www.zejournal.mobi
Samedi, 25 Juin 2022

Purge de l’Alphabet : L’Allemagne sanctionne la lettre « Z »

Auteur : AubeDigitale | Editeur : Walt | Mercredi, 30 Mars 2022 - 17h23

Le signe figurant sur les véhicules et les uniformes des forces russes dans l’opération ukrainienne est devenu un point de ralliement pour les partisans du Kremlin. L’interdiction du symbole suscite toutefois des inquiétudes à Berlin, qui craint que ces partisans ne soient nombreux.

En réponse à cela, les politiciens allemands sont revenus sur le mode satirique : Après la Bavière et la Basse-Saxe, d’autres États fédéraux – Berlin et la Rhénanie-du-Nord-Westphalie notamment – veulent désormais criminaliser l’affichage public de la lettre « Z ».

Dans le contexte de l’hystérie actuelle autour de l’Ukraine, les politiciens estiment que le « Z » est un soutien malvenu à l’action militaire russe en Ukraine. Les unités russes opérant en Ukraine sont marquées de la lettre « Z ». Bien qu’il y ait eu quelques spéculations, la signification exacte de ce marquage n’est pas encore connue.

« Toute personne qui utilise le symbole ‘Z’ pour exprimer publiquement son approbation de la guerre d’agression du président russe Poutine contre l’Ukraine doit s’attendre à des conséquences pénales en Basse-Saxe », a déclaré vendredi le ministre de l’Intérieur de Basse-Saxe, M. Pistorius (SPD). Pistorius a ajouté : « Il est absolument incompréhensible pour moi que le ‘Z’ stylisé puisse être utilisé même ici pour approuver ces crimes. »

Selon le ministère de l’Intérieur de Hanovre, l’utilisation publique de la lettre « Z » lors de manifestations pourrait désormais constituer une infraction pénale et être considérée comme une perturbation de la paix publique. En cas de suspicion justifiée, les auteurs seront poursuivis. Ils risquent jusqu’à trois ans de prison ou une amende.

Les partisans du Kremlin qui affichent un « Z » en public « doivent savoir qu’ils peuvent être poursuivis pour apologie du crime », a prévenu le ministre bavarois de la Justice Georg Eisenreich (CSU) dans un message à l’AFP. La Bavière (sud) et la Basse-Saxe (nord) sont les deux plus grands États régionaux du pays en termes de superficie.

En Allemagne, de nombreuses combinaisons de lettres et de chiffres sont déjà interdites ou sont punissables car elles sont supposées être liées au nazisme. Aujourd’hui, le public déjà déstabilisé est confronté à de nouveaux défis. Les automobilistes de Zwickau, en Saxe, se demandent s’ils doivent à l’avenir opter pour d’autres modes de transport afin de ne pas s’exposer à des poursuites avec leur numéro d’immatriculation officiel.

L’assureur suisse Zurich se voit également mis sous pression. Il a déjà modifié le logo de l’entreprise, qui représentait auparavant un grand « Z » dans un cercle. À l’avenir, le nom complet de l’entreprise figurera dans le cercle. La Suisse a entre-temps abandonné son statut de neutralité pour se ranger du côté des dénonciations anglo-américaines de la Russie.

Notamment « Ζ » (zeta) est l’initiale du mot grec ancien « zi », qui signifie « il vit » ou « il est vivant ». C’est pourquoi en Grèce, en 1963, des manifestants se sont emparés de cette lettre pour protester contre l’assassinat de Grigóris Lambrákis, survenu quelques années avant que le pays ne tombe aux mains de la junte fasciste – plus connue sous le nom de dictature des colonels (1967).

Le symbole sous la forme de la lettre latine Z, au lieu de la lettre cyrillique équivalente ? (Ze) utilisée dans l’alphabet russe, a été qualifié de particulier, étant donné que le symbole n’est pas russe.

Un autre État allemand, la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, a annoncé dimanche qu’il examinerait les conséquences pénales de l’utilisation de cette lettre. Et Berlin prend également des mesures contre le symbole « Z ». « Si le contexte de la guerre est créé avec l’utilisation du Z blanc, comme on peut le voir sur les véhicules militaires russes, cela signifie bien sûr qu’on prône une guerre d’agression », a déclaré la sénatrice de l’Intérieur Iris Spranger (SPD) au Tagesspiegel lundi. « Ce serait une infraction punissable, donc nous allons intervenir immédiatement ».

À l’heure actuelle, les drapeaux russes sont toujours autorisés à être déployés en public. Cette faille réglementaire a été exploitée par des manifestants pro-russes qui ont organisé un cortège coloré et bruyant à travers l’ancienne capitale de l’Allemagne de l’Ouest, Bonn, au cours du week-end.

Selon les médias, une centaine de véhicules s’étaient rassemblés. Le cortège a été dûment enregistré, et l’intervention de la police contre des slogans tels que « Allemagne – Russie – Allemagne » n’a pas pu être justifiée.

Mais le quotidien Express a cité la maire Katja Dörner qui a déclaré : « À Bonn, les gens sont solidaires de l’Ukraine. Ces dernières semaines, de nombreux Russes ont soutenu ici les réfugiés d’Ukraine. De telles manifestations sont absolument déplacées et indésirables dans notre ville ! »

La cible du cortège était un mémorial soviétique au nouveau cimetière de Bonn-Lessenich, qui est dédié aux martyrs soviétiques de la Seconde Guerre mondiale.

Les colonnes militaires russes en Ukraine ont non seulement utilisé la lettre « Z », mais aussi le « O » et le « V », qui seront probablement bientôt interdits. Les trois lettres sont peintes sur leurs véhicules et unités comme identifiants des zones d’opération en Ukraine, le « Z » se trouvant dans la zone sud-est, dans le Donbass.

Si le conflit ne prend pas fin rapidement, l’ensemble de l’alphabet latin pourrait être mis à l’épreuve. Les Allemands ordinaires pourraient décider qu’ils ne veulent pas « geler pour Poutine » dans leurs appartements au cours des prochains hivers. Selon les responsables, le pays ne pourra mettre fin à sa « dépendance énergétique » qu’en 2027.


- Source : AubeDigitale

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé