’examiner le pourquoi du comment, mais présente également des chiffres et des faits concernant les subventions versées aux différentes entreprises de médias.

Il est bien connu que la presse, la presse écrite en particulier, perd constamment des abonnés. Mais moins d’abonnés signifie aussi moins de recettes ! Cette émission explique pourquoi les journaux continuent à faire leur travail et pourquoi ils peuvent encore élargir leurs éditions avec de nouvelles rubriques. Pratiquement tous les médias appartiennent à des fondations ou même à leurs fondateurs. Des noms connus sont la fondation Bertelsmann ou la fondation Axel Springer.

Si une entreprise de médias et ses journalistes ne sont plus indépendants, mais dépendent de « fonds étrangers », il est fort probable qu’ils n’iront pas à l’encontre des convictions de leurs bailleurs de fonds, et ne feront pas non plus de reportages négatifs sur ces fondations. Un exemple à ce sujet : Le magazine d’information allemand « DER SPIEGEL » a reçu en 2018 un don de 2,5 millions de dollars de la part de la fondation Bill & Melinda Gates, puis encore 2,9 millions en octobre 2021. Ce dernier montant a été versé par la fondation pour réaliser un projet commun dans le « SPIEGEL » à travers une nouvelle rubrique « Société globale ». Des thèmes tels que les droits des femmes, la contraception, la crise climatique et leurs interactions ont été abordés. Grâce aux dons, Bill Gates a pu faire en sorte que certains thèmes soient traités de manière journalistique dans son sens et diffusés à grande échelle par le magazine.

***

L’AFP a touché de l’argent de la Fondation Bill Gates selon Mediapart !

Plus ils sont riches et plus ils perçoivent des subventions publiques ; n’est-ce pas logique et normal ?… Pourquoi l’AFP a-t-elle touché de l’argent de la Fondation de Bill Gates à votre avis ? Est-ce sain et normal avec un budget déjà élevé, de l’ordre de 300 millions d’euros ? Peuvent-ils sauvegarder leur indépendance éditoriale en acceptant cet argent ? Certainement pas.

Alors que le bilan 2016 des aides versées à la presse pour 2016 a été rendu public la semaine dernière, Médiapart a calculé que quasiment la moitié de ces subsides étaient allés à des journaux détenus par 7 milliardaires et une banque.

Ainsi, (Le Parisien, Aujourd’hui en France et Les Échos), journaux possédés par Bernard Arnaud, première fortune de France, touche 12,3 millions d’euros, soit 15 % des aides publiques directes à la presse.

Les titres de Patrick Drahi (Libération, le groupe L’Express, BFM-Business, BFT–TV, RMC), ont reçu plus de 7 millions d’euros en 2016. « Les banques [lui] ont prêté près de 50 milliards d’euros pour se lancer dans une folle boulimie d’achat, notamment dans les télécoms », rappelle le journal en ligne.

Autre exemple, Serge Dassault, via principalement Le Figaro, a obtenu 6,3 millions d’euros.

Autre révélation du journaliste de Médiapart, Laurent Mauduit, l’importance croissante des aides versées par les géants de l’internet Google et Facebook, ainsi que de la Fondation Bill et Melinda Gates, à la presse nationale. Parmi les journaux ayant reçu des financements : Valeurs Actuelles, Le Monde, Libération, Le Figaro, Les Échos, Les Inrocks, Paris-Match… L’’Agence France Presse, France Télévisions, BFM–TV, 20 Minutes et d’autres sont aussi partenaires de Facebook pour la mise en place d’un système de lutte contre les « fake news », présentant le risque de dériver en « police éditoriale », craint Médiapart.

Analysant ensuite les comptes des journaux les plus aidés, (en particulier Le Monde, Libération et Le Figaro), Laurent Mauduit constate que « sans ces aides publiques et privées, ces groupes seraient en situation de faillite ».

Une meilleure répartition des aides publiques serait nécessaire afin de garantir le pluralisme de la presse, estime Médiapart, qui cite à l’appui de sa démonstration la Cour des Comptes : « Il pourrait être opportun de repenser globalement l’action publique en faveur du pluralisme des médias », indique-t-elle dans son rapport annuel.

Source : Médiapart


- Source : Kla TV (Allemagne)

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé