www.zejournal.mobi
Vendredi, 27 Nov. 2020

Le scandale du rapport falsifié sur les armes chimiques de la Syrie, devant l’ONU

Auteur : Aaron Maté | Editeur : Walt | Mardi, 06 Oct. 2020 - 07h24

Dans des remarques au Conseil de sécurité de l’ONU, Aaron Maté, de the Grayzone, a détaillé le scandale concernant la dissimulation du rapport de l’OIAC[1] et il a exhorté les membres de l’ONU à soutenir les inspecteurs de l’organisme de surveillance des armes chimique dont les preuves ont été supprimées. Nous sommes là devant un scandale dont les conséquences sont très grandes pour la Syrie qui non seulement a été bombardée injustement mais est confrontée aujourd’hui à des sanctions US qui s’appuient sur un rapport falsifié.

Lors d’une réunion Arria-Formula du Conseil de sécurité des Nations Unies, Aaron Maté de The Grayzone a prononcé un discours sur le scandale en cours avec l’OIAC en Syrie.

Les anciens inspecteurs de l’OIAC qui ont enquêté sur une attaque chimique présumée à Douma, en Syrie, en avril 2018, affirment que leur enquête a été censurée et manipulée. Sous la pression directe du gouvernement américain, l’OIAC a dissimulé des éléments de preuve prouvant que l’incident avait été mis en scène sur le terrain, et a préféré publier un rapport qui suggérait la culpabilité du gouvernement syrien. L’allégation contre la Syrie a conduit au bombardement contre la Syrie par les États-Unis, la France et le Royaume-Uni quelques jours seulement après l’incident présumé de Douma. Dans ses remarques, Aaron appelle cela « l’une des histoires mondiales les plus importantes et négligées de mémoire récente » et il exhorte l’ONU et l’OIAC à laisser les inspecteurs de l’OIAC exprimer leurs préoccupations et à présenter les preuves qui ont été supprimées.

L’ancien inspecteur de l’OIAC Ian Henderson, membre de l’équipe de Douma, a également participé à la session de l’ONU ainsi que le physicien primé Ted Postol, professeur émérite du MIT et ancien conseiller du Pentagone.

La vidéo complète de la session de l’ONU peut être visionnée Ici.

Transcription

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Je m’appelle Aaron Maté. Je suis journaliste à The Grayzone, basé aux États-Unis. C’est pour moi un honneur de vous parler aujourd’hui de ce que je pense être l’une des histoires mondiales les plus importantes et les plus négligées de mémoire récente.

L’OIAC, le plus grand organisme mondial de surveillance des armes chimiques, fait face à un grave scandale. Des fuites émanant de l’intérieur suggèrent fortement que l’OIAC s’est gravement compromise. Les implications de cette situation sont graves.

Cela signifierait en clair que l’OIAC a été utilisée pour accuser le gouvernement syrien d’une attaque à l’arme chimique dans la ville de Douma en avril 2018. Cela signifierait également que l’OIAC a été utilisée pour justifier rétroactivement le bombardement de la Syrie par plusieurs États membres, quelques jours seulement après l’incident présumé de Douma. En bref, il semble que l’OIAC ait été utilisée pour justifier des frappes militaires.

Il semble également que l’OIAC ait pris des mesures contre deux anciens responsables qui faisaient partie de l’enquête Douma et avaient contesté la censure des preuves de Douma.

Ces deux fonctionnaires de l’OIAC sont des scientifiques de grande valeur qui ont plus de 25 ans d’expérience combinée au conseil de l’organisation. Pourtant, au lieu d’être protégés et de pouvoir faire part de leurs préoccupations, ces deux scientifiques ont vu leur réputation salie par la direction de l’OIAC.

Il y a des preuves substantielles derrière tout cela. Je vais résumer les détails clés.

La mission d’enquête de l’OIAC, ou FFM, s’est déployée en Syrie et ce qui est connu sous le nom de Pays X pour enquêter sur l’incident de Douma en avril 2018. Ils ont interrogé des dizaines de témoins et visité plusieurs sites clés. Ils ont examiné les bouteilles de gaz trouvées sur les lieux, pris des échantillons chimiques et des centaines de photos, et effectué des mesures détaillées.

À leur retour de Syrie, l’équipe du FFM a rédigé un rapport détaillé et détaillé de leurs conclusions. Mais ce que les enquêteurs ont trouvé à Douma n’est pas ce que l’OIAC a publié officiellement. Et c’est parce que les enquêteurs qui étaient sur le terrain en Syrie ont été niés, et ont vu leurs conclusions censurées.

Les faits clés de cette censure sont, à ma connaissance, incontestés :

1) Le rapport initial des enquêteurs, qui devait être publié prochainement, a été secrètement réédité pour produire une version qui s’écartait fortement de l’original. Les deux versions – l’original et le rapport modifié – ont été publiés par Wikileaks.

En comparant les deux rapports, nous constatons que les faits clés ont été supprimés ou mal traduits. Des conclusions ont également été réécrites à l’appui de l’allégation selon laquelle une attaque au gaz de chlore s’était produite à Douma.

Pourtant, le rapport initial de l’équipe n’a pas conclu qu’une attaque chimique s’était produite. En fait, leur rapport avait présenté la possibilité que des victimes à Douma aient été tuées dans un incident qui était « non lié à la chimie ». Bien que sans être dit, le lecteur pouvait facilement en déduire que les militants qui contrôlaient Douma à l’époque avaient mis en scène la scène pour faire apparaître faussement qu’une attaque chimique s’était produite.

2) Ensuite, il y a l’évaluation toxicologique. Quatre experts d’un État membre de l’OIAC et de l’OTAN ont effectué un examen toxicologique.

Ils ont conclu que les symptômes observés des victimes à Douma « étaient incompatibles avec l’exposition au chlore, et qu’aucun autre produit chimique connu causant les symptômes n’a pu être identifié ».

Cette conclusion a été gardée secrète et est incompatible avec les conclusions du rapport final.

3) Il y a également eu des essais chimiques des échantillons prélevés à Douma. Ces échantillons ont montré que des composés chlorés ont été détectés à ce qui équivalait à des quantités parties par milliard Gamme.

Pourtant, cette conclusion n’a pas non plus été divulguée. En outre, il est apparu plus tard que les produits chimiques eux-mêmes n’ont pas pu être reconnu dans leur unicité : la plupart, sinon la totalité, auraient pu résulter d’un contact avec des produits ménagers tels que l’eau de Javel — ou proviennent d’eau chlorée ou de conservateurs du bois.

Fait crucial, les échantillons de contrôle prélevés par les inspecteurs pour préciser le contexte des résultats de l’analyse n’ont jamais été analysés.

4) En raison d’autres fuites, nous savons maintenant que cette censure a été produite de l’intérieur. L’auteur en chef du rapport initial, identifié par l’OIAC comme l’inspecteur B, faisait partie de ceux qui se sont déployés en Syrie pour l’ensemble de la mission Douma. Les dossiers montrent qu’il était aussi, à l’époque, le meilleur expert de l’OIAC en chimie des armes chimiques.

Le 22 juin 2018 Inspecteur B protesté la rédaction secrète dans un e-mail exprimant sa « plus grave préoccupation ». Je vais le citer : « Après avoir lu ce rapport modifié, que, incidemment, aucun autre membre de l’équipe qui a été déployée à Douma a eu l’occasion de faire, j’ai été frappé par la manière dont il déforme les faits. »

5) Après cet e-mail de protestation, et quelques jours avant que le substitut, rapport intérimaire a été publié le 6 juillet, quelque chose de très inhabituel s’est produit. Une délégation du gouvernement américain a rencontré des membres de l’équipe d’enquête pour tenter de les influencer. Les responsables américains ont encouragé l’équipe de Douma à conclure que le gouvernement syrien avait commis une attaque chimique au chlore. Il convient de noter ici que la délégation américaine a promu cette théorie du chlore malgré le fait qu’il n’était toujours pas connu publiquement qu’aucun agent neurotoxique n’avait été trouvé à Douma.

Les enquêteurs de Douma avaient vu dans cette réunion des pressions inacceptables et une violation des principes déclarés d’indépendance et d’impartialité de l’OIAC. En vertu de la Convention sur les armes chimiques, il est explicitement interdit aux États Parties de chercher à influencer les inspecteurs dans l’exercice de leurs responsabilités.

6) L’intervention de l’inspecteur B a contrecarré la publication imminente du rapport falsifié.

Mais à ce moment-là, les fonctionnaires de l’OIAC ont commencé à gérer la publication d’un nouveau rapport négocié, à savoir le soi-disant rapport intérimaire qui était publié le 6 juillet 2018.

Bien que ce rapport intérimaire ne contienne plus certaines des allégations non étayées que les hauts fonctionnaires de l’OIAC avaient tenté d’insérer, il omettait toujours les faits clés trouvés dans le rapport original non censuré.

7) À cette époque, l’enquête a subi un changement radical. L’inspecteur B, qui avait rédigé le rapport original, a été écarté de l’enquête. Les dirigeants de l’OIAC ont alors décrété que l’enquête, à partir de ce moment-là, serait donnée à une « équipe de base. »

Cette nouvelle équipe de base a officialisé l’exclusion de tous les inspecteurs qui avaient mené l’enquête en Syrie, à l’exception d’un ambulancier paramédical. C’est cette soi-disant équipe de base — et non les inspecteurs qui avaient signé le rapport original — qui a nom  Rapport final de l’OIAC de mars 2019.

8) Ce rapport final différait fortement de ce que les inspecteurs de l’OIAC ont indiqué dans le rapport initial supprimé. Le rapport final concluait qu’il y avait des « motifs raisonnables » de croire qu’une attaque à l’arme chimique s’était produite à Douma et que « le produit chimique toxique était probablement du chlore moléculaire ». De nombreux faits et éléments de preuve cruciaux expurgés du rapport initial ont continué d’être omis.

9) Le rapport final a également présenté un écart important lorsqu’il s’agit de témoignages. Les témoins interrogés ont présenté des récits très contrastés – mais seuls les témoins dont le témoignage appuyait l’utilisation d’armes chimiques ont été utilisés pour éclairer les conclusions du rapport.

Il convient également de noter le déséquilibre dans les lieux des témoins : bien que l’incident chimique allégué ait eu lieu en Syrie, deux fois plus de témoins ont été interrogés dans le pays X.

10) L’une des inférences tirées du rapport final de l’OIAC était que les bouteilles de gaz trouvées à Douma provenaient probablement d’aéronefs militaires. Mais un fuite d’évaluation technique affecté à une sous-équipe du FFM avait trouvé le contraire.

Les dirigeants de l’OIAC n’ont pas encore expliqué sur le fond pourquoi ces preuves critiques ont été exclues et pourquoi le rapport initial a été radicalement modifié.

Le directeur général de l’OIAC, Fernando Arias, a justifié les conclusions du rapport final et excusé les comportements scientifiques présumés frauduleux en déclarant à tort que « la FFM a repris l’essentiel de ses travaux d’analyse » au cours des sept derniers mois de l’enquête – ou après le rapport intérimaire publié en juillet 2018.

Un examen approfondi du rapport final démontre que c’est loin d’être le cas. Comme les inspecteurs dissidents l’ont fait remarquer, au moment de la publication du rapport intérimaire, 31 des 44 échantillons ont été analysés, 34 des 39 entrevues avaient été menées et analysées, et l’étude toxicologique avait déjà été effectuée, mais les conclusions en étaient exclues.

Au cours des huit mois qui ont suivi la publication du rapport intérimaire, seulement 13 nouveaux échantillons ont été analysés ainsi que 5 entrevues supplémentaires.

La comparaison du texte du rapport final avec le rapport original est également instructive. La copie du rapport final copie et passe une grande partie du texte du rapport original – la seule différence est que des preuves gênantes ont été retirées et que des conclusions non étayées ont été ajoutées.

Mais même s’il était vrai que l’essentiel de l’analyse a été effectuée après le rapport intérimaire, le fait que l’OIAC aurait effectué l’essentiel de ses travaux après juillet 2018 n’expliquerait en rien ou ne justifierait en rien la fraude scientifique présumée commise. En fait, cela ne ferait qu’accroître la possibilité qu’il y ait eu plus de fraude.

Au lieu de s’attaquer aux divergences et aux faits choisis, le directeur général de l’OIAC, Fernando Arias, a également dénigré les deux membres de l’équipe de la mission d’enquête de Douma qui ont contesté la manipulation des faits et des preuves.

Le directeur général les a faussement dépeints comme des protagonistes malhonnêtes, ayant seulement des rôles mineurs dans l’enquête et des informations incomplètes.

Pourtant, ces deux inspecteurs sont peu susceptibles d’être candidats soudainement à une carrière de voyous. L’inspecteur A a été identifié comme étant Ian Henderson – il est ici aujourd’hui. Le deuxième inspecteur n’est connu que sous le nom d’inspecteur B. Ils ont servi à l’OIAC pendant 12 et 16 ans, respectivement.

Les évaluations internes de l’OIAC de leur rendement au travail font l’éloge. En 2005, un haut fonctionnaire de l’OIAC a écrit que Henderson a toujours reçu « la cote la plus élevée possible… Je le considère comme l’un des meilleurs de nos chefs d’équipe d’inspection.

En 2018, un supérieur de l’OIAC a écrit que l’inspecteur B « a le plus contribué à la connaissance et à la compréhension de la chimie des armes chimiques appliquée aux inspections ». Un autre manager a décrit B comme « l’un des chefs d’équipe les plus considérés », dont « l’expérience de l’organisation, son régime de vérification et son jugement sont inégalés ».

Il est également important de souligner que les préoccupations internes vont au-delà des membres de l’équipe Douma. Plus tôt cette année, j’ai entendu un fonctionnaire de l’OIAC qui exprimé son indignation face au traitement réservé à Henderson et à l’inspecteur B. Je cite cette personne maintenant :

« Il est tout à fait incroyable que des préoccupations scientifiques valables soient ignorées effrontément au profit d’un récit prédéterminé. Le manque de transparence dans un processus d’enquête aux ramifications aussi énormes est effrayant. Les allégations des deux responsables doivent faire l’objet d’une enquête approfondie et rétablir la fonctionnalité de l’organisation.

Heureusement, les deux inspecteurs impliqués dans cette controverse de Douma ont proposé une voie vers la transparence et la résolution de ce scandale. Plus tôt cette année, ils chacun Écrit lettres à l’OIAC directeur général demandant  que leurs préoccupations soient entendues.

Les inspecteurs ont reçu le soutien de plusieurs personnalités, dont le premier directeur général de l’OIAC, Jose Bustani. En octobre 2019, Bustani a participé à un panel qui a entendu une longue présentation de l’un des enquêteurs Douma.

Bustani a écrit : « Les preuves convaincantes d’un comportement irrégulier dans l’enquête de l’OIAC sur l’attaque chimique présumée de Douma confirment les doutes et les soupçons que j’avais déjà. Je m’attendais toujours à ce que l’OIAC soit un véritable paradigme du multilatéralisme. J’espère que les préoccupations exprimées publiquement par le Groupe spécial, dans sa déclaration de consensus commune, catalyseront un processus par lequel l’Organisation pourra être ressuscitée pour devenir l’organe indépendant et non discriminatoire qu’elle était autrefois ».

J’espère que les paroles de M. Bustani iront plus loin. Dans un premier temps, l’OIAC peut simplement faire ce qu’elle a refusé de faire jusqu’à présent : rencontrer toute l’équipe de Douma et les laisser présenter les preuves qui ont été censurées. Il est très inquiétant que, malgré les allégations en l’espèce, le directeur général de l’OIAC n’ait jamais rencontré les membres de l’équipe de Douma – pas seulement les deux inspecteurs dissidents qui sont connus, mais toute l’équipe. Si l’OIAC est confiante dans ses conclusions, elle ne devrait avoir aucun problème à entendre au moins un point de vue dissident.

L’importance d’aborder cette question va bien au-delà de la détérioration de la réputation de l’OIAC. La Syrie est un pays qui tente maintenant de se reconstruire après une guerre par procuration dévastatrice, qui dure depuis près de dix ans, qui a causé des souffrances, des destructions et des morts massives. Mais alors que la Syrie tente de se reconstruire, elle est maintenant confrontée à un nouveau type de guerre sous la forme de sanctions économiques paralysantes. Pour justifier les sanctions, le gouvernement américain a cité, entre autres, des allégations d’utilisation d’armes chimiques par le gouvernement syrien. Le gouvernement américain affirme également que le gouvernement syrien est la cible de ces sanctions. Mais c’est le peuple syrien qui ressent la douleur. Le rapporteur de l’ONU sur les sanctions affirme que « les sanctions unilatérales appliquées à la Syrie ont fait des victimes indicibles pour les gens ordinaires ». Le Programme alimentaire mondial avertit que les Syriens qui vivent sous le blocus économique sont maintenant confrontés à « une famine de masse ou à un autre exode massif ».

L’utilisation de l’OIAC pour justifier la guerre en Syrie – que ce soit sous la forme de frappes militaires en 2018 ou d’étranglement économique aujourd’hui en 2020 – est en outre tragique à la lumière de la propre histoire de l’OIAC. Il y a tout juste sept ans, l’OIAC a reçu le prix Nobel de la paix pour son travail d’élimination des armes chimiques, y compris en Syrie. Ce fut une réalisation imposante, et un moment d’espoir pour ceux qui cherchent un monde en paix. Quel malheur alors, de voir le meilleur chien de garde mondial des armes chimiques être maintenant potentiellement en état de déposer des allégations non prouvées contre la Syrie et de justifier la guerre contre elle.

Les inspecteurs de l’OIAC qui ont été réduits au silence et décriés tentent de défendre le noble héritage de leur organisation contre l’exploitation politique. J’espère qu’ils seront entendus. Merci.

Note:

[1] En tant qu’organe d’application de la Convention sur les armes chimiques, l’OIAC, avec ses 193 États membres, supervise les efforts mondiaux visant à éliminer de manière permanente et vérifiable les armes chimiques.

(note et traduction de Danielle Bleitrach pour Histoire et société)


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé