www.zejournal.mobi
Dimanche, 05 Déc. 2021

Napoléon en Russie, un envahisseur devenu icône

Auteur : GEO | Editeur : Walt | Mardi, 04 Mai 2021 - 10h21

Maudit quand il lance la campagne de 1812, Napoléon a été pardonné par les Russes au point d'être considéré 200 ans après sa mort comme une grande figure politique, génie modernisateur et symbole romantique.

"Ici, on apprécie son ascension de zéro à héros et sa fin en martyr", résume l'historien Viktor Bezotnosny, le plus grand spécialiste russe des guerres napoléoniennes.

Au début du XIXe siècle, les aristocrates russes, francophiles, l'admirent. Puis l'Empereur devient ennemi national quand il lance la campagne de Russie en 1812. Dès sa fuite et encore plus après sa mort en exil à Saint-Hélène le 5 mai 1821, il est réhabilité. Jusqu'à devenir un objet de récupération politique. Les Soviétiques en font l'un des leurs, un révolutionnaire précurseur du bolchévisme. La dislocation de l'URSS en 1991 rectifie ces distorsions. Reste que "même les Russes les plus patriotiques ne voient plus en Napoléon un envahisseur mais un grand homme politique, voire un héros romantique", assure Vladimir Presnov, directeur du musée "Borodinskaïa Panorama" consacré à la bataille de Borodino.

Aujourd'hui encore, la popularité de Napoléon Ier ne se dément pas : une nouvelle publication paraît chaque semaine en Russie sur l'Empereur. Voici trois exemples de Russes conquis par cette passion.

L'amateur de reconstitutions

"Vive l'Empereur ! Vive la France !", clament - en roulant les "r" - les "Grognards" russes qui perpétuent la légende de la Grande Armée avec leurs populaires reconstitutions de batailles.

Pour eux et leur chef Mikhaïl Chmaïevitch, en costume de colonel du corps des carabiniers, "Napoléon est un génie dont les idées, comme celle d'une Europe unie, ont juste devancé son époque".

"C'est grâce à lui que la Russie est devenue une grande puissance européenne, a modernisé son industrie et son système politique, jusqu'à abolir le servage en 1861", ajoute ce quadragénaire enthousiaste, s'étonnant que "Napoléon semble être plus adoré ici qu'en France".

Physique imposant et bon vivant, Mikhaïl Chmaïevitch ne dépare pas en colonel napoléonien dans son uniforme blanc immaculé, épaulettes bleues et casque à la romaine. D'autant que ce président d'un club équestre est excellent cavalier. Au total, ils sont comme lui plus de 2.500 "reconstitueurs" en Russie, dont les spectacles attirent jusqu'à 50.000 spectateurs, notamment chaque premier week-end de septembre pour le souvenir de la bataille de Borodino.

Napoléon, objet de culte en Russie

"Napoléon est le premier personnage de l'Histoire devenu spontanément objet de culte, y compris dans les pays qu'il envahissait", raconte Alexandre Vikhrov, qui possède l'une des plus grandes collections privées consacrées à Napoléon.

Publicitaire ayant fait fortune avec les premières privatisations post-soviétiques, il investit depuis 40 ans dans des objets consacrés à Napoléon. Ses milliers de bronzes, de porcelaines, de gravures ou de portraits occupent deux pièces entières et la terrasse de son spacieux appartement moscovite.

Entre autres pièces maîtresses, il possède un fragment du lit dans lequel est mort Napoléon Bonaparte et un médaillon comportant une tresse de cheveux de l'Empereur et de Joséphine, acheté 4.000 euros. "Qui sait, un jour ces cheveux pourraient servir à créer un clone de Napoléon", s'amuse le collectionneur. Pour lui, Napoléon était "un homme contradictoire, tyran à la fin de son règne mais surtout un grand homme".

L'Etat russe a gardé les plus belles pièces : au musée de la Guerre de 1812, à deux pas du Kremlin, sont religieusement conservés la cocarde du bicorne de l'Empereur, son lit de camp ou encore son traîneau abandonné dans sa fuite.

La descendante de grognard

Maria Lioudko, professeur de chant au conservatoire de Saint-Pétersbourg, est fière d'être une descendante d'un des 2.000 soldats de Napoléon restés en Russie après la retraite de la Grande Armée.

Son aïeul, un nommé Vigoureux, "reste à Lida (aujourd'hui au Bélarus) et travaille comme gouverneur, puis épouse son étudiante", raconte Maria Lioudko dans un beau salon de musique de l'ancienne capitale impériale.

A l'apogée des répressions de Staline dans les années 1930, porter un nom français devient dangereux. Sa famille en change alors, mais Maria songe à le reprendre aujourd'hui.

"C'est à ce soldat de Napoléon que je dois mon sens du combat, de l'initiative et des responsabilités, mais aussi ma gourmandise, mon humour et ma débrouillardise", énumère cette femme rieuse aux yeux bleu vif.

Pour elle, Napoléon est "un vrai héros, intelligent, ambitieux, à la fois pragmatique et romantique". Avant de conclure : "La France doit être fière de son super-héros : c'est une honte d'avoir honte de Napoléon !"


- Source : GEO

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé