www.zejournal.mobi
Dimanche, 05 Déc. 2021

La télévision publique canadienne s’excuse d’avoir diffusé des images de mannequin pour montrer que les hôpitaux sont occupés par le COVID

Auteur : ASR | Editeur : Walt | Jeudi, 21 Oct. 2021 - 07h51

La CBC a utilisé des séquences de formation hospitalière COVID montrant un mannequin dans une unité de soins intensifs sur un ventilateur dans un segment d’information vidéo pour souligner la situation de COVID dans les hôpitaux de l’Alberta.

La Canadian Broadcasting Corporation (CBC) a admis avoir utilisé des images de formation hospitalière COVID montrant un mannequin dans une unité de soins intensifs sous ventilateur dans un segment d’information vidéo pour mettre en lumière la situation de COVID dans les hôpitaux de l’Alberta.

Après que de nombreuses personnes aient souligné sur les médias sociaux que le mannequin de l’USI était suspect, CBC Edmonton a déclaré la semaine dernière qu’il avait été utilisé par erreur.

« Plus tôt en octobre, nous avons diffusé deux reportages sur ce à quoi les patients peuvent s’attendre dans une unité de soins intensifs d’un hôpital pendant la crise du COVID et sur la pression exercée sur le personnel infirmier. Nous avons tourné des séquences pour ces histoires dans deux centres de formation d’Edmonton qui montraient des mannequins dans les lits et un cadre hospitalier d’apparence réaliste en raison des restrictions », a écrit CBC Edmonton. « Malheureusement, certaines de ces mêmes images ont été utilisées dans un autre reportage sur les projections et la modélisation de COVID la semaine dernière. L’utilisation de ces images en dehors du contexte des installations de formation était inappropriée et nous nous excusons pour cette erreur de jugement. L’histoire a été corrigée. »

Les excuses de CBC Edmonton ont été présentées presque une semaine après la diffusion d’un reportage montrant le mannequin.

Le 2 octobre, un reportage de la CBC a montré des images d’un mannequin dans l’unité de soins intensifs. La CBC a déclaré qu’une partie des images montrées avait été filmée en septembre dans les installations de formation des étudiants du Northern Alberta Institute of Technology et de l’Université MacEwan.

D’autres parties du métrage ont été fournies à la CBC par les services de santé de l’Alberta (AHS).

Après la diffusion du prix de l’information de CBC Edmonton, de nombreuses personnes ont rapidement pris la parole sur les médias sociaux pour souligner le fait évident que la personne dans l’unité de soins intensifs n’était pas réelle, mais un mannequin.

Reuters a publié une vérification des faits sur les rapports de la CBC.

« Les 1er et 2 octobre, CBC Edmonton a publié deux reportages décrivant les réalités d’un service de soins intensifs et la pression exercée sur le personnel infirmier. Dans l’impossibilité d’amener nos caméras dans un service de soins intensifs d’un hôpital, nous avons tourné des images dans deux centres de formation qui ont ensuite été utilisées à des fins d’illustration », a écrit un porte-parole de la CBC. « Dans l’article du 1er octobre, qui a ensuite été publié sur notre site Web ici, il n’était pas clairement indiqué qu’il s’agissait de séquences de formation, alors que cela aurait dû être le cas. Nous avons depuis clarifié ce point ».

« Malheureusement, certaines de ces mêmes séquences ont été utilisées à nouveau dans un autre reportage sur les projections de COVID pour l’Alberta, diffusé le 7 octobre lors de nos journaux télévisés de 18 et 23 heures ».

La semaine dernière, le médecin en chef de l’Alberta, le Dr Deena Hinshaw, a dû s’excuser pour avoir affirmé à tort qu’un jeune de 14 ans était mort du COVID alors qu’il était en fait décédé d’un cancer du cerveau de stade quatre en phase terminale.

Cela s’est produit après que la sœur de l’adolescent de 14 ans qui est décédé, Simone Spitzer, ait critiqué les médias locaux pour avoir rapporté sa mort comme « fake news ».

« L’enfant de 14 ans sur l’article est mon frère. Il est décédé d’un cancer du cerveau de stade 4, pas d’un covid », a écrit Mme Spitzer dans une publication sur Facebook mardi.

Le récit de la surcharge des hôpitaux a été contré par certains médecins albertains.

Un médecin albertain s’est récemment exprimé sur les innombrables effets secondaires de la piqûre de COVID dont elle a été le témoin direct. Le Dr Daniel Nagase s’est dit « choqué » par la façon dont ses patients traités au COVID étaient traités dans un hôpital de l’Alberta.

Les injections de COVID-19 approuvées pour une utilisation d’urgence au Canada, y compris le vaccin de Pfizer destiné aux personnes âgées de 12 ans et plus, ont toutes un lien avec des cellules provenant de bébés avortés. Les quatre ont également été associés à des effets secondaires graves tels que des caillots sanguins, des éruptions cutanées, des fausses couches et même des crises cardiaques chez des hommes jeunes et en bonne santé.

Photo d'illustration: mannequin utilisé par CBC pour le segment d’information sur le traitement des hôpitaux COVID-19. screenshot/CBC


- Source : ASR

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé