www.zejournal.mobi
Vendredi, 30 Sept. 2022

Quand Mélenchon fait du Soral : « Est-ce qu’on a le droit à la judéophobie ? »

Auteur : E&R | Editeur : Walt | Vendredi, 11 Févr. 2022 - 18h34

Liste noire Cohen s’est pris sur France 2, jeudi 10 février 2022 dans l’émission Élysée 2022, un passing shot de revers décroisé de toute beauté. À cela, il n’y a rien à répondre. On reste la bouche ouverte, suffoquant, comme un poisson hors de l’eau. Mélenchon est foutu, mais au moins il partira en beauté.

Mélenchon (qui est à 14 % dans les sondages, derrière Marine et Zemmour), vient de marquer des points chez les souverainistes, mais il va se faire tirer l’oreille par le CRIF, qui les lui a déjà allongées deux ou trois fois. C’est à cela qu’on reconnaît les Français courageux : ils ont des oreilles de lapins. Et au bout d’un moment, ces grandes oreilles, qui ont été très tirées, permettent de comprendre beaucoup de choses...

Cohen  : D’où ma question sur le droit à l’islamophobie...

Mélenchon  : Non, mais je vais vous dire...

Cohen  : C’est-à-dire en fait de rejeter...

Mélenchon  : Est-ce qu’on a le droit à la judéophobie ?

Cohen  : ...

Mélenchon  : Qu’est-ce que vous en pensez ?

Cohen  : ...

Mélenchon  : Est-ce qu’on a le droit à la judéophobie ?

On pensait Liste noire complètement grillé, par sa propre duplicité et sa médiocrité professionnelle – puisqu’il est objectivement un propagandiste sioniste déguisé en journaliste – dans les médias audiovisuels (France Inter, Europe 1, France 5), mais voilà qu’il revient dans la boucle pour faire son commissaire politique pendant la campagne électorale.

Qui l’a sorti de la naphtaline ? Qui lui a tendu la main ? Pour quels intérêts ? Impossible de répondre à une question aussi... complexe. Nous ne sondons pas les âmes, surtout quand il n’y en a pas des masses. La presse, elle, adore Patrick, enfin, pas tous les Patrick, ce Patrick-là, pas PPDA ni Sébastien, qui sont deux mauvais Patrick. La preuve, devant son image archidégradée et le ressentiment de l’opinion sur les RS à son sujet, elle – en l’occurrence Gala – nous raconte la belle histoire du couple Cohen-Cooren :

"Patrick Cohen, qui se retrouvera ce jeudi 10 février face à Jean-Luc Mélenchon, dans Élysée 2022 sur France 2, est très discret sur sa vie privée. Mais en 2016, le journaliste avait osé une petite déclaration d’amour à son épouse, Alexandra. Alors sur l’estrade de l’auditorium du musée d’Orsay, Patrick Cohen avait eu cette jolie attention pour la mère de ses trois enfants. « Je voulais remercier celle grâce à qui ma vie est un peu près normale malgré tout ce que je peux faire le matin à la radio et le soir à C à Vous… C’est ma femme Alexandra. Merci à elle », avait-il fait savoir. Son épouse, discrète elle aussi et présente dans la salle, ne pouvait cacher sa fierté. Mais au fait, comment se sont-ils rencontrés ?

Alexandra Cooren est journaliste elle aussi. Rédactrice en chef chez Europe 1 puis Canal+ avant de devenir responsable chez KM Productions, elle a finalement établi une reconversion en devenant architecte d’intérieur. Mais c’est alors qu’elle travaille pour l’émission Le Journal inattendu, présenté par Laurence Ferrari, qu’elle fait la rencontre de Patrick Cohen. Dans les couloirs de RTL, ils tombent sous le charme l’un de l’autre et ne se quitteront plus. Dans les colonnes du Parisien en 2015, Patrick Cohen avait déjà évoqué son épouse, qu’il appelle son « ange gardien »".

C’est pas plutôt le CRIF, son « ange gardien » ? On déconne, évidemment, Patrick.

Cette incise people, dans le métier, on appelle ça une réparation d’image, mais ça marche de moins en moins. S’il est facile d’entuber le grand public endormi et triple vacciné, il est plus dur de retourner la tête de l’intelligence collective sur Twitter.

Dans le même genre (de tentative), on voit Bruel et Elmaleh, malgré leurs énormes casseroles qui auraient flingué n’importe quel autre artiste (Sébastien et Tex ont été virés pour moins que ça, sans escroqueries ni agressions sexuelles), revenir doucement mais sûrement dans les médias, des médias en perdition et qui se demandent encore pourquoi. Ces artistes à la popularité préfabriquée reviennent en douce, dans le dos des Français, dans le dos de ce grand public qui n’a pas encore saisi de quoi il est lui-même victime. l’imprégnation met du temps, mais elle est inéluctable.
Regardez, il a fallu presque deux ans aux moutons pour comprendre que les injections n’étaient pas là pour leur faire du bien. Du coup, ils rechignent à y retourner de leur propre gré : il faut les frapper. Après le mensonge, les coups.

Pour ceux qui ont 2 heures, 34 minutes et 12 secondes à perdre...


- Source : E&R

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé