www.zejournal.mobi
Dimanche, 14 Août 2022

Les États-Unis et l’OTAN n’ont jamais été sanctionnés pour avoir déclenché des guerres. Pourquoi ?

Auteur : Robert Bridge | Editeur : Walt | Vendredi, 04 Mars 2022 - 10h38

La réaction à l’attaque de la Russie contre l’Ukraine, quelle que soit votre opinion à ce sujet, a mis en évidence la politique de deux poids deux mesures de l’Occident.

L’Occident a adopté une position extrême contre la Russie suite à son invasion en Ukraine. Cette réaction expose un haut degré d’hypocrisie si l’on considère que les guerres menées par les États-Unis à l’étranger n’ont jamais reçu la réponse punitive qu’elles méritaient.

Si les événements actuels en Ukraine ont prouvé quelque chose, c’est que les États-Unis et leurs partenaires transatlantiques sont capables de mener une guerre sans merci sur une planète en état de choc – en Afghanistan, en Irak, en Libye et en Syrie, pour ne citer que quelques points chauds – avec une impunité presque totale. Pendant ce temps, la Russie et Vladimir Poutine sont dépeints dans presque toutes les publications des médias grand public comme le second avènement de l’Allemagne nazie pour leurs actions en Ukraine.

Tout d’abord, soyons clairs sur un point. L’hypocrisie et la politique du deux poids deux mesures ne justifient pas à elles seules l’ouverture des hostilités par un pays. En d’autres termes, ce n’est pas parce que les pays du bloc de l’OTAN se sont livrés à une destruction gratuite dans le monde entier depuis 2001 sans conséquences graves que la Russie, ou tout autre pays, a la permission morale de se comporter de la même manière. Il doit y avoir une raison convaincante pour qu’un pays autorise le recours à la force, s’engageant ainsi dans ce qui pourrait être considéré comme « une guerre juste ». D’où la question : Les actions de la Russie aujourd’hui peuvent-elles être considérées comme « justes » ou, à tout le moins, compréhensibles ? Je laisserai cette réponse à l’appréciation du lecteur, mais il serait vain de ne pas tenir compte de certains détails importants.

Seuls les consommateurs de fast-food des médias grand public seraient surpris d’apprendre que Moscou met en garde contre l’expansion de l’OTAN depuis plus de dix ans. Dans son désormais célèbre discours prononcé lors de la conférence de Munich sur la sécurité en 2007, Vladimir Poutine a posé une question poignante à l’assemblée des puissants de ce monde : « Pourquoi est-il nécessaire d’installer une infrastructure militaire à nos frontières pendant cette expansion [de l’OTAN] ? Quelqu’un peut-il répondre à cette question ? » Plus tard dans le discours, il a déclaré que l’expansion des moyens militaires jusqu’à la frontière russe « n’est en aucune façon liée aux choix démocratiques des États individuels ».

Non seulement les préoccupations du dirigeant russe ont été accueillies avec le mépris prévisible et le bruit assourdissant des grillons, mais depuis ce jour, l’OTAN a accordé l’adhésion à quatre autres pays (Albanie, Croatie, Monténégro et Macédoine du Nord). À titre d’expérience de pensée que même un idiot pourrait mener, imaginez la réaction de Washington si Moscou construisait un bloc militaire en expansion constante en Amérique du Sud, par exemple.

La véritable cause de l’inquiétude de Moscou est toutefois apparue lorsque les États-Unis et l’OTAN ont commencé à inonder l’Ukraine voisine d’un éventail éblouissant d’armes sophistiquées, dans le cadre d’appels à l’adhésion au bloc militaire. Que pourrait-il bien se passer ? Dans l’esprit de Moscou, l’Ukraine commençait à représenter une menace existentielle pour la Russie.

En décembre, Moscou, qui arrivait rapidement au bout de sa patience, a remis aux États-Unis et à l’OTAN des projets de traités exigeant qu’ils mettent fin à toute nouvelle expansion militaire vers l’est, y compris par l’adhésion de l’Ukraine ou de tout autre État. Ce projet comprenait la déclaration explicite que l’OTAN « ne mènera aucune activité militaire sur le territoire de l’Ukraine ou d’autres États d’Europe orientale, du Caucase du Sud et d’Asie centrale. » Une fois encore, les propositions de la Russie ont été accueillies avec arrogance et indifférence par les dirigeants occidentaux.

Bien que les opinions varient quant aux actions choquantes que Moscou a prises ensuite, personne ne peut dire qu’il n’avait pas été averti. Après tout, ce n’est pas comme si la Russie s’était réveillée le 24 février et avait soudainement décidé que c’était un jour merveilleux pour lancer une opération militaire sur le territoire de l’Ukraine. Alors oui, on pourrait soutenir que la Russie s’inquiétait de sa propre sécurité pour justifier ses actions. Malheureusement, il est peut-être plus difficile de dire la même chose des États-Unis et de leurs subordonnés de l’OTAN en ce qui concerne leur comportement belliqueux au cours des deux dernières décennies.

Prenons l’exemple le plus notoire, l’invasion de l’Irak en 2003. Cette guerre désastreuse, que les médias occidentaux ont fait passer pour un malheureux « échec du renseignement », représente l’un des actes les plus flagrants d’agression non provoquée de l’histoire récente. Sans trop s’attarder sur les détails obscurs, les États-Unis, qui venaient de subir les attentats du 11 septembre, ont accusé Saddam Hussein d’Irak de détenir des armes de destruction massive. Pourtant, au lieu de travailler en étroite collaboration avec les inspecteurs en désarmement de l’ONU, qui étaient sur le terrain en Irak pour tenter de vérifier ces allégations, les États-Unis, ainsi que le Royaume-Uni, l’Australie et la Pologne, ont lancé une campagne de bombardement « choc » contre l’Irak le 19 mars 2003. En un clin d’œil, plus d’un million d’Irakiens innocents ont été tués, blessés ou déplacés par cette violation flagrante du droit international.

Le Center for Public Integrity a rapporté que l’administration Bush, dans son effort pour renforcer le soutien de l’opinion publique au carnage imminent, a fait plus de 900 fausses déclarations entre 2001 et 2003 sur la prétendue menace de l’Irak pour les États-Unis et ses alliés. Pourtant, d’une manière ou d’une autre, les médias occidentaux, qui sont devenus les propagateurs les plus enragés de l’agression militaire, n’ont pas réussi à trouver la moindre faille dans l’argument en faveur de la guerre – c’est-à-dire jusqu’à ce que les bottes et le sang soient sur le terrain, bien sûr.

On pourrait s’attendre, dans un monde plus parfait, à ce que les États-Unis et leurs alliés soient soumis à des sanctions sévères à la suite de cette « erreur » prolongée de huit ans contre des innocents. En fait, il y a eu des sanctions, mais pas contre les États-Unis. Ironiquement, les seules sanctions qui ont résulté de cette folle aventure militaire ont été prises à l’encontre de la France, un membre de l’OTAN qui avait décliné l’invitation, avec l’Allemagne, à participer au bain de sang irakien. L’hyperpuissance mondiale n’est pas habituée à un tel rejet, surtout de la part de ses prétendus amis.

Les politiciens américains, sûrs de leur exceptionnalisme divin, ont exigé le boycott du vin et de l’eau en bouteille français en raison de l’opposition « ingrate » du gouvernement français à la guerre en Irak. D’autres agitateurs de la guerre ont trahi leur manque de sérieux en insistant pour que le produit populaire du menu connu sous le nom de « frites » soit remplacé par le nom de « frites de la liberté ». Ainsi, l’absence de Bordeaux français et le remaniement fastidieux des menus des restaurants semblent avoir été les seuls inconvénients réels subis par les États-Unis et l’OTAN pour avoir détruit sans discernement des millions de vies.

Comparez maintenant cette attitude désinvolte à l’égard des États-Unis et de leurs alliés à la situation actuelle en Ukraine, où la balance de la justice penche clairement en faveur de la Russie, et ce malgré les avertissements non déraisonnables de cette dernière, qui se sentait menacée par les avancées de l’OTAN. Quelle que soit l’opinion que l’on peut avoir sur le conflit qui fait actuellement rage entre la Russie et l’Ukraine, on ne peut nier que l’hypocrisie et la politique de deux poids deux mesures dont font preuve les éternels détracteurs de la Russie sont aussi choquantes que prévisibles. La différence aujourd’hui, cependant, c’est que des bombes explosent.

Outre les sanctions sévères à l’encontre des individus et de l’économie russes, peut-être résumées au mieux par le ministre français de l’économie, qui a déclaré que son pays s’était engagé à mener « une guerre économique et financière totale contre la Russie », un effort profondément inquiétant a été fait pour réduire au silence les nouvelles et les informations provenant de sources russes qui pourraient donner au public occidental la possibilité de comprendre les motivations de Moscou. Le mardi 1er mars, YouTube a décidé de bloquer les chaînes de RT et Sputnik pour tous les utilisateurs européens, permettant ainsi au monde occidental de s’emparer d’une autre partie du récit mondial.

Compte tenu de la façon dont la Russie a été vilipendée dans « l’empire du mensonge », comme Vladimir Poutine a surnommé le pays de ses persécuteurs politiques, certains pourraient penser que la Russie mérite les menaces incessantes qu’elle reçoit actuellement. En fait, rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Cette sorte de fanfaronnade mondiale, qui ressemble à une sorte de campagne insensée d’affichage de la vertu, aujourd’hui si populaire dans les capitales libérales, outre qu’elle enflamme inutilement une situation déjà explosive, suppose que la Russie a totalement tort, point final.

Une approche aussi imprudente, qui ne laisse aucune place au débat, à la discussion, à la prise en compte du point de vue de la Russie dans cette situation extrêmement complexe, ne fait que garantir de nouvelles impasses, voire une guerre mondiale totale, plus tard. À moins que l’Occident ne cherche activement à déclencher la Troisième Guerre mondiale, il serait souhaitable de mettre fin à l’hypocrisie hideuse et à la politique de deux poids deux mesures à l’encontre de la Russie et d’écouter patiemment ses opinions et sa version des faits (même celles présentées par les médias étrangers). Ce n’est pas aussi incroyable que certains voudraient le croire.

Les déclarations, points de vue et opinions exprimés dans cette chronique sont uniquement ceux de l’auteur et ne représentent pas nécessairement ceux de RT.

L'auteur, Robert Bridge, est un écrivain et journaliste américain. Il est l’auteur de « Minuit dans l’empire américain », comment les entreprises et leurs serviteurs politiques détruisent le rêve américain. @Robert_Bridge

Copyright © Organisation autonome à but non lucratif « TV-Novosti ».

Source: RT News (dont le lien n’est plus actif)


- Source : RT (Russie)

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé