www.zejournal.mobi
Dimanche, 05 Déc. 2021

La première athlète olympique transgenre sonne-t-elle le glas du sport féminin ?

Auteur : Strategic Culture Foundation (Russie) | Editeur : Walt | Vendredi, 25 Juin 2021 - 15h22

Laurel Hubbard entrera dans les livres d’histoire des Jeux olympiques de Tokyo en tant que première athlète transgenre à participer aux Jeux.

Mais les conséquences de cette décision pour les athlètes féminines et les femmes en général seront dévastatrices et durables.

Le jour est peut-être proche où les femmes de naissance ne seront plus représentées sur le podium des médailles olympiques, les hommes biologiques commençant à faire de sérieuses percées dans leurs sports.

Laurel Hubbard, 43 ans, est l’une des cinq haltérophiles choisies pour représenter la Nouvelle-Zélande aux Jeux olympiques de Tokyo dans la catégorie féminine des 87 kilogrammes. Pour l’anecdote, c’est aussi la progéniture de Dick Hubbard, l’ancien maire libéral d’Auckland. Les critiques et la controverse qui ont accueilli la nouvelle de la participation du premier athlète transgenre aux Jeux ne semblent pas déplacées. Tout d’abord, Hubbard, dont l’inclusion a obtenu l’approbation du Premier ministre néo-zélandais Jacinda Ardern, bénéficiera d’un avantage compétitif sur ses concurrents, dont il a été scientifiquement prouvé qu’il est doté d’attributs masculins innés.

Il semble ridicule de devoir rappeler à quiconque les différences anatomiques évidentes entre les hommes et les femmes, mais tel est l’état du monde actuel dans lequel nous vivons.

Selon une étude, publiée par le British Journal of Sports Medicine, « les femmes transgenres avaient encore une vitesse de course moyenne de 9 % plus rapide après la période d’un an de suppression de la testostérone qui est recommandée par l’athlétisme mondial pour l’inclusion dans les épreuves féminines ».

Le Dr Emma Hilton, biologiste du développement, a appuyé cette opinion.

« Les hommes peuvent courir plus vite, sauter plus loin, lancer plus loin et soulever plus lourd que les femmes », a confirmé Hilton dans une discussion de 2019.

« Ils surpassent les femmes de 10 % sur la piste de course à pied à 30 % lorsqu’ils lancent diverses balles. »

Hilton a poursuivi en produisant quelques futilités sportives pour appuyer son affirmation :

  • il y a 9 000 hommes entre Usain Bolt, détenteur du record du monde du 100 m, et Florence Griffith Joyner, la femme la plus rapide de tous les temps ;
  • l’actuelle championne olympique du 100 m, Elaine Thompson, est plus lente que le détenteur du record des écoliers de 14 ans ;
  • L’équipe masculine des moins de 15 ans a battu l’équipe nationale féminine américaine lors d’un match amical.

Et ainsi de suite.

Ces statistiques brutes n’ont pas pour but de diminuer, bien sûr, les formidables réalisations des athlètes féminines. Elles visent plutôt à démontrer la frontière très nette qui existe – ou devrait exister – entre les concurrents masculins et féminins. En fait, les différences physiques entre les sexes pourraient se résumer à une question de vie ou de mort. Le sang a déjà coulé.

Considérons, par exemple, le combat d’arts martiaux mixtes de 2014 entre Fallon Fox et Tamikka Brents. Fox, la première combattante transgenre de l’histoire du MMA, a soumis Brents à une violente correction qui s’est soldée par une fracture du crâne et une commotion cérébrale. Combien de temps avant qu’une athlète féminine ne subisse une blessure grave – voire la mort – aux mains d’une femme transgenre sur le terrain des rêves ?

Aussi inquiétante que soit cette possibilité, le véritable problème pour les athlètes féminines est que ces hommes biologiques sont simplement considérés comme des intrus qui s’introduisent sur leur territoire, ce qui les prive du droit de se produire. Il suffit de demander à Kuinini “Nini” Manumua, 21 ans, la femme qui n’a pas pu faire partie de l’équipe kiwi en raison de l’inclusion de Hubbard, qui a vécu 35 ans en tant qu’homme avant de se convertir. Quant à Manumua, il s’agissait de ses premiers Jeux olympiques.

La décision d’inclure Hubbard dans l’équipe néo-zélandaise a été vivement critiquée.

L’haltérophile belge Anna Vanbellinghen a déclaré qu’autoriser Hubbard à concourir à Tokyo était injuste pour les athlètes féminines, qualifiant cette décision de « mauvaise blague ».

Le Néo-Zélandais Daniel Leo, ancien joueur de rugby professionnel devenu PDG, a fait remarquer dans un tweet que la décision d’inclure Mme Hubbard « ternit la réputation [de la Nouvelle-Zélande] de façon considérable ».

Pendant ce temps, le groupe de défense britannique, Fair Play for Women, a dénoncé la politique du CIO comme étant « manifestement injuste ».

« Le CIO a déclaré dans ses directives de 2015 concernant les transgenres que l’objectif sportif primordial est, et reste, la garantie d’une compétition équitable », a remarqué Nicola Williams, directrice de FPFW.

« Mais ses règles actuelles sont manifestement injustes pour les femmes, et pour les femmes transgenres, qui veulent toutes deux jouer selon des règles équitables pour tous. »

Aux États-Unis, pendant ce temps, la résistance à cette folie s’est enracinée. Un certain nombre de législatures d’État s’opposent à l’idée de permettre aux femmes transgenres de pratiquer des sports aux côtés des femmes. L’Alabama, l’Arkansas, la Géorgie, l’Idaho, l’Indiana, l’Iowa et le Kentucky, par exemple, ne sont que quelques-uns des États qui ont adopté une législation interdisant strictement la participation des hommes biologiques aux sports féminins, à moins qu’ils n’aient subi une chirurgie de réévaluation complète et pris les hormones correspondantes.

La loi de la Louisiane, à titre d’exemple, stipule que l’étudiant-athlète est éligible pour concourir dans le genre réassigné lorsque, entre autres procédures, « les changements anatomiques chirurgicaux ont été complétés, y compris les changements des organes génitaux externes et la gonadectomie ». Ils exigent même que « la reconnaissance légale du changement de sexe ait été conférée par toutes les agences gouvernementales appropriées (permis de conduire, inscription des électeurs, etc.) ».

Pendant ce temps, dans les États ultra-libéraux, comme la Californie, le Connecticut et le Colorado, les écoles publiques n’ont pas le droit de discriminer sur la base de l’identité et de l’expression de genre. Maintenant que le décret de Biden sur l’identité de genre et l’orientation sexuelle est entré en vigueur, les écoles sont même légalement tenues de laisser les femmes transgenres utiliser les toilettes et les vestiaires qui correspondent à leur identité de genre, ce qui porte atteinte à la vie privée des étudiantes sur le terrain et dans les vestiaires.

Il est clair que, pour garantir l’équité et la sécurité sur le terrain de jeu (et dans les vestiaires), il faut que davantage d’athlètes professionnels s’expriment sur cette tendance alarmante. L’une de ces femmes courageuses est la star américaine du tennis d’origine tchèque, Martina Navratilova, qui fait partie d’un groupe d’athlètes féminines qui a lancé le Women’s Sports Policy Working Group, qui fonctionne selon l’idée que « si les sports n’étaient pas soumis à la ségrégation sexuelle, on verrait rarement des athlètes féminines en finale ou sur les podiums de victoire ».

Le 18 fois vainqueur du titre du Grand Chelem s’est opposé à une situation où « les hommes et les femmes trans, simplement sur la base de leur auto-identification, seraient en mesure de concourir sans aucune atténuation … ce ne serait clairement pas un terrain de jeu équitable ».

Malheureusement, il semble que le CIO, en accordant à Laurel Hubbard le droit de concourir aux côtés de femmes biologiques, ait adopté un point de vue et une approche radicalement différents sur la question, et cette décision a tout le potentiel pour faire reculer le sport féminin de plusieurs décennies, voire le rendre complètement superflu.

Parlez maintenant, mesdames, ou perdez à jamais votre place légitime sur le podium olympique.

Traduit par Anguille sous roche


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé