www.zejournal.mobi
Mercredi, 25 Nov. 2020

Visualisation de la taille relative des particules (dont le COVID-19)

Auteur : Jade | Editeur : Walt | Lundi, 19 Oct. 2020 - 12h56

Ces derniers temps, les plus grandes menaces mondiales ont été de taille microscopique.

De la pandémie mondiale de COVID-19 aux incendies de forêt qui ravagent la côte ouest des États-Unis, il semble que nos poumons ne puissent pas se reposer, ou plus exactement, reprendre leur souffle.

Mais, comme le souligne Carmen Ang, de Visual Capitalist, quelle est la taille des particules que nous combattons actuellement ? Et comment leur taille se compare-t-elle à celle d’autres molécules minuscules ?

Agrandir

Des particules trop petites pour être visibles

Bien que le coronavirus qui cause le COVID-19 soit relativement petit, ce n’est pas la plus petite particule virale qui existe.

Le virus Zika et le bactériophage T4 – responsable d’E. coli – ne représentent qu’une fraction de sa taille, bien qu’ils n’aient pas fait autant de victimes que le COVID-19 à ce jour.

Les particules de coronavirus sont plus petites que les globules rouges ou blancs, mais un seul globule sanguin demeure pratiquement invisible à l’œil nu. Pour l’échelle, nous avons également ajouté un seul cheveu humain comme point de repère à l’extrémité supérieure de la gamme de taille.

À l’autre extrémité du spectre, le pollen, le sel et le sable sont beaucoup plus gros que les virus ou les bactéries. En raison de leur taille relative plus élevée, notre corps est généralement capable de les bloquer – une particule doit être inférieure à 10 microns avant de pouvoir être inhalée dans les voies respiratoires.

De ce fait, le pollen ou le sable restent généralement emprisonnés dans le nez et la gorge avant de pénétrer dans nos poumons. Les particules plus petites, en revanche, peuvent se glisser plus facilement à travers.

La fumée dans le ciel : Pollution de l’air et feux de forêt

Si le virus à l’origine du COVID-19 est certainement la particule la plus répandue actuellement, ce n’est pas la seule qui présente un risque pour la santé. La pollution atmosphérique est l’une des principales causes de décès dans le monde – elle est en fait plus mortelle que le tabagisme, la malaria ou le sida.

Une des principales sources de pollution atmosphérique est la matière particulaire, qui peut contenir des particules de poussière, de saleté, de suie et de fumée. D’une taille moyenne d’environ 2,5 microns, ces particules peuvent souvent pénétrer dans les poumons humains.

À une fraction seulement de la taille comprise entre 0,4 et 0,7 micron, la fumée des feux de forêt représente un danger encore plus grand pour la santé. La recherche a également établi un lien entre l’exposition aux feux de forêt et des problèmes non seulement respiratoires, mais aussi cardiovasculaires et neurologiques.

Voici une carte animée par Flowing Data, montrant comment les choses se sont réchauffées pendant la saison de pointe des incendies de forêt entre août et septembre 2020 :

Quel est le principal enseignement à tirer de tout cela ?

Il existe de nombreux types de taches plus petites que l’œil ne peut voir, et il est intéressant de savoir comment elles peuvent avoir un impact sur la santé humaine.


- Source : Aubedigitale

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé