www.zejournal.mobi
Mardi, 18 Janv. 2022

Omicron est « extrêmement bénin », selon le médecin qui a découvert la souche, car de nombreuses mutations « déstabilisent » le virus

Auteur : AubeDigitale | Editeur : Walt | Mardi, 30 Nov. 2021 - 16h07

Alors que Fauci, les fanatiques du grand gouvernement, les responsables démocrates et le lobby biopharmaceutique ont tous maximisé l’alarmisme du variant Omicron (à ne pas confondre avec Xi, comme l’OMS l’a expliqué plus tôt), quelques résistants tentent encore de maintenir une absence de panique (même si cela signifie moins de revenus pour les fabricants de mégayachts Pfizer et Moderna).

L’un d’entre eux, comme nous l’avons noté, est Goldman Sachs, qui a déclaré que la banque a un « degré raisonnable de confiance dans le fait que cette mutation ne sera probablement pas plus malveillante et que les vaccins existants continueront très probablement à être efficaces ».

Puis, ce matin, le médecin de Pretoria qui a été le premier à tirer la sonnette d’alarme au sujet de la nouvelle souche et qui est conseiller Covid-19 auprès du gouvernement sud-africain a déclaré que les symptômes liés au variant omicron du coronavirus étaient jusqu’à présent bénins.

Contrairement à la panique déclenchée par les grands médias occidentaux, Barry Schoub, président du Comité consultatif ministériel sur les vaccins, a déclaré dimanche à Sky News que si l’Afrique du Sud, qui a été la première à identifier le nouveau variant, compte actuellement 3 220 personnes infectées par le coronavirus et si le variant semble se propager rapidement, il n’y a pas eu de réelle augmentation des hospitalisations.

« Les cas qui se sont produits jusqu’à présent étaient tous des cas légers, légers à modérés, et c’est bon signe », a déclaré M. Schoub, ajoutant qu’il était encore tôt et que rien n’était encore certain.

Plus important encore, et contrairement aux discours alarmistes diffusés 24 heures sur 24 par les médias grand public, M. Schoub a déclaré que le grand nombre de mutations trouvées dans le variant omicron semble déstabiliser le virus, ce qui pourrait le rendre moins « apte » que la souche delta dominante.

Alors que l’Afrique du Sud, où la souche Omicron est apparue pour la première fois au début du mois de novembre, a fait l’objet d’un certain nombre d’interdictions de voyage de la part du Royaume-Uni et d’autres pays, après que ses scientifiques ont découvert le variant muté la semaine dernière, depuis lors, un nombre croissant de pays européens, ainsi que l’Australie, ont également identifié des personnes infectées par le variant.

« D’une certaine manière, nous espérons qu’il ne remplacera pas le delta, car nous savons que le delta répond très bien au vaccin », a-t-il déclaré.

Dans le même temps, on pourrait faire valoir que si Omicron pourrait bientôt devenir la souche dominante en raison de son R-nought (ou rythme de transmission) plus élevé, il pourrait s’agir d’une bénédiction déguisée, car elle repousse la souche delta, beaucoup plus dangereuse (et plus stable).

M. Schoub n’est pas le seul à vouloir atténuer les craintes : Angelique Coetzee, présidente de l’Association médicale sud-africaine, a approuvé l’évaluation de M. Schoub, qualifiant les symptômes associés au variant de « différents et très légers » par rapport aux personnes qu’elle a traitées pour le virus au cours des derniers mois.

Mme Coetzee, qui a été la première à repérer ce qui s’est avéré être le nouveau variant, a déclaré au Telegraph du Royaume-Uni qu’un certain nombre de jeunes hommes en bonne santé se sont présentés à sa clinique « en se sentant très fatigués ». Environ la moitié d’entre eux n’étaient pas vaccinés.

Elle a déclaré au Telegraph que « leurs symptômes étaient si différents et si légers de ceux que j’avais traités auparavant », a déclaré Coetzee.

La plupart des patients qui se sont présentés à sa clinique et ont été testés positifs au COVID-19 se sentaient fatigués. Les autres symptômes comprenaient des muscles endoloris et une légère toux, a ajouté Coetzee à Sputnik.

« Il n’y a pas de symptômes proéminents. Parmi les personnes infectées, certaines sont actuellement traitées à domicile », a-t-elle précisé.

« Ce que nous constatons cliniquement en Afrique du Sud, et rappelez-vous, je suis à l’épicentre, c’est là que j’exerce, est extrêmement bénin », a-t-elle déclaré dimanche dans l’émission « Andrew Marr Show » de la BBC.

 

S’adressant à la BBC, M. Coetzee a déclaré que les médecins du Royaume-Uni, où la panique liée à Omicron a explosé, « pourraient se concentrer davantage sur les symptômes de Delta » et passer à côté du variant d’Omicron, beaucoup plus bénin.

 

Plus remarquable encore, elle a déclaré que « nous n’avons admis personne » à l’hôpital avec le nouveau variant. « J’ai parlé à d’autres de mes collègues, le même portrait ».

la question de savoir si les autorités du monde entier paniquaient inutilement, Coetzee a répondu « oui, à ce stade, je dirais définitivement. Dans deux semaines, nous dirons peut-être quelque chose de différent ».

Bien entendu, aucun de ces faits réels n’importe à ceux qui s’occupent de propagande, comme Anthony Fauci, qui, au lieu d’espérer apaiser les inquiétudes du public, a déclaré que le variant omicron semble être plus transmissible, ce qui renforce la nécessité pour les Américains de se faire vacciner ou de faire des rappels.

Le variant omicron « est un appel au clairon » pour que les gens se fassent vacciner, a déclaré le principal conseiller médical de M. Biden dans l’émission « Meet the Press » de NBC. Les infections aux États-Unis sont déjà en hausse et l’intensification de la prévention avec l’émergence du nouveau variant aura une incidence sur la question de savoir si les Américains « se dirigent vers un hiver plus ou moins sombre », a-t-il déclaré, dans un exemple frappant de ce que M. Coetzee a qualifié de « panique inutile ».

***

Selon l'Association des médecins sud-africains, le variant Omicron cause une «maladie bénigne»

Muscles endoloris, fatigue et légère toux : le variant Omicron détecté en Afrique du Sud n'est à ce stade qu'une «maladie bénigne», selon l'Association des médecins sud-africains, qui s'interroge sur le «battage médiatique» qui a suivi sa découverte.

Alors que de sévères mesures restrictives commencent à être mises en place dans certains pays – comme en France – à la suite de la découverte du variant Omicron en Afrique du Sud, Angelique Coetzee, présidente de l'Association médicale sud-africaine, a tenu à relativiser sa dangerosité à ce stade. 

«Il s'agit d'une maladie bénigne dont les symptômes sont des muscles endoloris et de la fatigue pendant un jour ou deux, durant lesquels on ne sent pas bien. Jusqu'à présent, nous avons constaté que les personnes infectées ne souffrent pas de perte de goût ou d'odorat. Elles peuvent avoir une légère toux. Il n'y a pas de symptômes proéminents. Parmi les personnes infectées, certaines sont actuellement traitées à domicile», a ainsi déclaré Angelique Coetzee, interrogée par Sputnik News.

La responsable a également fait savoir que les hôpitaux sud-africains n'ont pas été surchargés par les patients atteints par le variant Omicron, soulignant par ailleurs qu'il était nécessaire d'attendre de voir l'évolution des patients pour déterminer son réel niveau de menace : «Oui, la maladie est transmissible, mais pour l'instant, en tant que médecins, nous ne savons pas pourquoi il y a un tel battage médiatique, car nous sommes toujours en train d'étudier la question. Nous ne le saurons qu'après deux ou trois semaines, car certains patients ont été admis et ce sont des jeunes âgés de 40 ans ou moins».

Ce que craint en revanche Angélique Coetzee, c’est que le variant ne frappe plus durement des personnes âgées non-vaccinées, et/ou des personnes souffrant de diabète ou de maladies cardiaques. Malgré tout, Angelique Coetzee a dans la foulée critiqué la décision de certains pays d'interdire les vols en provenance d'Afrique du Sud, la jugeant donc prématurée, car il n'y a pas assez d'informations sur le degré de dangerosité du variant. Après l'annonce de la découverte de cette nouvelle souche de Covid-19, les Etats-Unis, l'Union européenne, le Canada, Israël, l'Australie ont restreint les voyages en provenance de plusieurs pays d'Afrique australe pour raisons sanitaires.

L'Organisation mondiale de la santé a qualifié le 26 novembre la nouvelle souche sud-africaine de préoccupante, car elle serait porteuse d'un nombre élevé de mutations qui la rendraient plus transmissible et plus dangereuse. Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies a noté le même jour qu'il existait «une incertitude considérable» concernant la «contagiosité», «l'efficacité des vaccins» ou encore «le risque de réinfection» du nouveau variant du coronavirus «Omicron». (RT)


- Source : AubeDigitale

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé