www.zejournal.mobi
Jeudi, 09 Déc. 2021

Les dirigeants mondiaux appellent à plus de mondialisme pour se préparer aux futures pandémies

Auteur : ASR | Editeur : Walt | Mercredi, 31 Mars 2021 - 15h09

La crise sanitaire est utilisée pour vanter les mérites de la « communauté mondiale » en remplacement du « nationalisme ».

Vingt-quatre dirigeants mondiaux ont signé une lettre appelant à plus de mondialisme pour lutter contre les futures pandémies, citant l’épidémie de coronavirus comme une occasion de reléguer le nationalisme aux oubliettes de l’histoire.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron sont les figures de proue de cet engagement, auquel 21 autres chefs d’État ont souscrit.

Elle affirme que « personne n’est en sécurité tant que tout le monde ne l’est pas » et qu’une « communauté mondiale » doit être davantage mise en œuvre afin de lutter contre les « inévitables » pandémies futures.

« À une époque où Covid-19 a exploité nos faiblesses et nos divisions, nous devons saisir cette opportunité et nous rassembler en tant que communauté mondiale pour une coopération pacifique qui s’étend au-delà de cette crise », indique la lettre.

« Le renforcement de nos capacités et de nos systèmes pour y parvenir prendra du temps et nécessitera un engagement politique, financier et sociétal soutenu sur de nombreuses années », ajoute-t-elle.

La lettre compare la situation aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale et appelle à la fin de « l’isolationnisme et du nationalisme ».

L’engagement appelle à un renforcement de l’infrastructure de l’Organisation mondiale de la santé, malgré les échecs avérés de l’organisme mondial de santé face à la pandémie et les accusations persistantes selon lesquelles il aurait facilité les mensonges et les tromperies du gouvernement communiste chinois.

Le directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a également signé la lettre, après avoir critiqué à plusieurs reprises des pays tels que la Grande-Bretagne et les États-Unis pour avoir fait passer leurs propres populations en premier lorsqu’il s’agissait de se rétablir.

La lettre appelle spécifiquement à la signature d’un traité mondial sur les pandémies afin d’établir des « règles et normes » internationales pour la production et la distribution de vaccins, ainsi qu’une coordination des « systèmes d’alerte, du partage des données et de la recherche ».

On peut supposer que tout traité mondial porterait également sur les restrictions à mettre en place en cas de pandémies futures, bien que cela ne soit pas précisé dans la lettre.

Les ministres de la santé des pays doivent se réunir en mai à l’Assemblée mondiale de la santé et pourraient y discuter d’un traité mondial.

Vous trouverez ci-dessous l’intégralité de la lettre signée par 24 dirigeants mondiaux :

« La pandémie de Covid-19 est le plus grand défi lancé à la communauté mondiale depuis les années 1940. À cette époque, après les ravages des deux guerres mondiales, les dirigeants politiques se sont réunis pour forger le système multilatéral. Les objectifs étaient clairs : rassembler les pays, dissiper les tentations d’isolationnisme et de nationalisme, et relever les défis qui ne pouvaient être relevés qu’ensemble, dans un esprit de solidarité et de coopération, à savoir la paix, la prospérité, la santé et la sécurité.

Aujourd’hui, nous gardons le même espoir qu’en luttant ensemble pour vaincre la pandémie de Covid-19, nous pouvons construire une architecture sanitaire internationale plus solide qui protégera les générations futures. Il y aura d’autres pandémies et d’autres urgences sanitaires majeures. Aucun gouvernement ni aucune agence multilatérale ne peut faire face seul à cette menace. La question n’est pas de savoir si, mais quand. Ensemble, nous devons être mieux préparés à prédire, prévenir, détecter, évaluer et répondre efficacement aux pandémies de manière hautement coordonnée. La pandémie de Covid-19 nous a rappelé de manière brutale et douloureuse que personne n’est en sécurité tant que tout le monde ne l’est pas.

Nous sommes donc déterminés à garantir un accès universel et équitable à des vaccins, des médicaments et des outils de diagnostic sûrs, efficaces et abordables pour cette pandémie et les suivantes. L’immunisation est un bien public mondial et nous devrons être en mesure de développer, de fabriquer et de déployer des vaccins aussi rapidement que possible. C’est pourquoi l’Accélérateur d’Accès aux Outils Covid-19 (ACT-A) a été mis en place afin de promouvoir l’égalité d’accès aux tests, traitements et vaccins et de soutenir les systèmes de santé à travers le monde. L’ACT-A a porté ses fruits sur de nombreux aspects, mais l’accès équitable n’est pas encore atteint. Nous pouvons faire davantage pour promouvoir l’accès mondial.

À cette fin, nous pensons que les nations devraient travailler ensemble à l’élaboration d’un nouveau traité international pour la préparation et la réponse aux pandémies. Un tel engagement collectif renouvelé constituerait une étape importante dans le renforcement de la préparation à la pandémie au niveau politique le plus élevé. Il serait ancré dans la constitution de l’Organisation mondiale de la santé et ferait appel à d’autres organisations pertinentes et essentielles à cette entreprise, afin de soutenir le principe de la santé pour tous. Les instruments mondiaux existants en matière de santé, en particulier le Règlement sanitaire international, serviraient de base à ce traité, garantissant ainsi un fondement solide et éprouvé sur lequel nous pourrions construire et améliorer.

L’objectif principal de ce traité serait d’encourager l’approche de l’ensemble des gouvernements et de la société, en renforçant les capacités et la résilience nationales, régionales et mondiales face aux futures pandémies. Il s’agit notamment de renforcer considérablement la coopération internationale pour améliorer, par exemple, les systèmes d’alerte, le partage des données, la recherche, ainsi que la production et la distribution locales, régionales et mondiales de contre-mesures médicales et de santé publique, telles que les vaccins, les médicaments, les diagnostics et les équipements de protection individuelle.

Le traité reconnaîtrait également l’approche “One Health”, qui relie la santé des humains, des animaux et de notre planète. Un tel traité devrait conduire à davantage de responsabilité mutuelle et de partage des responsabilités, de transparence et de coopération au sein du système international et avec ses règles et normes.

Pour y parvenir, nous travaillerons avec les chefs d’État et de gouvernement du monde entier et avec toutes les parties prenantes, y compris la société civile et le secteur privé. Nous sommes convaincus qu’il est de notre responsabilité, en tant que dirigeants des nations et des institutions internationales, de veiller à ce que le monde tire les leçons de la pandémie de Covid-19.

À l’heure où le Covid-19 a exploité nos faiblesses et nos divisions, nous devons saisir cette opportunité et nous rassembler en tant que communauté mondiale pour une coopération pacifique qui s’étende au-delà de cette crise. Le renforcement de nos capacités et de nos systèmes pour y parvenir prendra du temps et nécessitera un engagement politique, financier et sociétal soutenu sur de nombreuses années.

Notre solidarité pour faire en sorte que le monde soit mieux préparé sera notre héritage, qui protégera nos enfants et petits-enfants et réduira au minimum l’impact des futures pandémies sur nos économies et nos sociétés. La préparation aux pandémies nécessite un leadership mondial pour un système de santé mondial adapté à ce millénaire. Pour faire de cet engagement une réalité, nous devons être guidés par la solidarité, la justice, la transparence, l’inclusion et l’équité. »

Boris Johnson, premier ministre du Royaume-Uni ; Emmanuel Macron, président de la France ; Angela Merkel, chancelière d’Allemagne ; le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé et 21 autres dirigeants mondiaux.

Lire aussi : Le pape François appelle à l’instauration d’un « nouvel ordre mondial » après la pandémie


- Source : ASR

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé