www.zejournal.mobi
Jeudi, 28 Janv. 2021

7 choses qui étaient autrefois des « théories du complot folles » jusqu’en 2020 se sont produites

Auteur : Daisy Luther | Editeur : Walt | Mardi, 24 Nov. 2020 - 10h42

Vous vous souvenez de l’époque, disons en 2019, où toute personne qui parlait d’implants de micropuces, de l’obligation faite aux Américains de présenter des documents de voyage et des camps de rééducation était considérée comme un fou théoricien de la conspiration ?

Et puis, 2020 est arrivé et voilà ! Il s’est avéré que ces théories du complot n’étaient pas si « folles » après tout.

 

Et je ne parle pas seulement du gouvernement qui publie des informations sur les Ovnis.

Nous vivons à une époque où quelqu’un va tenter de vous tabasser, de brûler votre maison ou même de vous tuer si vous avez voté pour le « mauvais » candidat à la présidence. Nous sommes soumis à des couvre-feux, nos déplacements sont limités et nos entreprises ont été fermées de force. Un jour, les gens considéreront cela comme l’année où tout a changé – ou selon la façon dont les Américains réagissent aux mandats – l’année où nous en avons enfin assez dit.

Voici sept choses qui étaient considérées comme de folles théories complot… jusqu’à aujourd’hui, où elles deviennent bien trop réelles.

1) Revenu de base universel

Avez-vous jamais pensé que nous vivrions dans un pays où le gouvernement dirait aux propriétaires d’entreprises privées quand et comment ils pourraient opérer ? Où les travailleurs se verraient dire : « Vous ne pouvez plus aller travailler pour votre propre bien ? »

Eh bien, bienvenue en 2020.

22 millions d’emplois ont été perdus et seulement 42 % d’entre eux ont été récupérés en août dernier, lorsque le pays a commencé à rouvrir. Des millions d’emplois perdus sont des pertes permanentes, car les entreprises de tout le pays croulent sous le poids des restrictions qui ne leur permettent pas de fonctionner ou sous les problèmes d’argent de leurs anciens clients.

« Il est clair que la pandémie cause des dommages fondamentaux au marché du travail », a déclaré Mark Zandi, économiste en chef de Moody’s Analytics. « Beaucoup d’emplois perdus ne reviendront pas de sitôt. L’idée que l’économie va revenir à ce qu’elle était avant la pandémie ne va clairement pas se réaliser ».

…Plus de 10 millions d’Américains sont actuellement classés comme temporairement sans emploi. Mais historiquement, près de 30 % des personnes qui disent au ministère du travail qu’elles sont temporairement au chômage ne retrouvent jamais leur emploi, a déclaré Heidi Shierholz, économiste senior à l’Economic Policy Institute, un groupe de réflexion libéral.

« Même si nous ne savons pas si le record historique tiendra dans ce cas, il est extrêmement valable de craindre que toutes ces personnes ne soient pas rappelées », a-t-elle déclaré.

Les personnes qui comptent sur la réouverture des entreprises peuvent être surprises de constater qu’une perte temporaire est devenue permanente, a déclaré Mme Zandi. (source)

Parmi les entreprises qui ont fermé, beaucoup ne rouvriront jamais. Les plus durement touchées sont les petites entreprises.

Environ 60 % des entreprises qui ont fermé pendant la pandémie de coronavirus ne rouvriront jamais, et les restaurants ont le plus souffert, selon de nouvelles données de Yelp. (source)

Nous avons donc non seulement des gens qui sont devenus chômeurs, mais aussi des propriétaires d’entreprises qui ont tout perdu. Alors que nous abordons la deuxième série de fermetures d’entreprises aux États-Unis, il n’est pas exagéré de penser que certaines des petites entreprises qui ont jusqu’à présent réussi à se maintenir à flot succomberont aux effets économiques de ces mandats… emportant avec elles encore plus d’emplois et plongeant encore plus de gens dans la pauvreté.

La pauvreté est un cercle vicieux et une chose apparemment insignifiante peut aspirer ceux qui se débattent dans un tourbillon de frais et de pénalités dont il semble impossible de sortir. J’ai écrit ici sur mes propres expériences de la pauvreté. L’inquiétude est qu’encore moins de personnes se remettent financièrement après ce cycle de mandats gouvernementaux, laissant encore plus d’Américains fauchés, affamés et sans abri.

Mais ne vous inquiétez pas – le gouvernement est là pour vous aider, et je dis cela de manière menaçante, comme le fait le président Reagan. Ils ont fourni un chèque de « relance » à tout le monde en Amérique, ils ont donné tellement d’argent du chômage aux gens qu’ils ont gagné plus en restant chez eux qu’en allant travailler, et ils se sont tellement endettés que le nombre est tout simplement insondable.

En fait, ils ont payé des gens pour qu’ils ne travaillent pas. Et ce n’est pas la faute de ces personnes dans la plupart des cas – le gouvernement a forcé la fermeture de leurs lieux de travail, à moins que cela ne soit considéré comme « essentiel ».

Et cela ressemble beaucoup au revenu de base universel. Ou comme j’aime l’appeler, le féodalisme moderne.

"Beaucoup de gens sont prêts à renoncer à leur liberté pour que quelqu’un d’autre puisse s’occuper d’eux.

Ils ne pensent pas qu’ils renoncent à leur liberté. Ils sont convaincus qu’ils adoptent un système intelligent et équitable qui élimine la pauvreté. La cupidité, le droit et le manque d’ambition qui semblent inhérents à de nombreuses personnes aujourd’hui les feront glisser volontairement sous le joug de la servitude.

Ils estiment qu’ils méritent de vivre juste pour avoir respiré. Comme le titre de Gawker le dit, « Un revenu de base universel est l’utopie que nous méritons ».

L’idée d’un revenu de base universel pour tous les citoyens a fait son chemin partout dans le monde. Est-ce trop fou pour y croire ? Nous avons parlé à l’auteur d’un nouveau livre sur les tenants et aboutissants et les rêves utopiques de faire du revenu de base une réalité.

Le mouvement en faveur du revenu de base a reçu un coup de fouet cette semaine, lorsque l’organisation caritative GiveDirectly a annoncé qu’elle allait lancer un projet pilote de 30 millions de dollars sur dix ans pour donner un revenu de base à un groupe choisi de villageois kenyans et en étudier les effets. En tant que solution à la pauvreté, le revenu de base universel s’adresse aux personnes appauvries d’Afrique, aux Scandinaves relativement aisés et aux Américains qui ont perdu leur emploi de façon automatique.

Bien sûr, de l’argent pour rien, ça a l’air génial en surface.

Mais quel serait le résultat réel d’un revenu de base universel ?

Le féodalisme. Le servage. L’esclavage.

L’UBI nous ramènerait rapidement au féodalisme du Moyen Âge. Bien sûr, nous vivrions dans des micro-efficacités modernes au lieu de cabanes. Nous aurions une sorte de travail moderne au lieu d’élever des moutons pour le seigneur du manoir.

Mais, en fin de compte, nous ne posséderions rien, car la propriété privée serait abolie pour tous sauf pour la classe dirigeante. Nous n’aurions plus la possibilité d’avancer dans la vie. On nous fixerait des cours et on nous découragerait fortement de les dévier.

Les gens seront complètement dépendants du gouvernement et de la classe dirigeante pour tout ce qui est nécessaire : nourriture, logement, eau, vêtements. Quel meilleur moyen d’affirmer le contrôle que de rendre la conformité nécessaire à la survie ?" (source)

Avec cette deuxième série de fermetures, combien d’emplois supplémentaires vont disparaître définitivement ? Que vont faire tous ces gens pour se nourrir ? Pour le loyer ? Le gouvernement va leur donner de l’argent. Et nous ne pouvons même pas discuter, vraiment, parce que tout le monde connaît quelqu’un qui a perdu un emploi qu’il avait pendant des décennies et qui ne peut pas trouver d’autre travail.

On pourrait appeler ça autrement, mais le revenu de base universel arrive. Et c’est pour bientôt.

2) Documents de voyage

Ne soyez pas ridicule. Nous n’aurons jamais à montrer nos « papiers » pour voyager librement aux États-Unis.

D’oh !

Pas avant une pandémie de COVID avec toutes ses restrictions subsidiaires. En mars dernier, quelques jours après avoir mis en garde contre le premier confinement, j’ai écrit :

"Pour tous ceux qui pensaient que l’article sur le « Lockdown of America » était une « exagération hystérique » et qu’ils pouvaient toujours faire ce qu’ils voulaient parce que ce n’était pas vraiment appliqué, que pensez-vous maintenant que des « documents de voyage » sont distribués ? Pour moi, on dirait que les mesures de confinement que j’ai écrites hier n’étaient que le premier pas vers une société que personne n’espère voir.

Hier, les lecteurs m’ont envoyé des photos des « documents de voyage » qui leur ont été remis par les employeurs pour leur permettre de se rendre au travail et d’en revenir. Il s’agit d’employés qui travaillent dans des secteurs tels que les soins de santé, les pharmacies et la restauration, ainsi que ceux qui travaillent dans la production, le transport et la vente de fournitures essentielles.

Un lecteur a écrit : « On nous a dit de les montrer si nous étions arrêtés sur le chemin du travail et que si les autorités nous posaient des problèmes, de ne pas nous disputer et de rentrer chez nous ».

Les documents que les gens envoyaient venaient de Pennsylvanie, de New York, d’Arizona, du Michigan, de Caroline du Nord, du Kansas, du New Jersey, de Virginie occidentale, de Virginie, de l’Oregon, de Floride, de Louisiane et de l’Ohio. Les industries mentionnées dans les journaux étaient le camionnage, les épiceries, les cliniques médicales, les hôpitaux, les maisons de repos, les travailleurs des transports en commun, les chemins de fer, les usines de production alimentaire, les pharmacies, les stations d’essence, les magasins comme Target et Walmart, et les ateliers de réparation automobile.

La plupart des gens recevaient leurs papiers le vendredi ou le samedi et on leur disait qu’ils en auraient besoin pour se rendre au travail et en revenir dès la semaine suivante". (source)

Vous pouvez voir certains des documents que les gens m’ont envoyés ici.

3) Le suivi obligatoire des humains par GPS

« Ne soyez pas bête. Personne ne vous suit réellement avec votre téléphone. Vous n’êtes pas Jason Bourne. »

Oups. 2020 a prouvé que c’était un mensonge quand ils ont déployé des applications de traçage de contacts pour s’assurer que vous ne respiriez pas le même air qu’une personne ayant eu un test COVID positif.

"Non seulement les personnes malades ou potentiellement malades doivent s’inquiéter d’être appelées ou interrogées par les traceurs de contacts, mais il existe également un tout nouveau monde de technologie dystopique qui se développe rapidement.

Apple et Google ont formé un partenariat afin de développer une application pour téléphone permettant de surveiller un tiers de la population mondiale. Le gouvernement australien a développé une application appelée COVIDSafe pour « vous protéger, vous, votre famille et vos amis et sauver la vie d’autres Australiens. Plus les Australiens se connecteront à l’application COVIDSafe, plus vite nous pourrons trouver le virus ».

En fait, toutes sortes de nouveaux outils technologiques potentiellement invasifs apparaissent pour « combattre le COVID ». Certains utilisent l’IA pour détecter les signes de COVID et le ministère de la défense déploie l’imagerie thermique pour détecter les signes de COVID.

Ces problèmes ne disparaîtront pas à la fin de la pandémie. S’ils sont utilisés pendant un an ou deux – quelle que soit la durée de présence du virus – il y a de fortes chances qu’ils restent". (source)

Donc… si vous avez un smartphone, soyez rassuré, à un moment donné, vous allez probablement avoir une application comme celle-ci installée de force lors d’une de ces mises à jour incessantes. Bien sûr, ils diront que l’application n’est que le framework et que vous devez l’activer pour qu’elle fonctionne. Oh, attendez, ils ont déjà dit ça. Après avoir installé « le framework ».

4) Les sociétés sans numéraire

D’une manière ou d’une autre, les États-Unis n’ont plus de monnaie.

Il n’y avait plus de pièces à avoir… nulle part… pendant un certain temps. Bloomberg a fait un rapport en août :

"Comme si une profonde récession et une pandémie sans fin n’étaient pas suffisantes, les États-Unis sont maintenant confrontés à une autre crise : une pénurie de pièces. Grâce aux confinements, moins de pièces sont en circulation, ce qui rend les entreprises incapables de rendre la monnaie lorsque les clients remettent du papier-monnaie". (source)

Cela a inquiété beaucoup de gens, d’autant plus que le Venezuela a utilisé COVID pour pousser les citoyens vers une société sans argent liquide. Ici, aux États-Unis, la « pénurie de monnaie » était si importante que de nombreux magasins vous donnent votre monnaie sur une carte de fidélité ou vous invitent à faire don de cette monnaie à une cause quelconque. Une véritable société sans numéraire permettrait un contrôle important sur notre vie quotidienne. Voir cet article pour connaître les effets totalitaires que cela aurait sur nous.

5) Les micropuces

La Darpa s’est impliqué très tôt, vantant les mérites de cette initiative pour nous « sauver » du COVID. Robert Wheeler a écrit :

"Mais les gouvernements n’ont pas à commercialiser la puce comme une méthode pour suivre, tracer et contrôler leurs populations. Au contraire, ils commercialisent la puce comme un moyen de suivre et de détecter le COVID et d’autres coronavirus. Il est clair que c’est beaucoup plus facile à vendre à un public littéralement terrorisé par leurs gouvernements et les grands médias depuis six mois".

Raul Diego détaille la création et le lancement prochain de la nouvelle biopuce dans son article « Une micropuce implantable financée par la DARPA pour détecter COVID-19 pourrait être commercialisée d’ici 2021 », où il écrit,

La découverte scientifique la plus importante depuis la gravité se cache au grand jour depuis près d’une décennie et son potentiel destructeur pour l’humanité est si énorme que la plus grande machine de guerre de la planète a immédiatement déployé ses vastes ressources pour la posséder et la contrôler, en finançant sa recherche et son développement par le biais d’agences comme les National Institutes of Health (NIH), la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) et la BARDA du HHS.

La percée révolutionnaire est arrivée à un scientifique canadien nommé Derek Rossi en 2010 par pur hasard. Ce professeur de Harvard, aujourd’hui à la retraite, a affirmé dans une interview au National Post qu’il avait trouvé un moyen de « reprogrammer » les molécules qui portent les instructions génétiques pour le développement des cellules dans le corps humain, sans parler de toutes les formes de vie biologiques.

Ces molécules sont appelées « acide ribonucléique messager » ou ARNm et la nouvelle capacité à réécrire ces instructions pour produire n’importe quel type de cellule dans un organisme biologique a radicalement changé le cours de la médecine et de la science occidentales, même si personne ne l’a encore vraiment remarqué. Comme Rossi le dit lui-même : « La découverte la plus importante était que vous pouviez maintenant utiliser l’ARNm, et si vous l’introduisiez dans les cellules, alors vous pouviez faire en sorte que l’ARNm exprime n’importe quelle protéine dans les cellules, et c’était ça le plus important ». (Source)

Le discours sur les micropuces s’est éteint, mais le fait qu’il s’agisse d’une discussion et d’un sujet de recherche de COVID devrait être troublant. Quoi qu’il en soit, après le brouhaha initial sur les micropuces, la pression a été redirigée vers notre prochaine théorie du complot.

6) Vaccins obligatoires

Vous vous souvenez de l’époque où personne ne pensait que les adultes seraient un jour obligés de se faire vacciner, sauf pour les « fous théoriciens du complot » ? Eh bien, ce jour arrive plus tôt que ce que beaucoup de gens attendent.

Un vaccin COVID très attendu pourrait être mis en place en quelques jours. Pfizer et BioNTech ont tous deux conclu la phase 3 de la mise sur le marché rapide de leurs vaccins. Il reste encore beaucoup, beaucoup de questions."Le retour à nombre de nos anciennes méthodes familières prendra du temps, et on ne sait pas encore combien de temps. Les réponses attendent de nouvelles recherches sur les vaccins, la manière dont ils peuvent être distribués et le nombre de personnes prêtes à les obtenir.

« Un vaccin ne sera pas disponible immédiatement pour tout le monde », déclare Arthur Reingold, professeur d’épidémiologie à l’école de santé publique de l’université de Californie, à Berkeley…

… « Cela prendra probablement quatre à six mois », dit-il. « Ce que cela me dit, c’est que les gens devront continuer à porter des masques au moins jusqu’au printemps. Nous ne serons pas dans une situation magiquement différente en février ou mars. Je ne vois pas comment cela pourrait arriver ».

Tout aussi importantes sont les inconnues concernant les vaccins eux-mêmes. Les scientifiques ne savent toujours pas combien de temps durera la protection induite par le vaccin, par exemple, ni si les inoculations peuvent bloquer l’infection proprement dite ou seulement empêcher l’apparition de la maladie. Si c’est le cas, c’est-à-dire si les vaccins nous empêchent de tomber malade, mais pas d’être infectés, nous pourrions quand même être contagieux pour les autres. Tant que nous ne le savons pas, ne jetez pas ces masques à la poubelle…

…Andrew Badley, un immunovirologue qui préside le groupe de travail sur le covid-19 de la clinique Mayo, affirme que le retour à des activités normales dépend de nombreux facteurs, notamment du nombre de personnes qui se font vacciner.

« La seule possibilité que la vie revienne à la normale d’ici l’été est que la majorité de la population reçoive les vaccins d’ici là et que les premières données d’efficacité soient confirmées par les études en cours », dit-il. Il ajoute cependant : « Je pense qu’il est peu probable que nous puissions vacciner la majorité de la population d’ici là »". (source)

Et comment vont-ils s’assurer que « la majorité » de la population soit vaccinée ? Le départ sera facile : des tonnes de gens se retrousseront volontiers les manches pour se faire vacciner, alors que le vaccin a été mis sur le marché à la hâte, sans que les effets à long terme aient été testés. Et puis, le reste d’entre nous sera contraint de ne pas pouvoir aller au travail, à un concert, à l’école ou dans un bâtiment public sans avoir la preuve qu’il a été vacciné.

"VOUS MARCHEZ VERS l’arène, prêt pour un grand match, billets en main. Mais ce que vous voyez, c’est une longue file d’attente qui s’enroule autour du coin du bâtiment et un goulot d’étranglement à l’entrée alors que les gens fouillent leurs poches et leurs sacs à main pour trouver un petit bout de papier. Pour être autorisé à entrer, vous devrez également présenter un document prouvant que vous avez reçu un vaccin COVID-19.

C’est l’avenir tel que le voient certains experts : un monde dans lequel vous devrez montrer que vous avez été vacciné contre le nouveau coronavirus pour assister à un match sportif, vous faire faire une manucure, aller au travail ou prendre le train.

« Nous n’en arriverons pas au point où la police du vaccin défoncera votre porte pour vous vacciner », déclare Arthur Caplan, bioéthicien à la faculté de médecine de l’université de New York. Mais lui et plusieurs autres experts de la politique de santé envisagent que des mandats de vaccination pourraient être institués et appliqués par les gouvernements locaux ou les employeurs, comme c’est le cas actuellement pour les enfants d’âge scolaire, le personnel militaire et les travailleurs hospitaliers…

…Les mandats peuvent également être orientés vers les clients. Tout comme les propriétaires d’entreprises peuvent interdire l’accès à leurs restaurants, salons, arènes et magasins aux clients sans chaussures et sans chemise, ils peuvent légalement empêcher les gens d’entrer pour un certain nombre de raisons, « tant qu’ils ne sont pas en infraction avec les lois antidiscriminatoires », explique Dorit Rubinstein Reiss, professeur de droit de la santé et des vaccins à l’université de Californie, Hastings College of the Law.

Lorsqu’un vaccin COVID-19 sera disponible, certains experts pensent que les États exigeront des industries ciblées qu’elles fassent respecter les obligations en matière de vaccins pour leurs employés, en particulier ceux que nous connaissons comme « travailleurs essentiels ».

« Les travailleurs des épiceries sont exposés à beaucoup de gens, mais ont aussi la possibilité d’infecter beaucoup de gens en raison de la nature de leur travail et du fait que pratiquement tout le monde doit acheter de la nourriture », explique Carmel Shachar, directeur exécutif du Petrie-Flom Center for Health Law Policy, Biotechnology, and Bioethics à la faculté de droit de Harvard. Les travailleurs de l’industrie hôtelière – ceux qui travaillent dans les restaurants, les bars et les cafés, par exemple – pourraient également se voir confier des mandats similaires.

« Il est dans l’intérêt de l’employeur de s’assurer que son lieu de travail est protégé et que vous ne pouvez pas infecter vos collègues », explique M. Shachar. « Le fait de disposer d’un vaccin largement accessible permet à de nombreux employeurs de ne pas avoir à contrôler le comportement de leurs clients. » Et avec une main-d’œuvre vaccinée, « vous n’avez pas à vous inquiéter si les personnes que vous servez au restaurant ont le COVID-19 ».

Même le grand public pourrait être incité à se faire vacciner. « Bizarrement, la meilleure façon d’imposer un mandat est de récompenser les gens en leur accordant plus de liberté s’ils respectent ce mandat », explique M. Caplan. Par exemple, avec une preuve d’inoculation, vous pourriez assister à un événement sportif « comme récompense pour avoir fait la bonne chose », dit-il. « Et j’imagine bien les gens dire : si vous voulez aller dans mon restaurant, mon bowling ou mon salon de tatouage, alors je veux aussi voir un certificat de vaccination ».

Des rappels pourraient également être nécessaires, en fonction de l’efficacité des futurs vaccins". (source)

La façon dont tous ces experts prévoient de forcer une population réticente à accepter un vaccin non testé ne vous donne-t-elle pas une impression de chaleur et de confusion ? C’est pour notre propre bien, vous savez.

7) Camps de rééducation

Vous vous rappelez comment nous avions l’habitude de plaisanter sur le fait d’être mis dans des camps de la FEMA ? Eh bien…..

Enfin, pour ceux d’entre nous qui ont toujours cru que ces théories du complot étaient des faits de conspiration – oh – et pour les électeurs de Trump – il y a la discussion sur la façon de nous rééduquer afin de pouvoir réintégrer la société.

Dans un fil de discussion sur Twitter, nous avons vu le côté sombre de certains démocrates « bien éduqués » qui essayaient sincèrement de trouver comment racheter ceux d’entre nous qui n’ont pas voté pour Joe Biden.

"Non sérieusement…comment *faire* pour déprogrammer 75 millions de personnes ? Par où commencer ? Fox ? Facebook ?

Nous devons commencer à penser en termes d’Allemagne ou de Japon de l’après-guerre. Ou les échecs de la reconstruction dans le Sud.

Il ne s’agit pas d’un désaccord politique partisan classique. Il s’agit d’une théorie du complot alimentée par un culte de la mort belligérant contre la réalité et la décence élémentaire.

Les seuls véritables débats politiques dignes d’intérêt se déroulent au sein de la coalition démocrate entre la gauche et le centre gauche.

Je sais que les conservateurs sont contrariés par certaines des réponses données ici. Et oui, beaucoup d’entre elles sont déplacées.

Mais qu’attendez-vous des gens en matière d’auto-préservation ? La droite a fait campagne pendant 4 ans sur le thème « Au diable vos sentiments, mes théories du complot sont des opinions valables, et nous avons plus d’armes ».

Merci d’avoir entamé cette conversation. Ignorer le problème de la propagande et de la désinformation serait une grave erreur. Nous devrions déjà avoir un plan pour le combattre. Le simple fait de remplacer le président ne fait rien. Nous avons besoin d’un véritable effort de déprogrammation, et nous devrions consulter des experts en matière de sectes".

Bien sûr, il ne parle pas vraiment de camps de rééducation. Bien sûr que non.

"Je veux dire, pour l’amour du ciel, les conservateurs se donnent littéralement le COVID juste pour s’approprier les libertés. Ils meurent dans les salles COVID en insistant sur le fait qu’ils n’ont pas le COVID parce que cela doit être un complot libéral.

Les gens vont essayer de trouver comment se défendre.

Et non, bien sûr, je ne préconise pas les « camps de rééducation » ou quoi que ce soit du genre. Le fait est que l’info-divertissement conservateur est une propagande de désinformation indissociable de la programmation culte, et les algorithmes des médias sociaux le permettent".

Et Laura a découvert qu’elle avait mordu un peu plus que ce qu’elle avait l’intention de mâcher. Alors bien sûr, elle a blâmé les non-Américains. (Probablement ces foutus Russes, non ?)

"Les trolls ont découvert ce fil. Je recommande le blocage automatique, car il est organisé et ils ont un ordre du jour. Les chances qu’ils soient de vrais Américains sont minces, voire nulles. Ne vous engagez pas.

Si vous souhaitez savoir comment ces attaques fonctionnent, consultez les tweets ci-dessous. Suggérer des mesures de santé publique ou lutter contre la propagande fait venir des centaines de trolls. Ce n’est pas organique, c’est organisé. La guerre de l’information. Elle a un effet paralysant sur la parole, c’est le but.

Je ne sais pas vraiment comment nous combattons la propagande, la désinformation et la haine lorsque ceux qui s’expriment sur les médias sociaux sont pris pour cible par des tsunamis de haine, de menaces de mort et de viol. Je n’ai jamais rencontré une telle ampleur. Cela a commencé après l’élection".

Bienvenue dans ma boîte de réception depuis 8 ans, Laura. Chaque fois que j’ai posté un article pro-flingues, pro-autodéfense, j’ai été barrée de menaces de viol « créatives » avec une grande variété d’outils et de menaces violentes par la gauche « pacifique ». Des gens ont souhaité la mort de mes enfants lors d’une fusillade dans une école. Alors, pleurez-moi sur les bords d’une rivière, Laura, si votre « discussion réfléchie » sur le fait de nous mettre, moi et des gens comme moi, dans une déprogrammation anti-sectes dans un goulag vous met dans une position désagréable.

Crois-moi, tu t’y habitueras. Tu pourrais même commencer à comprendre pourquoi je possède une arme.

Est-ce juste moi ou 2020 a-t-il été comme lire tous les terriers de « complot fou » sur Internet tout en laissant tomber de l’acide ? Sauf que vous ne pouvez pas descendre du voyage parce que tout se passe réellement.

Lire aussi : Le NY Times affirme que le « Grand Reset » est une « théorie du complot » le jour même où le Forum économique mondial le célèbre

Traduit par Anguille sous roche


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé