www.zejournal.mobi
Dimanche, 05 Déc. 2021

En France, la mortalité est encore plus importante depuis le début de la vaccination

Auteur : Éric Verhaeghe | Editeur : Walt | Samedi, 16 Oct. 2021 - 12h13

La vaccination a-t-elle ralenti les importantes chutes de mortalité connues en 2020 après le pic d'avril, et fait-elle globalement progresser la mortalité en France ? Les chiffres de l'INSEE sur la mortalité mensuelle soulèvent véritablement la question et laissent penser que la vaccination, loin de réduire le mortalité en France, la maintient à un niveau plus élevé que la moyenne. Voici quelques chiffres qui permettent d'illustrer cet étrange phénomène.

La mortalité en France est analysée mensuellement par l’INSEE, notamment sur cette publication tout à fait intéressante. Nous avons traduit ci-dessus les chiffres officiels sous forme de graphique (l’INSEE étant avare de présentation parlante sur des données qui chamboulent la communication officielle sur la dangerosité du virus et sur les bienfaits prétendus du vaccin). 

Comme on le voit, en janvier 2019, la France a connu un pic de mortalité assez peu dépassé depuis. Mais, sur toute la période du COVID, on compte seulement 5 mois où le nombre de morts a franchi la barre des 60.000 : mars et avril 2020, novembre et décembre 2020, puis janvier 2021. On notera avec étonnement que, entre avril et novembre 2020, le nombre de morts mensuels (toutes causes confondues) est tombé sous la barre des 50.000. Depuis le début de la campagne de vaccination, cette performance n’a guère été améliorée. 

Autrement dit, en période “normale” la vaccination ne produit pas à ce stade de différence notable avec la moyenne de 2020 (hors mois de pics épidémiques, donc). Le premier semestre de l’année 2021 a même été plutôt marqué par une hausse moyenne de la mortalité mensuelle. 

2021 plus meurtrière que 2020 ?

Il est encore trop tôt pour tirer des conclusions globales sur l’effet réel de la campagne de vaccination en matière de mortalité. Mais, le moins que l’on puisse dire est que les premiers résultats jouent en défaveur du vaccin.

Nous avons, pour le montrer, comparé le nombre de morts mois par mois sur les huit premiers mois de l’année 2020 et 2021 :

Ce tableau délivre deux enseignements majeurs :

  1. en 2020, la France a compté moins de morts de mai à juillet, qu’en 2019, ce qui relativise sensiblement l’impact du déconfinement sur la santé des Français;
  2. en 2021, en dehors des mois terribles de mars et d’avril où l’épidémie était à son comble l’année précédente, la mortalité s’est révélée supérieure à celle de 2020. Si l’on peut comprendre que, malgré la vaccination naissante, les mois de janvier et de février aient été plus mortels en 2021 qu’en 2020, on peut s’étonner que en mai, en juillet et en août, la vaccination n’ait pas permis de faire baisser la mortalité par rapport à 2020. 

On notera que le seul mois “post-vaccination” où 2021 a fait mieux que 2020 est celui de juin. Mais on compte seulement 313 morts de moins ce mois-là par rapport à l’année précédente. Autant dire qu’il s’agit d’une stagnation. 

Au total, sur les 8 premiers mois de l’année, la France a compté 400.000 morts en 2019, 421.500 en 2020, et 426.800 en 2021. La campagne de vaccination n’a donc pas fait baisser la mortalité en 2021. On compte 5.000 morts de plus en 8 mois malgré une vaccination massive. 

Redisons-le, ces chiffres sont en partie faussés par la faible mortalité de janvier et de février 2020. Il faudra tirer un bilan sur l’ensemble de l’année intégrant les mauvais chiffres de l’hiver. Il n’en demeure pas moins que la vaccination, loin de produire les résultats fulgurants attendus, a produit un printemps plus meurtrier que celui de 2020. 

Au fond, ces chiffres apportent un élément de plus à la démonstration qui prend progressivement forme d’un échec de la vaccination. 


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé