www.zejournal.mobi
Dimanche, 05 Déc. 2021

Guinée Conakry – Un putschiste bien de chez nous

Auteur : VIVE LA RÉVOLUTION | Editeur : Walt | Samedi, 11 Sept. 2021 - 11h36

Aujourd’hui, quelques jours après le coup d’état qui a eu lieu en Guinée Conakry le 5 septembre 2021, il est possible de se faire une idée un peu plus exacte de ce qui s’est passé et, surtout des raisons du putsch. D’une manière générale, quand il s’agit d’un putsch téléguidé (la presque totalité des putschs sont téléguidés), il existe quelques règles simples à respecter pour ne pas se laisser enfumer.

 

  • Ne rien croire de ce que disent les médias de masse. C’est à leur manière de soutenir (ou simplement de ne pas condamner) un coup d’État que l’on reconnait que celui-ci est commandité par l’Empire.
  • Jeter à la poubelle le bla-bla tenu par les putschistes pour justifier leur action. Généralement ils se présentent comme les champions de lutte contre la corruption, la gabegie et autres fléaux habituellement attribués aux dictateurs (selon la définition occidentaliste)
  • Ne jamais s’arrêter aux apparences. Les raisons d’un coup d’état sont toujours très éloignée de celles qui sont avancées par les médias de masse.
  • Les raisons d’un coup d’état n’ont généralement rien à voir avec les problèmes intérieurs, quels qu’ils puissent être. Aucune morale n’a jamais guidé un putschiste téléguidé, qui ne fait qu’exécuter un plan mis au point par des donneurs d’ordres situés à des milliers de kilomètres de chez lui.

Si nous gardons ces quelques règles en tête, il est difficile d’avaler les bobards selon lesquels quelques militaires, dont les carrières ont largement profité du système de corruption et de manipulations constitutionnelles qu’ils disent vouloir renverser, se seraient tout d’un coup transformés en redresseurs de torts comme les aiment l’industrie du cinéma hollywoodien ~ RI

*

Il y a des coups d’état qui foirent comme celui en juillet dernier à Madagascar orchestré par l’attaché militaire de l’Ambassade de France où deux officiers français, le colonel Philippe François et l’ex-capitaine de gendarmerie Paul Rafanoharana goûtent aux charmes des cellules tropicales avec plein de lézards au plafond – inutile de vous dire que les articles dans la presse française racontant leurs exploits ne sont pas légion – et ceux qui réussissent.

Le coup d’État du 5 septembre 2021 en Guinée Conakry perpétré par le colonel Mamady Doumbouya, ancien caporal de Légion, en fait partie.

Le Canard enchaîné qui n’avait rien écrit au sujet du premier s’est fendu pour le second coup d’État victorieux cocorico ! d’une notice biographique du vieux dictateur sortant et du nouvel arrivant.

Alpha Condé était un mâle dominant, ancien condisciple de Bernard Kouchner au lycée parisien Turgot, président des étudiants d’Afrique noire en France. Condamné à mort par le peu regretté Ahmed Sékou Touré, le prétendant à la présidence à vie de Guinée fut embastillé quelque temps sous le règne de Lansana Conté. Histoire sans doute de fourbir une légende qui traverserait les siècles…

Mais selon Le Canard enchaîné celui qu’on appelle le Professeur incarnait aujourd’hui « la malédiction des ex-opposants historiques cramponnés au pouvoir après l’avoir trop longtemps convoité ».

Sa conversion à une démocratie à la française aurait été une pure illusion ; bien que pluralistes, les élections en Guinée auraient été truquées, les scrutins découpés comme il faut et la constitution retaillée à l’image de ses ambitions d’immortalité…

L’explication du coup d’État donné par le journaliste du Canard enchaîné est des plus convenue à peine digne d’un scénario avec Jean Dujardin.

« César » Condé qui a nourri « Brutus » Doumbouya et en a fait le chef des forces spéciales a été « neutralisé » au sommet de son despotisme par ce dernier, un militaire miraculeux venu sauver le pays.

Le CV de Mamady Doumbouya dressé par Wikipédia et Le Canard enchaîné est en effet dithyrambique.

Le colosse surmonté d’un béret rouge, chaussé de lunettes noires, a fait toutes les guerres comme légionnaire instructeur puis a passé un master 2 Défense et Dynamique industrielle à Panthéon Assas avant d’être breveté par l’École de guerre en 2018.

C’est dingue combien on devient intelligent en massacrant son prochain en OPEX et en visitant des collègues en Israël, au Sénégal et au Gabon !

La notice biographique ne nous dit cependant pas où le brillant officier sorti du rang a rencontré sa compagne, une officier de gendarmerie à qui la force noire a fait 3 beaux métis…

Comment sa femme officier de police judiciaire en France a-t-elle pu laisser son mari massacrer tous les soldats, sous-officiers, officiers de la garde rapprochée de Alpha Condé le 5 septembre 2021 en Guinée ?

• reseauinternational.net/guinee-doumbouya-a-abattu-tous-les-gardes-dalpha-conde

Il ne faut pas compter sur le Quai d’Orsay, le Ministère des Armées ou celui de la Justice pour nous l’expliquer.

Heureusement nous avons Valérie Bugault diplômée en droit des affaires internationales et géopoliticienne qui nous raconte une toute autre histoire.

Celle d’un ancien président de la république française acoquiné avec un diamantaire mafieux convoitant des mines de fer que ne voulait pas céder le président Alpha Condé…

Le colonel Mamady Doumbouya était-il en mission ?

• qactus.fr/2021/09/06/explication-du-coup-detat-en-guinee-par-valerie-bugault


- Source : VIVE LA RÉVOLUTION

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé