www.zejournal.mobi
Lundi, 15 Août 2022

La médecine est corrompue par la domination des grandes entreprises pharmaceutiques, qui suppriment les résultats négatifs et dissimulent les effets indésirables

Auteur : Will Jones | Editeur : Walt | Mardi, 22 Mars 2022 - 10h52

La médecine fondée sur les preuves a été corrompue par les intérêts des entreprises, l’échec de la réglementation et la commercialisation du monde universitaire, qui agissent pour supprimer les résultats négatifs des essais, dissimuler les effets indésirables et retenir les données brutes de la communauté des chercheurs universitaires, selon un article publié dans le British Medical Journal par Jon Jureidini de l’Université d’Adélaïde et Leemon B. McHenry de l’Université d’État de Californie.

« La médecine est largement dominée par un petit nombre de très grandes entreprises pharmaceutiques qui se disputent les parts de marché, mais qui sont effectivement unies dans leurs efforts pour étendre ce marché. La stimulation à court terme de la recherche biomédicale due à la privatisation a été célébrée par les champions du marché libre, mais les conséquences involontaires à long terme pour la médecine ont été graves. Le progrès scientifique est entravé par la propriété des données et des connaissances, car l’industrie supprime les résultats négatifs des essais, ne signale pas les événements indésirables et ne partage pas les données brutes avec la communauté des chercheurs universitaires. Des patients meurent à cause de l’impact négatif des intérêts commerciaux sur le programme de recherche, les universités et les organismes de réglementation.

La responsabilité de l’industrie pharmaceutique envers ses actionnaires signifie que la priorité doit être donnée à ses structures de pouvoir hiérarchiques, à la loyauté envers le produit et à la propagande de relations publiques plutôt qu’à l’intégrité scientifique. Bien que les universités aient toujours été des institutions d’élite susceptibles d’être influencées par les dotations, elles ont longtemps prétendu être les gardiennes de la vérité et la conscience morale de la société. Mais face à l’insuffisance du financement public, elles ont adopté une approche de marché néolibérale, recherchant activement des financements pharmaceutiques à des conditions commerciales. En conséquence, les départements universitaires deviennent des instruments de l’industrie : en contrôlant le programme de recherche, en rédigeant des articles de revues médicales et en assurant la formation médicale continue, les universitaires deviennent des agents de promotion de produits commerciaux. Lorsque des scandales impliquant des partenariats entre l’industrie et les universités sont révélés dans les médias grand public, la confiance dans les institutions universitaires est affaiblie et la vision d’une société ouverte est trahie.

L’université d’entreprise compromet également le concept de leadership universitaire. Les doyens qui ont accédé à leur poste de direction grâce à d’éminentes contributions à leur discipline ont parfois été remplacés par des collecteurs de fonds et des gestionnaires universitaires, qui sont contraints de démontrer leur rentabilité ou de montrer comment ils peuvent attirer des sponsors. En médecine, ceux qui réussissent dans le milieu universitaire sont susceptibles d’être des leaders d’opinion (KOL en langage marketing), dont la carrière peut progresser grâce aux opportunités offertes par l’industrie. Les KOL potentiels sont sélectionnés sur la base d’un ensemble complexe d’activités de profilage menées par les entreprises ; par exemple, les médecins sont sélectionnés en fonction de leur influence sur les habitudes de prescription d’autres médecins. L’industrie recherche les KOL pour cette influence et pour le prestige que leur affiliation universitaire apporte à l’image de marque des produits de l’entreprise. En tant que membres bien rémunérés de conseils consultatifs pharmaceutiques et de bureaux de conférenciers, les KOL présentent les résultats des essais de l’industrie lors de conférences médicales et dans le cadre de la formation médicale continue. Au lieu d’agir comme des scientifiques indépendants et désintéressés et d’évaluer de manière critique les performances d’un médicament, ils deviennent ce que les responsables du marketing appellent des “champions du produit” ».

Je soupçonne que la confiance des auteurs dans le gouvernement et le financement public pour libérer la médecine des agendas prédéterminés est mal placée, comme l’a montré la propagande du gouvernement pendant la pandémie (et sur de nombreuses autres questions). Mais les arguments concernant les corruptions que la domination des grandes entreprises pharmaceutiques apporte au développement et à l’essai des médicaments méritent d’être pris au sérieux.

À lire dans son intégralité… (en anglais)

Traduction: Le Blog Sam la Touch


- Source : Daily Sceptic

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé