www.zejournal.mobi
Jeudi, 26 Mai 2022

Le ministre du Big Pharma Olivier Véran mis au supplice par Martine Wonner

Auteur : E&R | Editeur : Walt | Mardi, 04 Janv. 2022 - 20h54

En ce moment, une Assemblée à moitié vide discute du projet de loi destiné à transformer le pass sanitaire en pass vaccinal, histoire de durcir encore la répression. L’idée est de désocialiser à l’extrême les résistants au vaccin, leur rendre la vie impossible, que ce soit professionnellement ou personnellement, le vaccin créant des ruptures dans les familles entre générations et dans les couples même. Naturellement, personne ne doute du résultat, même si les députés ont refusé de siéger la nuit, reportant le vote final de cette loi scélérate.

La députée Jouclas, vexée de cette victoire provisoire de l’opposition, sait que tout rentrera bientôt dans l’ordre, l’ordre nouveau mondialiste.

 

Ce n’est donc pas dans cet hémicycle que se joue l’avenir et le quotidien des Français, qui commencent enfin à ouvrir un œil sur la réalité, après avoir été chloroformés par la succession des promesses-menaces, c’est-à-dire des claques et des caresses. Naturellement, l’émotion est de rigueur, surtout du côté de la majorité, où on doit faire croire à une pandémie ultramortelle. Le député Raphaël Girard a raconté son covid long, nous dit France Info.

« Ma liberté aujourd’hui, elles est là : c’est 30 cm de câbles et 3 kilos de matériel que je porte 24h/24 jusqu’à la fin de mes jours ». Le député Raphaël Gérard, qui a été durement touché par le Covid-19, s’est indigné face aux opposants au texte. « C’est ça la réalité, c’est la mienne et c’est celle de dizaines de milliers de personnes dans ce pays dont la vie a été bouleversé. (...) Chacune de vos gesticulations est une insulte aux personnes qui sont mortes », a-t-il ajouté.

Autant dire que les députés en particulier et les Français en général qui s’opposent à cette loi scélérate de ségrégation sociale sont des salauds, quasiment des assassins. Il en faudra plus pour nous faire culpabiliser. On a l’habitue des chantages politico-affectifs, qui nous en touchent une sans remuer l’autre.

Le morceau de choix lors de ces échanges dans ce débat parlementaire, c’est l’opposition entre les frères ennemis, la courageuse Martine Wonner et le représentant du Big Pharma, le médiocre médecin Olivier Véran. Pourquoi médiocre ? Ce n’est pas nous qui le disons, voyons, c’est le personnel qui l’a côtoyé au CHU de Grenoble. 

Véran en est donc venu aux mots avec Wonner, qui ne lâche pas le steak : cette ex-LREM mord depuis deux ans dans la politique sanitaire délirante du gouvernement mondialiste français, et n’a jamais plié.

« Le peuple à genoux attend sa délivrance »

Poussé dans les cordes, le porte-parole du Big Pharma, à cours d’arguments, réagit avec mépris :

Un mépris qui vient de loin, puisque ce petit Rastignac est plus un apparatchik qu’un soignant. Les soignants, il les méprise. Seule la hiérarchie et son ascension dedans l’intéresse.

Mais aujourd’hui, avec les lois scélérates qu’il assume personnellement, sous couvert de protection des Français (« sauver des vies »), il se retrouve entre le chien et l’os, entre les exigences des puissances financières et médicales, et la colère montante du peuple. Cela met du temps, mais ça monte, inexorablement. De partout éclatent des petites bulles de colère, et les députés LREM en sont conscients.

Une personne qui menaçait de tuer un député a été interpellée ce lundi matin, a appris BFM TV. L’homme placé en garde à vue est né en 2002 et est inconnu de la police et des services de renseignement

L’individu, qui utilisait un pseudonyme sur un forum de discussion, écrivait notamment « vouloir tuer un député. Ces gens nous font chier (...) ils rongent nos libertés ».

Exprimant toute sa haine, l’individu écrivait que « casser une permanence, ce n’est pas suffisant, retirer la vie d’un député ce n’est pas non plus suffisant mais c’est déjà plus significatif ». Il ajoutait vouloir se procurer un lance roquettes et se disait « preneur » si quelqu’un pouvait lui en fournir. (BFM TV)

Il y a un an, nous parlions de l’émergence d’un nouveau terrorisme, non manipulé celui-là par les services, et dirigé du bas vers le haut, et non plus du haut vers le bas, comme on l’a vu dans la terrible séquence 2015-2016. Il semble que l’on soit en approche.

La France échappera-t-elle à la violence civile ? Les forces mondialistes qui produisent, afin de conserver leur pouvoir, ce dangereux séparatisme social cherchent la guerre civile entre vaccinés et non-vaccinés. Auront-elles à la place une guerre bas/haut ? L’avenir nous le dira.

Wonner dénonce la corruption du pouvoir politique

***

Véran : le dérapage et le camouflet

Après Lino Ventura et Françoise Fabian, qui étaient les vedettes de "La bonne année" sur France 5, il fallait être présent hier soir sur La Chaîne Parlementaire entre 22 h 45 et minuit. Là, c'est Olivier Véran qui jouait le premier rôle, avec bien moins de talent cela étant...

L'Assemblée nationale avait débuté, dans l'après-midi, la discussion du projet de loi transformant le passe sanitaire en passe vaccinal. Sans avoir assisté à l'ensemble de la séance, il me semblait déjà qu'il y avait de grands absents dans le débat. Nous étions en pleine discussion franco-française, comme si cette pandémie n'était pas une pandémie mondiale, comme si cette pandémie n'était pas finie dans de nombreuses régions de la planète, comme si le Covid-19 et ses variants successifs n'avaient pas été maîtrisés par la prise en charge et le soin apporté au malade (ne serait-ce que du côté de Marseille ), comme s'il n'y avait pas d'autre solution que l'imploration du dieu "vaccin".

Il me revenait à l'esprit cette formule du grand acteur d'un grand conflit, Charles de Gaulle, disant qu'en 1940, il aurait fallu mettre une mappemonde sous les yeux du commandement français, afin que cet état-major prenne conscience que la France disposait d'un vaste empire et que, d'autre part, des forces immenses n'étaient pas encore intervenues dans cette guerre, qui était une guerre mondiale.

Comme à l'accoutumée, Jean-Luc Mélenchon avait fait étalage de ses incontestables qualités de tribun dans l'enceinte du Palais Bourbon : "Voici maintenant que les gens qui travaillent dans les bars et restaurants vont contrôler l'identité. Mais dans quel monde allons-nous vivre ? Ça, c'est une société totalitaire, une société autoritaire !"

Livré à lui-même au banc du gouvernement, et dans un hémicycle où il s'était déjà illustré par son "Sortez d'ici !" lancé à un représentant de la nation, M. Véran écoutait les interventions des députés soutenant les amendements présentés dans le but de questionner le gouvernement, et systématiquement repoussés par une majorité au garde-à-vous.

Les questions gênantes n'appelaient pas de réponse, sinon la ritournelle de l'homme qui a "le cuir tanné", quand bien même les perturbateurs osaient revenir pourtant plus que poliment à la charge. Et, tout à coup, Mme Wonner lui donne connaissance des indications très officielles de la VAERS, l'agence de sécurité du médicament américaine, sur les conséquences de la vaccination des enfants aux États-Unis, qui a entraîné 54 décès. Là, le ministre la Santé explose et, ne dissimulant pas son animosité personnelle envers cette députée, se lance dans une violente diatribe, lui indiquant — en substance — qu'heureusement elle était protégée par son statut de parlementaire, sans quoi il la poursuivrait en... diffamation. Par ailleurs, il s'est aussi permis une "boutade" à son encontre, lui faisant brillamment remarquer que "la chloroquine, ça ne se fume pas" :

Mais, revenons sur la diffamation. Terme qui m'a fait sursauter. Peut-on, en ces temps d'amateurisme politique, être ministre de la République française et ne pas savoir ce qu'est la diffamation ? Je me rassure aussitôt. Rien de plus naturel. L'homme avait déjà explosé en entendant que la "vaccination" aurait causé un mort, un seul mort en France. Comme s'il ne savait pas... À ses oreilles, il y a des mots tabous : liberté de prescription des médecins, traitement de la maladie, effets indésirables et décès liés à l'injection miraculeuse. Là, M. Véran charge, tête baissée et mine pâlotte. Et toujours dans le ton "vierge outragée"...

L'Assemblée avançait pas à pas dans la discussion des amendements. Les élus du peuple, réduits à la portion congrue dans cette drôle de "guerre" et cet état d'urgence permanent si commode pour le pouvoir, étaient visiblement heureux de pouvoir s'exprimer. De grandes voix étaient là, et s'en donnaient à cœur joie : Alexis Corbière, Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan, Julien Aubert, par exemple.

Mais le temps passait, et pas moins de 500 amendements devaient encore être discutés avant d'en venir au vote. Covid-19 aidant, le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, n'était pas au perchoir. C'est une opposante au gouvernement, Mme Genevard, qui présidait les travaux et, me semble-t-il, équitablement.

Sur le coup de minuit, arguant à fort juste titre qu'un texte aussi liberticide ne devait pas être traité en plein nuit, voire jusqu'à 9 heures du matin, plusieurs voix s'élèvent dans les rangs de l'opposition pour suggérer à la présidente de séance de réunir les présidents de groupes parlementaires.

La séance est alors suspendue quelques minutes. La présidente et les présidents de groupe se retirent pour délibérer. Très vite, la séance reprend, et Annie Genevard demande à l'Assemblée si elle entend poursuivre ses travaux toute la nuit et jusqu'au bout du bout du texte, ou bien si elle souhaite que la discussion soit reportée à une autre séance.

Bien sûr, M. Véran entend aller jusqu'au bout de la nuit et, s'il le faut, aux premières lueurs du 4 janvier. Le vote intervient à mains levées. On voit la présidente compter elle-même les votes "pour" et "contre". Et, surprise, les députés ont voté le report de la discussion. La séance est alors levée. Et le ministre, la mine déconfite, encaisse le choc.

Au fond, je pense sincèrement que les députés lui ont rendu service. Cela va lui donner le temps de réviser sa leçon, car il était en grande difficulté sur certains sujets (le silence tenant lieu de réponse), et de vérifier la signification du mot "diffamation".

FranceSoir


- Source : E&R

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé