www.zejournal.mobi
Dimanche, 05 Déc. 2021

Traitement pour calmer la tempête de cytokines : une découverte russe qui sauvera beaucoup de vies

Auteur : RT (Russie) | Editeur : Walt | Jeudi, 14 Oct. 2021 - 14h56

Un groupe de scientifiques russes a créé un médicament qui pourrait potentiellement révolutionner le traitement du Covid-19 en désamorçant la réaction la plus catastrophique que la maladie provoque chez les patients, sans détruire leur réponse immunitaire.

Le médicament, appelé Leitragin, a été développé par le Centre de recherche en technologie biomédicale de l’Agence fédérale russe de médecine et de biologie (FMBA) et fait actuellement l’objet d’essais cliniques en Russie. Bien que sa substance de base était auparavant connue et utilisée dans la médecine du traitement des ulcères par les médecins soviétiques et russes, c’est l’équipe FMBA qui a découvert comment l’appliquer pour le traitement des cas graves de Covid-19 et d’autres maladies qui causent une inflammation pulmonaire potentiellement mortelle.

Les scientifiques russes s’étaient chargés de trouver une substance qui agirait comme un «interrupteur d’arrêt» pour la réaction en chaîne qui, après avoir été déclenchée par le virus envahissant SARS-CoV-2, provoque en fait une défaillance potentielle des organes et la mort. Cette réaction du système immunitaire, surnommée la « tempête de cytokines », a été diversement décrite comme une réaction excessive de notre corps au virus ou une « attaque suicide » contre l’agent pathogène envahissant, et même comme un mécanisme évolutif pour arrêter la propagation d’infections mortelles avec la mort de l’hôte.

Essayer d’arrêter cette réponse immunitaire incontrôlée tout en préservant la capacité du corps à combattre le virus sans causer plus de dommages est ce pour quoi les scientifiques et les médecins des unités de soins intensifs du monde entier ont lutté pendant la pandémie de Covid-19. À cet égard, le Leitragin est présenté comme un changeur de jeu, car son nouveau mécanisme agit de manière ciblée et serait totalement sans danger pour la santé.

RT a interviewé le chef de l’équipe de scientifiques russes derrière le Leitragin, et a parlé à un chercheur indépendant étudiant les tempêtes de cytokines, pour en savoir plus sur le potentiel du nouveau médicament.

À la recherche du déclencheur mortel

Une tempête de cytokines, également connue sous le nom d’hypercytokinémie, est déclenchée par de minuscules protéines messagères appelées cytokines, qui sont normalement les agents de confiance de notre corps pour traiter les infections, les inflammations et les traumatismes. Cependant, lorsqu’il s’agit de certains agents pathogènes dangereux tels que le H1N1, le H5N1, le virus Ebola et le SRAS-CoV-2, le système immunitaire peut décider qu’il est submergé par le virus et « devenir fou ». Cela peut entraîner une inflammation massive et, potentiellement, un choc septique et la mort, a déclaré à RT Maxim Skulachev, un associé de recherche de premier plan à l’Institut de recherche en biologie physicochimique de l’Université d’État de Moscou (MSU).

Jusqu’à présent, on pensait qu’une tempête de cytokines était causée par une libération incontrôlable de dizaines de types de cytokines différents, ce qui la rend difficile à contenir. Cependant, les scientifiques du FMBA Biomedical Technology Research Center disent qu’ils ont peut-être tout simplement trouvé le fond du problème et identifié un seul coupable clé.

Le groupe, dirigé par le chef du centre, Vladislav Karkischenko, a publié les résultats des essais précliniques de leur médicament sur des souris dans le Journal of Immunology Research fin septembre.

Au début, les scientifiques russes ont passé des mois à déterminer leur modèle d’infection Covid-19 – selon Skulachev, la réponse des rongeurs à la maladie ne correspond pas tout à fait à celle des humains, même chez les souris dites «humanisées». Ensuite, ils sont passés par un processus de dépistage de drogues et ont identifié une substance désamorçant ce qu’ils croient être une cytokine particulière déclenchant la tempête.

La cytokine en question est appelée protéine du groupe de boîte 1 à haute mobilité, ou HMGB1, a déclaré Karkischenko à RT. Libéré en masse par les cellules immunitaires lors de cas graves de Covid-19, il déclenche la libération de nombreuses autres cytokines, le transformant en un « processus incontrôlable ».

Des recherches antérieures n’ont pas considéré le HMGB1 comme la « cytokine principale », mais il est si omniprésent que son nombre pourrait être mille fois plus élevé pendant l’infection, a déclaré Karkischenko, ce qui indique qu’il est responsable de la « cascade finale de réactions ».

Nous pensons que cette cytokine de phase tardive [HMGB1] est le principal agent d’inflammation pendant [l’infection par] le SRAS-CoV-2

Les scientifiques de la FMBA ne sont pas seuls dans leurs hypothèses. La protéine HMGB1 a déjà attiré l’attention des chercheurs du monde entier et a été désignée comme cible thérapeutique potentielle dans le traitement du Covid-19.

Saluant « l’énorme quantité de travail » effectué à la FMBA, Skulachev de MSU dit qu’une équipe de son institut a obtenu des résultats similaires au cours de leurs propres recherches sur les tempêtes de cytokines. De plus, il pense que les deux équipes ont peut-être découvert indépendamment un « mécanisme de suicide évolutif » universel qui tue un organisme pour empêcher la propagation d’infections graves.

« Nous ne pouvons pas vivre sans système immunitaire. Si une personne a souffert d’une infection virale grave, il faut être méticuleux dans le choix du moment d’administration du médicament. Faites-le quelques heures trop tôt et un virus tuerait une personne par auto-réplication », a-t-il déclaré.

Dans leur recherche d’une solution, les chercheurs de la FMBA ont essayé un hexapeptide opioïde appelé [D-Ala2]-dynorphine 1-6, et les résultats se sont avérés étonnamment prometteurs. Les taux de mortalité chez les souris présentant des conditions induites chimiquement similaires aux tempêtes de cytokines chez l’homme ont diminué de quatre fois, a déclaré Karkishenko. Notant que les scientifiques occidentaux semblent se concentrer sur les opioïdes en tant que composants des analgésiques, il ajoute que ces substances sont beaucoup plus polyvalentes et peuvent également être inoffensives.

« Dans notre article, nous avons pu prouver que les récepteurs opioïdes déclenchent des processus avec un effet anti-inflammatoire massif tout en ne causant aucun dommage à une personne », a déclaré Karkischenko.

En juin, Leitragin a été enregistré par les autorités sanitaires russes dans le cadre d’une procédure d’urgence. À cette époque, la FMBA a déclaré qu’elle avait déjà été testée sur quelque 300 volontaires et avait montré des résultats très positifs puisqu’aucun des patients, qui avaient reçu de le Leitragin, n’avait été admis dans des unités de soins intensifs ou n’était décédé. Ils avaient également tendance à récupérer plusieurs jours plus tôt que ceux qui avaient reçu un traitement « standard », a déclaré Karkischenko. Le Leitragin était initialement destiné à des tests sur des patients Covid avec une gravité modérée de la maladie, mais certains médecins se sont chargés de traiter les patients critiques, a-t-il ajouté.

« Ce médicament est conçu pour résoudre un problème insoluble. Ces patients n’ont pratiquement pas d’autres alternatives », a expliqué Skulachev, faisant référence à des cas graves de Covid.

« Développement majeur »

Malgré ce que Karkischenko dit être des résultats prometteurs, les scientifiques derrière le Leitragin doivent encore prouver son efficacité dans des études cliniques. Le centre travaille actuellement sur une publication à grande échelle qui impliquerait les résultats des essais cliniques et plus d’informations sur le médicament lui-même. Les hôpitaux russes, quant à eux, sont autorisés à traiter les patients avec le Leitragin dans le cadre d’une autorisation d’utilisation limitée.

« Il s’agit d’un mécanisme évolutif que nous avons hérité de nos ancêtres », a déclaré Skulachev, ajoutant que le trait évolutif n’a pas rattrapé le fait que l’humanité a développé des vaccins et des médicaments pour faire face à de telles maladies.

« Résoudre un problème insoluble »

Actuellement, les médecins n’ont pas beaucoup d’options dans leur lutte contre la tempête de cytokines. Ils doivent soit utiliser des anticorps monoclonaux – des médicaments très coûteux capables de supprimer un seul type de cytokine – soit « tuer » complètement le système immunitaire avec des anti-inflammatoires stéroïdiens. Les deux méthodes présentent de sérieux inconvénients.

Les recherches du centre FBMA ont montré que la suppression des cytokines souvent ciblées pourrait ne pas toujours produire l’effet requis car la « tempête » pourrait continuer à faire rage après un bref répit, a déclaré Karkishenko. Skulachev, quant à lui, note que l’utilisation de stéroïdes hormonaux pourrait être encore plus dangereuse.

S’il s’avère efficace et sûr, cependant, le médicament peut s’avérer avoir des utilisations bien au-delà du traitement Covid-19, car il est conçu pour faire face à la réaction du système immunitaire et non à un virus spécifique.

« Le Leitragin vise à supprimer les processus inflammatoires », a déclaré Karkischenko, ajoutant que « c’est un médicament basé sur une approche absolument innovante » et peut être utilisé pour traiter « diverses conditions ». Le centre FMBA travaille déjà sur différentes formulations de médicaments pour le Leitragin.

« Environ 80% de toutes les conditions critiques [chez les patients] dans les unités de soins intensifs sont liées à la tempête de cytokines et potentiellement à cette protéine spécifique qui la provoque », a expliqué Skulachev, notant que « la gamme potentielle d’utilisations de ce médicament pourrait être extrêmement large ».

Cela pourrait être une évolution majeure.

Traduction par La Cause du Peuple


- Source : RT (Russie)

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé