www.zejournal.mobi
Jeudi, 09 Déc. 2021

La science n’est pas convaincante en ce qui concerne le port obligatoire du masque à l’école, alors que ses effets néfastes sont ignorés

Auteur : Nathan Worcester | Editeur : Walt | Mercredi, 22 Sept. 2021 - 15h20

Faut-il obliger les enfants à porter des masques à l’école ?

Un examen des coûts et des avantages, y compris certaines des données scientifiques les plus récentes, n’apporte pas beaucoup d’arguments en faveur du port obligatoire de masques à l’école.

Tout d’abord, quelques notions de base… Le risque de décès dû au COVID-19 chez les écoliers est très, très faible.

Faible à quel point ?

Une étude de Nature estimant le taux de létalité de l’infection par le COVID-19 (IFR), ou la proportion des personnes infectées qui meurent, a trouvé des IFR de seulement 0,001 % chez les enfants âgés de 5 à 9 ans, et des IFR bien inférieurs à 0,01 % chez tous ceux âgés de 19 ans et moins.

Cela représente moins d’un cas sur 10 000 chez les adolescents et moins d’un cas sur 100 000 chez les enfants de 5 à 9 ans.

L’American Academy of Pediatrics (AAP), qui a préconisé le port du masque pour les enfants âgés de 2 ans et plus, a constaté que seuls 460 enfants étaient morts du COVID-19 entre la fin mai 2020 et le 9 septembre 2021 dans 45 États, à New York, à Guam et à Porto Rico – soit 0,08 % du nombre total de décès recensés.

En examinant à nouveau plusieurs États, l’AAP a constaté que les cas de COVID-19 chez les enfants ont fait un bond ces dernières semaines, passant de 4 797 683 à 5 292 837 entre le 26 août et le 9 septembre, soit une augmentation de 10 % – une tendance qui pourrait être liée au début des cours en présentiel.

Pourtant, les propres données de l’AAP montrent que les enfants ne représentent que 0,9 % des hospitalisations liées au COVID-19, un taux équivalent à celui des semaines précédentes, et en baisse par rapport aux taux d’hospitalisation signalés de 3,8 % à la mi-2020.

En gardant tout cela à l’esprit, quels sont les avantages du port du masque par les enfants ?

Selon l’AAP, ces avantages comprennent la « protection des élèves non vaccinés contre le COVID-19 », ainsi que la « réduction de la transmission ».

Pourtant, comme décrit ci-dessus, les risques du COVID-19 pour les écoliers ont été, et restent, extrêmement faibles.

De plus, les vaccins ont été rendus largement disponibles ou sont même obligatoires pour les enseignants, qui appartiennent à des groupes d’âge plus vulnérables au COVID-19 que les enfants ; et malgré les efforts pour restreindre l’accès à l’ivermectine, les individus peuvent toujours se procurer ce médicament, identifié comme un  » médicament essentiel  » par l’Organisation mondiale de la santé, ainsi que d’autres thérapeutiques potentielles.

Comme l’AAP, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) recommandent désormais le port universel de masques dans les écoles, ce qui constitue un changement par rapport à leur position antérieure selon laquelle les élèves et les enseignants vaccinés ne doivent pas porter de masques. (Ni l’AAP ni les CDC ne mentionnent l’immunité naturelle dans leurs conseils sur le port du masque dans les écoles).

Ils invoquent également la transmission pour justifier le port universel du masque à l’intérieur des bâtiments, en citant le variant Delta, hautement transmissible.

Les inquiétudes concernant la transmission se résument à deux questions :

  • Premièrement, dans quelle mesure la transmission généralisée du COVID-19 est-elle due aux enfants scolarisés ?
  • Deuxièmement, dans quelle mesure les masques et les obligations de port de masque limitent-ils la transmission ?

Si certains scientifiques ont fourni des preuves que les enfants pourraient jouer un rôle important dans la propagation communautaire, les chercheurs s’accordent généralement à dire que les enfants, et surtout les jeunes enfants, n’en sont pas les principaux moteurs.

Une étude d’observation publiée dans le Journal of the American Medical Association suggère que les enfants jusqu’à l’âge de 9 ans qui vont à l’école ne contribuent pas de manière importante à la propagation du COVID-19, bien que les conclusions de l’étude sur les adolescents soient plus équivoques.

En 2020, une méta-analyse, ou analyse de plusieurs études, sur la sensibilité au COVID-19 chez les jeunes enfants et les adolescents a conclu que la sensibilité était plus faible dans ces groupes que chez les adultes et a offert des « preuves faibles » qu’ils jouent un rôle moins important dans la transmission au niveau de la population.

Plus récemment, une méta-analyse réalisée en 2021 sur les clusters de transmission du COVID-19 a conclu que les enfants infectés à l’école « sont peu susceptibles de transmettre le SRAS-CoV-2 aux membres de leur famille qui cohabitent ».

Si le variant Delta semble être plus contagieux, entraînant une augmentation des cas et des décès liés au virus du PCC (Parti communiste chinois), beaucoup ont affirmé qu’il était moins mortel que la souche originale Alpha.

Cela correspondrait à l’hypothèse d’un compromis entre transmission et virulence, selon laquelle les agents pathogènes évoluent dans le sens d’une plus grande propagation tout en devenant moins dommageables pour leurs hôtes.

L’efficacité des masques, et des mandats de port de masque, dans les écoles est également un sujet de controverse, les mandats de port de masque pour les étudiants ne bénéficiant apparemment pas d’un soutien clair.

Dans son décret du 30 juillet contre le port obligatoire de masques dans les écoles de Floride, le gouverneur Ron DeSantis a fait valoir que « forcer les étudiants à porter des masques n’a pas de justification scientifique bien fondée », citant une préimpression de 2021 qui n’a trouvé aucune corrélation entre le port obligatoire de masques et les taux de cas de COVID-19 parmi les étudiants et les professeurs d’écoles de Floride, de New York et du Massachusetts.

Cependant, les auteurs de cette étude ont souligné que leur recherche était limitée à trois États seulement, ce qui signifie que leurs conclusions peuvent ne pas s’appliquer ailleurs. Ils ont également souligné que la variation de port de masque qu’ils ont identifiée dans les écoles de Floride pourrait rendre leurs conclusions « encore moins généralisables à tous les étudiants américains. »

Un rapport de 2020 des CDC lui-même sur les écoles primaires de Géorgie a noté que « l’incidence du COVID-19 était 37% plus faible dans les écoles qui exigeaient que les enseignants et les membres du personnel utilisent des masques. »

De façon cruciale, cependant, les CDC ont constaté que l’obligation de porter un masque pour les élèves n’avait pas d’impact statistiquement significatif sur les incidences du COVID-19.

Là encore, les auteurs de l’étude ont relevé certaines limites à leurs travaux ; notamment, leurs conclusions étaient fondées sur des déclarations volontaires et les enquêteurs n’ont pas examiné directement si les personnes utilisaient des masques.

Qu’en est-il des masques en général ?

Un premier essai contrôlé randomisé mené au Danemark auprès de 4 862 participants adultes n’a pas révélé que les masques chirurgicaux réduisaient l’infection par le COVID-19, bien que les auteurs aient noté que certains résultats n’étaient « pas concluants ».

Le 1er septembre, cependant, des chercheurs ont publié un document de travail détaillant un essai randomisé par grappes de promotion du port du masque dans des communautés rurales du Bangladesh, qui a impliqué 600 villages et plus de 300 000 personnes, et qui semble soutenir le port du masque.

Après avoir interrogé « tous les participants joignables » et testé le sang des personnes symptomatiques, les chercheurs ont établi un lien entre la promotion du port du masque et une légère réduction des infections symptomatiques au COVID-19.

Pourtant, à l’instar de l’étude danoise, l’étude du Bangladesh visait explicitement à examiner le port du masque chez les personnes « qui semblent avoir 18 ans ou plus » – et non chez les jeunes enfants ou adolescents auxquels s’applique le port du masque dans les écoles.

Quels sont donc les coûts potentiels de l’obligation de porter un masque à l’école ?

La propreté en est un évident.

« On nous a presque tous appris, enfants, que les mouchoirs jetables sont bons parce que les mouchoirs sont peu hygiéniques et dégoûtants », écrit Michael Brendan Dougherty dans un article pour National Review Online. « Mais pour les jeunes enfants, les tout-petits en particulier, les masques en jersey de coton qu’ils portent le plus souvent à l’école ne sont que cela, un mouchoir tiré sur la bouche et le nez en permanence. Ils sont souvent répugnants à la fin d’une journée d’utilisation ».

Sans surprise, les masques des enfants peuvent être un terrain propice aux bactéries et autres micro-organismes, dont certains sont potentiellement dangereux.

Une analyse récente de l’Université de Floride a révélé que la plupart des masques portés par les enfants sous une chaleur de 90 degrés Fahrenheit étaient contaminés par des parasites, des champignons et des bactéries, y compris un virus connu pour provoquer une maladie systémique mortelle chez les cerfs et le bétail.

Les masques, en particulier les masques jetables, sont également nocifs pour l’environnement. Des milliards de masques à usage unique étant jetés chaque jour, les chercheurs pensent que les masques et les respirateurs mis au rebut contribuent à la pollution plastique, un problème auquel les masques obligatoires dans les écoles ne peuvent que contribuer.

Le port du masque et d’autres interventions peuvent également avoir des répercussions sur la fréquence d’autres maladies respiratoires.

Le récent pic hors saison des hospitalisations pédiatriques dues au virus respiratoire syncytial (VRS) a été lié à l’intervention COVID-19, les nourrissons et les jeunes enfants qui auraient été exposés au VRS à un âge plus précoce tombant maintenant malades.

Le port du masque peut également avoir des effets psychologiques et développementaux importants sur les enfants.

Un article de 2004 sur le port du masque dans un hôpital pédiatrique, rédigé bien avant que la pandémie de COVID-19 ne fasse basculer le débat scientifique sur le port du masque, s’est étendu sur certains des risques psychologiques pour les enfants.

« Imaginez l’impact d’un hôpital rempli de personnes « sans visage » sur un jeune enfant. Qui sourit ? Qui est renfrogné ? Comment est-ce que je reconnais mon médecin ? Comment mon infirmière me reconnaît-elle ? Pourquoi tout le monde a-t-il si peur de moi et de mes microbes ?… »

« Lorsque l’on porte des masques, des lunettes de protection et/ou des écrans faciaux, la communication non verbale est altérée. Les indices subtils du visage sont absents ou peuvent être mal interprétés et la lecture sur les lèvres est impossible ».

Plus récemment, lors d’une table ronde avec le gouverneur DeSantis et d’autres scientifiques, le professeur de Stanford, le Dr Jay Battacharya, a soutenu que le fait de masquer les enfants est à la fois médicalement inutile et « inapproprié sur le plan du développement ».

« Je veux dire, comment apprendre à un enfant à lire avec un masque facial sur Zoom ? Je pense que les enfants se développent en regardant d’autres personnes », a déclaré M. Battacharya.

La controverse sur l’impact du port du masque sur le développement des enfants a même touché l’AAP.

En août, des internautes ont découvert une page Web de l’AAP soulignant l’importance pour le développement du temps passé en tête-à-tête entre parents et bébés, qui avait apparemment été retirée du site Web de l’organisation, ainsi que d’autres pages Web de l’AAP décrivant comment les bébés et les jeunes enfants apprennent en regardant les visages.

L’AAP a répondu en expliquant que les pages Web avaient disparu à la suite de la migration du site, et a déclaré à Just the News que « certains domaines de contenu, y compris le développement précoce du cerveau et de l’enfant, sont encore en cours d’organisation avant d’être mis en ligne sur la nouvelle plate-forme ».

Enfin, on pourrait soutenir que la pratique consistant à rendre les masques obligatoires compromet l’autonomie individuelle et parentale.

Des groupes de défense tels que Utah Parents United se sont prononcés contre l’obligation de porter un masque à l’école, affirmant qu’elle porte atteinte aux droits des parents et qu’elle n’est pas nécessaire pour un groupe à si faible risque, compte tenu notamment de la disponibilité des vaccins pour les enseignants et le personnel adultes.

Avec tout ce que nous savons jusqu’à présent, comment pouvons-nous répondre à ces parents ?

Si les avantages des masques obligatoires ne l’emportent pas sur les coûts, il est difficile de trouver à redire à l’opposition, ou du moins au scepticisme – en particulier pour les jeunes écoliers, qui présentent le risque le plus faible de maladie grave et de décès, et qui pourraient être les plus vulnérables aux coûts incertains et peu étudiés du port du masque universel et d’autres mesures strictes.

Traduction par Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé