www.zejournal.mobi
Dimanche, 18 Avr. 2021

Retournements de veste et désinformation

Auteur : Nicole Delépine | Editeur : Walt | Jeudi, 25 Févr. 2021 - 13h36

Le règne du mensonge sans vergogne

Alors qu’une partie de la population prend progressivement conscience de l’immense escroquerie des tests PCR avec CT à 40 ou 50, du couvre feu à 18 h et des masques, nous assistons à une série de retournements de veste inquiétants qui interrogent.

Deux exemples

Le Pr Douste Blazy , ancien ministre avait courageusement et clairement défendu la chloroquine en avril 2020 mais brutalement ne parle plus de traitement, mais prône des camps d’internement pour les testés positifs récalcitrants. Quelle tristesse ? Je ne connais pas l’explication de ces propos honteux et discordants, rumeurs de dossiers compromettants, ou espoir d’un poste mirobolant au gouvernement ou à l’OMS, chacun fera son choix,  mais son image en sort bien ternie. La gloire est fugace et il le sait, mais c’est bien attristant.

Une autre très mauvaise surprise d’un personnage moins célèbre (madame Le Guen) mais tout de même important aux yeux du public et des médecins, celle du retournement à 180° sur le port des masques chez l’enfant.

Mr Alain Tortosa en est sorti de son silence devant tant de mauvaise foi contre les enfants qu’elle, pédiatre, est avant tout le reste censée défendre.

Nous vous livrons quelques extraits de sa tribune pour vous donner envie de la lire in extenso

Les enfants sont innocents du COVID

Notons que les pédiatres jusqu’à une période récente avaient donné des avis raisonnables et raisonnés sur l’absence de danger de contamination par les enfants, en particulier au moment de la reprise des cours en mai 2020. Conformément à toutes les études internationales dont nous avons souvent parlées confirmant TOUTES depuis février 2020 que les enfants ne font jamais de formes graves (sauf de grands malades immunodéprimés) ne contaminent jamais ni les adultes, ni les enfants. Quand ils sont contaminés, ils l’ont toujours été par un adulte confiné ou un très proche au sport par exemple.

Rappelons ces évidences confirmées par la littérature internationale revue régulièrement, édictées alors par cette pédiatre renégate aujourd’hui :

« En juin 2021, Mme le Guen (je précise « Mme » et non « docteur » car comment pourrais-je lui accorder la légitimité de se nommer docteur ou professeur en pédiatrie. Un pédiatre est un médecin au service des enfants, primum non nocere) était corédactrice d’un texte appelé « Primum non nocere : tous les enfants doivent retourner dès aujourd’hui en collectivité ! »

Primum non nocere qui veut dire « en premier ne pas nuire ».

Texte dans lequel il était possible de lire notamment :

« Les enfants qui n’ont que très peu été concernés par cette infection sont pourtant aujourd’hui ceux qui font l’objet des mesures les plus coercitives ».

« Aujourd’hui, en dépit des données scientifiques internationales qui s’accumulent et confirment que les enfants sont moins souvent infectés et moins contaminants que les adultes, force est de constater que les enfants, les adolescents et les spécialistes de leur santé physique, psychique et sociale n’ont pas encore été entendus ».

« Quatre semaines après la réouverture progressive des écoles, fixée par le président de la République au 11 mai, les conditions d’accueil des enfants en collectivité sont très disparates et parfois coercitives lorsqu’elles sont appliquées à la lettre, voire conduisent à des maltraitances institutionnelles ».

Le 26 avril, dans un document « Propositions de la société française de pédiatrie et des sociétés de spécialités pédiatriques pour favoriser le retour des enfants avec maladie chronique dans leur établissement scolaire »,

il était précisé :

« Le port d’un masque dans les crèches, les écoles maternelles et primaires pour les enfants sans pathologie sous-jacente grave n’est ni nécessaire, ni souhaitable, ni raisonnable. En revanche, le port de masque pour les adolescents ainsi que pour les adultes en charge d’enfants peut être envisagé ».

« De plus, et si l’usage du masque se généralise, la SNP veut attirer l’attention sur le respect des gestes barrière et le « bon usage du masque chez l’enfant » pour bien signifier que ce n’est pas d’avoir un masque qui protège, tant que la manière de l’utiliser et de le porter, et le lavage des mains est tout aussi important ».

Alors comment aujourd’hui prétendre que le masque chez l’enfant n’a pas de danger, alors que s’accumulent les données tant sur les conséquences psychologiques majeures que sur l’hypoxie importante chez les petits soumis à un port sectaire du masque, sans échappement de quelques minutes ou laissés gentiment sous le nez. La peur instillée aux enseignants qui ont pourtant la littérature internationale à leur disposition reste incompréhensible, mais en tous cas ils n’ont, pour trop d’entre eux, pas protégé leurs élèves, pas plus que les parents qui ont préféré se soumettre. De nombreuses procédures sont en cours dans lesquelles vous retrouverez tous les inconvénients du masque chez l’enfant, comme le site de Maitre Brusa reaction19fr, mais aussi dans la procédure judiciaire mise en ligne le 23 Février :

TR : Procédure judiciaire de Maitre JP Joseph pour la suppression du masque obligatoire
Date : 23/02/2021 22:44:43 Europe/Paris

Associez-vous à cette procédure pour la suppression du masque obligatoire !

Tous documents explicites dans l’article du site à télécharger

Procédure judiciaire de Maitre JP Joseph pour la suppression du masque obligatoire

***

La dictature des tests

Il y a presque un an le gouvernement nous annonçait qu’il était inutile de tester les gens pour savoir s’ils portaient le coronavirus, et qu’il ne fallait absolument pas le faire. Les médecins ou universitaires qui s’y risquaient étaient catalogués comme étant des fous ou pire, des complotistes.

Le gouvernement conseillé par son célèbre Conseil scientifique a depuis complètement retourné sa veste et impose des tests dans tous les sens. Ce qui n’a pas changé, c’est que ce n’est toujours pas pour soigner les gens, mais pour justifier des mesures politiques et sanitaires extrêmement restrictives, comme le confinement. Il ne s’agit donc pas de soin individuel, mais de mesures sanitaires générales.

Dans cette vidéo, on va revenir sur ce qu’est un test. On va voir qu’un test, ce n’est jamais tout blanc ou tout noir, cela ne permet jamais d’avoir la certitude qu’une personne est saine ou malade. Un test est juste un indice qui fait partie de l’ensemble du diagnostic. Regarder uniquement le résultat d’un test RT-PCR ne permet pas de savoir si une personne est malade ou non, ni même de savoir si une personne est contagieuse ou non. Sachant cela, on verra qu’il est impossible de se servir des résultats de tests RT-PCR pour savoir ce qu’il se passe dans le pays. Au mieux, ça donne une petite idée des tendances.

Dans tous les cas, baser les décisions de mesures aussi radicales que le confinement là-dessus, c’est soit une incompréhension totale de ces chiffres, soit une excuse bidon. Les tests sont un élément pour mieux soigner individuellement les gens. S’en servir de socle pour une politique générale, c’est stupide et dangereux.

Source : https://www.youtube.com


- Source : Nicole Delépine

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé