www.zejournal.mobi
Dimanche, 05 Déc. 2021

Débunkage : La «lanceuse d’alertes» de Facebook est utilisée pour augmenter la censure et le pouvoir du gouvernement

Auteur : Arjun Walia | Editeur : Walt | Vendredi, 15 Oct. 2021 - 05h16

L’actualité récente a été marquée par des discussions autour de la «dénonciatrice» de Facebook, Frances Haugen, une ancienne scientifique des données du géant de la Big Tech. Lors de son témoignage devant la sous-commission du commerce du Sénat chargée de la protection des consommateurs, elle a formulé plusieurs critiques à l’encontre de Facebook, accusant principalement l’entreprise de ne pas censurer les discours haineux et la désinformation, et a présenté des documents à l’appui de ses affirmations.

Les dénonciateurs se présentent sous de nombreuses formes, la plupart d’entre eux passent toute leur vie dans et hors des tribunaux, ils peuvent être soumis à des peines de prison et à des persécutions. Ce n’est pas comme si Hauge avait publié des documents montrant que la majorité des personnes tuées par des frappes de drones en Afghanistan étaient des passants innocents comme l’a fait Daniel Hale. Son témoignage n’est pas une menace pour la «sécurité nationale», un terme qui est maintenant utilisé pour justifier la dissimulation d’informations en raison du fait que, dans de nombreux cas, elles exposent des actions contraires à l’éthique et immorales prises par diverses sociétés et gouvernements.

Ses affirmations selon lesquelles Facebook n’en a pas fait assez en matière de censure et de discours de haine vont dans le sens d’un programme politique massif et de la censure sur Internet. Facebook, ainsi que de nombreux autres géants de la technologie, censurent depuis des années une pléthore d’informations liées à plusieurs sujets, dont le COVID.

Par exemple, un article publié dans le British Medical Journal par la journaliste Laurie Clarke a mis en évidence le fait que Facebook a déjà retiré au moins 16 millions de contenus de sa plateforme et ajouté des avertissements à environ 167 millions d’autres. YouTube a supprimé près d’un million de vidéos liées, selon eux, à des «informations médicales covid-19 dangereuses ou trompeuses».

Les lanceurs d’alerte ne rendent généralement pas public un cabinet de relations publiques, un contact par courriel avec la presse, une équipe juridique complète et une comparution au Sénat. Morgan Kahmann, le dénonciateur de Facebook qui a été suspendu après avoir divulgué des documents internes exposant une campagne de censure «hésitation vaccinale» et son fonctionnement réel, a été officiellement licencié par le géant de la technologie. L’histoire n’a reçu aucune attention.

Selon Glenn Greenwald, le journaliste qui a révélé l’histoire de la National Security Agency (NSA) et qui a contribué à la divulgation de documents par le dénonciateur Edward Snowden, détaillant leur programme de surveillance mondiale massive.

Ce «lanceur d’alerte» dit aux démocrates et aux médias d’entreprise tout ce qu’ils veulent entendre : à savoir que le transfert du contrôle des médias sociaux au gouvernement pour la «régulation» et la censure est la seule façon de résoudre le problème. FB y voit aussi un avantage.

 

Le fait que Facebook ait connu une panne de cinq heures qui a coïncidé avec cet incident de dénonciation a également attiré davantage l’attention sur lui. Les «dénonciateurs» officiellement désignés pour exiger plus de censure reçoivent le tapis rouge, ainsi qu’une tournée de relations publiques professionnelles, parce que leur «dénonciation» ne remet pas en cause les orthodoxies, mais fournit plutôt un carburant supplémentaire à ce que les factions de l’establishment voulaient faire de toute façon.

Elle vient également de recevoir une vérification Twitter pour son compte Twitter tout juste créé, ce qui arrive rarement, ainsi qu’une belle promotion algorithmique, pour accompagner la tournée de relations publiques qui semble bien orchestrée.

Greenwald a mis en ligne de multiples exemples du témoignage des dénonciateurs et des réponses qui y ont été apportées, illustrant sa conviction que «le véritable objectif des démocrates et de leurs alliés des médias d’entreprise libéraux n’est pas d’affaiblir ou de démanteler Facebook et Google». Au contraire, le but est de transférer leur vaste pouvoir monopolistique à eux-mêmes, comme ils le font depuis des années.

Par exemple, la sénatrice Kirsten Gillibrand a déclaré ce qui suit ,

«Nous avons besoin d’une agence de régulation dédiée pour tenir Facebook et d’autres entreprises Big Tech responsables de la manière dont leurs algorithmes poussent à la désinformation et dont nos données sont utilisées et détournées à leur profit».

La pression pour censurer encore plus de contenu est de plus en plus forte, sénateur américain du Massachusetts. Le président de la sous-commission de l’air pur, du climat et de la sécurité nucléaire et de la sous-commission de l’Asie de l’Est et du Pacifique, Ed Markey, a déclaré que le problème de Facebook n’est pas qu’il supprime trop de publications, mais qu’il en laisse trop.

Il est amusant de constater que l’idée selon laquelle Facebook fait du tort au monde en ne censurant pas assez d’informations est très répandue dans le grand public en ce moment. Cela n’a aucun sens, la quantité de censure à laquelle l’entreprise s’est livrée ces dernières années est vraiment sans précédent.

L’idée qu’ils permettent à la désinformation de se répandre est difficile à comprendre alors qu’ils sont déjà activement engagés dans la censure et que de multiples exemples de désinformation sont constamment diffusés par les principaux médias et journaux chaque semaine.

L’affirmation selon laquelle facebook favorise les problèmes d’image corporelle chez les jeunes filles en glorifiant des images spécifiques de personnes jeunes et «parfaites», également avancée par le dénonciateur, soulève la question suivante : qu’a fait et continue de faire Hollywood ? Et l’industrie cosmétique ? Pourquoi ne pas en faire tout un plat ?

Il est difficile de croire qu’une autre «crise» pour Facebook est en train d’émerger, qui justifie encore plus de censure et la capacité de contrôler l’information.

Extrait d’un commentaire de Glenn Greenwald :

Il ne fait aucun doute, du moins pour moi, que Facebook et Google sont deux graves menaces. Grâce à la consolidation, aux fusions et aux achats de tout concurrent potentiel, leur pouvoir dépasse de loin ce qui est compatible avec une démocratie saine. Un consensus bipartisan s’est dégagé au sein de la commission antitrust de la Chambre des représentants, selon lequel ces deux géants de l’entreprise – ainsi qu’Amazon et Apple – sont tous des monopoles classiques en violation des lois antitrust en vigueur depuis longtemps mais rarement appliquées. Le contrôle qu’ils exercent sur de multiples plates-formes gigantesques qu’ils ont achetées leur permet de punir et même de détruire des concurrents, comme nous l’avons vu lorsqu’Apple, Google et Amazon se sont unis pour supprimer Parler d’Internet quarante-huit heures après que des démocrates de premier plan aient exigé cette action, alors que Parler était devenu l’application la plus téléchargée du pays, ou lorsque Google a supprimé les vidéos Rumble dans sa fonction de recherche dominante pour les punir d’avoir concurrencé la plate-forme YouTube de Google.

Facebook et Twitter ont tous deux supprimé les reportages sur les documents authentiques concernant les activités commerciales de Joe Biden rapportés par le New York Post quelques semaines avant l’élection de 2020. Ces géants des médias sociaux se sont également unis pour retirer effectivement d’Internet le président élu des États-Unis en exercice, ce qui a suscité de graves mises en garde de la part des dirigeants du monde démocratique quant au caractère antidémocratique de leur pouvoir de censure consolidé.

Mais ni l’engouement pour cette nouvelle héroïne de Facebook, ni les autres attaques médiatiques contre Facebook n’ont le moindre rapport avec une préoccupation pour ces dangers réels. Le Congrès n’a pris aucune mesure pour limiter l’influence de ces géants de la Silicon Valley parce que Facebook et Google arrosent les ailes de l’establishment des deux partis avec d’énormes quantités d’argent et paient des lobbyistes bien connectés qui sont des amis et d’anciens collègues de législateurs clés pour utiliser leur influence à Washington afin de bloquer les réformes. À l’exception de quelques irréductibles, l’aile dirigeante d’aucun des deux partis n’a vraiment d’objection à ce pouvoir monopolistique tant qu’il est exercé pour promouvoir ses propres intérêts.

Ce type de perspective ne devrait pas surprendre, les grandes entreprises technologiques ont toujours eu des liens étroits avec le gouvernement. Facebook en est un excellent exemple. Par exemple, Regina Dugan, l’ancienne directrice de l’Agence américaine pour les projets de recherche avancée en matière de défense (DARPA), a occupé un poste de direction chez Facebook pendant un certain temps.

Nombre de ces entreprises embauchent des personnes de la CIA, du Pentagone, de la NSA, qui ont des autorisations top secret. Le gouvernement est un client de tous les grands fournisseurs de services en nuage. Il est également l’un des principaux régulateurs de ces entreprises, ce qui les incite à faire ce qu’elles veulent.

Extrait d’une interview de Edward Snowden :

En secret, ces entreprises avaient toutes accepté de travailler avec le gouvernement américain bien au-delà de ce que la loi exigeait d’elles, et ce que nous voyons avec cette nouvelle poussée de censure est vraiment une nouvelle direction dans la même dynamique. Ces entreprises ne sont pas obligées par la loi de faire presque tout ce qu’elles font actuellement, mais elles vont au-delà, pour, dans de nombreux cas, accroître la profondeur de leur relation (avec le gouvernement) et la volonté du gouvernement d’éviter d’essayer de les réglementer dans le contexte de leurs activités souhaitées, qui est en fin de compte de dominer la conversation et l’espace d’information de la société mondiale de différentes manières… Ils essaient de vous faire changer votre comportement…

Je pense que la réalité ici est… qu’il ne s’agit pas vraiment de la liberté d’expression, et il ne s’agit pas vraiment de protéger les gens contre le mal… Je pense que ce que vous voyez, c’est qu’Internet est devenu le moyen de communication de masse de facto. Cela représente l’influence, qui représente le pouvoir, et ce que nous voyons, c’est que nous voyons un grand nombre de tribus différentes se chamailler pour essayer de prendre le contrôle de cet instrument de pouvoir… Ce que nous voyons, c’est une tendance croissante à faire taire les journalistes qui disent des choses qui sont minoritaires.

Lire aussi:

La « lanceuse d’alertes » de Facebook s’avère être un agent démocrate qui veut détruire les médias indépendants

Les législateurs européens, qui ont salivé devant le témoignage de la « lanceuse d’alertes » de Facebook, envisagent la censure

Traduction ExoPortail 


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé