www.zejournal.mobi
Samedi, 19 Sept. 2020

Des médecins écrivent une lettre ouverte à Fauci concernant l’utilisation de l’hydroxychloroquine pour le traitement du COVID-19

Auteur : The Desert Review (Etats-Unis) | Editeur : Walt | Lundi, 17 Août 2020 - 08h08

Rédigée par George C. Fareed, MD Brawley, Californie Michael M. Jacobs, MD, MPH Pensacola, Floride Donald C. Pompan, MD Salinas, Californie,

12 août 2020

Anthony Fauci, médecin
Institut national des allergies et des maladies infectieuses
Washington, D.C.

Cher Dr Fauci :

Vous avez été mis au premier plan en ce qui concerne la réponse américaine à la pandémie de coronavirus. Les Américains se sont appuyés sur votre expertise médicale concernant le port de masques, la reprise de l’emploi, le retour à l’école et, bien sûr, le traitement médical.

Vos opinions médicales sont largement incontestées. Vous êtes le « tsar du COVID-19 » de facto. Cela est inhabituel dans la profession médicale où les opinions des médecins sont contestées par d’autres médecins sous la forme d’échanges entre médecins dans les hôpitaux, de conférences médicales, ainsi que de débats dans les revues médicales. Vous donnez vos opinions sans les remettre en question, sans opposition publique formelle de la part de médecins qui sont en désaccord passionné avec vous. Il est incontestable que le public est mieux servi lorsque les opinions et les politiques sont basées sur les preuves et la science dominantes, et qu’elles peuvent résister à l’examen minutieux des professionnels de la santé.

Avec l’expérience acquise dans le traitement des infections à COVID-19, les médecins du monde entier ont découvert que les patients à haut risque peuvent être traités avec succès en ambulatoire, dans les 5 à 7 premiers jours suivant l’apparition des symptômes, avec un « cocktail » composé d’hydroxychloroquine, de zinc et d’azithromycine (ou doxycycline). De nombreuses contributions scientifiques à la littérature détaillent l’efficacité du traitement combiné à base d’hydroxychloroquine.

Le Dr Harvey Risch, épidémiologiste renommé de Yale, a publié en mai 2020 un article dans l’American Journal of Epidemiology intitulé « Le traitement précoce en ambulatoire des patients symptomatiques à haut risque atteints de COVID-19 qui devrait être immédiatement intensifié comme clé de la crise pandémique ». Il a également publié un article dans Newsweek en juillet 2020 pour le grand public, exprimant les mêmes conclusions et opinions. Le Dr. Risch est un expert de l’évaluation des données de recherche et des plans d’étude, ayant publié plus de 300 articles. L’évaluation du Dr Risch est qu’il existe des preuves sans équivoque de l’utilisation précoce et sûre du « cocktail HCQ ». S’il y a des problèmes d’intervalle Q-T, la doxycycline peut être substituée à l’azithromycine car elle a une activité contre les virus à ARN sans aucun effet cardiaque.

Pourtant, vous continuez à rejeter l’utilisation de l’hydroxychloroquine, sauf en milieu hospitalier sous la forme d’essais cliniques, en soulignant à plusieurs reprises le manque de preuves à l’appui de son utilisation.

L’hydroxychloroquine, malgré 65 ans d’utilisation pour la malaria, et plus de 40 ans pour le lupus et la polyarthrite rhumatoïde, avec un profil de sécurité bien établi, a été jugée par vous et la FDA comme dangereuse pour le traitement des infections symptomatiques du COVID-19. Vos opinions ont influencé la réflexion des médecins et de leurs patients, des conseils médicaux, des agences fédérales et d’État, des pharmaciens, des hôpitaux et de presque tous ceux qui participent à la prise de décisions médicales.

En effet, vos opinions ont eu un impact sur la santé des Américains, et sur de nombreux aspects de notre vie quotidienne, y compris l’emploi et l’école. Ceux d’entre nous qui prescrivent l’hydroxychloroquine, le zinc et l’azithromycine/doxycycline croient fermement qu’une utilisation précoce en ambulatoire sauverait des dizaines de milliers de vies et permettrait à notre pays de modifier radicalement la réponse au COVID-19. Nous plaidons pour une approche qui réduira la peur et permettra aux Américains de retrouver leur vie.

Nous espérons que nos questions vous obligeront à reconsidérer votre approche actuelle de l’infection par COVID-19.

Questions concernant le traitement précoce en ambulatoire :

  1. Il y a généralement deux stades d’infection symptomatique du COVID-19 ; des symptômes initiaux de type grippal avec une progression vers une tempête de cytokines et une insuffisance respiratoire, correct ?
  2. Lorsque les personnes sont admises à l’hôpital, leur état s’aggrave généralement, n’est-ce pas ?
  3. Il n’existe actuellement aucun médicament spécifique recommandé pour le traitement ambulatoire précoce de l’infection symptomatique par le COVID-19, correct ?
  4. Le Remdesivir et la Dexamethasone sont utilisés pour les patients hospitalisés, correct ?
  5. Il n’existe actuellement aucun traitement pharmacologique précoce en ambulatoire recommandé pour les personnes en phase grippale de la maladie, correct ?
  6. Il est vrai que le COVID-19 est beaucoup plus mortel que la grippe pour les personnes à haut risque telles que les patients âgés et ceux présentant des comorbidités importantes, correct ?
  7. Les personnes présentant des signes d’infection précoce liés au COVID-19 ont généralement le nez qui coule, de la fièvre, de la toux, un essoufflement, une perte d’odorat, etc. et les médecins les renvoient chez eux pour se reposer, manger de la soupe au poulet, etc. mais ne leur proposent aucun médicament spécifique et ciblé, correct ?
  8. Ces personnes à haut risque sont exposées à un risque élevé de décès, de l’ordre de 15 % ou plus, correct ?
  9. Donc, pour que les choses soient claires, la norme actuelle de soins consiste à renvoyer chez eux les patients symptomatiques cliniquement stables, avec une approche « attentiste » ?
  10. Savez-vous que les médecins utilisent avec succès l’hydroxychloroquine combinée au zinc et à l’azithromycine comme « cocktail » pour le traitement ambulatoire précoce des personnes symptomatiques à haut risque ?
  11. Avez-vous entendu parler du « Protocole Zelenko », pour le traitement ambulatoire des patients à haut risque infectés par le COVID 19 ?
  12. Avez-vous lu l’article du Dr. Risch dans l’American Journal of Epidemiology sur le traitement ambulatoire précoce de COVID-19 ?
  13. Savez-vous que les médecins qui utilisent la combinaison de médicaments ou le « cocktail » recommandent de l’utiliser dans les 5 à 7 premiers jours suivant l’apparition des symptômes, avant que la maladie n’affecte les poumons ou que la tempête de cytokines n’évolue ?
  14. Encore une fois, pour être clair, votre recommandation n’est pas un traitement pharmacologique en ambulatoire pour les symptômes de type grippal chez les patients qui sont stables, quels que soient leurs facteurs de risque, correct ?
  15. Préconiseriez-vous un traitement pharmacologique précoce en ambulatoire des patients symptomatiques souffrant du COVID-19 si vous étiez sûr que cela était bénéfique ?
  16. Savez-vous que des centaines de médecins aux États-Unis et des milliers dans le monde entier ont obtenu un succès spectaculaire en traitant des personnes à haut risque en ambulatoire avec ce « cocktail » ?
  17. Savez-vous qu’il existe au moins 10 études démontrant l’efficacité d’un traitement ambulatoire précoce avec le cocktail d’hydroxychloroquine pour les patients à haut risque – cela va donc au-delà de l’anecdote, n’est-ce pas ?
  18. Si l’un de vos proches était diabétique ou asthmatique, ou présentait une comorbidité potentiellement compliquée, et qu’il était testé positif au COVID-19, lui recommanderiez-vous d’attendre de voir comment il va et d’aller à l’hôpital si les symptômes évoluent ?
  19. Même si de nombreuses études ont documenté l’efficacité et la sécurité remarquables du « cocktail » d’hydroxychloroquine en ambulatoire, vous pensez que les risques de la combinaison de médicaments l’emportent sur les avantages ?
  20. Est-il vrai qu’en ce qui concerne l’hydroxychloroquine et le traitement de l’infection à COVID-19, vous avez déclaré à plusieurs reprises que « les preuves accablantes d’essais cliniques randomisés correctement menés n’indiquent aucune efficacité thérapeutique de l’hydroxychloroquine (HCQ) » ?
  21. Mais AUCUN des essais contrôlés randomisés auxquels vous faites référence n’a été réalisé dans les 5 à 7 premiers jours après l’apparition des symptômes – correct ?
  22. Tous les essais contrôlés randomisés auxquels vous faites référence ont été réalisés sur des patients hospitalisés, correct ?
  23. Les patients hospitalisés sont généralement plus malades que les patients en ambulatoire, n’est-ce pas ?
  24. Aucun des essais contrôlés randomisés auxquels vous faites référence n’a utilisé le cocktail complet composé d’hydroxychloroquine, de zinc et d’azithromycine, correct ?
  25. Bien que l’étude de l’Université du Minnesota soit considérée comme réfutant le cocktail, les médicaments n’ont pas été administrés dans les 5 à 7 premiers jours de la maladie, le groupe test n’était pas à haut risque (le taux de mortalité était de 3%) et aucun zinc n’a été administré, correct ?
  26. Encore une fois, pour plus de clarté, les essais sur lesquels vous basez votre opinion concernant l’efficacité de l’hydroxychloroquine n’ont pas évalué le cocktail complet (pour inclure le zinc + l’azithromycine ou la doxycycline), ni administré le traitement dans les 5 à 7 premiers jours suivant les symptômes, et ne se sont pas concentrés sur le groupe à haut risque, correct ?
  27. Par conséquent, vous n’avez aucune base pour conclure que le cocktail d’hydroxychloroquine, lorsqu’il est utilisé au début du traitement ambulatoire, dans les 5 à 7 premiers jours suivant l’apparition des symptômes, chez les patients à haut risque, n’est pas efficace, correct ?
  28. Il est donc faux et trompeur de dire que l’utilisation efficace et sûre de l’hydroxychloroquine, du zinc et de l’azithromycine a été « démystifiée », n’est-ce pas ? Comment pourrait-il en être ainsi si aucune étude ne contredit son utilisation ?
  29. Ne devrait-il pas être une priorité absolue pour les NIH et les CDC d’examiner les moyens de traiter les Américains présentant des infections symptomatiques du COVID-19 à un stade précoce afin de prévenir la progression de la maladie ?
  30. Le virus SARS-CoV-2/COVID-19 est un virus à ARN. Il est bien établi que le zinc interfère avec la réplication virale de l’ARN, n’est-ce pas ?
  31. De plus, n’est-il pas vrai que l’hydroxychloroquine facilite l’entrée du zinc dans la cellule, est un « ionophore », correct ?
  32. N’est-il pas vrai également que l’azithromycine a des propriétés antivirales bien établies ?
  33. Connaissez-vous l’article de Baylor par le Dr McCullough et. al. décrivant les mécanismes établis par lesquels les composants du « cocktail d’HCQ » exercent des effets antiviraux ?
  34. Donc, l’utilisation de l’hydroxychloroquine, de l’azithromycine (ou doxycycline) et du zinc, le « cocktail d’HCQ », est basée sur la science, n’est-ce pas ?

Questions relatives à la sécurité

  1. La FDA écrit ce qui suit : « à la lumière des événements cardiaques graves en cours et de leurs effets secondaires graves, les avantages connus et potentiels de la CQ et de l’HCQ ne l’emportent plus sur les risques connus et potentiels d’une utilisation autorisée ». Ainsi, non seulement la FDA affirme que l’hydroxychloroquine n’est pas efficace, mais elle affirme également qu’il s’agit d’une drogue très dangereuse. Pourtant, n’est-il pas vrai que ce médicament est utilisé comme médicament antipaludique depuis plus de 65 ans ?
  2. N’est-il pas vrai que le médicament a été utilisé pour le lupus et la polyarthrite rhumatoïde pendant de nombreuses années à des doses similaires ?
  3. Connaissez-vous ne serait-ce qu’une seule étude antérieure au COVID -19 qui ait fourni des preuves définitives contre l’utilisation du médicament sur la base de préoccupations de sécurité ?
  4. Savez-vous que la chloroquine ou l’hydroxychloroquine a de nombreux usages approuvés pour l’hydroxychloroquine, notamment l’asthme stéroïdien (étude de 1988), la sarcoïdose pulmonaire avancée (étude de 1988), la sensibilisation des cellules cancéreuses du sein pour la chimiothérapie (étude de 2012), l’atténuation de l’ischémie rénale (étude de 2018), le lupus néphrétique (étude de 2006), le cancer épithélial des ovaires (étude de 2020, pour n’en citer que quelques-uns) ? Où sont mentionnées les préoccupations relatives à la cardiotoxicité ?
  5. Risch estime le risque de décès cardiaque dû à l’hydroxychloroquine à 9/100.000 en utilisant les données fournies par la FDA. Cela ne semble pas être un risque élevé, étant donné que le risque de décès chez un patient âgé présentant des comorbidités peut être de 15 % ou plus. Considérez-vous que 9/100 000 est un risque élevé par rapport au risque de décès chez un patient âgé souffrant de comorbidités ?
  6. Pour mettre les choses en perspective, le médicament est utilisé pendant 65 ans, sans avertissement (mis à part la nécessité de contrôles rétiniens périodiques), mais la FDA ressent en quelque sorte le besoin d’envoyer une alerte le 15 juin 2020 pour signaler que le médicament est dangereux. Cela vous semble-t-il logique, Dr Fauci, sur la base de la « science » ?
  7. De plus, si l’on considère que les protocoles d’utilisation en début de traitement sont de 5 à 7 jours à des doses relativement faibles d’hydroxychloroquine, similaires à ce qui est administré dans d’autres maladies (PR, LED) sur de nombreuses années, cela vous semble-t-il logique qu’une dose de 5 à 7 jours d’hydroxychloroquine non administrée à fortes doses puisse être considérée comme dangereuse ?
  8. Vous savez également que des articles publiés dans le New England Journal of Medicine et le Lancet, dont un de l’Université de Harvard, concernant les dangers de l’hydroxychloroquine ont dû être retirés en raison du fait que les données ont été fabriquées de toutes pièces. Êtes-vous au courant de cela ?
  9. S’il existait des données aussi bonnes sur les risques de l’hydroxychloroquine, on n’aurait pas à utiliser de fausses données, n’est-ce pas ?
  10. Après tout, 65 ans est une longue période pour déterminer si un médicament est sûr ou non, êtes-vous d’accord ?
  11. Dans les essais cliniques auxquels vous avez fait référence (par exemple, les études du Minnesota et du Brésil), aucun décès n’a été directement attribué à l’hydroxychloroquine, n’est-ce pas ?
  12. Selon le Dr. Risch, il n’y a pas de preuves basées sur les données pour conclure que l’hydroxychloroquine est un médicament dangereux. Avez-vous connaissance d’un rapport publié qui réfute les conclusions du Dr. Risch ?
  13. Savez-vous que la décision de la FDA ainsi que vos déclarations ont conduit les gouverneurs de plusieurs États à restreindre l’utilisation de l’hydroxychloroquine ?
  14. Savez-vous que les pharmacies ne remplissent pas les ordonnances pour ce médicament en raison de vos restrictions et de celles de la FDA ?
  15. Savez-vous que les médecins sont sanctionnés par les commissions médicales des États pour avoir prescrit ce médicament sur la base de vos commentaires ainsi que de ceux de la FDA ?
  16. Savez-vous que les personnes qui veulent ce médicament doivent parfois faire appel à des médecins d’autres États pour le demander ?
  17. Et pourtant, vous avez déclaré en mars que, alors que des gens mouraient au rythme de 10 000 patients par semaine, l’hydroxychloroquine ne pouvait être utilisée qu’en milieu hospitalier dans le cadre d’un essai clinique – correct ?
  18. Donc, les personnes qui veulent être traitées pendant cette période critique de 5 à 7 jours et éviter d’être hospitalisées n’ont pas de chance, selon vous, n’est-ce pas ?
  19. Donc, encore une fois, pour être clair, sans la moindre preuve que le cocktail hydroxychloroquine/HCQ est dangereux aux doses actuellement recommandées pour un traitement ambulatoire précoce, vous et la FDA avez rendu très difficile, voire impossible dans certains cas, d’obtenir ce traitement, correct ?

Questions relatives à la méthodologie

La clé pour vaincre le COVID-19 existe déjà. Nous devons commencer à l’utiliser

  1. En ce qui concerne l’utilisation de l’hydroxychloroquine, vous avez fait la même déclaration à plusieurs reprises : « Les preuves écrasantes provenant d’essais cliniques randomisés correctement menés n’indiquent aucune efficacité thérapeutique de l’hydroxychloroquine. » Est-ce exact ?
  2. Dans son article sur l’utilisation précoce de l’hydroxychloroquine, le Dr. Risch conteste votre opinion. Il a évalué scientifiquement les données des études pour étayer ses opinions. Avez-vous publié des articles pour étayer vos opinions ?
  3. Vous affirmez à plusieurs reprises que des essais cliniques randomisés sont nécessaires pour tirer des conclusions concernant les traitements, correct ?
  4. La FDA a approuvé de nombreux médicaments (en particulier dans le domaine du traitement du cancer) sans essais cliniques randomisés, correct ?
  5. Savez-vous que le Dr Thomas Frieden, l’ancien directeur des CDC, a écrit un article dans le New England Journal of Medicine en 2017 intitulé « Evidence for Health Decision Making – Beyond Randomized Clinical Trials (RCT) » ? Avez-vous lu cet article ?
  6. Dans cet article, le Dr Frieden déclare que « de nombreuses sources de données peuvent fournir des preuves valables pour l’action clinique et de santé publique, y compris « l’analyse de données cliniques ou épidémiologiques agrégées » – n’êtes-vous pas d’accord avec cela ?
  7. Frieden parle de « preuves fondées sur la pratique » comme étant essentielles dans de nombreuses découvertes, telles que le SMSN (syndrome de mort subite du nourrisson) – n’êtes-vous pas d’accord avec cela ?
  8. Frieden écrit ce qui suit : « Les systèmes actuels de classement des preuves sont biaisés en faveur des essais cliniques randomisés, ce qui peut conduire à une prise en compte inadéquate des données non issues de l’ECR. Dr. Fauci, avez-vous pris en compte toutes les données non-RCT pour arriver à vos opinions ?
  9. Risch, qui est une autorité mondiale de premier plan dans l’analyse des données cliniques agrégées, a fait une analyse rigoureuse qu’il a publiée concernant le traitement précoce du COVID 19 avec de l’hydroxychloroquine, du zinc et de l’azithromycine. Il cite 5 ou 6 études, et dans un article mis à jour, il y en a 5 ou 6 de plus – un total de 10 à 12 études cliniques avec des données formellement collectées concernant spécifiquement le traitement précoce de COVID. Avez-vous analysé les données agrégées concernant le traitement précoce des patients à haut risque par l’hydroxychloroquine, le zinc et l’azithromycine ?
  10. Y a-t-il un document que vous pouvez produire pour le peuple américain de votre analyse des données agrégées qui réfuterait l’analyse du Dr Risch ?
  11. Pourtant, malgré ce que le Dr. Risch considère comme une preuve écrasante en faveur de l’utilisation précoce de l’hydroxychloroquine, vous rejetez le traitement en insistant sur des essais contrôlés randomisés même en pleine pandémie ?
  12. Souhaiteriez-vous qu’un être cher présentant des comorbidités à haut risque soit placé dans le groupe témoin d’un essai clinique randomisé alors que plusieurs études démontrent la sécurité et l’efficacité spectaculaire de l’utilisation précoce du « cocktail » d’hydroxychloroquine ?
  13. Savez-vous que la FDA a approuvé un certain nombre de médicaments de chimiothérapie anticancéreuse sans essais contrôlés randomisés basés uniquement sur des preuves épidémiologiques. Les essais sont venus plus tard en guise de confirmation. Êtes-vous au courant de cela ?
  14. Vous savez bien qu’il n’y a pas eu d’essais cliniques randomisés dans le cas de la pénicilline qui a sauvé des milliers de vies pendant la Seconde Guerre mondiale ? N’était-ce pas dans l’intérêt de nos soldats ?
  15. Vous conviendrez que de nombreuses vies ont été sauvées grâce à l’utilisation de médicaments anticancéreux et de pénicilline qui ont été utilisés avant tout essai clinique randomisé – n’est-ce pas ?
  16. Vous avez qualifié d' »anecdotiques » les preuves relatives à l’hydroxychloroquine – qui sont définies comme des « preuves recueillies de manière informelle ou occasionnelle et reposant fortement ou entièrement sur des témoignages personnels » – correct ?
  17. Mais il existe de nombreuses études soutenant l’utilisation de l’hydroxychloroquine dans lesquelles les preuves ont été recueillies de manière formelle et non sur la base de témoignages personnels, n’est-ce pas ?
  18. Il serait donc faux de conclure que les preuves soutenant l’utilisation précoce de l’hydroxychloroquine sont anecdotiques, n’est-ce pas ?

Comparaison entre les États-Unis et d’autres pays concernant le taux de mortalité

(Il serait très utile d’avoir les graphiques comparant nos taux de létalité à ceux d’autres pays)

  1. Savez-vous que des pays comme le Sénégal et le Nigeria qui utilisent l’hydroxychloroquine ont des taux de létalité beaucoup plus faibles que les États-Unis ?
  2. Avez-vous réfléchi à la relation entre l’utilisation de l’hydroxychloroquine par un pays donné et son taux de mortalité et pourquoi il y a une forte corrélation entre l’utilisation de l’HCQ et la réduction du taux de mortalité ?
  3. Avez-vous envisagé de consulter un pays comme l’Inde qui a connu un grand succès dans le traitement prophylactique du COVID-19 ?
  4. Pourquoi nos premiers intervenants et les travailleurs de première ligne qui sont à haut risque ne devraient-ils pas au moins avoir la possibilité de bénéficier d’une prophylaxie à base d’HCQ/zinc ?
  5. Nous devrions tous convenir que les pays dont les systèmes de soins de santé sont bien inférieurs ne devraient pas avoir des taux de létalité plus faibles. Réduire notre taux de létalité de près de 5 % à 2,5 %, comme le font de nombreux pays qui utilisent l’HCQ de manière précoce, aurait réduit de moitié le nombre total de décès, n’est-ce pas ?
  6. Pourquoi ne pas consulter les pays qui ont des taux de létalité plus faibles, même sans médicaments coûteux comme le remdesivir et des capacités de soins intensifs beaucoup moins avancées ?

Donner aux Américains la possibilité d’utiliser l’HCQ pour le COVID-19

  1. Harvey Risch, l’éminent épidémiologiste de Yale, a écrit un article dans Newsweek intitulé : « La clé pour vaincre le COVID-19 existe déjà. Nous devons commencer à l’utiliser ». Avez-vous lu l’article ?
  2. Savez-vous que le coût du « cocktail » d’hydroxychloroquine, y compris le Z-pack et le zinc, est d’environ 50 dollars ?
  3. Vous savez que le coût du Remdesivir est d’environ 3 200 $ ?
  4. Cela représente donc environ 60 doses de « cocktail » d’HCQ, n’est-ce pas ?
  5. En fait, le président Trump a eu la prévoyance d’amasser 60 millions de doses d’hydroxychloroquine, et pourtant vous continuez à faire obstacle aux médecins qui veulent utiliser ce médicament pour leurs patients infectés, correct ?
  6. Il s’agit de nombreuses doses de médicaments qui pourraient être utilisées pour traiter nos pauvres, en particulier les minorités et les personnes de couleur qui ont du mal à accéder aux soins de santé. Ils meurent plus fréquemment du COVID-19, n’est-ce pas ?
  7. Mais à cause de votre obstination à bloquer l’utilisation d’HCQ, ce stock est resté largement inutilisé, n’est-ce pas ?
  8. Reconnaîtriez-vous que votre stratégie consistant à dire aux Américains de restreindre leur comportement, de porter des masques et de s’éloigner, et de mettre leur vie en suspens indéfiniment jusqu’à ce qu’il y ait un vaccin ne fonctionne pas ?
  9. Ainsi, 160 000 décès plus tard, une économie en pagaille, des enfants déscolarisés, des suicides et des surdoses de drogue à un niveau record, des gens qui négligent et meurent d’autres maladies, et l’Amérique qui réagit à chaque épidémie par un nouveau verrouillage – n’est-il pas temps de repenser votre stratégie qui dépend entièrement d’un vaccin efficace ?
  10. Pourquoi ne pas envisager une stratégie qui protège les plus vulnérables et permette aux Américains de reprendre leur vie en main et de ne pas attendre une panacée vaccinale qui pourrait ne jamais voir le jour ?
  11. Pourquoi ne pas envisager l’approche que des milliers de médecins du monde entier utilisent, soutenue par un certain nombre d’études dans la littérature, avec un traitement ambulatoire précoce des patients à haut risque pendant généralement une semaine avec de l’HCQ + du Zinc + de l’Azithromycine ?
  12. Vous ne voyez pas de problème au fait que le gouvernement, en raison de votre position, interfère dans certains cas dans le choix d’utiliser l’HCQ. Cela ne devrait-il pas être un choix entre le médecin et le patient ?
  13. Même si certains médecins ne veulent pas utiliser le médicament, les médecins qui pensent qu’il est indiqué ne devraient-ils pas pouvoir l’offrir à leurs patients ?
  14. Savez-vous que les médecins qui plaident publiquement en faveur d’une telle stratégie avec l’utilisation précoce du cocktail HCQ sont réduits au silence avec le retrait de contenu sur Internet et même la censure dans la communauté médicale ?
  15. Vous savez qu’une vingtaine de médecins se sont présentés devant la Cour suprême pour plaider en faveur de l’utilisation précoce du cocktail d’hydroxychloroquine. En fait, vous avez dit qu’il s’agissait « d’une bande de gens qui débitent quelque chose qui n’est pas vrai », Dr Fauci, ce ne sont pas seulement des « gens » – ce sont des médecins qui traitent réellement des patients, contrairement à vous, n’est-ce pas ?
  16. Savez-vous que la vidéo qu’ils ont réalisée est devenue virale avec 17 millions de vues en quelques heures seulement, et qu’elle a ensuite été retirée d’Internet ?
  17. Savez-vous que leur site web, American Frontline Doctors, a été supprimé le lendemain ?
  18. Avez-vous vu la façon dont ce médecin nigérian immigré, le Dr Stella Immanuel, a été raillé dans les médias pour ses opinions religieuses et traité de « sorcier » ?
  19. Savez-vous que le Dr Simone Gold, la chef du groupe, a été licenciée de son poste de médecin aux urgences le lendemain ?
  20. Savez-vous que les médecins qui défendent ce traitement qui a probablement sauvé des millions de vies dans le monde entier sont harcelés par les services de santé locaux, les agences d’État et les conseils médicaux, et même dans leurs propres hôpitaux ? Êtes-vous conscient de cela ?
  21. Ne pensez-vous pas que les médecins devraient avoir le droit de parler au nom de leurs patients sans être menacés de représailles ?
  22. Savez-vous que les vidéos et autres informations éducatives sont retirées d’Internet et étiquetées, selon les termes de Mark Zuckerberg, comme étant de la « désinformation » ?
  23. N’est-ce pas de la désinformation que de caractériser l’hydroxychloroquine, dans les doses utilisées pour le traitement ambulatoire précoce des infections liées au COVID-19, comme un médicament dangereux ?
  24. N’est-il pas trompeur pour vous de déclarer sans cesse au public américain que les essais cliniques randomisés sont la seule source d’information pour confirmer l’efficacité d’un traitement ?
  25. N’était-ce pas de la désinformation lorsque, sur CNN, vous avez cité l’étude de Lancet basée sur de fausses données de Surgisphere comme preuve du manque d’efficacité de l’hydroxychloroquine ?
  26. N’est-ce pas de la désinformation, comme le répète les grands médias à la suite de vos commentaires, qu’un essai clinique randomisé est requis par la FDA pour l’approbation d’un médicament ?
  27. Ne réalisez-vous pas l’ampleur des dommages que cette fausseté perpétue ?
  28. Comment n’est-ce pas de la désinformation pour vous et la FDA que de continuer à dire au public américain que l’hydroxychloroquine est dangereuse alors que vous savez qu’il n’y a rien de plus qu’une preuve anecdotique de cela ?
  29. Fauci, si vous ou un de vos proches étiez infecté par le COVID-19 et présentaient des symptômes de type grippal, et que vous saviez comme vous le faites maintenant qu’il existe un cocktail sûr et efficace que vous pourriez prendre pour éviter une aggravation et la possibilité d’une hospitalisation, pouvez-vous nous dire honnêtement que vous refuseriez le médicament ?
  30. Pourquoi ne pas donner à nos travailleurs de la santé et aux premiers intervenants, qui même avec les équipements de protection individuelle nécessaires, contractent le virus à un taux 3 à 4 fois plus élevé que le grand public, le droit de choisir avec leur médecin s’ils veulent utiliser le médicament à titre prophylactique ?
  31. Pourquoi le gouvernement s’insère-t-il d’une manière sans précédent par rapport à un médicament historiquement sûr et ne laisse-t-il pas aux patients le droit de choisir avec leur médecin ?
  32. Pourquoi ne pas donner au peuple américain le droit de décider avec son médecin s’il veut ou non un traitement ambulatoire dans les 5 à 7 premiers jours de la maladie avec un cocktail sûr et qui coûte environ 50 dollars ?

Questions finales

  1. Fauci, veuillez expliquer comment un essai clinique randomisé, auquel vous faites référence à plusieurs reprises, pour tester le cocktail d’HCQ (hydroxychloroquine, azithromycine et zinc) administré dans les 5 à 7 jours suivant l’apparition des symptômes est même possible maintenant étant donné la diminution du nombre de cas dans tant d’États ?
  2. Par exemple, si les NIH devaient maintenant diriger une étude devant commencer le 15 septembre, où cette étude serait-elle réalisée ?
  3. Veuillez expliquer comment une étude randomisée sur le traitement précoce (dans les 5 à 7 premiers jours suivant l’apparition des symptômes) des infections à haut risque et symptomatiques par le COVID-19 pourrait être réalisée pendant la saison de la grippe et être valable ?
  4. Veuillez expliquer comment des études observationnelles multiples aboutissent aux mêmes résultats en utilisant la même formulation d’hydroxychloroquine + Azithromycine + Zinc administrée dans le même laps de temps pour la même population d’étude (patients à haut risque) n’est pas la preuve que le cocktail fonctionne ?
  5. En fait, comment se fait-il qu’en cas de pandémie, des centaines de médecins libéraux non universitaires n’obtiennent pas les mêmes résultats avec l’utilisation précoce du cocktail d’HCQ ?
  6. Quelle est votre recommandation pour la prise en charge médicale d’un diabétique de 75 ans avec fièvre, toux et perte d’odorat, mais pas encore hypoxique, qui, selon les prestataires des services d’urgence, ne justifie pas son admission ? Nous savons que des centaines de médecins américains (et des milliers d’autres dans le monde) prendraient en charge ce cas avec le cocktail d’HCQ avec un succès prévisible.
  7. Si vous étiez en charge en 1940, auriez-vous conseillé la production en masse de pénicilline en vous basant principalement sur des preuves de laboratoire et une série de cas sur 5 patients en Angleterre ou auriez-vous déclaré qu’un essai clinique randomisé était nécessaire ?
  8. Pourquoi un médecin mettrait-il en jeu sa licence médicale, sa réputation professionnelle et son travail pour recommander le cocktail d’HCQ (qui ne lui rapporte rien) à moins de savoir que le traitement peut aider son patient de manière significative ?
  9. Pourquoi un médecin prendrait-il le médicament lui-même et le prescrirait-il aux membres de sa famille (pour un traitement ou une prophylaxie) à moins qu’il ne soit convaincu que le médicament est bénéfique ?
  10. Comment une pratique médicale éclairée et éthique permet-elle à un patient infecté par le COVID-19 de se détériorer aux premiers stades de l’infection alors qu’il existe un traitement peu coûteux, sûr et extrêmement efficace avec le cocktail d’HCQ, dont la science indique qu’il interfère avec la réplication du coronavirus ?
  11. Comment votre approche d' »attendre et voir » dans les premiers stades de l’infection à COVID-19, en particulier chez les patients à haut risque, suit-elle la science ?

Alors que les questions précédentes portent sur le traitement à base d’hydroxychloroquine, nous avons deux questions concernant les masques.

  1. Si vous vous souvenez bien, vous avez déclaré le 8 mars, quelques semaines seulement avant la dévastation dans le Nord-Est, que les masques n’étaient pas nécessaires. Vous avez ensuite déclaré que vous aviez fait cette déclaration pour éviter une accumulation de masques qui perturberait la disponibilité des travailleurs de la santé. Pourquoi n’avez-vous pas recommandé aux gens de porter des masques pour se protéger, comme nous le faisons maintenant ?
  2. Au contraire, vous n’avez pas émis un tel avertissement et les gens prenaient le métro et rendaient visite à leurs proches dans les maisons de retraite sans se couvrir le visage. Actuellement, votre position est que le port du masque facial est essentiel. Veuillez expliquer si vous avez fait une erreur au début du mois de mars et comment vous pourriez procéder différemment maintenant.

Conclusion

Depuis le début de la pandémie, les médecins ont utilisé l’hydroxychloroquine pour traiter les infections symptomatiques du COVID-19, ainsi que pour la prophylaxie. Les résultats initiaux ont été mitigés car les indications et les doses ont été étudiées pour maximiser les résultats et minimiser les risques. Il en est ressorti que l’hydroxychloroquine semblait donner les meilleurs résultats lorsqu’elle était associée à l’azithromycine. En fait, c’est le président des États-Unis qui vous a recommandé publiquement au début de la pandémie, début mars, d’envisager un traitement précoce à l’hydroxychloroquine et un « Z-Pack ». D’autres études ont montré que les patients ne semblaient pas bénéficier d’un traitement à l’hydroxychloroquine pour les infections à COVID-19 à un stade tardif de la maladie, généralement en milieu hospitalier, mais que le traitement était toujours efficace, même chez les patients à haut risque, lorsque l’hydroxychloroquine était administrée dans un « cocktail » avec de l’azithromycine et, surtout, du zinc dans les 5 à 7 premiers jours suivant l’apparition des symptômes. Les résultats sont, en fait, spectaculaires.

Comme l’indique clairement l’article McCullough de Baylor, et décrit par le Dr Vladimir Zelenko, l’efficacité du cocktail d’HCQ est basée sur la pharmacologie de l’ionophore hydroxychloroquine agissant comme « pistolet » et du zinc comme « balle », tandis que l’azithromycine potentialise l’effet anti-viral. Il est indéniable que le traitement combiné à l’hydroxychloroquine est soutenu par la science. Pourtant, vous continuez à ignorer la « science » qui se cache derrière la maladie. La réplication virale se produit rapidement dans les 5 à 7 premiers jours des symptômes et peut être traitée à ce moment avec le cocktail d’HCQ. Au contraire, vos actions ont empêché les patients de se faire soigner à ce stade précoce. Sans un tel traitement, certains patients, en particulier ceux à haut risque avec des comorbidités, se détériorent et doivent être hospitalisés pour une tempête de cytokines évolutive entraînant une pneumonie, une insuffisance respiratoire et une intubation avec un taux de mortalité de 50%. Le rejet de la science entraîne une mauvaise médecine, et le résultat est plus de 160 000 Américains morts. Les pays qui ont suivi la science et traité la maladie à un stade précoce ont de bien meilleurs résultats, un fait qui a été caché au public américain.

Malgré les preuves de plus en plus nombreuses et les plaidoyers passionnés de centaines de médecins de première ligne, votre position était et continue d’être que les essais contrôlés randomisés (ECR) n’ont pas montré qu’il y avait des avantages. Cependant, pas un seul essai contrôlé randomisé n’a testé ce qui est recommandé : l’utilisation du cocktail complet (en particulier le zinc), chez les patients à haut risque, commencé dans les 5 à 7 premiers jours suivant l’apparition des symptômes. L’utilisation de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine à un stade avancé de la maladie, avec ou sans zinc, ne donne pas les mêmes résultats, positifs sans équivoque.

Le Dr Thomas Frieden, dans un article du New England Journal of Medicine de 2017 concernant les essais cliniques randomisés, a souligné qu’il existe des situations dans lesquelles il est tout à fait approprié d’utiliser d’autres formes de preuves pour valider scientifiquement un traitement. C’est le cas lors d’une pandémie qui se déplace comme un feu de broussailles en sautant dans différentes parties du pays. Insister sur des essais cliniques randomisés en pleine pandémie est tout simplement insensé. Le Dr Harvey Risch, épidémiologiste de Yale de renommée mondiale, a analysé toutes les données concernant l’utilisation du cocktail hydroxychloroquine/HCQ et a conclu que les preuves de son efficacité lorsqu’il est utilisé au début de l’infection par le COVID-19 sont sans équivoque.

Curieusement, malgré un dossier de sécurité de plus de 65 ans, la FDA a soudainement jugé que l’hydroxychloroquine était un médicament dangereux, notamment en ce qui concerne la cardiotoxicité. Le Dr. Risch a analysé les données fournies par la FDA et a conclu que le risque d’un événement cardiaque important dû à l’hydroxychloroquine est extrêmement faible, surtout si on le compare au taux de mortalité des patients atteints de COVID-19 présentant des comorbidités à haut risque. Comment concilier le fait que pendant quarante ans, les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde et de lupus ont été traités sur de longues périodes, souvent pendant des années, avec de l’hydroxychloroquine et qu’aujourd’hui, on s’inquiète soudainement d’un traitement de 5 à 7 jours avec de l’hydroxychloroquine à des doses similaires ou légèrement plus élevées ? La déclaration de la FDA concernant l’hydroxychloroquine et le risque cardiaque est manifestement fausse et trompeuse de façon alarmante pour les médecins, les pharmaciens, les patients et les autres professionnels de la santé. Les avantages de l’utilisation précoce de l’hydroxychloroquine pour prévenir l’hospitalisation des patients à haut risque atteints d’une infection par COVID-19 dépassent de loin les risques. Les médecins ne peuvent pas obtenir le médicament pour leurs patients et, dans certains cas, leur état les empêche de prescrire de l’hydroxychloroquine. L’obstruction du gouvernement au traitement précoce des patients symptomatiques à haut risque de COVID-19 avec de l’hydroxychloroquine, un médicament utilisé de manière intensive et sûre depuis si longtemps, est sans précédent.

Il est essentiel que vous disiez la vérité au public américain concernant la sécurité et l’efficacité du cocktail hydroxychloroquine/HCQ. Le gouvernement doit protéger et faciliter la relation sacrée et vénérée entre le médecin et le patient en permettant aux médecins de traiter leurs patients. L’obstruction et l’obstruction du gouvernement sont aussi mortelles que la tempête de cytokines.

Les Américains ne doivent pas continuer à mourir inutilement. Les adultes doivent reprendre leur emploi et nos jeunes doivent retourner à l’école. Le fait de verrouiller l’Amérique en attendant un vaccin imparfait a fait bien plus de dégâts aux Américains que le coronavirus. Nous sommes convaincus que des milliers de vies seraient sauvées si les personnes à haut risque étaient traitées rapidement avec un cocktail d’hydroxychloroquine, de zinc et d’azithromycine. Les Américains ne doivent pas vivre dans la peur. Comme le déclare l’article du Dr Harvey Risch dans Newsweek, « La clé pour vaincre le COVID-19 existe déjà. Nous devons commencer à l’utiliser ».

Très respectueusement,

George C. Fareed, MD, Brawley, Californie

Michael M. Jacobs, MD, MPH, Pensacola, Floride

Donald C. Pompan, MD, Salinas, Californie

Traduction par Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...