www.zejournal.mobi
Mardi, 16 Août 2022

Le Forum économique mondial et l’Organisation mondiale du commerce prônent une « identité numérique mondiale des personnes et des objets »

Auteur : Didi Rankovic | Editeur : Walt | Mardi, 21 Juin 2022 - 15h21

L’obsession du Forum économique mondial pour la numérisation, mais aussi pour la numérisation en tant que moyen de suivi et de contrôle, est manifeste dans un autre document émanant du groupe.

Cette fois, le FEM est rejoint par l’Organisation mondiale du commerce (OMC) dans la rédaction de leurs réflexions sur ce à quoi devrait ressembler l’avenir du commerce, mais aussi, en fin de compte, de l’humanité.

Le rapport conjoint, intitulé La promesse de TradeTech : Approches politiques pour exploiter la numérisation du commerce, a été publié en avril. Il traite de la numérisation du commerce de bout en bout, notamment d’un cadre de certification de l’identité numérique qui serait, bien entendu, mondial et s’appliquerait aux objets physiques et numériques, mais aussi aux personnes, c’est-à-dire aux personnes physiques.

Même aujourd’hui, alors que la pandémie, le chaos de la chaîne d’approvisionnement et de nombreuses tendances géopolitiques clés montrent que l’apogée de la mondialisation est révolue, ce concept reste fermement ancré dans la pensée du FEM basé à Davos et, il s’avère, de l’OMC, également basée en Suisse.

Le rapport explique la nécessité de construire une « numérisation du commerce de bout en bout » – où les personnes physiques et morales et les objets sont traités sur un pied d’égalité – les « silos d’identité », ou domaines d’identité, n’étant plus viables. En d’autres termes, les systèmes d’identification interopérables doivent devenir « mondiaux ».

Le « chef spirituel » du FEM et son fondateur Klaus Schwab a écrit en 2017 dans son livre, La quatrième révolution industrielle, que les personnes et les mouvements seraient bientôt traités de la même manière que « n’importe quel paquet, palette ou conteneur » – ces objets physiques n’étant à l’époque suivis que par des étiquettes d’identification par radiofréquence (RFID), des capteurs et des émetteurs.

Cette idée semble avoir mûri entre-temps avec un certain nombre d’initiatives d’identification et de suivi numériques qui ont vu le jour lors du rassemblement de Davos cette année. Le nouveau rapport FEM/OMC note que la traçabilité permet de contrôler non seulement les mouvements et la localisation, mais aussi les performances et la contribution à « une économie circulaire mondiale ».

Le FEM a donné un nom à ce groupe de technologies : TradeTech. Elles comprennent la blockchain, l’intelligence artificielle (IA) et l’internet des objets (IdO), mais l’utilisation du mot « commerce » pourrait en induire certains en erreur, car il ne s’agit pas d’identifier et de suivre uniquement les produits. À moins que les personnes ne soient également traitées comme des produits – « numériques ou physiques ».

Il existe également un nom pour désigner ce qu’un avenir fondé sur de telles bases risque d’engendrer : les « dictatures numériques ». Le contrôle et la surveillance sont au cœur de toute dictature depuis la nuit des temps, et le monde numérique fournit plus d’outils que jamais pour y parvenir.

Le sujet des étiquettes RFID a fait son apparition lors du FEM de cette année, qui s’est tenu en mai, un mois après la publication du rapport, et cette fois-ci, il était plus concret dans la manière dont la technologie décrite s’applique aux humains.

À défaut de porter des dispositifs de suivi sous la peau, la meilleure solution suivante – du point de vue des amateurs de surveillance et de suivi – est de les placer « sur » la peau des personnes, par le biais des vêtements qu’elles portent.

Les étiquettes RFID actives émettent un signal en permanence, ce qui est coûteux mais pratique pour le suivi en temps réel, tandis que les étiquettes passives sont la variété moins coûteuse souvent utilisée dans divers emballages. Ce qu’elles avaient en commun dans le passé, c’est qu’elles étaient bien visibles.

Mais il existe aujourd’hui des entreprises comme Swicofil qui produisent des fibres et des fils RFID « haute performance » – et qui durent longtemps, puisqu’ils peuvent être intégrés aux vêtements et sont lavables. En d’autres termes, ce n’est pas quelque chose que vous êtes susceptible de remarquer et de décoller.

Il y a aussi ceux qui sont déjà spécialisés dans l’association de la RFID et de la biométrie, comme les données de reconnaissance faciale. Alors que la technologie RFID identifie automatiquement les étiquettes placées sur les objets, les données biométriques permettent d’identifier la personne elle-même, ce qui est utilisé pour automatiser le contrôle des employés.

Yuval Noah Harari, populaire auprès de Mark Zuckerberg, PDG de Meta, est présenté sur le site du FEM comme un historien et un philosophe qui a cofondé Sapienship – « une organisation multidisciplinaire qui plaide pour une responsabilité globale et qui clarifie la conversation publique » en termes de perturbation technologique, d’effondrement écologique et de menace nucléaire. Il est intervenu à Davos en 2020 pour partager des idées telles que le fait que ceux qui disposent de suffisamment de données sur une personne peuvent « pirater » son « corps, son cerveau, sa vie ».

Le suivi omniprésent fournit certainement une quantité massive de données, y compris biométriques, tandis que Harari semble penser que la « rétro-ingénierie » des êtres humains est ce qui peut facilement arriver ensuite.

« En piratant les organismes, les élites peuvent acquérir le pouvoir de réinventer l’avenir de la vie elle-même. Parce qu’une fois que vous pouvez pirater quelque chose, vous pouvez généralement aussi le concevoir », a-t-il déclaré.

Traduction par Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé