www.zejournal.mobi
Lundi, 15 Août 2022

« Je ne veux pas me faire vacciner » : Un médecin du NHS s’adresse au ministre britannique de la Santé face caméra (Vidéo)

Auteur : Lily Zhou | Editeur : Walt | Lundi, 10 Janv. 2022 - 11h12

Un médecin du NHS a fait savoir vendredi au ministre de la santé, Sajid Javid, qu’il n’était pas satisfait de l’obligation de vaccination contre le Covid-19 imposée par le gouvernement aux professionnels de santé, qui doit entrer en vigueur en avril.

L’obligation de vaccination est déjà entrée en vigueur pour le personnel des établissements de soins, les bénévoles et les visiteurs depuis le 11 novembre. Le Parlement a approuvé l’obligation pour les travailleurs de première ligne du NHS le 14 décembre.

Steve James, anesthésiste consultant à l’hôpital King’s College, a déclaré à Javid qu’il ne pensait pas que les arguments scientifiques en faveur de l’obligation de vaccination étaient « suffisamment solides » et que le gouvernement devrait au moins tenir compte du fait que certains médecins avaient des anticorps suite à une exposition antérieure au virus du PCC (Parti communiste chinois), le virus responsable du COVID-19.

« Je ne suis pas content de ça », a déclaré James au secrétaire à la santé après avoir demandé à une unité de soins intensifs (USI) ce qu’elle pensait de la nouvelle règle visant à exiger la vaccination contre le virus du PCC pour le personnel du NHS.

Le médecin non vacciné a déclaré qu’il avait eu le COVID-19 et qu’il travaillait dans l’USI du COVID-19 depuis le début de la pandémie.

« Je n’ai pas été vacciné. Je ne veux pas me faire vacciner », a déclaré James, ajoutant qu’un de ses collègues était dans la même situation.

« Les vaccins ne réduisent la transmission que pendant huit semaines pour Delta [variant du virus du PCC]. Avec Omicron, c’est probablement moins. Pour cela, je vais être licencié si je n’ai pas de vaccin ? La science n’est pas assez solide », a-t-il dit à Javid.

Le secrétaire à la santé a dit qu’il respectait le point de vue de James, ajoutant « mais il y a aussi beaucoup de points de vue différents ».

« De toute évidence, nous devons peser tout cela – tant pour la santé que pour les soins sociaux – et il y aura toujours un débat à ce sujet », a déclaré Javid.

James a suggéré à Javid de reconsidérer l’obligation, en tenant compte de « Omicron et de l’évolution de la situation », ou au moins de la « nuance » selon laquelle les médecins qui ont eu des infections antérieures peuvent être exemptés parce que la « protection que j’ai obtenue contre la transmission est probablement équivalente à celle de quelqu’un qui est vacciné ».

Lorsque Javid a déclaré que son immunité « à un moment donné … diminuera également », James a suggéré que pour maintenir un niveau élevé de protection contre la transmission, chaque membre du personnel devrait recevoir une dose de rappel « chaque mois ».

Javid a déclaré que les ministres « prennent les meilleurs conseils possibles auprès de personnes qui sont des experts en vaccins. »

Une nouvelle étude publiée mercredi dans le New England Journal of Medicine a conclu que la vaccination contre le virus du PCC était associée à une réduction plus faible de la transmission du variant delta que du variant alpha, et que les effets de la vaccination diminuaient avec le temps.

En analysant des données réelles provenant d’Angleterre entre le 2 janvier et le 2 août 2021, l’étude financée par le gouvernement a suggéré que le vaccin COVID-19 de Pfizer/BioNTech réduisait la transmission du variant delta de 50 % deux semaines après la deuxième dose, mais que cette réduction se réduisait à 24 % dix semaines plus tard. Le vaccin contre le COVID-19 d’Oxford/AstraZeneca n’offrait qu’une réduction de 24 % de la transmission après deux semaines et de 2 % après 12 semaines.

Le gouvernement a précédemment déclaré que les raisons pour lesquelles la vaccination contre le virus du PCC est une condition de déploiement dans le secteur de la santé et des soins sociaux au sens large sont de « les protéger et de réduire la transmission dans les locaux de santé et de soins sociaux, de contribuer à la protection des personnes qui peuvent avoir une réponse sous-optimale à leurs propres vaccinations, [et d’] éviter toute perturbation des services qui fournissent leurs soins ».

Cependant, avec la capacité accrue d’Omicron à échapper à l’immunité, le Royaume-Uni connaît un nombre record de cas malgré le taux de vaccination élevé du pays, avec des troupes déployées pour aider les hôpitaux dans un contexte de pénurie de personnel.

Vendredi, le Joint Committee on Vaccination and Immunisation a déclaré que l’objectif principal du programme de vaccination du Royaume-Uni reste la prévention des maladies graves et que « la protection contre les infections légères ou asymptomatiques avec les produits vaccinaux existants nécessiterait des rappels réguliers (peut-être aussi fréquents que 3 mois), ce qui n’est pas considéré comme une stratégie durable à long terme ».

The Epoch Times a contacté le ministère de la Santé et des Soins sociaux pour obtenir des commentaires.

Photo d'illustration: Le ministre de la Santé Sajid Javid (à droite) s’entretient avec le consultant Steve James lors d’une visite au Kings College Hospital à Londres, le 7 janvier 2022. (Stefan Rousseau/PA)

Traduction par Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé