www.zejournal.mobi
Jeudi, 09 Déc. 2021

Kazuo Ishiguro, lauréat du prix Nobel, affirme que les auteurs s’autocensurent à cause de la peur de la cancel culture

Auteur : Didi Rankovic | Editeur : Walt | Mercredi, 03 Mars 2021 - 13h52

Le vent ne tourne peut-être pas encore, mais de plus en plus de personnalités des milieux mêmes qui ont contribué à nourrir le mouvement woke et la cancel culture – élites artistiques et artistes de renom – commencent à critiquer ouvertement ces derniers comme étant des pourvoyeurs nuisibles de censure et de peur.

Le célèbre auteur japonais et prix Nobel Kazuo Ishiguro, qui a été fait chevalier en 2019 dans son pays d’adoption, le Royaume-Uni, a ajouté sa voix à ces critiques, montrant une inquiétude particulière pour la jeune génération d’écrivains et la façon dont le climat actuel pourrait nuire à leur travail.

Ishiguro s’est fermement prononcé contre la cancel culture, qualifiant ses partisans de lynchage anonyme en ligne et de danger pour la créativité et la liberté d’expression, en particulier chez les auteurs les moins connus, les obligeant à s’autocensurer et à abandonner, par crainte des répercussions, l’art d’écrire dans une perspective autre que la leur.

« Les romanciers doivent se sentir libres d’écrire à partir du point de vue qu’ils souhaitent ou de représenter toutes sortes de points de vue », a-t-il déclaré à la BBC, soulignant qu’en tant que jeune auteur, il était libre d’écrire à partir de points de vue sans rapport avec sa propre identité, y compris celle d’une femme.

Salman Rushdie a déjà exprimé sa crainte que l’expression littéraire ne soit étouffée si les écrivains sont contraints de ne traiter que de leurs propres expériences. Rushdie a été confronté à une cancel culture extrême – lorsque l’Iran a émis une fatwa, un ordre d’exécution contre lui, à cause d’un de ses livres.

En exprimant ses critiques, Ishiguro a rejoint un « club » grandissant d’auteurs, de philosophes, de journalistes et de musiciens de renommée mondiale – comme JK Rowling, Noam Chomsky, Gloria Steinem et d’autres qui, en 2020, ont été parmi des centaines de leurs pairs à signer une lettre ouverte contre la censure et la honte publique, ce qui a entraîné l’ostracisme – une façon fantaisiste de décrire le phénomène d’« annulation » des gens pour leurs opinions ou leurs croyances, et même l’expression créative.

Ishiguro pense que son illustre carrière, son âge et son statut le protègent de l’ostracisme.

« C’est peut-être une illusion, mais je pense que je suis protégé », a-t-il déclaré aux médias britanniques.

Parmi les autres personnes qui se sont exprimées récemment, on peut citer le musicien Nick Cave, qui s’est montré particulièrement critique à l’égard de ce qu’il a qualifié de « refus de s’engager dans des idées inconfortables » – tandis que la personnalité de la télévision et romancière Prue Leith, 81 ans, prouve que les auteurs jeunes et moins établis ne sont pas les seuls à être en danger.

L’année dernière, elle a renoncé à publier un roman « parce qu’ils (l’éditeur) voulaient toujours me dire ce qui était politiquement correct ».

Lire aussi : Étude : La « Cancel Culture » décime la liberté d’expression dans les principales universités du monde

Source : Reclaim The Net – Traduit par Anguille sous roche


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé