www.zejournal.mobi
Mercredi, 28 Sept. 2022

« Théorie du complot » confirmée : les piqûres de Covid AUGMENTENT le risque d'infection selon le New England Journal of Medicine

Auteur : J.D. Rucker | Editeur : Walt | Mardi, 28 Juin 2022 - 18h53

Ce n'est pas une nouvelle information pour ceux qui y ont prêté une attention particulière, mais le fait qu'elle soit enfin reconnue par une revue médicale très respectée est une percée.

Plusieurs études récentes ont indiqué que les vaccins Covid-19 augmentent en fait le risque de contracter la maladie au fil du temps, mais ces études ont été ignorées ou même démystifiées par les médias d'entreprise et Big Pharma pendant des mois. Maintenant, ils devront faire face à une nouvelle étude publiée dans le très respecté New England Journal of Medicine.

Cette étude était de grande envergure, passant au crible les données recueillies auprès de plus de 100 000 personnes infectées par la variante Omicron. Cela donne de la crédibilité à la signification statistique des résultats, qui sont absolument surprenants. Voici les points clés :

  • Ceux qui ont été "complètement vaccinés" avec deux injections de Moderna ou de Pfizer sont plus susceptibles de contracter le Covid-19 que ceux qui n'ont pas du tout été vaccinés
  • Les injections de rappel offrent une protection à peu près égale à l'immunité naturelle, mais les avantages diminuent après 2 à 5 mois
  • L'immunité naturelle dure au moins 300 jours, ce qui correspond à la durée de l'étude ; ça dure probablement beaucoup plus longtemps

Cela concorde avec le récit actuel venant de Big Pharma et de leurs sbires dans les médias gouvernementaux et d'entreprise selon lesquels les piqûres sont censées atténuer les effets. Mais même cette affirmation a été remise en question car des études récentes indiquent que les vaccinés pourraient mourir encore plus que les non vaccinés. D'après The Exposé:

Le gouvernement du Canada a confirmé que la population vaccinée représente 4 décès sur 5 liés au Covid-19 au pays depuis la mi-février 2022, et 70 % de ces décès se sont produits parmi la population triplement vaccinée.

Malgré la portée de l'étude et la crédibilité de la source, elle ne recevra aucune attention de la part des médias d'entreprise. Il est impératif que nos lecteurs fassent passer le mot, car il s'agit d'un récit absolu pour Big Pharma. Maintenant plus que jamais, nous devons alerter les gens de la vérité car nous sommes sur le point de voir des millions d'enfants de moins de cinq ans injectés.

La bonne nouvelle est que nous avons vu davantage de personnes vaccinées devenir réceptives à la vérité. C'est anecdotique, d'après ce que je vois en ligne et la correspondance que je reçois, mais je crois qu'il y a plus de gens qui deviennent sceptiques quant à la poussée désordonnée des gouvernements pour les vaccinations universelles. Si nous pouvons partager plus de nouvelles qui les empêcheront d'être stimulés et, plus important encore, les empêcheront de piquer leurs enfants, alors c'est un effort qui en vaut la peine.

Si cela fait, comme je le pense, partie d'un plan infâme pour contrôler les gens et mettre en œuvre le programme de dépeuplement des élites mondialistes, alors il nous incombe d'empêcher autant de personnes que possible d'être stimulées. La science semble indiquer que plus de tirs signifient plus de dégâts, il est donc important de limiter l'exposition. Nous allons avoir besoin d'alliés si les choses continuent dans cette voie. Moins il y a d'Américains accros aux boosters, mieux c'est.

Voici les détails concernant l'étude d'actualité publiée dans le New England Journal of Medicine dans un article de Marina Zhang de nos partenaires d'actualités premium à The Epoch Times:

La vaccination augmente le risque de COVID-19, mais une infection sans vaccination confère une immunité : étude

Le fait d'avoir deux doses d'un vaccin COVID-19 a été lié à une protection négative contre la maladie, selon les scientifiques, tandis qu'une infection antérieure sans vaccination offre une immunité d'environ 50 %, selon une étude analysant la vague Omicron au  Qatar...

L'étude, publiée dans le  New England Journal of Medicine le 15 juin, a examiné la vague d'Omicron au Qatar qui s'est produite entre décembre 2021 et février 2022 environ, comparant les taux de vaccination et l'immunité chez plus de 100 000 personnes infectées et non infectées par l'Omicron.

Les auteurs de l'étude ont découvert que ceux qui avaient une infection antérieure mais pas de vaccination avaient une immunité de 46,1 et 50% contre les deux sous-variantes de la variante Omicron, même à un intervalle de plus de 300 jours depuis l'infection précédente.

Cependant, les personnes qui ont reçu deux doses du vaccin Pfizer et  Moderna mais qui n'avaient aucune infection antérieure se sont révélées avoir une immunité négative contre les sous-variantes BA.1 et BA.2 Omicron, indiquant un risque accru de contracter le COVID-19 par rapport à une personne moyenne.

Plus de six mois après avoir reçu deux doses du vaccin Pfizer, l'immunité contre toute infection à Omicron est tombée à -3,4 %. Mais pour deux doses du vaccin Moderna, l'immunité contre toute infection à Omicron est tombée à -10,3% après plus de six mois depuis la dernière injection.

Bien que les auteurs aient rapporté que trois doses du vaccin Pfizer augmentaient l'immunité à plus de 50 %, cela a été mesuré un peu plus de 40 jours après la troisième vaccination, ce qui est un intervalle très court. En comparaison, l'immunité naturelle a persisté à environ 50% lorsqu'elle a été mesurée plus de 300 jours après l'infection précédente, tandis que les niveaux d'immunité sont tombés à des chiffres négatifs 270 jours après la deuxième dose de vaccin.

Ces chiffres indiquent un risque de déclin de l'immunité pour la troisième dose de vaccin au fil du temps.

Les résultats sont étayés par une autre étude récente menée en Israël qui a également révélé que l'immunité naturelle diminuait beaucoup plus lentement que l'immunité artificielle ou vaccinée. L'étude a révélé que l'immunité naturelle et artificielle diminuait avec le temps.

Les personnes précédemment infectées mais non vaccinées présentaient deux fois moins de risques de réinfection que celles qui avaient été vaccinées avec deux doses mais non infectées.

"L'immunité naturelle gagne à nouveau", a écrit sur Twitter le Dr Martin Adel Makary, chercheur en politique publique à l'Université Johns Hopkins, faisant référence à l'étude israélienne.

"Parmi les personnes qui avaient déjà été infectées par le SRAS-CoV-2, la protection contre la réinfection diminuait à mesure que le temps augmentait", ont conclu les auteurs, "cependant, cette protection était plus élevée" que la protection conférée dans le même intervalle de temps par deux doses du vaccin.

Enrico Trigoso a contribué à ce rapport.

 


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé