www.zejournal.mobi
Dimanche, 05 Déc. 2021

Rapport sur les effets indésirables de la myocardite dans le système américain de notification des effets indésirables des vaccins (VAERS) en association avec les produits biologiques injectables COVID-19

Auteur : Jessica Rose, Peter A.McCullough | Editeur : Walt | Lundi, 04 Oct. 2021 - 14h28

À la suite du déploiement et de l’administration à l’échelle mondiale des vaccins Pfizer Inc./BioNTech BNT162b2 et Moderna mRNA-1273 le 17 décembre 2020 aux États-Unis, et du produit Ad26.COV2.S de Janssen le 1er avril 2021, de manière sans précédent, des centaines de milliers de personnes ont signalé des événements indésirables (EI) à l’aide du Vaccine Adverse Events Reports System (VAERS).

Nous avons utilisé les données du VAERS pour examiner les EI cardiaques, principalement la myocardite, signalés après l’injection de la première ou de la deuxième dose des produits injectables COVID-19. Les taux de myocardite signalés dans le VAERS étaient significativement plus élevés chez les jeunes âgés de 13 à 23 ans (p<0,0001), ∼80 % d’entre eux étant survenus chez les hommes.

Dans les 8 semaines qui ont suivi l’offre publique des produits COVID-19 aux jeunes de 12 à 15 ans, nous avons constaté un nombre de cas de myocardite 19 fois supérieur au nombre attendu chez les volontaires de la vaccination par rapport aux taux de myocardite de base pour ce groupe d’âge. En outre, on a observé une multiplication par 5 du taux de myocardite après la dose 2 par rapport à la dose 1 chez les hommes de 15 ans. Au total, 67 % de tous les cas sont survenus avec BNT162b2.

Sur l’ensemble des rapports d’EI de myocardite, 6 personnes sont décédées (1,1%) et parmi elles, 2 avaient moins de 20 ans – 1 avait 13 ans. Ces résultats suggèrent un risque nettement plus élevé de myocardite suite à l’utilisation de produits injectables COVID-19 que pour d’autres vaccins connus, et ceci est bien supérieur aux taux de base connus pour la myocardite.

Les produits injectables COVID-19 sont nouveaux et possèdent un mécanisme d’action génétique et pathogène provoquant l’expression incontrôlée de la protéine de pointe du SRAS-CoV-2 dans les cellules humaines. Lorsque l’on combine ce fait avec la relation temporelle de l’apparition et de la déclaration des EI, la plausibilité biologique de la cause et de l’effet, et le fait que ces données sont cohérentes en interne et en externe avec les sources émergentes de données cliniques, cela permet de conclure que les produits biologiques COVID-19 sont déterminants pour les cas de myocardite observés après injection.

Lire aussi : Selon une étude, les adolescents sont six fois plus susceptibles de souffrir de problèmes cardiaques à la suite d’un vaccin que d’être hospitalisés à cause du COVID

Traduit par Anguille sous roche


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé