www.zejournal.mobi
Mardi, 20 Oct. 2020

Le Danemark se rapproche de la normalité pré-COVID : Pas de masques ou de distanciation dans les écoles, juste du bon sens

Auteur : Patrick Henningsen | Editeur : Walt | Mercredi, 30 Sept. 2020 - 14h46

L’un des aspects les plus diaboliques de la « crise » prolongée du COVID dans des pays comme le Royaume-Uni, les États-Unis et l’Australie, est l’affirmation intellectuellement malhonnête selon laquelle le Coronavirus dans ces pays est en quelque sorte différent du Coronavirus dans d’autres pays occidentaux.

C’est comme s’il y avait maintenant deux univers parallèles. Alors que l’Anglosphère continue d’intensifier ses mesures d’urgence « pandémique » et ses politiques de masques et de quarantaine obligatoires, leurs homologues scandinaves comme la Suède, la Norvège ou le Danemark ont déjà retrouvé une vie normale : pas de masques dans les transports publics (bien que la Norvège vienne d’introduire une nouvelle règle conseillant de porter des masques dans les wagons bondés), pas de règles obsessionnelles de distanciation sociale, pas de confinement brutal, et certainement pas de lois draconiennes et de menaces d’amendes de 11 000 euros (10 000 livres sterling) proférées par les chefs de gouvernement, ou de prise en otage du pays jusqu’à l’arrivée d’un vaccin miracle au printemps. Le contraste ne pourrait pas être plus extrême.

Pourquoi la normalité n’est-elle pas revenue aux États-Unis et au Royaume-Uni ?

Le pire aspect de la nouvelle culture hypocondriaque qui fait l’objet d’une promotion agressive aux États-Unis et au Royaume-Uni est peut-être la façon dont les fonctionnaires et les écoles ciblent maintenant les enfants et les jeunes adultes avec un régime implacable de politiques de santé et de sécurité restrictives et absurdes. L’un des principaux moteurs du chaos scolaire au Royaume-Uni a été les syndicats d’enseignants et des services publics, qui ont saisi l’occasion de la crise pour tirer parti du pouvoir politique et se tailler une place sous les feux de la rampe au niveau national. Les responsables syndicaux ont répété l’affirmation fallacieuse selon laquelle les écoles n’étaient plus sûres à moins qu’un tout nouveau train de règles, de règlements et de garanties gouvernementales ne soit mis en place. La liste des problèmes et des préoccupations s’allonge de jour en jour et menace maintenant de mettre un terme à l’éducation normale.

En raison de cette approche excessivement axée sur la peur pour atténuer les risques, la vie des étudiants et de leurs familles a été inutilement perturbée dans tout le Royaume-Uni. Dès les premières semaines d’école, des milliers d’étudiants ont déjà été retirés de l’école, renvoyés chez eux et placés en quarantaine pendant 14 jours par les administrateurs de l’école, tout cela parce qu’un autre étudiant ou un enseignant avait été testé positif au test PCR pour le COVID.

De nombreuses écoles ordonnent également à tous les élèves du primaire, du secondaire et du lycée de rester en résidence surveillée à la maison pendant leur pause de mi-trimestre, soi-disant pour « enrayer la propagation du virus ».

Les autorités britanniques sont même allées jusqu’à exiger que les étudiants universitaires restent sur le campus pendant les vacances de Noël afin de « stopper la propagation du COVID à leurs familles restées au pays ».

Tout cela se passe à un moment où les hospitalisations et les décès dus au COVID ont chuté à près de zéro au Royaume-Uni. En d’autres termes : la « pandémie », si elle a jamais existé, est maintenant terminée.

GRAPHIQUE : Depuis le mois de mai, les hospitalisations au Royaume-Uni ont chuté, tout comme les décès attribués au COVID19.

Pourtant, ni les responsables de la santé des écoles ou du gouvernement n’admettent volontiers le fait que les jeunes présentent statistiquement un risque quasi nul de complications dues au COVID. De même, presque tous les enseignants se situent bien en dessous de la zone de risque bien établie de la tranche d’âge des personnes âgées. En outre, les responsables britanniques refusent toujours de reconnaître que le test PCR n’est pas seulement peu fiable en tant qu’outil de diagnostic du COVID, mais qu’il ne peut pas non plus identifier à juste titre si un test PCR positif est effectivement un « cas » ou même une « infection ». Cela signifie que l’ensemble des efforts de tests de masse soutenus par les gouvernements sont fatalement imparfaits à la source. Ce n’est pas un sujet de débat, c’est une réalité scientifique.

En revanche, dès le début de la crise, la Suède n’a jamais fermé ses écoles et a seulement exigé de ses étudiants en âge de fréquenter l’université qu’ils migrent temporairement vers l’enseignement à distance en ligne. Les résultats pour la Suède ont été impressionnants – un minimum ou aucune interruption pour des millions d’étudiants dans tout le pays pendant une étape aussi cruciale de leurs années de formation.

Malheureusement, la voie opposée a été suivie aux États-Unis et au Royaume-Uni, et les résultats ont été catastrophiques.

IMAGE : « Vie normale » – une scène d’Amagertorv Stroget à Copenhague, Danemark (Source : Wikicommons)

Contrairement au Royaume-Uni, le syndicat des enseignants danois n’a pas fait appel aux médias pour tenter de prendre le gouvernement et les écoles en otage en menaçant de faire grève si l’État ne pouvait pas garantir que toutes les écoles étaient « sûres » pour les enseignants. Au lieu de cela, il y a eu des discussions saines et mesurées, et une véritable coopération entre le gouvernement et les syndicats d’enseignants. Il est intéressant de noter que les deux parties ont permis aux écoles d’être l’autorité finale sur la manière de gérer les écoles et l’éducation.

Lors d’une récente discussion avec la CBC, Dorte Lange, vice-présidente du syndicat des enseignants danois, a décrit le type d’approche pratique et de bon sens qui semble avoir échappé au brain-trust éducatif en Grande-Bretagne et aux États-Unis – réalisant que « c’est aux écoles de voir quelle est la meilleure façon de progresser avec nos enfants ».

Si certaines mesures de distanciation sociale ont été mises en place dès l’ouverture des écoles en avril et mai, la plupart des principales mesures de précaution ont été levées depuis, car les éducateurs et les administrateurs danois ont reconnu à juste titre qu’il était impossible de continuer à pratiquer l’état d’urgence en masse et sans limite, les masques, les quarantaines sans fin et la distanciation sociale bizarre, sans mettre en péril et finalement ruiner l’expérience éducative de leurs élèves.

Une fois encore, la question fondamentale demeure : si c’est le même virus partout, pourquoi les pays scandinaves ont-ils adopté une approche complètement différente ?

Si l’on met de côté la possibilité très réelle que tout cela fasse partie d’une prise de pouvoir massive de l’État et des entreprises au Royaume-Uni, aux États-Unis, en Australie et ailleurs, une autre question fondamentalement démocratique est en jeu ici. La différence marquée entre les politiques montre que le contrat social entre les citoyens et le gouvernement est toujours vivant et sain en Scandinavie. En d’autres termes : leurs gouvernements souhaitent toujours un arrangement mutuel avec le peuple.

Ce même contrat social a-t-il été abandonné au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Australie ?

Des reportages de la CBC au Danemark…

Soren Vith, directeur de l’école d’Alholm, a déclaré que se rapprocher des élèves comporte des risques, mais il souhaite que l’expérience scolaire soit aussi normale que possible. (Lily Martin/CBC)

Chaque siège de la classe de CM2 de Jens Rodgaard est occupé – il n’y a pas de distance physique du tout.

Lorsqu’un élève lève la main pour poser une question, Rodgaard est à ses côtés en un instant et se penche pour l’aider.

« Vous devez être autour d’eux et les aider, les aider à épeler, les aider à faire des choix, et pour un enseignement correct, nous ne pouvons pas faire cela avec la distance », a déclaré Rodgaard.

Les élèves doivent se désinfecter les mains chaque fois qu’ils entrent dans l’école et les notes ne sont pas censées se mélanger. Mais il n’y a pas de masque visible.

Voici à quoi ressemblait la phase 2 de la réouverture de l’école publique d’Alholm à Copenhague, au Danemark, cette semaine, un mois après le début du second semestre.

« En ce moment, nous essayons de rendre les choses aussi normales que possible, afin de ne pas effrayer les enfants », a déclaré M. Rodgaard, qui enseigne à Alholm depuis 28 ans.

L’objectif de l’école est de rendre l’expérience de l’éducation aussi normale que possible pendant la pandémie de COVID-19.

D’autres écoles ont mis en place davantage de règles. À ce stade, le Danemark autorise chaque école à élaborer ses propres plans de sécurité relatifs au COVID-19.

Pour l’instant, la stratégie du pays visant à contenir le coronavirus semble fonctionner. Des pays du monde entier, dont le Canada, se sont inspirés du modèle danois pour concevoir leurs propres plans scolaires…

Continuer de lire ce reportage sur le site web de la CBC…

* * *

Aujourd’hui, après six mois de pandémie, il est plus clair que jamais que le COVID a simplement révélé une dérive constante vers le fascisme dans certaines parties de l’Occident – une tendance auparavant obscurcie par des cycles sans fin de rhétorique médiatique et politique et de platitudes sur la démocratie, et apaisée par une campagne de peur constante concernant une menace russe inexistante sur quelque chose vaguement appelé « notre mode de vie ». Il est temps que les gardiens de la démocratie dans l’Occident « libre » se regardent dans le miroir.

Traduction Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...