www.zejournal.mobi
Samedi, 03 Déc. 2022

Procès de Pornhub : Une fillette de 7 ans a été « violée à plusieurs reprises » par un réseau pédophile VIP d’Hollywood, dont Epstein et ses associés

Auteur : ASR | Editeur : Walt | Lundi, 21 Juin 2021 - 09h35

Les membres d’un réseau pédophile VIP d’Hollywood, dont Jeffrey Epstein et un certain nombre de ses clients célèbres, ont violé à plusieurs reprises une fillette de 7 ans et plusieurs autres enfants, selon un témoignage retentissant dans un procès contre Pornhub.

Le procès intenté à MindGeek, la société mère de Pornhub, et à d’autres organisations connexes révèle qu’un « réseau d’hommes d’Hollywood et de financiers de New York, dont Jeffrey Epstein » s’est livré au viol, au trafic et à l’exploitation de jeunes filles. L’une des accusatrices, Jane Doe No. 1, affirme qu’elle n’avait que sept ans lorsque tout a commencé et s’est poursuivi pendant 21 ans.

Selon le procès :

"À partir de l’âge de 7 ans et pendant plus de 21 ans, Jane Doe No. 1 a été violée, victime de trafic et exploitée par un réseau d’hommes d’Hollywood et de financiers new-yorkais, dont Jeffrey Epstein. Ces interactions étaient souvent enregistrées et, depuis 2007 au plus tard, elles sont largement et continuellement diffusées sur Pornhub.

Le premier enregistrement a été réalisé dans un garage du Maryland en 2001-2002 environ, alors que Jane Doe No. 1 avait 10 ans. L’année suivante, Jane Doe No. 1 a été « vendue » à un autre trafiquant à New York. Elle a été exploitée par cet homme et son organisation dans différents États de la côte Est, et a été contrainte de fournir des services d’escorte et de tourner des vidéos pornographiques et des livestreams. Les vidéos étaient produites dans divers entrepôts.

En 2004, Jane Doe No. 1 a été transportée en Floride, où elle a été présentée à Jeffrey Epstein et à d’autres hommes. Jane Doe No. 1 a reçu l’ordre de faire des « massages » à Epstein, ce qui, selon le New York Times, était un mot de code connu pour désigner des relations sexuelles dans les cercles proches d’Epstein. Elle était transportée dans les propriétés d’Epstein à New York, à Palm Beach, en Floride, et sur son île privée, Little St. James, dans les îles Vierges américaines, qu’elle a visitée à plusieurs reprises. Cela a duré tout au long de ses années de collège et de lycée et s’est terminé juste avant qu’elle ne commence l’université.

Jane Doe No. 1 a connaissance d’au moins sept vidéos explicites d’elle sur Pornhub entre 2011 et 2016, ainsi que d’au moins un enregistrement d’un livestream. Les vidéos ont été filmées dans des entrepôts situés à plusieurs endroits en Californie. Les sept vidéos ont été téléchargées plusieurs fois sur Pornhub. Dans certains cas, les trafiquants de Jane Doe No. 1 l’ont obligée à télécharger et à retélécharger d’anciennes vidéos d’elle-même en guise de punition.

Le thérapeute de Jane Doe No. 1 l’a aidée à faire des demandes de retrait, mais elle n’a pas réussi à les faire toutes retirer.

Les années d’abus et d’exploitation sexuels ont fait que Jane Doe No. 1 a souffert de troubles alimentaires et de toxicomanie. Ces conditions ont obligé Jane Doe No. 1 à prendre un congé de l’université. Elle continue à recevoir un traitement médical pour la détresse émotionnelle qu’elle a subie".

Thelibertydaily.com rapporte : Pour le contexte, voici le rapport de NBC News :

"Jeudi, plus de 30 femmes ont intenté un procès à Pornhub, l’accusant d’avoir violé les lois fédérales sur le trafic sexuel, d’avoir distribué de la pornographie enfantine, d’avoir pratiqué le racket et d’avoir commis d’autres crimes.

La plainte allègue que la société mère de Pornhub, MindGeek – et sa constellation de marques pornographiques – est une entreprise criminelle qui achète, blanchit et télécharge des contenus illégaux souvent obtenus par le biais de la traite des êtres humains et d’agressions sexuelles.

Les femmes affirment dans leur plainte que MindGeek a utilisé des contenus non consensuels pour « devenir la société dominante de la pornographie en ligne dans le monde ». Les femmes ont été victimes d’exploitation sexuelle, de viol et de traite, et elles ont été « victimisées d’abord par leur agresseur initial, puis à plusieurs reprises par les défendeurs dans cette affaire », affirme la plainte.

Serena Fleites et plus de 30 inconnus affirment dans leur plainte qu’ils ont été victimes de vidéos non autorisées téléchargées et diffusées par Pornhub. Pornhub a nié ces allégations, les qualifiant d’absurdes et d’imprudentes".

Pendant plus de deux ans, les médias grand public et les grandes entreprises technologiques se sont efforcés d’étouffer les lanceurs d’alerte qui veulent sauver les enfants, en prétendant qu’il s’agissait d’une folle théorie du complot. Ces femmes et ces filles ne sont pas théoriques. Combien ne sont pas aidées à cause des préjugés des médias ?


- Source : ASR

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé