www.zejournal.mobi
Lundi, 06 Déc. 2021

Suède : Malgré les variants, pas de confinement, pas de décès quotidiens dus au COVID

Auteur : Michael Fumento | Editeur : Walt | Vendredi, 06 Août 2021 - 10h21

Depuis que la pandémie de Covid a éclaté, la Suède a fait l’objet de plus de combats que n’importe quelle autre région d’Europe depuis l’Allemagne pendant la guerre de 30 ans. En refusant d’utiliser une main de fer pour contrôler un virus, les partisans du confinement ont affirmé que c’était soit un meurtre, soit un suicide ; choisissez votre métaphore préférée. Relativement peu de personnes, comme moi, ont affirmé dans trois articles distincts que le pays nordique épargnait à la fois l’économie et quelque chose appelé « liberté » par son approche légère.

Mon titre préféré (le rédacteur en chef l’a choisi) : « Les médias sont furieux qu’il n’y ait pas plus de Suédois qui décèdent ». 

Ainsi, l’année dernière, nous avons vu des titres comme celui de CNN « Les décès augmentent dans les pays qui n’ont pas fermé leurs frontières. Les responsables identifient la raison principale ». À peu près au même moment, une autre source affirmait que « La Suède poursuit sa stratégie alors que le nombre de victimes du virus continue d’augmenter »« La stratégie suédoise contre le coronavirus fait grimper le taux d’infection », hurle la BBC. Tout le monde joue à la surenchère. « La Suède a le taux de mortalité quotidienne par coronavirus le plus élevé au monde – et ça s’aggrave. » Ça vient de Yahoo Sports. « Sports » ?

Les modélisateurs ont essayé d’effrayer la Suède pour qu’elle se confine. L’un d’eux a prédit une médiane incroyable de 96 000 décès, avec un maximum de 183 000. À l’université de Lund, en Suède, un universitaire a utilisé les paramètres du désormais tristement célèbre modèle Neil Ferguson/Imperial College pour avertir que cela signifiait 85 000 morts pour la Suède. Une équipe de l’université d’Uppsala a également constaté que la nation payait un prix terrible avec 40 000 décès dus au Covid-19 d’ici le 1er mai 2020 et près de 100 000 d’ici juin.

Total des décès suédois dus au Covid à ce jour : 14,651.

Ce n’est pas que la Suède n’a rien fait – mais très peu.

« Dès le début de la pandémie de COVID-19, l’Agence de santé publique a adopté une approche d’immunité collective de facto, permettant à la transmission communautaire de se produire de manière relativement incontrôlée », a déclaré un éditorial cinglant dans la revue médicale de gauche The Lancet en décembre dernier.

« Aucune mesure obligatoire n’a été prise pour limiter les foules dans les transports publics, dans les centres commerciaux ou dans d’autres lieux très fréquentés », ajoutait-il.

« Les tests de dépistage du coronavirus, le traçage des contacts, l’identification des sources et la notification, comme le recommande l’OMS, ont été limités et restent insuffisants ».

Les lycées ont fermé temporairement, mais les écoles primaires jamais.

« À notre avis, grogne The Lancet, la stratégie nationale ne reconnaît toujours pas suffisamment l’importance de la transmission pré-symptomatique et asymptomatique, de la transmission par aérosol et de l’utilisation de masques faciaux ».

Il est temps de revisiter la Suède alors qu’une grande partie du monde commence à se confiner et à se masquer à nouveau, indépendamment des niveaux de vaccination, en accusant le variant Delta. Et ces Suédois impudents refusent de mourir du Covid.

Je ne veux pas dire que les vaccins n’ont pas contribué aux faibles chiffres actuels, mais… les cas ont atteint un pic durant la première semaine de janvier alors que les vaccinations n’ont commencé qu’à la fin du mois. Actuellement, la Suède se classe au 18e rang en Europe pour le nombre de vaccins par habitant, en plein milieu. De même, il y a ceux qui disent que la Suède a finalement cédé et imposé de sérieuses restrictions. Elle ne l’a pas fait. Elle a imposé davantage de restrictions au cours de la deuxième semaine de janvier, peut-être plus en réponse à l’opprobre international qu’autre chose. Mais oui, c’était après que les cas aient non seulement commencé à baisser, mais qu’ils aient en fait chuté de plus de la moitié.

Que se passe-t-il ? Selon une étude en ligne, non publiée à ce jour, réalisée par deux chercheurs de Svenske, il semblerait que le pays ait atteint ce Saint Graal de la Covid appelé « immunité collective ». Cela signifie un niveau où ceux qui sont déjà protégés protègent de manière significative ceux qui ne sont pas exposés. Ils précisent que cela n’est pas dû au Covid-19 en tant que tel, mais peut-être en grande partie à une « pré-immunité » due à d’autres infections. Quatre coronavirus sont connus pour provoquer des rhumes, mais les chercheurs ne le mentionnent même pas. C’est juste que l’exposition antérieure à quelque chose semble fournir une immunité naturelle. Et cela ne devrait pas être aussi unique à la Suède qu’Ingrid Bergman.

Attention, les chiffres actuels ne sont qu’un aperçu. Le pays a-t-il payé un lourd tribut à cette apparente immunité collective ?

Eh bien, il est certain que le taux de mortalité suédois est plus élevé que celui de ses voisins nordiques, la Norvège, le Danemark et la Finlande. Ce sont les comparaisons que vous entendrez. Mais il est bien inférieur aux taux des pays européens plus peuplés comme la Belgique, l’Italie, le Royaume-Uni, la Roumanie, l’Espagne, la France et le Portugal. Les États-Unis aussi.

L’épidémiologiste en chef de la Suède, Anders Tegnell, qui a vécu un enfer, estime avoir eu raison.

« Le confinement permet de gagner du temps », a-t-il déclaré l’année dernière. « Ça ne résout rien ». En substance, le pays a « concentré » ses décès et les a diminués par la suite.

Pendant ce temps, les détracteurs de la Suède ont également insisté sur le fait qu’en échange de sa « facture de boucher », le pays ne tirait que peu ou pas d’avantages économiques à ne pas fermer ses portes.

« La Suède ne ressentira probablement pas les avantages économiques de l’approche sans confinement »a averti le Financial Times dans un titre du 10 mai 2020. Il admettait que jusqu’à présent la Suède s’en sortait mieux, mais certains « analystes » avertissaient que cela ne durerait pas.

Faux. Bien que la Suède ait inévitablement ressenti le contrecoup des économies qui se sont confinées, « Covid-19 a eu un impact plutôt limité sur son économie par rapport à la plupart des autres pays européens », selon le cabinet de conseil Nordetrade.com. « Des restrictions préventives plus souples contre le Covid-19 plus tôt dans l’année et une forte reprise au troisième trimestre ont permis de contenir la contraction du PIB », a-t-il ajouté.

Ainsi, le pays que les médias adorent détester récolte le meilleur des mondes : peu de cas et de décès actuels, une croissance économique plus forte que celle des pays confinés, et son peuple n’a jamais connu le joug de la tyrannie.

Comme on pouvait s’y attendre, ce n’est pas seulement la position pro-liberté de la Suède sur Covid qui reste en travers de la gorge des grands médias. Bien qu’elle soit régulièrement qualifiée de « socialiste », la Suède se situe au 10e rang sur 190 économies pour la facilité de faire des affaires, selon le rapport Doing Business de la Banque mondiale pour 2020.

Ce qui, pour beaucoup de gens, est sans doute une autre bonne raison de les détester.

Traduction du  par Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé