www.zejournal.mobi
Lundi, 15 Août 2022

Genderofolie : la justice française autorise un homme à être reconnu comme la mère de son enfant

Auteur : Francesca de Villasmundo | Editeur : Walt | Dimanche, 06 Mars 2022 - 11h29

Guerre en Ukraine, pandémie covid, droits lgbtqi+, tous ces sujets d’actualité récurrents ont un point commun : ils sont le reflet du Nouvel Ordre Mondial que certains puissants veulent bâtir pour l’horizon 2030, par la force si besoin, la privation de libertés fondamentales évidemment, la censure des voix divergentes accessoirement, et bien entendu le renversement de la loi naturelle. Ils crient à l’Europe de la paix et veulent la guerre avec un pays détenant l’arme atomique, luttent pour sauver des vies face à un petit virus en injectant de dangereux sérums expérimentaux à de vieillards qu’ils euthanasieront plus tard, promeuvent des droits abstraits au nom d’un amour qui abolit les droits naturels. La folie est à tous les étages…

Dernièrement, la cour d’appel de Toulouse a reconnu « le droit pour un homme qui se prend pour une femme, ayant conçu naturellement un enfant avec sa femme, d’être désignée comme mère dans l’acte de naissance de l’enfant » écrit le blog Le salon Beige qui poursuit sur cette affaire renversante :

« Ce couple avait donné naissance à plusieurs enfants. Le dernier a été conçu alors que son géniteur avait (dans sa tête et à l’état-civil) changé de sexe, tout en conservant son appareil reproductif masculin. La petite fille est née après le changement d’état civil du mari devenu femme. L’officier de l’état civil avait alors refusé de transcrire sur l’acte de naissance de l’enfant, la reconnaissance de maternité demandée par le père. Seule la mère figurait sur l’état civil de l’enfant. Le couple, soutenu par le lobby LGBT, a saisi la justice, la cour d’appel de Montpellier avait en 2018 ordonné la mention de la mère transgenre sur l’acte de naissance de l’enfant comme “parent biologique”. Mais en 2020, la Cour de cassation a renvoyé l’affaire devant la cour d’appel de Toulouse.

« La cour d’appel a considéré que deux filiations maternelles pouvaient être établies ».

Le droit naturel objectif de l’enfant d’avoir un vrai père et une vraie mère est aboli au profit d’un nouveau droit subjectif et anti-naturel de l’adulte basé sur le « ressenti » de ce dernier.

A ce stade, au train à grande vitesse avec lequel le droit naturel est réduit à néant, l’Etat civil risque de devoir un jour inscrire sur l’acte de naissance d’un enfant la mention que le père, ou la mère qu’importe, est un chien ou une sirène si le ressenti de l’un des deux est celui-là.

La genderophilie est une folie ! Et le monde d’Orwell est plus qu’en marche, il est là : « La guerre, c’est la paix. La liberté, c’est l’esclavage. L’ignorance, c’est la force », et l’on peut rajouter, le mensonge c’est la vérité. La France macronienne coche toutes ces cases !


- Source : MPI

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé