www.zejournal.mobi
Lundi, 08 Mars 2021

La lente implosion de l’Union européenne

Auteur : Bruce Antonio Laue | Editeur : Walt | Lundi, 11 Janv. 2021 - 13h05

Elle était juste censée être une organisation commerciale, un moyen de faciliter le commerce et, ce faisant, de créer un sentiment d’amitié et de compréhension sur un continent ravagé par la guerre. En fait, elle s’appelait “Le marché commun”. Mais même après y avoir adhéré (après avoir été bloquée pendant des années par le président français Charles de Gaulle), la Grande-Bretagne avait des doutes.

Pendant des décennies, un défilé de premiers ministres a imploré l’Union européenne de cesser ses efforts pour une intégration plus étroite des nations. Leurs supplications sont tombées dans l’oreille d’un sourd. Le drapeau de l’Union européenne, l’hymne de l’Union européenne, les règles et les règlements concernant littéralement toutes les facettes de la vie humaine ont été adoptés. Les fonctionnaires ont commencé à parler d’une “fédération” d’États, avec une politique étrangère et une armée communes. Puis est venue la monnaie commune : l’euro, une fraude aux proportions monumentales car elle cherchait à remplacer les monnaies nationales basées sur les réalités économiques de chaque nation par l’illusion d’une puissance fiscale basée sur la “solidarité”. Il est, en réalité, profondément malhonnête avec une saveur nettement anti-américaine. Toujours méfiants à l’égard des combinaisons continentales, les Britanniques ont regardé avec colère. Lorsqu’ils ont enfin eu leur mot à dire, ils ont voulu se retirer.

Le Brexit a envoyé des ondes de choc dans toute l’Europe parce que c’était le début de la prise de conscience parmi les Européens qu’il n’était pas nécessaire qu’il en soit ainsi, que la vie pouvait être différente et qu’il était en leur pouvoir de la rendre ainsi.

Dans une interview accordée après le référendum, le président français, très favorable à l’Union européenne, a été invité à organiser un référendum similaire pour les Français. “Non”, a-t-il répondu. Mais pourquoi pas ? “Parce que nous pourrions perdre”.

C’est l’essence même de la stratégie de l’Union européenne : Si vous pensez que les gens pourraient voter contre notre politique, ne votez pas. Voilà ce qu’il en est de la démocratie de l’Union européenne.

Après le Brexit, la France a invité les banques et les sociétés de services financiers britanniques à se délocaliser à Paris, “en leur déroulant le tapis rouge”. Les journalistes ont prédit un désastre financier imminent. Cela ne s’est jamais produit. Les PDG des sociétés ont examiné les troubles sociaux constants en France, y compris le mouvement du “gilet jaune”, et ont décidé qu’il était préférable de vivre dans un Londres morne et ennuyeux plutôt que de voir vos succursales bombardées à la bombe incendiaire par des agriculteurs, des pêcheurs bretons et des anarchistes mécontents. Pendant des années, les négociateurs de l’Union européenne ont fait obstruction aux Britanniques à chaque fois, menaçant même le lien de l’Irlande du Nord avec le reste du Royaume-Uni. Un accord a été conclu et rapidement rejeté par le Parlement. Le gouvernement est tombé et des élections générales ont été convoquées. Une fois de plus, le retrait de l’Union européenne était le choix du peuple. Les pourparlers reprennent et, comme auparavant, ce que l’Union européenne met sur la table est appelé l’offre finale. Les Britanniques ont sagement reconnu qu’il s’agissait d’un bluff.

Alors pourquoi, après toutes ces années, un accord était-il possible ? Parce que tous les participants à la table des négociations voulaient gagner de l’argent, ou plutôt, voulaient continuer à en gagner. Malgré toutes les gesticulations, les menaces, les insinuations de chantage, les baisers sur les mains et les joues des eurocrates en forme de poire avant les réunions de déjeuner et de dîner qui n’ont mené à rien, tout le monde a compris qu’en fin de compte, s’il n’y avait pas d’accord, personne ne pourrait gagner de l’argent. Et c’est là le secret de l’accord. Lorsque les camions quittant Douvres pour Calais ont été bloqués sur des kilomètres à cause d’une nouvelle alerte au COVID-19 juste avant Noël, c’était un présage de ce qui pouvait se produire quotidiennement sans accord, et quelqu’un au siège de l’UE à Bruxelles a eu la présence d’esprit de déclarer : “Sainte Marie mère de Dieu, nous ne pouvons pas laisser cela arriver”. Un accord était donc certain. “Voilà !”

L’accord a donc été signé, comme prévu, à la dernière minute. Le négociateur en chef de l’UE, Michel Barnier, a déclaré que quel que soit le résultat, “les Britanniques ne peuvent pas avoir le beurre et l’argent du beurre”. Eh bien, ils ont été très près du but. Le libre-échange avec l’UE a été confirmé avec des contrôles frontaliers minimaux (ce qui était jugé impossible au début des négociations), la fin de la compétence de la Cour européenne de justice, la fin de l’union douanière de l’UE, la fin de l’immigration illimitée et l’ouverture de la frontière irlandaise (également jugée impossible). La Grande-Bretagne ne contribuera pas à une armée européenne, suivra sa propre politique étrangère et pourra désormais négocier des accords commerciaux avec d’autres nations dans le monde entier.

Jusqu’à présent, tout s’est bien passé.

À la consternation de la BBC, de CNN et du New York Times, de longues files de camions n’ont pas fait leur apparition à Calais, des bagarres éclatant entre les chauffeurs et les agents de contrôle des douanes. Les papiers ont été correctement remplis, les vacances du Nouvel An ont aidé, tout le monde était calme. Mais ces sources “d’information” n’aimeraient rien de mieux que de voir le peuple britannique mourir de faim afin d’illustrer la folie du Brexit aux masses peu instruites et peu sophistiquées qui ont voté deux fois pour lui. Et la lamentation de la gauche sur les restrictions de voyage en Europe est manifestement fausse. Personne ne vous empêchera physiquement de rester en Grande-Bretagne si vous souhaitez voyager. Obtenez un passeport et un visa, déjeunez à Lisbonne.

Toute cette saga parle de ce qu’est la démocratie et de ce qu’elle n’est pas. La démocratie n’apporte peut-être pas les résultats que vous souhaitez, mais elle doit être respectée. Elle ne peut pas être déformée, ni biaisée, ni – comme certains le souhaiteraient – ignorée. Prévue, oui, mais seulement pour un temps.

En fin de compte, les gens savent, ou plutôt ressentent, ce qu’ils désirent, et malgré le temps qu’il faut à une démocratie mature pour satisfaire ce désir, il se réalisera certainement. Ni les commissaires, ni les bureaucrates autoproclamés, ni les organisations se présentant comme des pouvoirs souverains ne peuvent le nier ; la volonté du peuple, en fin de compte, ne peut être mise de côté.

Les pièces d’un ersatz de monnaie qu’ils ont été contraints de porter dans leurs poches, ils ne les porteront plus. Bien entendu, la Pologne, la Hongrie, la Grèce et l’Italie suivent de très près cette évolution. Ils essaient de trouver une issue, car le Brexit a un message plus large pour les nations d’Europe que le simple retrait d’une grande puissance d’une construction politique mal conçue, et c’est bien cela : Grâce à un effort constant et à une détermination sans faille, vous aussi pouvez retrouver votre liberté.

Traduit par Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé