www.zejournal.mobi
Samedi, 23 Janv. 2021

Israël poursuit son terrorisme sans complexe

Auteur : Réseau International | Editeur : Walt | Jeudi, 26 Nov. 2020 - 13h22

Les forces d’occupation israéliennes n’en finissent plus de déployer leur puissance de frappe contre les ennemis d’Israël sous le regard indifférent du reste du monde.

Peut-on vraiment s’habituer aux massacres de populations ? Employer l’expression « normaliser les relations » pour évoquer les liens financiers entre élites de pays qui tyrannisent leurs propres peuples doit-il nous amener à considérer comme « normales » les tueries et les agressions infligées ? Avant toute chose, ne perdons jamais de vue le plus important, c’est à dire la vraie nature de l’entité sioniste qui s’est appropriée le nom d’Israël ; c’est une entité dont le comportement est, et a toujours été, de sa naissance à nos jours, de nature terroriste, tant sur le plan régional que dans ses relations avec les autres pays du monde. Au Moyen-Orient, Israël joue au caïd de quartier, menaçant et intimidant ses voisins en toute impunité grâce au soutien inconditionnel de ceux dont il n’est que le prolongement et l’avant-poste, les pays occidentaux.

Ses agressions continues sous diverses formes contre les nations du monde entier ne semblent plus être un problème pour la plupart des gens, la « pandémie » a pris la place du grand méchant, et pendant que la planète est hypnotisée par les écrans en attendant les coups de fouet et la piquouse, Corrupt Bibi fait le tour du quartier pour ramasser l’impôt de la protection contre lui-même. À côté, Vito Corleone est un petit joueur mais il Padrino a au moins le mérite de ne jamais s’être fait passer pour une victime. Israël a fait du triangle de Karpman une simple ligne droite qui file droit en enfer.

Ainsi le berceau de l’Islam, l’Arabie Saoudite fonce tête baissée vers ce que l’on jugeait encore impensable en préparant sa propre « normalisation » des relations avec l’occupant des terres palestiniennes. La Fenêtre d’Overton vient de s’ouvrir en grand et nous claque un violent courant d’air qui n’assainira pas du tout la pièce. Plusieurs médias israéliens ont rapporté lundi que Netanyahu avait rencontré le Prince Héritier saoudien Mohammed ben Salmane lors d’une visite avec le Secrétaire d’État américain Mike Pompeo, la première rencontre connue entre le Prince Héritier et Netanyahu. Le porte-parole du Hamas, Sami Abu Zuhri, a qualifié de « dangereuse » la réunion du Premier Ministre israélien, qui se serait tenue à Neom, sur la côte de la Mer Rouge en Arabie Saoudite, et a exhorté les autorités saoudiennes à « clarifier ce qui s’est passé car cela représente une insulte à la nation et aux droits palestiniens ». Un euphémisme pour qualifier la ligne qui vient d’être franchie par la famille royale saoudienne. Les relations officieuses n’étaient un secret pour personne mais cette nouvelle étape met en avant une détermination claire à condamner la cause et le peuple palestiniens à une lutte désespérée et à former un bloc contre l’Iran au Moyen-Orient.

Le cabinet du Premier Ministre israélien a refusé de faire le moindre commentaire à ce sujet et le Ministre des Affaires Étrangères saoudien a même nié que cette rencontre avait eu lieu mais la vérité qui passe par la bouche d’un menteur reste un mensonge. Ces personnes-là sont bien formées et grassement payées pour raconter n’importe quoi à volonté. Pendant ce temps, leurs maîtres avancent leurs pions et observent patiemment les réactions. Après le Bahreïn, les Émirats Arabes Unis et le Soudan, l’Arabie Saoudite vient allonger la liste des « normalisateurs » honteux sans foi ni loi, adorateurs du Veau d’Or. L’Iran observe tout ce cirque de très près et reste en alerte.

De son côté, le Pakistan subit des pressions pour rejoindre le clan des « normalisateurs » mais reste ferme pour l’instant quant à sa position vis-à-vis d’Israël. Al-Jazeera rapporte que le Ministère des Affaire Étrangères « a catégoriquement rejeté les spéculations sans fondement sur la possibilité d’une reconnaissance de l’État d’Israël par le Pakistan […] Le Pakistan soutient fermement le droit inaliénable du peuple palestinien à l’autodétermination […] Pour une paix juste et durable, il est impératif d’avoir une solution à deux États conformément aux résolutions pertinentes des Nations Unies et de l’OCI, avec les frontières d’avant 1967, et Al-Qods Al-Sharif comme capitale d’un État palestinien viable et indépendant ». Venant appuyer cette déclaration, le Premier Ministre pakistanais Imran Khan a affirmé : « Pour moi, il n’y a jamais eu de seconde réflexion à ce sujet […] Nous ne pouvons pas accepter Israël […] Tant que les Palestiniens n’auront pas reçu un règlement juste, un règlement qu’ils acceptent, nous ne pouvons pas accepter [Israël] ».

Palestine, Syrie, victimes du terrorisme décomplexé

L’entité sioniste n’a aucune autre alternative que de mordre partout autour d’elle. Les peuples de l’Occident ont accepté à grand coup de propagande la version victimaire du peuple juif dans le besoin d’une terre de refuge pour panser ses plaies, mais le Moyen-Orient est moins naïf. Le moindre signe de faiblesse montré par Israël sera exploité par la résistance qui n’accepte toujours pas ce caillou dans sa chaussure. L’entité sioniste le sait et reste sur ses gardes en montrant constamment ses crocs. Son but est d’exercer une pression continue sur ses voisins et de tester sa puissance militaire. Comme un enfant le jour de Noël essayant ses nouveaux jouets de guerre dans son jardin. Le Hezbollah serait le Doberman du jardin d’à côté, l’Iran le Rottweiler d’en face, les parents de l’enfant lui ont dit de faire très attention car malgré leur gentillesse, ces gardiens protègent leur maison contre toute personne indésirable. Alors, frustré, le morveux se défoule chez lui.

La Bande de Gaza continue d’être la victime de cet enfant capricieux et a encore subi les ravages de l’armement israélien. Dimanche, l’aviation des forces d’occupation a bombardé la zone de Cheikh Ajlin, le quartier de Tal al-Hawa à l’ouest de Gaza, les quartiers de Shuja’iyya et d’Al-Zaytoun à l’est, ainsi que les villes de Khan Younès et Rafah au sud, détruisant des maisons palestiniennes et entrainant de nombreux dégâts matériels.

En Cisjordanie, l’armée israélienne a pris d’assaut mardi le village de Ras-Karkar à l’ouest de Ramallah et envahi le nord-est du village pour élargir les opérations de colonisation des terres appartenant aux Palestiniens. Les forces d’occupation ont arrêté 11 Palestiniens, dont un adolescent. L’agence de presse Wafa a indiqué que les militaires avaient aussi pris d’assaut les villes de Ramallah et d’al-Bireh et les localités de Silat al-Harithiya à Jénine, Awarta et Beit Furik à Naplouse et le camp de Al-Aroub à al-Khalil. Frappes aériennes, assauts, enlèvements, destructions de maisons, fouilles de domiciles, la terreur exercée sur les Palestiniens ne s’arrête jamais. La colonisation brutale se poursuit. Les médias occidentaux se taisent et brandissent leur coronacircus pour endormir les foules. Le peuple palestinien se meurt mais résiste dans un silence assourdissant pour le monde musulman.

La Syrie reprend petit à petit le contrôle de son pays et avance déterminée vers la fin d’une guerre sordide menée par l’Occident terroriste. La défaite a laissé un goût amer dans la gueule des pitbulls sionistes et de leurs contractants. Les troupes de mercenaires ne dorment plus, acculées par la puissance de l’Axe de la Résistance qui ne fait aucun prisonnier. L’armée russe semble avoir trouvé la porte des chiottes proverbiales.

Malgré cela, Israël continue de mordre, rien ne peut l’arrêter, il n’a pas d’autre vocation. La semaine dernière, des avions de combat israéliens ont visé des sites militaires appartenant à la Résistance dans la capitale Damas. Les systèmes de défense aérienne ont répondu et ont permis d’éviter un massacre. Néanmoins plusieurs militaires ont été tués selon l’agence de presse Sana. Mercredi, deux attaques distinctes ont été lancées depuis le Plateau du Golan occupé par Israël. Les frappes aériennes ont eu lieu près d’un village de la province méridionale de Quneitra et dans la région de Jabal al-Mane, près de la ville de Kiswa, dans la province de Damas. Ces actions n’ont provoqué que des dégâts matériels mais démontrent sans aucun doute le terrorisme décomplexé exécuté par l’entité sioniste.

Les populations d’Occident ne réagissent même plus à ces évènements. Pour elles, ils ont moins d’importance que l’encre nécessaire pour les relater. Pour elles, une grosse grippe, un voile islamique, ou des vidéos floutées sont pires que les bombes. Les morts ne comptent plus, l’arrogance des puissants a été acceptée comme la toile de fond du monde d’aujourd’hui. Le terrorisme institutionnel se fait appeler Défense, les espoirs de l’humanité Menace. Israël tue en toute impunité et Satan voit son heure arriver, sourire aux lèvres.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé