www.zejournal.mobi
Dimanche, 05 Déc. 2021

La science de la propagande continue d’être développée et perfectionnée

Auteur : Caitlin Johnstone | Editeur : Walt | Samedi, 16 Oct. 2021 - 12h41

Nous vivons dans une société bien moins libre que la plupart d’entre nous ne le pensent.

On dirait qu’on est libres. On ne nous jette pas en prison pour avoir critiqué nos gouvernants. Nous pouvons voter pour qui nous voulons. Nous pouvons nous connecter à Internet et rechercher des informations sur tous les sujets qui nous intéressent. Si nous voulons acheter un produit, nous avons de nombreuses marques parmi lesquelles nous sommes libres de choisir.

Mais nous ne sommes pas libres. Nos systèmes politiques sont conçus pour rassembler les gens dans un système bipartite contrôlé de part et d’autre par les ploutocrates. Les médias d’information sur lesquels les gens comptent pour se faire une idée de ce qui se passe et de la façon dont ils devraient voter sont contrôlés par la classe ploutocratique et fortement influencés par des agences gouvernementales secrètes. Les algorithmes Internet sont agressivement manipulés pour montrer aux gens des informations qui favorisent le statu quo. Même nos loisirs sont marqués par l’influence du Pentagone et de la CIA.

Dans quelle mesure cela est-il libre ? Dans quelle mesure votre discours est-il libre s’il existe une myriade de protections institutionnelles en place pour empêcher le discours de provoquer un changement politique ?

Peu importe ce que vous êtes autorisé à dire si ce que vous dites n’a pas d’importance. Peu importe que vous soyez autorisé à traiter de tête de nœud la marionnette oligarchique mise en place par la dernière élection truquée. Cela n’a pas d’importance si vous avez le droit de chercher sur Google toutes les informations que vous voulez, pour ne trouver que les informations que Google veut que vous trouviez.

Quelle est la différence fonctionnelle entre un régime qui censure directement l’internet pour empêcher toute dissidence et un régime qui travaille avec les ploutocrates de la Silicon Valley pour contrôler l’information via des algorithmes et qui a mis en place un système qui empêche toute dissidence d’avoir un impact significatif ?

Il n’y en a aucune.

Nous vivons dans une société profondément non-libre qui se déguise en société libre. La démocratie libérale occidentale n’est qu’un totalitarisme déguisé en travesti.

Et cela ne fait qu’empirer. La propagande est une science en plein développement.

Le mois dernier, le Ottawa Citizen a rapporté que l’armée canadienne s’est servie de l’épidémie de Covid comme d’un prétexte pour tester des techniques militaires de psychopathologie sur sa propre population civile, sous prétexte de garantir le respect des restrictions en cas de pandémie.

Quelques extraits :

  • « Les chefs militaires canadiens ont vu dans la pandémie une occasion unique de tester des techniques de propagande sur un public peu méfiant, conclut un rapport des Forces canadiennes récemment publié ».
  • « Le plan conçu par le Commandement des opérations interarmées du Canada, également connu sous le nom de CJOC, reposait sur des techniques de propagande similaires à celles employées pendant la guerre en Afghanistan. La campagne prévoyait de ‘façonner’ et d’ ‘exploiter’ l’information. Le CJOC a affirmé que le dispositif d’opérations d’information était nécessaire pour éviter la désobéissance civile des Canadiens pendant la pandémie de coronavirus et pour renforcer les messages du gouvernement sur la pandémie ».
  • « Une initiative distincte, non liée au plan du CJOC, mais supervisée par des officiers de renseignement des Forces canadiennes, a recueilli des informations sur des comptes publics de médias sociaux en Ontario. Des données ont également été compilées sur les rassemblements pacifiques de Black Lives Matter et les leaders de BLM ».
  • « ‘C’est vraiment une occasion d’apprentissage pour nous tous et une chance de commencer à intégrer les opérations d’information dans notre routine (CAF-DND)’, a déclaré le contre-amiral ».
  • « Un autre examen encore portait sur la branche des affaires publiques des Forces canadiennes et ses activités. L’année dernière, la branche a lancé un plan controversé qui aurait permis aux officiers des affaires publiques militaires d’utiliser la propagande pour changer les attitudes et les comportements des Canadiens, ainsi que de recueillir et d’analyser des informations provenant des comptes publics de médias sociaux ».
  • « Ce plan aurait vu le personnel passer des méthodes gouvernementales traditionnelles de communication avec le public à une stratégie plus agressive consistant à utiliser la guerre de l’information et les tactiques d’influence sur les Canadiens ».

Donc, ils ne se contentent pas d’employer des opérations psychologiques à grande échelle sur le public, ils les testent et en tirent des leçons.

Et nous pouvons probablement supposer que tout ce qui a pu être appris a également été partagé avec les agences gouvernementales des autres membres de l’OTAN.

Dans un nouvel article intitulé « Behind NATO’s ‘cognitive warfare’: Western militaries are waging a ‘battle for your brain’« , Ben Norton, de The Grayzone, explique comment de récentes discussions parrainées par l’OTAN ont explicitement défendu la nécessité de faire progresser la science de la guerre cognitive à des fins offensives et défensives.

Quelques extraits :

  • « L’OTAN met au point un tout nouveau type de combat qu’elle a baptisé ‘guerre cognitive’. Décrite comme la ‘militarisation des sciences du cerveau’, cette nouvelle méthode consiste à ‘pirater l’individu’ en exploitant ‘les vulnérabilités du cerveau humain’ afin de mettre en œuvre une ‘ingénierie sociale’ plus sophistiquée ».
  • « Si l’étude soutenue par l’OTAN insiste sur le fait qu’une grande partie de ses recherches sur la guerre cognitive est conçue à des fins défensives, elle concède également que l’alliance militaire développe des tactiques offensives, en déclarant : ‘L’humain est très souvent la principale vulnérabilité et il convient de le reconnaître afin de protéger le capital humain de l’OTAN mais aussi de pouvoir tirer profit des vulnérabilités de nos adversaires.' »
  • « Dans une révélation qui fait froid dans le dos, le rapport indiquait explicitement que ‘l’objectif de la guerre cognitive est de nuire aux sociétés et pas seulement aux militaires' ».
  • « L’étude décrit ce phénomène comme ‘la militarisation de la science du cerveau’. Mais il semble clair que le développement de la guerre cognitive par l’OTAN conduira à une militarisation de tous les aspects de la société et de la psychologie humaines, des relations sociales les plus intimes à l’esprit lui-même ».
  • « En d’autres termes, ce document montre que les figures du cartel militaire de l’OTAN considèrent de plus en plus leur propre population intérieure comme une menace, craignant que les civils ne soient de potentielles cellules dormantes chinoises ou russes, de redoutables ‘cinquièmes colonnes’ qui remettent en cause la stabilité des ‘démocraties libérales occidentales’ ».
  • « Naturellement, le chercheur de l’OTAN a affirmé que les ‘adversaires’ étrangers sont les agresseurs supposés qui emploient la guerre cognitive. Mais dans le même temps, il a clairement indiqué que l’alliance militaire occidentale développe ses propres tactiques ».

Dans un essai de 2017 intitulé « The War on Sensemaking« , l’écrivain Jordan Greenhall a fait une observation à laquelle j’ai réfléchi depuis : la science de la propagande moderne est en recherche et développement depuis plus d’un siècle maintenant, et a nécessairement progressé scientifiquement tout autant que d’autres domaines de l’armée.

« En 1917, on demande au jeune Edward Bernays d’aider l’effort de guerre américain en appliquant les théories de l’inconscient de son oncle Sigmund Freud à une nouvelle technique allemande appelée ‘propagande' », écrit Greenhall.

« La technologie de la guerre évolue rapidement. En l’espace d’un siècle et demi, la dernière guerre est passée des fusils longs aux fusils à répétition, puis aux canons gatling, jusqu’au petit garçon. Les combattants de la guerre actuelle n’ont pas traîné. Les guerres de la culture, du sens et de l’objectif ont connu une innovation sur une ‘courbe technologique exponentielle’. Les efforts artisanaux de Bernays et Goebbels ont été laissés loin dans le passé par les méthodes modernes ».

Pensez au nombre d’avancées technologiques qu’a connues l’armée au cours du siècle dernier. Nos dirigeants ont affiné leurs méthodes de manipulation de nos capacités de perception à leur avantage pendant tout ce temps, et seule une petite minorité d’entre nous a même commencé à se rendre compte que cette manipulation a lieu. Nous apprenons juste à jouer aux dames pendant qu’ils maîtrisent les échecs en 3D.

Je n’ai pas de solution à ce problème, si ce n’est de faire prendre conscience de ce qui se passe. La propagande ne fonctionne que si vous ne comprenez pas (A) que cela vous arrive à vous et (B) comment cela se produit, et une prise de conscience de base du fait qu’il y a une campagne mondiale pour manipuler la pensée humaine à l’avantage des puissants est le premier pas vers cette compréhension. Avoir l’humilité de comprendre que vous pouvez vous-même être manipulé et trompé est la deuxième étape.

Mon espoir est que l’humanité transcende sa susceptibilité psychologique à la manipulation et qu’elle entretienne une relation saine avec la narration mentale à mesure que se rapproche le précipice de notre adaptation ou de notre mort. Mais seul le temps nous le dira.

Sources : Zero HedgeMedium – Traduit par Anguille sous roche

 


- Source : Medium (Etats-Unis)

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé