www.zejournal.mobi
Mardi, 16 Août 2022

Blackrock et Vanguard derrière la prise de contrôle mondiale et le mandat des vaccins

Auteur : Dr Joseph Mercola | Editeur : Walt | Samedi, 18 Juin 2022 - 14h19

Jusqu’à récemment, il semblait que la concurrence économique était à l’origine de l’essor et de la chute des petites et grandes entreprises aux États-Unis. On disait que PepsiCo était le concurrent de Coca Cola, qu’Apple et Android se disputaient votre loyauté et que les compagnies pharmaceutiques se battaient pour vos dépenses de santé. Cependant, tout cela s’avère être une illusion.

Depuis le milieu des années 1970, deux sociétés – Vanguard et Blackrock – ont absorbé la plupart des entreprises dans le monde, détruisant efficacement le marché concurrentiel sur lequel reposait la force de l’Amérique, ne laissant derrière elles que de fausses apparences.

En effet, l’économie mondiale est peut-être le plus grand tour de passe-passe jamais réalisé pour tromper les gens dans le monde entier. Pour comprendre ce qui se passe réellement, regardez le documentaire d’une heure de Tim Gielen, « MONOPOLY : Who Owns the World », ci-dessus.

La domination des entreprises

Comme le souligne Gielen, qui narre le film, une poignée de méga-corporations – des sociétés d’investissement privées – dominent tous les aspects de notre vie, tout ce que nous mangeons, buvons, portons ou utilisons d’une manière ou d’une autre. Ces sociétés d’investissement sont si énormes qu’elles contrôlent les flux d’argent dans le monde entier. Alors, comment ce système fonctionne-t-il ?

Alors qu’il semble y avoir des centaines de marques concurrentes sur le marché, comme des poupées russes gigognes, les grandes sociétés mères possèdent de multiples petites marques. En réalité, toutes les marques de produits alimentaires emballés, par exemple, sont détenues par une douzaine de grandes sociétés mères.

Pepsi Co. possède une longue liste de marques d’aliments, de boissons et de snacks, tout comme Coca-Cola, Nestlé, General Mills, Kellogg’s, Unilever, Mars, Kraft Heinz, Mondelez, Danone et Associated British Foods. Ensemble, ces sociétés mères monopolisent l’industrie des aliments emballés, car pratiquement toutes les marques alimentaires disponibles appartiennent à l’une d’entre elles.

Ces sociétés sont cotées en Bourse et sont dirigées par des conseils d’administration, où les principaux actionnaires ont le pouvoir de décision. C’est là que cela devient intéressant, car lorsque vous cherchez à savoir qui sont les principaux actionnaires, vous découvrez un autre monopole.

Bien que les principaux actionnaires puissent changer de temps à autre, en fonction des actions achetées et vendues, deux sociétés figurent systématiquement parmi les principaux détenteurs institutionnels de ces sociétés mères : The Vanguard Group Inc. et Blackrock Inc.

Pepsi et Coca-Cola – Un exemple

Par exemple, alors qu’il y a plus de 3000 actionnaires dans Pepsi Co, les avoirs de Vanguard et Blackrock représentent près d’un tiers de toutes les actions. Parmi les 10 principaux actionnaires de Pepsi Co., les trois premiers, Vanguard, Blackrock et State Street Corporation, possèdent plus d’actions que les sept autres.

Examinons maintenant la société Coca-Cola, le principal concurrent de Pepsi. Qui possède Coke ? Comme pour Pepsi, la majorité des actions de la société sont détenues par des investisseurs institutionnels, qui sont au nombre de 3155 (au moment de la réalisation du documentaire).

Comme le montre le film, trois des quatre principaux actionnaires institutionnels de Coca-Cola sont identiques à ceux de Pepsi : Vanguard, Blackrock et State Street Corporation. L’actionnaire n° 1 de Coca-Cola est Berkshire Hathaway Inc.

Ces quatre sociétés – Vanguard, Blackrock, State Street et Berkshire Hathaway – sont les quatre plus grandes sociétés d’investissement de la planète. « Donc, Pepsi et Coca-Cola sont tout sauf des concurrents », dit M. Gielen. Et il en va de même pour les autres entreprises de produits alimentaires emballés. Toutes sont détenues par le même petit groupe d’actionnaires institutionnels.

Le monopole des grandes entreprises technologiques

Le monopole de ces sociétés d’investissement ne se limite pas à l’industrie des aliments emballés. Elles dominent aussi pratiquement toutes les autres industries. Prenons l’exemple de Big Tech. Parmi les 10 plus grandes entreprises technologiques, on trouve Apple, Samsung, Alphabet (société mère de Google), Microsoft, Huawei, Dell, IBM et Sony.

Nous retrouvons ici la même configuration de poupées gigognes russes. Par exemple, Facebook possède Whatsapp et Instagram. Alphabet possède Google et toutes les entreprises liées à Google, y compris YouTube et Gmail. C’est également le plus grand développeur d’Android, le principal concurrent d’Apple. Microsoft possède Windows et Xbox. Au total, quatre sociétés mères produisent les logiciels utilisés par la quasi-totalité des ordinateurs, tablettes et smartphones dans le monde. Qui en est donc le propriétaire ? En voici un échantillon :

• Facebook – Plus de 80% des actions de Facebook sont détenues par des investisseurs institutionnels, et les principaux détenteurs institutionnels sont les mêmes que ceux que l’on trouve dans l’industrie alimentaire :  Vanguard et Blackrock étant les deux premiers, à la fin du mois de mars 2021. State Street Corporation est le cinquième plus gros actionnaire.

• Apple – Les quatre principaux investisseurs institutionnels sont Vanguard, Blackrock, Berkshire Hathaway et State Street Corporation.

• Microsoft – Les trois premiers actionnaires institutionnels sont Vanguard, Blackrock et State Street Corporation.

Vous pouvez continuer à parcourir la liste des marques technologiques – des entreprises qui fabriquent des ordinateurs, des téléphones intelligents, des appareils électroniques et électroménagers – et vous trouverez à plusieurs reprises Vanguard, Blackrock, Berkshire Hathaway et State Street Corporation parmi les principaux actionnaires.

Le même petit groupe possède aussi tout le reste

La même tendance à la propriété existe dans tous les autres secteurs. M. Gielen donne un autre exemple pour prouver que cette affirmation n’est pas exagérée :

« Disons que nous voulons planifier des vacances. Sur notre ordinateur ou notre téléphone intelligent, nous cherchons un vol bon marché vers le soleil sur des sites web comme Skyscanner et Expedia, qui appartiennent tous deux au même groupe d’investisseurs institutionnels [Vanguard, Blackrock et State Street Corporation]. »

« Nous prenons l’avion sur l’une des nombreuses compagnies aériennes [American Airlines, Air France, KLM, United Airlines, Delta et Transavia] dont la majorité des actions sont souvent détenues par les mêmes investisseurs… »

« La compagnie aérienne sur laquelle nous volons est dans la plupart des cas un Boeing ou un Airbus. Là encore, nous retrouvons les mêmes [actionnaires institutionnels]. Nous recherchons un hôtel ou un appartement sur Bookings.com ou AirBnB.com. Une fois arrivés à destination, nous sortons dîner et nous écrivons une critique sur Trip Advisor. Les mêmes investisseurs sont à la base de chaque aspect de notre voyage. »

« Et leur pouvoir va encore plus loin, car même le kérosène qui alimente l’avion provient d’une de leurs nombreuses compagnies pétrolières et raffineries. Tout comme l’acier dont est fait l’avion provient de l’une de leurs nombreuses compagnies minières. »

« Ce petit club de sociétés d’investissement, de banques et de fonds communs de placement, sont aussi les plus gros actionnaires des industries primaires, d’où proviennent nos matières premières. »

Il en va de même pour l’industrie agricole dont dépend l’industrie alimentaire mondiale, et pour toute autre grande industrie. Ces investisseurs institutionnels possèdent Bayer, le plus grand producteur de semences au monde ; ils possèdent les plus grands fabricants de textiles et bon nombre des plus grandes entreprises de vêtements.

Ils possèdent les raffineries de pétrole, les plus grands producteurs de panneaux solaires et les industries automobile, aéronautique et de l’armement. Elles possèdent toutes les grandes compagnies de tabac, les principales compagnies pharmaceutiques et les instituts scientifiques. Elles possèdent également les grands magasins et les marchés en ligne comme eBay, Amazon et AliExpress.

Ils possèdent même les moyens de paiement que nous utilisons, des sociétés de cartes de crédit aux plateformes de paiement numérique, ainsi que les compagnies d’assurance, les banques, les entreprises de construction, les compagnies de téléphone, les chaînes de restaurants, les marques de soins personnels et les marques de cosmétiques.

Quel que soit le secteur considéré, les principaux actionnaires, et donc les décideurs, sont les mêmes : Vanguard, Blackrock, State Street et/ou Berkshire Hathaway. Dans pratiquement toutes les grandes entreprises, vous trouverez ces noms parmi les 10 premiers investisseurs institutionnels.

À qui appartiennent les entreprises d’investissement du monde entier ?

En approfondissant la question, nous constatons que ces grandes sociétés d’investissement sont à leur tour détenues par leurs propres actionnaires. L’un des aspects les plus étonnants de ce système est que les investisseurs institutionnels – et il y en a beaucoup plus que les quatre principaux sur lesquels nous nous sommes concentrés ici – sont également propriétaires les uns des autres. Ils sont tous actionnaires de leurs sociétés respectives.

Au sommet de la pyramide – la plus grande poupée russe de toutes – nous trouvons Vanguard et Blackrock. « Ensemble, ils forment un immense réseau que l’on peut comparer à une pyramide », explique M. Gielen. Les petits investisseurs institutionnels, comme Citibank, ING et T. Rowe Price, appartiennent à des sociétés d’investissement plus importantes, comme Northern Trust, Capital Group, 3G Capital et KKR.
Ces investisseurs appartiennent à leur tour à des sociétés d’investissement encore plus grandes, comme Goldman Sachs et Wellington Market, qui appartiennent à des sociétés encore plus grandes, comme Berkshire Hathaway et State Street. Au sommet de la pyramide – la plus grande poupée russe de toutes – on trouve Vanguard et Blackrock.

« La puissance de ces deux sociétés est quelque chose que nous pouvons à peine imaginer », dit Gielen. « Non seulement elles sont les plus grands investisseurs institutionnels de toutes les grandes entreprises de la planète, mais elles possèdent également les autres investisseurs institutionnels de ces entreprises, ce qui leur confère un monopole complet. »

Gielen cite des données de Bloomberg, montrant que d’ici 2028, Vanguard et BlackRock devraient gérer collectivement 20 000 milliards de dollars d’investissements. Ce faisant, ils posséderont presque tout sur la planète Terre.

BlackRock – La quatrième branche du gouvernement

Bloomberg a également qualifié BlackRock de « quatrième branche du gouvernement », en raison de sa relation étroite avec les banques centrales. BlackRock prête en fait de l’argent à la Banque centrale, la réserve fédérale, et est son principal conseiller.

Des dizaines d’employés de BlackRock ont occupé des postes à responsabilité à la Maison Blanche sous les administrations Bush, Obama et Biden. BlackRock a également développé le système informatique qu’utilisent les banques centrales.

Qui est propriétaire de BlackRock ?

Si Larry Fink est la figure de proue de BlackRock, puisqu’il en est le fondateur, le président et le directeur général, il n’est pas le seul décideur, car BlackRock appartient également à des actionnaires. Nous trouvons ici une autre curiosité, car le plus grand actionnaire de BlackRock est Vanguard.

« C’est là que ça devient sombre », dit M. Gielen. Vanguard a une structure unique qui nous empêche de voir qui sont les véritables actionnaires. « L’élite qui possède Vanguard ne veut pas que quelqu’un sache qu’ils sont les propriétaires de l’entreprise la plus puissante de la planète. » Pourtant, si vous creusez assez profondément, vous pouvez trouver des indices sur l’identité de ces propriétaires.

On peut s’attendre à ce que les propriétaires de l’entreprise la plus riche et la plus puissante de la planète fassent partie des individus les plus riches de la planète. En 2016, Oxfam a rapporté que la richesse combinée des 1% les plus riches du monde était égale à la richesse des 99% restants. En 2018, il a été rapporté que les personnes les plus riches du monde obtiennent 82% de tout l’argent gagné dans le monde en 2017.

En réalité, on peut supposer que les propriétaires de Vanguard font partie des 0,001% de personnes les plus riches de la planète. Selon Forbes, il y avait 2075 milliardaires dans le monde en mars 2020. Gielen cite des données d’Oxfam montrant que deux tiers des milliardaires ont obtenu leur fortune via l’héritage, le monopole et/ou le copinage.

« Cela signifie que Vanguard est entre les mains des familles les plus riches de la planète », affirme Gielen. Parmi elles, on trouve les Rothschild, la famille DuPont, les Rockefeller, la famille Bush et la famille Morgan, pour n’en citer que quelques-unes.

Beaucoup appartiennent à des lignées royales et sont les fondateurs de notre système bancaire central, des Nations Unies et d’à peu près toutes les industries de la planète. Gielen va encore plus loin dans son documentaire, aussi je vous recommande vivement de le regarder dans son intégralité. Je n’ai résumé ici qu’un petit morceau de l’ensemble du film.

Un coup d’État financier

En parlant des banquiers centraux, j’ai récemment interviewé la gourou de la finance Catherine Austin Fitts, et elle pense que ce sont les banquiers centraux qui sont au cœur de la prise de contrôle mondiale à laquelle nous assistons actuellement. Elle pense également que ce sont eux qui font pression sur les entreprises privées pour qu’elles mettent en œuvre les mandats vaccins COVID clairement illégaux. Leur contrôle est si grand que peu d’entreprises ont la capacité de s’opposer à eux.

« Je pense que [les banquiers centraux] dépendent vraiment du réseau intelligent et de la technologie effrayante pour les aider à passer aux dernières étapes du contrôle financier, ce que je pense qu’ils poussent à faire », a-t-elle déclaré.

« Ce que nous avons vu, c’est un effort énorme pour mettre en faillite la population et les gouvernements afin qu’il soit beaucoup plus facile pour les banquiers centraux de prendre le contrôle. C’est ce que j’ai écrit depuis 1998, à savoir que c’est un coup d’État financier. »

« Maintenant, le coup d’état financier est en train d’être consolidé, les banquiers centraux ont juste la juridiction sur le trésor et l’argent des impôts. Et s’ils parviennent à faire entrer les passeports [vaccinaux] dans la CBDC [monnaie numérique de la banque centrale], ils seront alors en mesure de prélever les impôts sur nos comptes et de prendre nos actifs. C’est donc un véritable coup d’État. »

La lettre de Spartacus

Encore une fois, je vous invite à regarder le documentaire en haut de cet article, et à garder un œil sur mon entretien avec Austin Fitts, qui sera publié prochainement. Pour terminer, je voudrais mettre en lumière une lettre mystérieuse postée par un individu anonyme qui se fait appeler « Spartacus ».

« COVID-19 – La lettre de Spartacus » a été initialement postée sur docdroid.net, mais a depuis été supprimée. Une autre copie peut être trouvée sur mega.nz.1 The Automatic Earth2 et ZeroHedge3 ont également publié la lettre dans son intégralité. La lettre commence par dire : « Mon nom est Spartacus, et j’en ai assez » :

« Nous regardons l’establishment médical injecter un véritable poison à des millions de nos concitoyens américains sans même nous battre. On nous a dit que nous serions licenciés et privés de nos moyens de subsistance si nous refusions de nous faire vacciner. C’était la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. »

Ce qui suit est une compilation de données montrant que la pandémie de COVID était une attaque de guerre biologique qui a été maintenue en utilisant des tactiques de guerre psychologique sophistiquées. Il passe également en revue les dangers des injections de COVID, en notant que le virus et les « vaccins » ont été fabriqués par les mêmes entités.

Voici un résumé des conclusions de Spartacus. Chaque point résumé est développé dans les sections ultérieures de la lettre, que vous pouvez lire dans l’une des trois références fournies.

• Le COVID-19 est une maladie du sang et des vaisseaux sanguins. Le SRAS-CoV-2 infecte la paroi des vaisseaux sanguins humains, provoquant leur écoulement dans les poumons.

• Les protocoles de traitement actuels (par exemple, la ventilation invasive) sont activement nocifs pour les patients, accélérant le stress oxydatif et provoquant de graves lésions pulmonaires induites par les ventilateurs (VILI). L’utilisation continue de ventilateurs en l’absence de tout avantage médical prouvé constitue un meurtre de masse.

• Les contre-mesures existantes sont inadéquates pour ralentir la propagation de ce qui est un virus aérosolisé et potentiellement transmis par les eaux usées, et constituent une forme de théâtre médical.

• Diverses interventions non vaccinales ont été supprimées par les médias et l’establishment médical au profit des vaccins et des médicaments brevetés coûteux.

• Les autorités ont nié l’utilité de l’immunité naturelle contre le COVID-19, malgré le fait que l’immunité naturelle confère une protection contre toutes les protéines du virus, et pas seulement une.

• Les vaccins feront plus de mal que de bien. L’antigène sur lequel ces vaccins sont basés, le SARS-CoV-2 Spike, est une protéine toxique. Le SRAS-CoV-2 peut présenter un ADE, ou renforcement dépendant des anticorps ; les anticorps actuels peuvent ne pas neutraliser les futures souches, mais au contraire les aider à infecter les cellules immunitaires. De plus, le fait de vacciner pendant une pandémie avec un vaccin non étanche supprime la pression évolutive qui pousse un virus à devenir moins mortel.

• Il existe une vaste et effroyable conspiration criminelle qui lie directement Anthony Fauci et Moderna à l’Institut de virologie de Wuhan.

Les chercheurs du vaccin COVID-19 sont directement liés à des scientifiques impliqués dans la technologie de l’interface cerveau-ordinateur (« neural lace »), dont l’un a été inculpé pour avoir reçu des subventions de la Chine.

• Des chercheurs indépendants ont découvert dans les vaccins de mystérieuses nanoparticules qui ne sont pas censées être présentes.

• Toute cette pandémie sert d’excuse à une vaste transformation politique et économique de la société occidentale qui enrichira les déjà riches et transformera le reste d’entre nous en serfs et en intouchables.

Une conspiration criminelle

C’est une longue lettre, je ne la reproduirai donc pas en entier ici. Cependant, les sections suivantes sont particulièrement intéressantes, en ce qui concerne une élite criminelle qui orchestre la destruction de la vie telle que nous la connaissons, dans le but d’instaurer un système de gouvernance et de contrôle mondial dirigé par la technocratie.

« En novembre 2019, trois techniciens de l’Institut de virologie de Wuhan ont développé des symptômes correspondant à une maladie de type grippal. Anthony Fauci, Peter Daszak et Ralph Baric ont tout de suite su ce qui s’était passé, car des canaux de retour existent entre ce laboratoire et nos scientifiques et officiels. »

« Le 12 décembre 2019, Ralph Baric a signé un accord de transfert de matériel (essentiellement, un NDA) pour recevoir du matériel lié au vaccin à ARNm du coronavirus, copropriété de Moderna et des NIH. »

« Ce n’est qu’un mois entier plus tard, le 11 janvier 2020, que la Chine nous a prétendument envoyé la séquence de ce qui allait devenir le SRAS-CoV-2. Moderna prétend, de manière plutôt absurde, avoir développé un vaccin fonctionnel à partir de cette séquence en moins de 48 heures. »

« Stéphane Bancel, l’actuel PDG de Moderna, était auparavant PDG de bioMérieux, une société multinationale française spécialisée dans les technologies de diagnostic médical, fondée par un certain Alain Mérieux. Alain Mérieux est l’une des personnes qui a contribué à la construction du laboratoire P4 de l’Institut de virologie de Wuhan. »

« La séquence présentée comme la plus proche parente du SRAS-CoV-2, RaTG13, n’est pas un vrai virus. Il s’agit d’une contrefaçon. Elle a été obtenue en saisissant manuellement une séquence génétique dans une base de données, afin de dissimuler l’existence du SRAS-CoV-2, qui est très probablement une chimère à gain de fonction produite à l’Institut de virologie de Wuhan et qui a été divulguée par accident ou intentionnellement. Le réservoir animal du SRAS-CoV-2 n’a jamais été découvert. »

« Il ne s’agit pas d’une « théorie » de la conspiration. Il s’agit d’une véritable conspiration criminelle, dans laquelle les personnes liées au développement de l’ARNm-1273 de Moderna sont directement liées à l’Institut de virologie de Wuhan et à ses recherches sur le gain de fonction par très peu de degrés de séparation, voire aucun. La trace écrite est bien établie. »

« La théorie de la fuite en laboratoire a été supprimée parce que tirer ce fil conduit inévitablement à conclure qu’il existe suffisamment de preuves circonstancielles pour relier Moderna, les NIH, le WIV, et à la fois le vaccin et la création du virus. »

« Dans un pays sain d’esprit, cela aurait immédiatement conduit à la plus grande affaire de RICO et de meurtre de masse au monde. Anthony Fauci, Peter Daszak, Ralph Baric, Shi Zhengli et Stéphane Bancel, ainsi que leurs complices, auraient été inculpés et poursuivis dans toute la mesure permise par la loi. Au lieu de cela, des milliards de dollars de nos impôts ont été attribués aux coupables. »

« Le FBI a fait une descente chez Allure Medical à Shelby Township au nord de Detroit pour avoir facturé à l’assurance des « cures frauduleuses de COVID-19 ». Le traitement qu’ils utilisaient ? De la vitamine C en intraveineuse. Un antioxydant. Ce qui, comme décrit ci-dessus, est un traitement tout à fait valable pour la septicémie induite par le COVID-19, et fait d’ailleurs maintenant partie du protocole MATH+ proposé par le Dr Paul E. Marik. »

« La FDA a interdit la ranitidine (Zantac) en raison d’une supposée contamination par la NDMA (N-nitrosodiméthylamine). La ranitidine n’est pas seulement un bloqueur H2 utilisé comme antiacide, mais elle a également un puissant effet antioxydant, éliminant les radicaux hydroxyles. Cela lui confère une utilité dans le traitement du COVID-19. »

« La FDA a également tenté de retirer des rayons la N-acétylcystéine, un complément d’acide aminé et un antioxydant inoffensifs, obligeant Amazon à la retirer de sa vitrine en ligne. Cela nous laisse avec une question qui fait froid dans le dos : la FDA a-t-elle sciemment supprimé les antioxydants utiles pour traiter la septicémie due au COVID-19 dans le cadre d’une conspiration criminelle contre le public américain ? »

« L’establishment coopère avec, et facilite, les pires criminels de l’histoire de l’humanité, et supprime activement les traitements et thérapies non-vaccinales afin de nous contraindre à injecter les produits de ces criminels dans nos corps… »

« Conclusions : La pandémie actuelle a été produite et perpétuée par l’establishment, grâce à l’utilisation d’un virus conçu dans un laboratoire chinois de guerre biologique lié à l’APL, avec l’aide de l’argent des contribuables américains et de l’expertise française … »

« Que ce soit à la suite d’une fuite ou d’une diffusion intentionnelle de l’Institut de virologie de Wuhan, une souche mortelle du SRAS est maintenant endémique dans le monde entier, après que l’OMS, le CDC et les responsables publics ont d’abord minimisé les risques, puis ont intentionnellement provoqué une panique et des blocages qui ont mis en danger la santé et les moyens de subsistance des gens. »

« Cela a ensuite été utilisé par la classe aristocratique totalement dépravée et psychopathe qui nous gouverne comme une excuse pour contraindre les gens à accepter un poison injecté qui peut être un agent de dépeuplement, un agent de contrôle de l’esprit/pacification sous la forme de « poussière intelligente » injectable, ou les deux… »

« Ils croient qu’ils peuvent s’en tirer en utilisant la stigmatisation sociale du refus du vaccin. Ils ont tort. Leurs motivations sont claires et évidentes pour quiconque a prêté attention. »

Ces mégalomanes ont pillé les fonds de pension du monde libre. Wall Street est insolvable et connaît une crise de liquidité permanente depuis la fin de l’année 2019. L’objectif est maintenant d’exercer un contrôle physique, mental et financier total et à spectre complet sur l’humanité avant que nous ne réalisions à quel point nous avons été extorqués par ces maniaques. La pandémie et sa réponse ont servi de multiples objectifs pour l’élite :

• Dissimuler une dépression provoquée par le pillage usuraire de nos économies par des capitalistes rentiers et des propriétaires absents qui ne produisent absolument rien qui ait une quelconque valeur pour la société…

• Détruire les petites entreprises et éroder la classe moyenne.

• Transférer des milliers de milliards de dollars de richesses du public américain dans les poches de milliardaires et d’intérêts particuliers.

• Se livrer à des délits d’initiés, acheter des actions de sociétés de biotechnologie et vendre à découvert des commerces de proximité et des agences de voyage, dans le but de faire disparaître le commerce et le tourisme en face à face et de les remplacer par le commerce électronique et la servitisation.

• Créer un casus belli pour une guerre avec la Chine, nous encourager à l’attaquer, gaspiller des vies et des trésors américains et nous conduire au bord de l’Armageddon nucléaire.

• Établir des cadres technologiques et de biosécurité pour le contrôle de la population et des « villes intelligentes » technocratiques et socialistes où les mouvements de chacun sont suivis de façon despotique, tout cela en prévision d’une automatisation généralisée, du chômage et des pénuries alimentaires, en utilisant le faux prétexte d’un vaccin pour obliger à la coopération.

… Les élites tentent de remonter l’échelle, de supprimer la mobilité ascendante pour de larges segments de la population, d’éliminer les opposants politiques et autres « indésirables », et de tenir le reste de l’humanité en laisse, en rationnant notre accès à certains biens et services qu’elles ont jugés « à fort impact », comme l’utilisation de l’automobile, le tourisme, la consommation de viande, etc.

« Naturellement, ils continueront à avoir leur propre luxe, dans le cadre d’un système de castes strict, semblable au féodalisme. Pourquoi font-ils cela ? C’est simple. Les élites sont néo-malthusiennes et croient que nous sommes surpeuplés et que l’épuisement des ressources fera s’effondrer la civilisation en quelques décennies. »

« Ils ne sont pas nécessairement dans l’erreur. Nous sommes surpeuplés et nous consommons trop de ressources. Cependant, orchestrer une prise de pouvoir aussi horrible et meurtrière en réponse à une crise imminente démontre qu’ils n’ont que le plus grand mépris pour leurs semblables. »

« À ceux qui participent à cette farce dégoûtante sans comprendre ce qu’ils font, nous n’avons qu’un mot à dire. Arrêtez. Vous causez un tort irréparable à votre pays et à vos concitoyens. »

« À ceux qui lisent cet avertissement et qui savent parfaitement ce qu’ils font et comment cela va injustement nuire à des millions d’innocents, nous avons encore quelques mots. Soyez maudits en enfer. Vous ne détruirez pas l’Amérique et le Monde Libre, et vous n’aurez pas votre Nouvel Ordre Mondial. Nous nous en assurerons. »

Traduction: Crashdebug

***

Capital illimité : Blackrock et Vanguard règnent sur le monde occidental

Le député européen Mislav Kolakušic : " Blackrock, Vanguard et State Street, des fonds dont la plupart des gens n'ont jamais entendu parler, contrôlent des actifs d'une valeur de plus de 15 000 milliards de dollars, soit 3 fois plus que le budget annuel des États-Unis pour 2020 (4,79T) et plus que le PIB de la République populaire de Chine. Ces fonds ont des participations dans toutes les grandes entreprises pharmaceutiques, les médias, l'armement, les transports et les banques, ce qui signifie qu'ils ne possèdent pas seulement toutes les grandes entreprises mondiales, mais qu'ils possèdent véritablement l'économie."

Sociétés notables détenues par Blackrock/Vanguard

- Meta (Facebook, Instagram, What's App)
- Alphabet (Google, Android, Youtube)
- Big Pharma (Pfizer, Moderna, Johnson & Johnson)
- CNN
- Fox News
- New York Times

Parmi les 10 premières entreprises de médias au monde, seule Sony ne possède pas ces fonds dans sa structure de propriété.


- Source : Truth Unmuted

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé