www.zejournal.mobi
Mardi, 05 Juill. 2022

L’épidémie d’Omicron en Afrique du Sud est déjà en « perte de vitesse »

Auteur : Jade | Editeur : Walt | Mercredi, 15 Déc. 2021 - 17h30

Les données en provenance d’Afrique du Sud indiquent que l’épidémie du variant Omicron du COVID-19 est déjà « en perte de vitesse », et selon un expert, « le monde n’a rien à craindre ».

« Les cas dans la province de Gauteng – qui a connu une montée en flèche des infections à partir de novembre – semblent se stabiliser, tandis que les infections de sept jours à Tshwane, l’un des premiers épicentres, sont maintenant « relativement plates », indique un rapport rédigé par le rédacteur scientifique du Telegraph.

« La croissance des cas est plus forte que la semaine dernière, mais elle a encore ralenti par rapport à novembre », a déclaré Louis Rossouw, du Covid-19 Actuaries Response Group.

Les données montrent également que le pourcentage de personnes qui meurent d’une infection au COVID a considérablement diminué depuis l’arrivée d’Omicron.

« Avec le variant delta, environ trois pour cent des infections – une sur 33 – entraînaient la mort, mais ce chiffre est tombé à 0,5 pour cent – une sur 200 – le plus bas niveau jamais atteint pendant la pandémie en Afrique du Sud et dix fois moins qu’en septembre de l’année dernière », indique le rapport.

Selon Peter Streicher, chercheur associé à l’université de Johannesburg, les données sur les décès ont déjà rattrapé celles sur les infections et il n’y a pas d’augmentation significative des décès dus à Omicron.

« Omicron est extrêmement bénin. Le reste du monde n’a rien à craindre », a déclaré M. Streicher.

Comme nous l’avons souligné précédemment, le médecin sud-africain qui a été le premier à découvrir Omicron estime que « la Grande-Bretagne réagit de manière excessive » en imposant des restrictions plus draconiennes et que la panique « est disproportionnée par rapport aux risques posés par cette variante ».

La docteure Angelique Coetzee a également suggéré que les confinements visant à arrêter la propagation de la variante nuiraient à la possibilité qu’offre Omicron d’atteindre une « immunité collective ».

Les autorités britanniques ont également refusé de révéler toute information supplémentaire sur ce qui serait le premier décès d’Omicron au monde.

Le professeur Karol Sikora a accusé le gouvernement de susciter une « alarme inutile », tout en affirmant que la victime souffrait probablement de comorbidités et était âgée ou qu’elle est morte avec Omicron et non à cause de lui.


- Source : AubeDigitale

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé