www.zejournal.mobi
Dimanche, 18 Avr. 2021

Assez d'attente sans traitement : le Piémont conteste les directives

Auteur : FranceSoir | Editeur : Walt | Samedi, 06 Mars 2021 - 09h59

Dans un article d'Andrea Zambrano paru le 3 mars 2021 sur le site italien La Nouvelle Boussole (La Nuova Bussola), que nous avons traduit ci-dessous, on prend le pouls des dernières décisions juridiques en Italie obtenues par les docteurs Salvucci, Stramezzi, Szumsky et Poretti assisté par Me Grimaldi contre le ministère de la Santé et l’AIFA (équivalent de notre Agence nationale de sécurité du médicament).

Le docteur Grimaldi nous confie : « Nous avons obtenu en décembre un arrêt contre l’AIFA pour légaliser la prescription de l’hydroxychloroquine comme traitement contre la Covid ». 

Suite à cela, le Dr Grimaldi et trois de ses confrères ont attaqué la décision du ministère de la santé et de l’AIFA avec l’avocat Grimaldi afin d’obtenir la suppression du protocole « Rester à domicile et paracétamol en cas de symptômes » . Me Grimaldi déplorait que les patients soient laissés chez eux, sans traitement, ou avec un mauvais traitement, en attendant que la situation s’empire avant d’être traités en soin intensif à l’hopital.

« On a gagné ! » nous dit-il. « Maintenant, les Médecins ont le droit et le devoir d'aller traiter les patients à la maison, selon Science et Conscience. C'est un jugement historique, même s'il dit quelque chose de simple et logique : les malades doivent être traités par les Médecins! » 

Le Piémont est donc la première région à désavouer les directives ministérielles sur la stratégie médicale choisie pour le soin à domicile contre la Covid qui prévoient de rester « chez soi » en prenant du « paracétamol en cas de symptômes ». Le nouveau protocole sanitaire régional inclut une obligation du médecin de rendre visite au patient déclaré positif ainsi qu’un traitement « en temps opportun » afin d’éviter l'hospitalisation sont inclus dans le nouveau protocole autorisé par le CTS régional. Le Conseiller Icardi dit :

« Les gens doivent être traités à domicile, le gouvernement doit les prendre en charge ».

Dans le nouveau protocole médical agréé par les autorités sanitaires de la région du Piémont présenté le 3 mars, on retrouve le principe de la prise en charge immédiate des patients. Adieu le principe de l’ « attente à domicile » sous vigilance par télémédecine avec comme seul traitement l'administration de paracétamol. La décision du conseiller Luigi Icardi est une déclaration de guerre contre les directives ministérielles qui n'ont pas été mises à jour depuis le 30 novembre, malgré le fait que même les pierres ont maintenant compris que la stratégie d'observation & d'attente et de Tachipirina aux premiers symptômes est non seulement en faillite, mais aussi préjudiciable, étant donné que si les hospitalisations augmentent, une bonne partie de la responsabilité doit être attribuée à cette indication.

«L'attente avec vigilance, n’est pas acceptable , nous ne considérons pas vraiment cela comme une bonne pratique », explique Claudio Sasso, coordinateur médical territorial de Dirmei (service interentreprises des maladies infectieuses qui est le bras exécutif du service de santé piémontais). « Le protocole se concentre sur une intervention immédiate et opportune, à la fois diagnostique et thérapeutique ».

Une deuxième nouveauté est que les directives autorisées par Turin s'écartent de la pratique habituelle bien établie du diagnostic téléphonique du médecin. Cette dernière pratique a provoqué l'échec de milliers de visites avec pour conséquence l’abandon thérapeutique des malades. Après l'accord syndical avec les associations professionnelles de médecins généralistes, le Piémont réitère ce que font déjà les blouses blanches de la famille de la région depuis un an: «Visiter et soigner au plus vite».

Comment? « Tout d'abord, une première visite par une personne confiée soit au médecin généraliste, soit à l'Usca, en collaboration étroite les uns avec les autres, puis avec le suivi à distance du patient, une fois la thérapie décidée, qui n'aura certainement pas parmi ses principaux points le paracétamol (Tachipirina), mais avec les anti-inflammatoires, l'héparine, les antibiotiques, la cortisone, la vitamine D et avec l'hydroxychloroquine. «Nous sommes parfaitement conscients du débat dans le monde scientifique sur son utilisation - poursuit Sasso -, mais nous savons aussi qu’elle s'est avérée avoir un effet antiviral in vitro et sur des modèles animaux. Nous avons donc un espoir de succès à minimum lorsque l’hydroxychloroquine est utilisée au début de l'infection.

Par conséquent, ce ne sera pas la seule thérapie , mais même dans une voie hors AMM , ce sera l’une des armes que le médecin en science et conscience pourra utiliser. En cela - ajoute Sasso - la Région prouve qu'elle accepte la décision du Conseil d'Etat qui autorise son utilisation sur la base de recherches spécifiques menées sur des patients traités précocement ».

La nouvelle de l'introduction de l'hydroxychloroquine, déjà présente dans le premier protocole autorisé à la fin de l'automne, intervient en même temps qu'un nouvel avis de l'OMS (organisation mondiale de la santé) sur l'antipaludique qui déclare que ce dernier ne fonctionne pas s'il est administré en phase prophylactique, un fait qui est maintenant pris pour acquis et accepté par tous.  Quant à la recherche scientifique sur son utilisation (publiée en février par la revue Cochrane), nous sommes encore bloqués en septembre et pourtant sur des patients déjà hospitalisés, alors que l'on sait qu'à ce stade de la maladie l'hydroxychloroquine est totalement inutile.

Bref, les quelques études sur l'usage précoce du médicament sont celles utilisées par les médecins pour gagner l'appel au Conseil d'Etat.

Et le Piémont s'adapte maintenant à cette décision.

Le conseiller Icardi est convaincu que le protocole sera également adopté par la région des Abruzzes et l'Ombrie qui avaient déjà copié les premières lignes directrices d'Icardi.

«On ne peut pas attendre les retards du ministre de la Santé : celui des soins précoces des covid est un jeu des régions, lors de la prochaine conférence État-Régions je demanderai à la ministre Gelmini (propriétaire des Affaires régionales) de prendre cette urgence: les gens doivent être traités à domicile autant que possible »

« Nous ne pouvons pas attendre les retards du ministre de la santé : celui du traitement précoce des covid est un jeu de régions, lors de la prochaine conférence État-Régions, je demanderai au ministre Gelmini (titulaire des affaires régionales) de prendre en charge cette urgence : les gens doivent être traités à domicile autant que possible ».


- Source : FranceSoir

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé