www.zejournal.mobi
Samedi, 23 Janv. 2021

James Jeffrey, un membre de l’État profond admet avoir saboté la politique de Trump

Auteur : Moon of Alabama (Etats-Unis) | Editeur : Walt | Mardi, 17 Nov. 2020 - 05h26

James Jeffrey, l’ancien envoyé spécial du président Donald Trump pour la Syrie et contre Daesh, a menti au président Trump durant deux ans.

Jeffrey a toujours fait partie de « l’État profond » qui a tenté de saboter la politique de Trump.

Comme l’écrit Williams :

Quatre ans après avoir signé la désormais célèbre lettre intitulée “Never Trump” accusant le candidat à la présidence de l’époque, Donald Trump, d’être un danger pour l’Amérique, le diplomate Jim Jeffrey, qui prend sa retraite, recommande au nouveau gouvernement Biden de s’en tenir à la politique étrangère de Trump au Moyen-Orient.

Mais même s’il loue le soutien du président à ce qu’il décrit comme une approche de “realpolitik” réussie dans la région, il reconnaît que son équipe a régulièrement induit en erreur les hauts dirigeants sur le niveau des troupes en Syrie.

” Nous brouillions toujours les cartes pour que nos dirigeants ne sachent pas vraiment combien de troupes nous avions là-bas “ a déclaré Jeffrey dans une interview. Le nombre réel de troupes dans le nord-est de la Syrie est “bien supérieur” aux deux cents hommes que Trump a accepté de laisser là-bas en 2019…

“Quel retrait de Syrie ? Il n’y a jamais eu de retrait de Syrie”, a déclaré Jeffrey. “Quand la situation dans le nord-est de la Syrie a été assez stable après que nous avons vaincu ISIS, [Trump] a été enclin à se retirer. Dans chaque cas, nous avons alors décidé de trouver les cinq meilleurs arguments pour justifier notre décision de rester. Et nous avons réussi à chaque fois. Voilà l’histoire”…

L’année dernière, Trump a accepté officiellement de maintenir environ 200 soldats américains stationnés dans le nord-est de la Syrie pour “sécuriser” les champs de pétrole détenus par les alliés kurdes des États-Unis dans la lutte contre ISIS. Il est généralement admis que le nombre réel est en fait plus élevé que cela – des officiels anonymes estiment le nombre à environ 900 aujourd’hui – mais le chiffre précis est classifié et reste inconnu même, semble-t-il, des membres de l’administration de Trump désireux de mettre fin aux soi-disant “guerres éternelles”.

Que le Pentagone, le Département d’État et les différents services secrets aient menti et continuent de mentir à Trump n’est pas nouveau. Que l’un de ces hommes l’admette maintenant ouvertement est rafraîchissant.

Comme Trump le sait maintenant, et comme il a récemment installé ses hommes au Pentagone, il peut en tirer les bonnes conclusions non seulement pour la Syrie mais aussi pour l’Afghanistan.

La décapitation du Pentagone par le président Donald Trump, cette semaine, fait craindre que les États-Unis n’accélèrent le retrait des troupes d’Afghanistan, mettant ainsi les dirigeants nouvellement installés sur une trajectoire de collision avec des généraux de haut rang et d’autres qui réclament un retrait plus réfléchi.

Les responsables de l’administration actuelle et passée affirment que Trump a licencié lundi le secrétaire à la Défense Mark Esper en partie à cause de son opposition à l’accélération du retrait des troupes dans le monde, et en particulier en Afghanistan. Le bouleversement s’est accéléré mardi avec la démission de trois civils de haut niveau et l’installation de loyalistes qui devraient faire appliquer le programme de Trump, et s’est poursuivi mercredi lorsque le colonel retraité Douglas Macgregor, critique sans détour de la guerre en Afghanistan, a été engagé comme conseiller principal du nouveau secrétaire à la défense par intérim, Chris Miller.

Toute mesure visant à accélérer les retraits provoquerait un affrontement avec les principaux généraux du pays et autres civils, qui se sont prononcés publiquement contre un départ trop rapide de l’Afghanistan alors que la situation sécuritaire reste instable. Cela compliquerait également la promesse du président élu Joe Biden de laisser un petit nombre de troupes dans le pays pour le protéger des attaques terroristes.

“Un retrait précipité et presque total des forces américaines d’Afghanistan, non pas selon une approche conditionnelle préconisée par nos dirigeants militaires, politiques et du renseignement, mais plutôt sur la base d’une vieille promesse de campagne du président Trump, maintenant réalisée par des loyalistes partisans fanatiques de Trump installés dans une purge de dernière minute du DoD, est à la fois imprudent et ne rendra pas l’Amérique plus sûre”, a déclaré Marc Polymeropoulos, un officier supérieur des opérations de la CIA à la retraite.

L’occupation américaine de l’Afghanistan a commencé le 7 octobre 2001. Dix-neuf ans et une guerre manifestement perdue plus tard, le retrait des troupes américaines du pays est-il encore « précipité » ?

Macgregor et le Secrétaire à la Défense Miller devraient rédiger un ordre direct au général commandant le Commandement central américain lui disant de retirer toutes les troupes de Syrie, d’Afghanistan et d’Irak dans les 30 prochains jours. Trump doit le signer. Si le CentCom ne suit pas l’ordre du commandant en chef, son chef doit être remplacé et traduit en cour martiale.

C’est ainsi qu’une chaîne de commandement doit fonctionner. Il serait bon que, pour une fois, cela se passe de cette manière.

Traduit par Aube Digitale

Lire aussi: James Jeffrey a menti au président Trump durant deux ans


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé