www.zejournal.mobi
Lundi, 19 Oct. 2020

« Laissez-moi vous expliquer ce qui va se passer ensuite… » – Un lecteur résume tout de façon inquiétante

Auteur : Austrian Peter | Editeur : Walt | Vendredi, 25 Sept. 2020 - 14h57

Un lecteur m’a récemment écrit une longue lettre sur ce qu’il ressent par rapport à toute cette histoire de « pandémie ». J’ai pensé qu’il serait bon de la partager, car elle contient tellement de choses qui me rappellent la vérité…

Ton utopie est ma dystopie.

Je viens de me réveiller après avoir lu ZeroHedge tard dans la nuit. Je me suis réveillé avec la conviction que le Covid est utilisé pour mettre en place un État policier :

Ils savent qu’il n’est pas mortel, qu’il ne se répand plus et que le confinement est en train de tuer les quelques petites entreprises qui restent viables. Pourtant, Boris [Johnson] insiste maintenant pour interdire les rassemblements de plus de 6 personnes. Il a rappelé certains petits bureaucrates pour qu’ils fassent respecter la loi dans la rue et a demandé que les gens deviennent des mouchards qui dénoncent leurs voisins pour toute infraction à ces directives. Cela signifie automatiquement que nous devons désormais tous craindre nos voisins, ou les étrangers qui prennent notre numéro de voiture. Comment mieux détruire la confiance mutuelle sur laquelle la société est bâtie ?

Pensez seulement à ce qui se passerait si l’on refusait de plier le genou. En Australie et en Espagne, la police a été prise en train de faire un usage excessif de la force contre ceux qui ne portent pas de masque. Intimidant, n’est-ce pas ? Je pense que je devrais peut-être commencer à en mettre un. Pourtant, la science est claire : les masques n’offrent aucune protection.

Nous savons donc que ces nouvelles restrictions ne sont pas motivées par le souci des autorités de protéger notre santé. Et quelle est la différence entre la situation actuelle et le fait qu’il soit normal que la police vienne à votre porte et vous arrête pour violation de ses protocoles ? Quelle est la différence entre notre situation actuelle et un État policier oppressif ?

Il n’y a qu’une seule différence entre la situation actuelle et l’oppression totale de l’État : Un changement dans le Zeitgeist (l’esprit du temps, ndlr).

Ils ont besoin d’un événement qui changera l’état d’esprit des gens – un événement ou une série d’événements qui nous font craindre « eux ». Un choc psychologique qui donnera à la police la conviction que les choses vont si mal « qu’un peu de force est nécessaire » pour s’assurer que les choses ne dégénèrent pas. Et puis, comme par magie, les « restrictions temporaires » actuelles deviennent une oppression de l’État. Qu’est-ce qui pourrait changer la donne ?

Imaginez ce mois de novembre : Les États-Unis ont 100 villes qui s’enfoncent dans ce qui semble être le début d’une guerre civile, alors que des patriotes s’avèrent vouloir empêcher l’incendie d’Antifa en Amérique centrale. Kamala Harris demande à l’armée d' »expulser » Trump parce qu’il refuse de quitter la Maison Blanche au motif qu’il a gagné le vote populaire alors que les bulletins de vote par correspondance étaient frauduleux.

Pour les Britanniques, le Brexit a causé des problèmes dans les ports – entre autres choses, certaines denrées alimentaires ne passent pas. L’économie allemande s’est effondrée après que l’UE les a empêchés d’exporter des voitures vers le Royaume-Uni (Trump leur a déjà imposé des tarifs), et la banque de l’UE a insisté pour que l’Allemagne laisse les 500 entreprises de taille moyenne non viables (actuellement maintenues en vie grâce à un financement d’urgence) faire faillite.

La Deutsche Bank s’est effondrée, ce qui a déclenché une crise bancaire mondiale. L’Europe n’a aucun moyen de sauver ses banques, car toutes les économies européennes sont gravement touchées et 20 % des travailleurs ont déjà été licenciés. C’est une crise bancaire à la grecque sous stéroïdes. Les gens retirent de l’argent liquide dans l’attente de limites quotidiennes de liquidités. L’or physique aura déjà disparu du marché. Les entreprises qui ont de l’argent en banque achètent donc frénétiquement des bitcoins pour éviter que leur fonds de roulement ne soit « renfloué ».

Les banques auront déjà mis fin aux activités de leurs clients les plus vulnérables – les compagnies aériennes – de sorte que pratiquement aucun avion ne volera. Douvres est encombrée de camions qui s’alignent sur les routes d’accès. Personne ne peut donc quitter Blighty. Et si vous l’avez fait, les mesures d’urgence destinées à prévenir la deuxième vague de Covid exigent que vous soyez maintenu en quarantaine à votre destination. Enfermé dans un hôtel, sous garde militaire (comme en Nouvelle-Zélande), pendant 4 semaines à vos frais et avec des tests fréquents pour s’assurer que vous n’êtes pas porteur. Des données biométriques complètes sont collectées et enregistrées dans un registre européen. Dans la pratique, cela signifie que les voyages deviennent si pénibles qu’il est pratiquement impossible de s’échapper de son pays d’origine.

Vous avez compris l’essentiel ? Novembre pourrait être la fin du monde tel que nous le connaissons » (TEOTWAWKI). Mais voici ce que je veux dire : Pourquoi sommes-nous face à une telle catastrophe si leur objectif n’est pas un État policier ? Personne ne détruit l’économie mondiale et ne crée par accident les conditions d’une Grande Dépression de 10 ans. Il doit s’agir d’une destruction planifiée et intentionnelle d’une grande partie de la civilisation mondiale.

Les preuves sont accablantes. Cette civilisation a été délibérément détruite. Nous sommes actuellement dans une période irréaliste (comme le bel été qui a précédé le carnage de la première guerre mondiale). C’est comme si le coyote Wiley E qui est passé par-dessus la falaise, courait encore mais n’avait pas encore commencé à tomber. Mais quand nous tomberons, comment les gens réagiront-ils en réalisant qu’ils ne travailleront plus jamais, qu’ils ne paieront plus jamais leur hypothèque, qu’ils ne toucheront plus jamais leur pension ? Si l’oppression de l’État et le chaos économique se produisent d’ici Noël, quelle sera la prochaine étape de leur prise de contrôle ?

L’économie mondiale est déjà condamnée. Les chaînes d’approvisionnement déjà rompues font que la situation ne peut qu’empirer. Une fois que le marché des produits dérivés aura disparu et que les banques ne pourront plus financer les lignes de crédit indispensables aux importateurs et aux exportateurs, le commerce s’effondrera et l’approvisionnement en denrées alimentaires cessera.

Il semble inévitable que l’Amérique connaisse davantage de conflits, car les Démocrates & Soros ne montrent aucun signe de vouloir faire avorter leur révolution des couleurs. Peut-être en 2021, peut-être un an ou deux plus tard, mais il viendra un moment où une pénurie de crédit entraînera une déflation. Les banques imprimeront alors davantage et feront pleuvoir l’argent des hélicoptères, ce qui entraînera l’inflation. Et alors les monnaies commenceront à s’effondrer. Beaucoup de gens comprennent que c’est inévitable. Mais que se passera-t-il lorsque les gens en viendront à accepter que l’argent ne va pas valoir le papier sur lequel il est imprimé ? Et donc que garder un emploi ne vaut peut-être pas le danger de quitter sa maison ou de renoncer à la sécurité.

Je résume l’un des articles de la nuit dernière :

« les bêtes de somme ne se rebellent pas, elles ne se montrent plus. La non-présentation peut prendre plusieurs formes : retraite anticipée, congé de maladie, demande de travailler à mi-temps, congé pour stress lié à l’indemnisation des travailleurs, et bien sûr, démission et abandon comme dans le cas présent : « prendre ce travail et s’en débarrasser ». Ils se glissent sans bruit dans les fissures et les crevasses et une fois qu’ils sont partis, il n’y a plus personne pour les remplacer ».

« Lorsque les 4 % de personnes vitales réaliseront que le système ne fonctionne plus pour eux et se retireront, cela aura un effet démesuré sur les 64 %, très probablement des citadins, qui dépendent fortement de services de plus en plus fragiles et cassants dont la fonctionnalité dépend des personnes vitales. Pensez aux conducteurs de métro londonien qui téléphonent pour dire qu’ils sont malades – l’idéologie n’aura pas d’importance.

Ceux qui abandonnent peuvent être conservateurs ou progressistes ou ils peuvent avoir perdu tout intérêt pour la politique et tous les autres cirques qui servent à distraire la population des crises en démolissant le ciment qui maintenait le système en place. « Pour que je ne devienne pas riche, ce rêve est mort il y a longtemps. » Ce qui m’intéresse maintenant, c’est de retrouver ma vie et de me sortir de l’ornière quand les choses s’écroulent ».

Les riches s’échapperont vers leurs maisons de vacances. Les pauvres se révolteront, mais que se passera-t-il ensuite ? Lorsque la façade sociale se fissurera et que le système économique se brisera, il n’y aura plus de société ni d’économie sur lesquelles se reposer. D’ici Noël, il sera évident que la normalité aura disparu pour toujours.

Alors que feront-ils des millions de chômeurs et de personnes effrayées ? Si « ils » laissent Internet ouvert, les gens commenceront à s’organiser, d’abord politiquement, mais si cela ne fonctionne pas, il y aura des émeutes et enfin une révolution. Si on l’éteint, il y aura des émeutes sans être organisés. Éteignez les téléphones et c’est l’enfer. Ne les éteignez pas et les enfants s’organiseront contre l’État – cramer des voitures ou le poste de police local. Avez-vous remarqué que certains postes de police ressemblent à des forts ?

Ce que je veux dire, c’est qu’il est très difficile de ne pas voir les « événements » se produire en novembre. Et une fois qu’ils le font, il est très difficile de voir la vie revenir à la stabilité, sans parler de la « normalité ». Il faudra plutôt contrôler {opprimer} la population avant qu’elle ne prenne le contrôle de l’État. Mais que faire des millions de chômeurs dans une économie en faillite qui sont condamnés à perdre leur monnaie, à vivre dans la pauvreté à long terme et probablement à souffrir de pénuries alimentaires. Il n’y a qu’une seule chose qu' »ils » peuvent faire. Les tuer.

Idéalement, pour l’élite, la deuxième vague de Covid aura un taux de morbidité plus élevé. Assez pour réduire régulièrement la population, mais pas si vite qu’on ne puisse les enterrer dans des fosses à fléaux. Il faudrait que ce soit assez grave pour justifier un confinement sévère, mais il est difficile d’imaginer que cela soit possible sans donner aux gens l’électricité, l’internet et la nourriture et l’argent pour les payer. Et même dans ce cas, ce n’est qu’une solution temporaire, car le confinement ne peut pas durer éternellement. Un verrouillage permanent détruirait rapidement la monnaie, ce qui signifierait l’absence d’électricité et de nourriture.

Peut-être que le Covid-19 v1.0 était censé tuer plus de gens, mais il a échoué. Ou peut-être qu’il a fonctionné comme prévu – ils ne voulaient pas risquer d’en tuer trop au cas où le confinement échouerait et que nous nous révolterions. Mais je ne pense pas qu’ils aient vraiment le choix maintenant. « The Fourth Turning » sera turbulent jusqu’en 2025 et les choses ne seront pas vraiment résolues avant 2030. Comment vont-ils nous gérer pendant encore 10 ans ? Comment vont-ils nous contrôler ? Nous nourrir ?

Ils peuvent déclencher une guerre mais personne ne va se présenter. Faire une guerre pour l’élite ? Utiliser une arme pour tuer des gens que vous ne connaissez pas ? Cela n’arrivera pas. Et ils doivent préserver les soldats professionnels pour « maintenir la paix » dans les villes. Alors, quelles autres options ont-ils que de libérer une arme biologique plus puissante – une guerre nucléaire peut-être ?

L’une des choses effrayantes quand on examine « leurs » options, c’est qu’elles ne sont pas nombreuses. Les choses sont allées trop loin, elles ont détruit l’économie mondiale. Le système est bourré. Que vont-ils faire avec 2 milliards de chômeurs ? Même s’il y a assez de nourriture, mais que les États-Unis ont un bol de poussière en développement, l’Afrique a subi d’énormes ravages de criquets et la Chine se prépare à une pénurie alimentaire. Comment les chômeurs peuvent-ils payer pour cela ? Qui peut leur donner de l’argent sans détruire la monnaie ou si la monnaie est déjà détruite ?

Une chose aussi simple que la baisse actuelle du nombre de taches solaires indique un avenir immédiat de temps plus froid et de rendements agricoles plus faibles. Ajoutez à cela les pénuries de carburant pour les machines agricoles, le manque d’engrais – l’azote est produit par la combustion de beaucoup de pétrole, le manque de lignes d’approvisionnement et la perte de lignes de crédit. Avec les personnes en situation de confinement, « ils » dépendraient d’une économie planifiée (et non d’un marché libre) qui serait inefficace. Une économie planifiée est totalement incapable d’assurer un approvisionnement alimentaire stable lorsqu’il y a des pénuries et que le monde est chaotique.

Ce n’est même pas le fait de nourrir nos villes qui constituera le problème principal. Ce sont les villes du Mexique et de l’Afrique du Nord qui en pâtiront. Elles ne peuvent pas faire face à l’inflation des prix des denrées alimentaires. Mais elles ne mourront pas de faim – elles inonderont les États-Unis ou traverseront la Méditerranée – nous sommes chanceux ! Et que fera Erdogan en Turquie pour nourrir son peuple – rien de bon ! S’il y a de véritables pénuries alimentaires, il faut savoir qu’il y a d’énormes populations musulmanes en France et en Suède, des Turcs et des réfugiés en Allemagne, des ghettos pakistanais au Royaume-Uni et bien d’autres encore d’où ils viennent tous.

Je me sens concerné. Le problème, c’est que je ne vois pas le Brexit résoudre nos problèmes. Bien sûr, cela ne les exacerbera peut-être pas autant que je le crains. Les événements de novembre ne nous mettront peut-être pas dans un état d’oppression. Mais voyez-vous où je veux en venir ? Les choses ont tellement mal tourné qu’elles ne peuvent qu’empirer. Le mois de novembre verra forcément des changements et ils pourraient bien déclencher un changement dans l’esprit du temps, bien que l’importance de ces changements dépende des « événements, mon cher, événements ».

Mais quoi qu’il arrive, je pense qu’il est pratiquement garanti que l’économie et la société continueront à se détériorer.

Pensez-vous que j’ai raison ?

Le mois de novembre sera-t-il le point de basculement ?

Y a-t-il un moyen de revenir en arrière ?

Y aura-t-il quelque chose sur quoi « rebondir » ?

Ou bien s’agit-il d’un cas de type : « nous sommes condamnés, je vous le dis, condamnés ». Et que se passe-t-il lorsque davantage de gens se rendent compte que les élites ont créé une situation où leur seule option est de réduire rapidement la population ! La famine entraînera un conflit social incontrôlable, avec peut-être des musulmans qui massacrent les blancs en général ou les populations juives locales en particulier. Je pense qu’un grand conflit pourrait leur faire perdre le contrôle.

Il est donc difficile d’envisager une autre méthode viable que l’arme biologique. L’Agenda 21 pourrait être mis en œuvre dans le respect du calendrier. Sinon, la solution devra être appliquée dans quelques années, certainement avant 2025. Le calendrier peut dépendre de la production de vaccins, car il faudra qu’il y ait au moins suffisamment de vaccins pour les travailleurs essentiels, la police, l’armée et la classe dirigeante si l’élite veut garder le contrôle.

Traduit par Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...