www.zejournal.mobi
Vendredi, 25 Sept. 2020

Le business de la famille Maxwell : Espionnage (1ère partie)

Auteur : Whitney Webb | Editeur : Walt | Samedi, 18 Juill. 2020 - 07h53

Ghislaine Maxwell n’est pas la seule Maxwell à poursuivre le travail controversé de son père dans les services de renseignement, d’autres membres de la fratrie ont repris le flambeau du rôle considérable de Robert Maxwell dans le scandale du logiciel PROMIS et dans les opérations d’espionnage high-tech qui en ont découlé.

Beaucoup ont été surpris d’apprendre au début de ce mois que Ghislaine Maxwell, la principale co-conspiratrice de l’opération impliquant Jeffrey Epstein de chantage sexuel liée aux services de renseignements, se cachait en Nouvelle-Angleterre depuis l’arrestation d’Epstein et le « suicide » qui s’en est suivi l’été dernier. Sa récente arrestation a bien sûr attiré l’attention sur le scandale Epstein et sur les liens de Ghislaine avec toute l’opération, dans laquelle elle a joué un rôle central et crucial, sans doute plus que Epstein même.

Il a été rapporté pour la première fois que Ghislaine vivait en Nouvelle-Angleterre dans le manoir de son prétendu petit ami Scott Borgeson le 14 août de l’année dernière. Bien que l’on pense que Maxwell y soit resté jusqu’à ce qu’elle achète la maison du New Hampshire où elle a été arrêtée, l’attention portée sur sa présence sur la côte Est a été immédiatement et sensationnellement redirigée vers la côte Ouest lorsque, un jour plus tard, le 15 août, le New York Post a publié une photo montrant prétendument Maxwell lisant un livre sur les « agents de la CIA » dans un In-N-Out Burger à Los Angeles, en Californie. La photo a ensuite été révélée comme ayant été retouchée et falsifiée, mais elle a finalement servi à détourner l’attention de son emplacement réel en Nouvelle-Angleterre.

Tandis que les médias couvraient frénétiquement la fausse photo du In-N-Out Burger, l’apparition d’un visiteur inattendu à proximité du manoir de Borgeson a réussi à passer largement inaperçue. Le 18 août, Christine, la sœur de Ghislaine, a été aperçue en train de « ranger un certain nombre de valises » dans un 4×4 à quelques kilomètres du manoir de Borgeson, « en bord de mer ». Christine, qui vit et travaille actuellement à Dallas, au Texas, a refusé de commenter les raisons pour lesquelles elle se rendait dans la zone exacte où Ghislaine se cachait prétendument à ce moment-là.

Parmi les sept frères et sœurs Maxwell, Ghislaine Maxwell a sans aucun doute fait l’objet de la plus grande attention des médias, à la fois ces dernières années et, sans doute, depuis l’homicide présumé du patriarche de la famille, Robert Maxwell, en 1991. Dans les années qui ont suivi sa mort, les liens étroits de Robert Maxwell avec les services de renseignement israéliens et ses liens avec d’autres agences de renseignement ont été documentés par des journalistes et des enquêteurs respectés, dont Seymour Hersh et Gordon Thomas, entre autres.

Depuis, les propres liens de Ghislaine avec les services de renseignement en relation avec son rôle crucial dans la facilitation de l’opération de chantage sexuel de Jeffrey Epstein ont été mis en lumière. Peu, voire aucune attention n’a été accordée à ses frères et sœurs, en particulier Christine et sa sœur jumelle, Isabel, bien qu’ils aient occupé des postes de haut niveau dans la société écran des services de renseignement israéliens qui a facilité le plus grand acte d’espionnage de leur père au nom d’Israël, la vente du logiciel PROMIS aux laboratoires nationaux américains au cœur du système d’armes nucléaires du pays.

De plus, Christine et Isabel ont ensuite été directement impliquées dans des entreprises commerciales basées sur la technologie qui impliquaient directement Ghislaine pendant la période même où elle travaillait avec Epstein pour le compte des services de renseignement israéliens et américains afin d’entraîner de puissantes personnalités politiques et publiques américaines dans un chantage sexuel impliquant des mineurs. À l’époque, Ghislaine a décrit sa profession à un certain nombre de journaux comme « opératrice Internet ». Puis, après la vente de cette entreprise de plusieurs millions de dollars à un concurrent, Christine et Isabel qui étaient étroitement liées respectivement aux services de renseignements américains et israéliens se sont retrouvées impliquées dans le scandale du logiciel PROMIS.

Ghislaine elle-même était également impliquée dans ces affaires, tout comme Jeffrey Epstein après sa première arrestation, alors qu’ils commençaient à courtiser les plus grands noms de la scène technologique américaine, des plus puissantes sociétés de capital-risque de la Silicon Valley à ses titans les plus connus. Cela a également coïncidé avec les investissements d’Epstein dans des entreprises technologiques israéliennes liées aux services de renseignement et avec ses déclarations de chantage à l’encontre des PDG de grandes entreprises technologiques pendant cette même période.

Le nom de Ghislaine et ses liens avec les services de renseignement étant désormais de retour dans la sphère médiatique, il est nécessaire d’accorder l’attention qu’ils méritent aux détails de ces opérations d’espionnage axées sur la technologie, qui durent depuis des décennies, et à leurs liens persistants avec les sœurs Maxwell, car la nécessité de faire connaître le véritable business de la famille Maxwell – l’espionnage – est maintenant plus grande que jamais.

Robert Maxwell (rangée du fond, au centre) photographié avec sa femme Betty (assise avec sa plus jeune fille Ghislaine sur ses genoux) et sept de leurs huit enfants à la maison, dans le Headington Hill Hall, à Oxford. Lorsque cette photo a été prise, Ian (5) avait 11 ans et fréquentait l’école préparatoire, tandis qu’Isabel, alors âgée de 17 ans (4), était au lycée avec leur sœur Christine (3), et que leur fils cadet Kevin, 8 ans (6), était à l’école préparatoire. Le deuxième fils aîné, Philip (1), était entré en deuxième année de licence au Balliol College d’Oxford, tandis que Anne (2) étudiait au St Hugh’s College

Pièges et trahison

L’une des opérations les plus audacieuses et les plus réussies menées par les services de renseignement israéliens à l’échelle mondiale est sans conteste la vente d’un logiciel « sur écoute » à des gouvernements, des entreprises et de grandes institutions financières et scientifiques du monde entier. Ce logiciel, connu sous le nom de Prosecutor’s Information Management System ou par son acronyme PROMIS, a été créé et commercialisé à l’origine par Inslaw Inc, une société créée par l’ancien responsable de la NSA Bill Hamilton et sa femme Nancy.

En 1982, Inslaw a loué son logiciel révolutionnaire PROMIS au Département de la Justice des États-Unis, alors dirigé par l’archi-néocon Edwin Meese III, le conseiller le plus fiable de Ronald Reagan et qui allait plus tard conseiller Donald Trump après les élections de 2016. Le succès de ce logiciel, qui permettait l’intégration de bases de données distinctes et l’analyse d’informations à une échelle jusqu’alors inimaginable, a fini par attirer l’attention de Rafi Eitan, le célèbre et légendaire maître espion israélien et superviseur de « l’espion le plus nuisible » de l’histoire américaine, Jonathan Pollard. Eitan, à l’époque, était à la tête du service de renseignement israélien aujourd’hui disparu, connu sous le nom de Lekem, qui se concentrait spécifiquement sur l’espionnage lié aux informations et découvertes scientifiques et techniques.

Eitan avait d’abord entendu parler de PROMIS par Earl Brian. Brian était un associé de longue date de Ronald Reagan qui avait auparavant travaillé pour la CIA dans des opérations secrètes et avait été en charge du programme de santé de Reagan lorsque celui-ci était gouverneur de Californie. Brian se vantait souvent du surnom qu’il avait acquis en supervisant cette initiative de soins de santé – « l’homme qui a marché sur la mort ». En 1982, cependant, Brian tentait de construire un empire commercial, dans lequel la femme de l’ex-Procureur Général Ed Meese était une investisseuse importante, et il avait rencontré Eitan pour la première fois alors qu’il tentait de vendre un système de santé en Iran.

Brian a divulgué l’efficacité de PROMIS, mais – au lieu de faire l’éloge de son approche révolutionnaire de l’analyse des données – il a exprimé sa frustration de voir que le logiciel permettait aux enquêteurs fédéraux américains de suivre et de cibler avec succès le blanchiment d’argent et d’autres crimes financiers. Il a également exprimé sa frustration d’avoir été laissé à l’écart des bénéfices de PROMIS, dont il a suivi le développement de près pendant plusieurs années.

Au fil de leur conversation, Eitan et Brian ont imaginé un plan pour installer une « trappe », aujourd’hui plus souvent appelée « porte dérobée », dans le logiciel. Ils commercialiseraient ensuite PROMIS dans le monde entier, fournissant aux services de renseignement israéliens et aux éléments alliés des services de renseignement américains une fenêtre directe sur les opérations de leurs ennemis et alliés, tout en permettant à Eitan et Brian de réaliser des profits considérables grâce à la vente du logiciel. Brian, bien sûr, serait également en mesure d’utiliser PROMIS pour contourner les autorités chargées d’enquêter sur les crimes financiers.

Selon le témoignage d’un ancien responsable du Mossad Ari Ben-Menashe, après qu’une copie de PROMIS ait été obtenue par les services secrets militaires israéliens (via une collusion directe avec le Département de la Justice américain), Ben-Menashe a contacté un programmeur israélo-américain vivant en Californie sur ordre d’Eitan. Ce programmeur a alors placé une « trappe » ou porte dérobée dans le logiciel qui permettrait à Lekem d’accéder secrètement à toute base de données connectée à un dispositif sur lequel le logiciel était installé.

Une fois la porte dérobée en place, Brian a tenté d’utiliser sa société Hadron Inc. pour commercialiser le logiciel PROMIS dans le monde entier, bien qu’il ait d’abord tenté de racheter Inslaw pour ce faire. En vain, Brian s’est tourné vers son ami proche, le Procureur Général de l’époque Ed Meese, et le Département de la Justice a alors brusquement refusé d’effectuer les paiements à Inslaw qui avaient été stipulés par le contrat, utilisant le logiciel gratuitement, ce qu’Inslaw a prétendu être du vol.

Les actions de Meese allaient mettre Inslaw en faillite et Inslaw a ensuite poursuivi le Département de la Justice, un tribunal américain ayant par la suite conclu que le Département dirigé par Meese « avait pris, converti, volé » le logiciel par « supercherie, fraude et tromperie ». Une fois Inslaw éliminé, Brian a vendu le logiciel aux services de renseignement jordaniens et irakiens, une aubaine pour Israël, ainsi qu’à une poignée d’entreprises. Malgré cela, Eitan n’était pas satisfait de Brian et Hadron et il s’est rapidement tourné vers la personne qui, selon lui, pouvait le plus efficacement commercialiser et vendre PROMIS à des gouvernements d’intérêt du monde entier, Robert Maxwell.

Ghislaine Maxwell, à l’extrême droite, regarde le cercueil de son père être déchargé d’un avion à Jérusalem, 8 novembre 1991

D’abord recruté comme un atout des services de renseignement israéliens au début des années 1960, Maxwell a vu sa position au sein des services de renseignement israéliens se renforcer considérablement à partir du début des années 1980, lorsqu’il a acheté un réseau de sociétés israéliennes, dont beaucoup étaient des « fournisseurs de services » officiels du Mossad. L’une de ces sociétés, une société informatique appelée Degem, a été utilisée pendant des années pour fournir une couverture aux assassins du Mossad qui commettaient des enlèvements et des meurtres aux États-Unis et en Afrique.

Par l’intermédiaire de Degem et d’autres sociétés appartenant à Maxwell basées en Israël et ailleurs, Maxwell a commercialisé PROMIS avec un tel succès que les services de renseignements israéliens ont rapidement eu accès aux rouages les plus secrets d’innombrables gouvernements, sociétés, banques et services de renseignements dans le monde entier. La vente de PROMIS à des dictateurs d’Europe de l’Est, d’Afrique et d’Amérique a été l’une des plus grandes réussites de Maxwell. Suite à la vente et après que Maxwell ait encaissé un beau chèque de paie, la capacité inégalée de PROMIS à suivre et à surveiller tout ce qui se passe – des flux de trésorerie aux mouvements humains – a été utilisée par ces gouvernements pour commettre des crimes financiers avec plus de finesse et a servi à traquer et à faire disparaître les dissidents. Les services de renseignement israéliens ont bien sûr suivi tout cela en temps réel.

En Amérique, par exemple, Maxwell a vendu PROMIS à des dictatures militaires au Chili et en Argentine, qui ont été utilisées pour faciliter le meurtre de masse qui a caractérisé l’Opération Condor, car les amis et les familles des dissidents et des soi-disant subversifs ont été facilement identifiés grâce à PROMIS. PROMIS a été si efficace à cette fin que, quelques jours seulement après que Maxwell ait vendu le logiciel au Guatemala, sa dictature soutenue par les États-Unis a arrêté 20 000 « subversifs » dont on n’a plus jamais entendu parler. Bien sûr, grâce à la porte dérobée de PROMIS, les services secrets israéliens ont pu connaître l’identité des disparus guatémaltèques avant les propres familles des victimes. Israël était également intimement impliqué dans l’armement et l’entraînement de nombreuses dictatures latino-américaines auxquelles le logiciel PROMIS avait été vendu.

Bien que les services de renseignement israéliens aient trouvé un usage évident au flux constant d’informations sensibles et classifiées, leur plus grand prix était encore à venir : les laboratoires gouvernementaux top secrets des États-Unis. Eitan a chargé Maxwell de vendre PROMIS aux laboratoires américains du complexe de Los Alamos, dont le Sandia National Laboratory, qui était et est au cœur du système d’armes nucléaires américain. La vente de PROMIS à ces laboratoires par Maxwell s’est notamment produite à la même période, en 1984, lorsqu’Eitan a chargé l’un des meilleurs experts israéliens en ciblage nucléaire de superviser l’espionnage de Jonathan Pollard des secrets nucléaires américains au nom d’Israël.

Jonathan Jay Pollard, officier dans les services de renseignement de la marine américaine a été condamné à perpétuité aux États-Unis pour espionnage au profit d’Israël en 1987 puis libéré le 20 novembre 2015 suite à des pressions d’Israël après 30 ans d’emprisonnement

Afin d’imaginer comment il allait accomplir un tel exploit, Maxwell a rencontré nul autre que Henry Kissinger, qui lui a dit que – pour vendre PROMIS à ces laboratoires sensibles – il devait s’assurer les services du Sénateur du Texas de l’époque, John Tower, qui était à la tête de la Commission des Services Armés du Sénat à l’époque. Maxwell a rapidement conclu un accord avec Tower et, avec l’argent du Mossad, a payé Tower 200 000 dollars pour ses services, qui comprenaient l’ouverture des portes – non seulement du complexe de Los Alamos, mais aussi de la Maison Blanche de Reagan. Tower organiserait un voyage pour Maxwell afin qu’il se rende au Sandia National Laboratory, où il commercialiserait PROMIS. Contrairement à la plupart des autres ventes de PROMIS, celle-ci ne serait pas assurée par Degem, mais par une société américaine appelée Information on Demand.

Il convient de noter que, malgré les actions traîtresses évidentes de Tower en matière de sécurité nationale américaine, une autre « source » de longue date de Robert Maxwell, George H.W. Bush, tenterait de nommer Tower au poste de Secrétaire américain à la Défense. Lorsque le Sénat a refusé de confirmer la nomination de Tower, ce n’est qu’à ce moment-là que Bush a nommé Dick Cheney, qui allait alors diriger le Pentagone et superviser le rôle des États-Unis dans la Première Guerre du Golfe. Peu de temps après son échec à obtenir la nomination à la tête du Pentagone, Tower est mort dans un accident d’avion suspect peu après la mort tout aussi suspecte de Robert Maxwell.

Les sociétés écrans et les dissimulations du FBI

Robert Maxwell a racheté Information on Demand à sa fondatrice, Sue Rugge – une ancienne bibliothécaire – par l’intermédiaire du groupe Pergamon en 1982, l’année même où Rafi Eitan et Earl Brian élaboraient des plans pour compromettre PROMIS. Ses bureaux se trouvaient à quelques portes de la maison d’Isabel Maxwell et de son premier mari Dale Djerassi, fils du scientifique à qui l’on attribue la création de la pilule contraceptive.

Selon les dossiers du FBI obtenus par Inslaw Inc. via une demande en vertu de la Loi d’Accès à l’Information dans les années 1990, le FBI de San Francisco a ouvert une enquête sur Information on Demand un an plus tard, en octobre 1983, et a ensuite interrogé Rugge sur l’entreprise et ses activités. Elle a déclaré au FBI que les sources de l’entreprise « comprennent plus de 250 bases de données informatiques » et que l’entreprise les utilise pour « localiser des faits isolés ainsi que pour fournir des réponses à des questions complexes portant sur des domaines tels que des études de marché complètes, des résumés de données personnalisés, des recherches documentaires approfondies, un service de sensibilisation à l’actualité et une capacité d’information mondiale ».

L’une de ces bases de données comprenait la base de données Dialog de Lockheed et celle du « Centre Technique de la Défense qui est connecté au Département de la Défense (DOD) qui contient des informations classifiées ». Elle a toutefois affirmé que la société « n’a pas de mot de passe pour l’accès et n’a pas besoin d’accès ». Ailleurs dans le document, il est noté que la société Information on Demand prétend ne pas avoir accès à des informations classifiées « à sa connaissance » et « inclut des informations concernant le gouvernement et les divers moyens disponibles pour exploiter les bases de données d’informations gouvernementales ».

Le FBI a interrogé Rugge sur un client de la société en particulier, dont le nom et les informations d’identification ont été retirés du rapport dans leur intégralité, il note que ce mystérieux client travaillait avec Information on Demand depuis au moins 1973. Les efforts déployés par la suite par Inslaw Inc. et d’autres pour connaître l’identité du mystérieux client ont échoué depuis 1994.

Il est à noter qu’un mois seulement avant que le FBI n’ouvre une enquête sur Information on Demand et n’interroge Sue Rugge, une autre société apparentée à Maxwell, Pergamon International Information Corporation (PIIC), avait envoyé une lettre à Bill Casey, alors Directeur de la CIA, lui proposant de donner à l’agence l’accès aux bases de données sur les brevets. La seule partie censurée de la lettre est l’identité du Vice-Président exécutif de la PIIC, qui avait écrit la lettre à Casey.

Après avoir interrogé Rugge, l’intérêt du FBI pour Information on Demand a culminé peu après, en juin 1984, lorsqu’une enquête officielle a été ouverte. Celle-ci a eu lieu après que deux employés du Sandia National Laboratory, qui travaillaient dans le domaine du transfert de technologie, aient approché le Bureau à propos des efforts d’Information on Demand pour vendre PROMIS au laboratoire. Ces employés ont été contraints de contacter le FBI après que celui-ci ait obtenu des informations de l’Agence de Sécurité Nationale (NSA) concernant « l’achat d’Information on Demand Inc. par un certain Robert Maxwell, le propriétaire de Pergamon International ». Les informations spécifiques de la NSA sur cet achat sont incluses dans le rapport mais sont entièrement censurées. Deux mois plus tard, l’un des employés de Sandia a fait un suivi auprès du Bureau, suggérant que la NSA et le FBI enquêtent conjointement sur Information on Demand, mais il a rencontré une certaine obstruction et s’est fait dire d’en parler au siège du FBI.

Le dossier du FBI est codé spécifiquement comme une enquête de contre-espionnage étranger, ce qui suggère que l’affaire a été ouverte parce que le FBI a été mis au courant de l’implication présumée d’un service de renseignement étranger dans un aspect des activités d’Information on Demand qui se rapportait spécifiquement à « la diffusion, la commercialisation ou la vente de systèmes de logiciels informatiques, y compris, mais sans s’y limiter, le produit logiciel PROMIS ». Il a également noté que Maxwell lui-même avait déjà fait l’objet d’une « enquête de sécurité » menée par le FBI de 1953 à 1961, année où Maxwell a été officiellement recruté comme agent de renseignement israélien.

De gauche à droite : Wisse Dekker (Philips), Hans van den Broek, Henry Kissinger et Robert Maxwell

Au début du mois d’août 1984, le siège du FBI et d’autres hauts fonctionnaires du Département de la Justice dirigé par Ed Meese, qui était lui-même complice de toute la sordide affaire PROMIS, ont ordonné au bureau du Nouveau-Mexique de mettre fin à son enquête sur Information on Demand, Maxwell et PROMIS. Curieusement, la dissimulation se poursuit aujourd’hui, le FBI refusant toujours de divulguer des documents concernant Robert Maxwell et son rôle dans le scandale PROMIS.

Plusieurs mois après la clôture de l’enquête du FBI sur Information on Demand, Robert Maxwell est retourné à Sandia National Laboratories en février 1985, signant le contrat de vente de PROMIS et se présentant comme le PDG d’Information on Demand. Quelques mois plus tard, il a transmis ce rôle à sa fille Christine, qui, selon son curriculum vitae, a occupé le poste de PDG de la société jusqu’à la mort de son père en 1991. Lors de l’effondrement de son empire commercial peu après sa disparition, qui a également entraîné la fermeture d’Information on Demand, Christine a créé une société appelée Research on Demand qui offrait des services similaires et qui était spécialisée « dans les études de marché liées à l’analyse d’Internet et du Big Data pour les entreprises du secteur des télécommunications ».

En outre, Isabel Maxwell, qui vivait à proximité des bureaux de la société à Berkely, Californie, a déclaré à Haaretz qu’elle avait également travaillé pour Information on Demand, qu’elle appelle « la société de sa sœur », après son divorce de Dale Djerassi en 1989.

Recréer l’héritage de leur père

Robert Maxwell photographié avec son fils Ian (à gauche), et son plus jeune fils Kevin (à droite), qui a connu la plus grosse faillite de l’histoire de la Grande-Bretagne (407 millions de livres sterling)

Après la mort de Robert Maxwell, dans ce que la plupart des membres de sa famille et beaucoup de ses biographes considèrent comme un meurtre perpétré par les services secrets israéliens, ses enfants ont commencé à ramasser les morceaux et ont cherché à reconstruire l’empire de leur père. Sur ses sept enfants, cinq ont pris en charge différents aspects du vaste portefeuille de leur père.

Kevin et Ian Maxwell ont repris la plupart de ses entreprises (et les retombées qui en découlent) et son sombre réseau d’entreprises, de trusts et de fondations imbriquées les unes dans les autres, réparties dans le monde entier. Ghislaine, qui s’était déjà installée à New York à la demande de son père pour ancrer ses efforts d’expansion de son empire et de ses opérations à Manhattan, a commencé une opération de chantage sexuel au nom des services de renseignements israéliens aux côtés de Jeffrey Epstein. Christine et Isabel, cependant, allaient prendre leur envol là où le travail de Maxwell, lié aux renseignements, avec PROMIS et dans le domaine de la technologie, s’était arrêté en tirant profit d’une nouvelle technologie révolutionnaire, l’Internet.

« Nous essayions littéralement de réfléchir à la manière de relancer toute cette entreprise » qui s’était effondrée après la mort de leur père, dira plus tard Christine Maxwell à propos de sa décision de fonder, avec son mari Roger Malina, Isabel et David Hayden, alors mari d’Isabel, leur société de services Internet – le groupe McKinley – en janvier 1992. Isabel se souviendra de cette décision de la même manière, en déclarant à Wired en 1999, qu’elle et sa sœur avaient « voulu relier les wagons et reconstruire », voyant en McKinley « une chance de recréer un peu de l’héritage de leur père ». En 2000, Isabel a déclaré au Guardian que son père « adorerait [l’internet] s’il était encore là ». « Il serait dans son élément, il s’éclaterait, je suis sûre qu’il serait ravi de savoir ce que je fais maintenant », a-t-elle déclaré à la publication britannique tout en « relevant la tête et en riant bruyamment ». À l’époque, Isabel dirigeait une société israélienne de logiciels ayant des liens avec les services de renseignement militaire israéliens et de puissants acteurs politiques israéliens, dont certains avaient travaillé directement sous les ordres de son père.

Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi Christine et Isabel ont vu dans Internet leur chance de développer et de reconstruire « l’héritage » de Robert Maxwell. Comme mentionné précédemment, Christine, jusqu’à la mort de son père, avait été PDG de la société écran des services de renseignement israéliens, Information on Demand, détenue par Robert Maxwell, où Isabel avait également travaillé. À la mort de son père, Christine avait fondé une société apparentée appelée Research on Demand, qui était spécialisée dans « l’analyse d’Internet et du big data » pour les entreprises de télécommunications, et qui allait plus tard recouper les travaux du groupe McKinley. McKinley a commencé comme un annuaire avec un système de classement des sites web, pour devenir plus tard le moteur de recherche Magellan, dont Isabel Maxwell a déclaré à Cnet en 1997 qu’il était l’idée de Christine.

McKinley a créé ce qui est devenu le répertoire en ligne Magellan, dont on se souvient comme « le premier site à publier de longues critiques et évaluations de sites web ». L’approche de Magellan de « contenu à valeur ajoutée » a attiré plusieurs grandes entreprises, ce qui a donné lieu à des « alliances majeures » avec AT&T, Time Warner, IBM, Netcom et le réseau Microsoft [MSN] qui ont été négociées par Isabel Maxwell. Une alliance majeure de Microsoft avec McKinley a eu lieu à la fin de 1995, lorsque Microsoft a annoncé que Magellan serait le moteur de recherche pour le service MSN de la société. Time Warner a d’abord choisi Magellan pour son premier portail web appelé Pathfinder et Magellan a figuré sur la page d’accueil du navigateur internet Netscape pendant une grande partie des années 1990.

Cependant, le destin de McKinley a été bouleversé lorsque ses efforts pour être le premier moteur de recherche à entrer en bourse ont échoué, provoquant une impasse entre Christine Maxwell et le mari d’Isabel, qui a également eu pour conséquence que la société a pris du retard par rapport à d’autres leaders du marché, à la fois en ratant la fenêtre pour une deuxième tentative d’introduction en bourse et en étant en retard pour ajouter des revenus publicitaires à son modèle d’entreprise. La société Excite, qui a ensuite été rachetée par AskJeeves, a finalement racheté le groupe McKinley et Magellan pour 1,2 million d’actions Excite en 1996, qui était alors évalué à 18 millions de dollars. C’est Isabel Maxwell qui aurait rendu l’opération possible, le PDG d’Excite à l’époque, George Bell, affirmant qu’elle était la seule à avoir sauvé leur acquisition de McKinley.

Malgré la fin peu glorieuse de la société, les sœurs Maxwell et les autres parties prenantes de la société, dont Ghislaine Maxwell, ont non seulement obtenu un paiement de plusieurs millions de dollars grâce à l’accord, mais ont également tissé des liens étroits avec les hauts dirigeants de la Silicon Valley. Lors de la vente de McKinley/Magellan, les liens manifestes de Christine et Isabel Maxwell avec les services de renseignement américains et israéliens se sont considérablement renforcés.

Une affaire de famille

Christine Maxwell

Alors que l’entreprise est souvent présentée comme étant une entreprise entre Christine et Isabel Maxwell, le groupe McKinley et Magellan étaient bien plus que l’entreprise des sœurs jumelles. Par exemple, un article paru en novembre 2003 dans The Evening Standard note que Christine et Isabel ont lancé la société avec l’aide considérable de leur frère, Kevin Maxwell, que l’article décrit comme étant « consumé par un désir irrésistible d’être son « père réincarné », selon des personnes de confiance. Un autre article de The Evening Standard de mars 2001 cite un rapport selon lequel « Kevin a joué un rôle majeur » dans les affaires de la société.

En outre, à l’époque, le Sunday Times a noté en novembre 2000 que Ghislaine Maxwell « avait une participation substantielle dans Magellan » et a encaissé une somme considérable à la suite de sa vente à Excite en 1996. Le journal a également noté que Ghislaine, tout au long des années 1990, avait « construit discrètement un empire commercial aussi opaque que celui de son père » et « qu’elle est secrète au point d’être paranoïaque et ses affaires sont profondément mystérieuses ». Cependant, elle se décrit elle-même comme une « opératrice Internet », même si « son bureau à Manhattan refuse de confirmer le nom ou la nature de son entreprise ». Un autre article paru dans The Scotsman en 2001 note également que Ghislaine « est extrêmement secrète à propos de ses affaires et se décrit elle-même comme une opératrice internet ».

Isabel Maxwell

Le degré exact d’implication de Ghislaine Maxwell dans le groupe McKinley et dans Magellan n’est pas clair, bien que sa décision de se décrire comme une « opératrice internet » et sa « participation substantielle » documentée dans la société suggèrent qu’elle était plus que superficielle. Ce qui est remarquable, cependant, c’est que le temps que Ghislaine a passé en tant « qu’opératrice internet » et ses intérêts commerciaux dans Magellan coïncident directement avec son temps de travail aux côtés de Jeffrey Epstein dans une opération de chantage sexuel liée au renseignement israélien.

Pendant cette période, Ghislaine Maxwell et Jeffrey Epstein ont souvent eu des chevauchements financiers considérables, les articles de presse de l’époque demandant souvent si les dépenses de Ghislaine étaient payées par Epstein ou par son accès aux « millions perdus de Maxwell » qui avaient été cachés dans un réseau d’entités financières obscures et intraçables et qui auraient « disparu » après sa mort en 1991.

Cette dernière possibilité est certainement envisageable car c’est Ghislaine qui a été la première à entrer dans le bureau de son défunt père sur le Lady Ghislaine après sa mort, où elle a « déchiqueté tous les documents incriminants à bord », selon le journaliste John Jackson qui a assisté à la scène. Cela signifierait probablement qu’elle a pu rapidement distinguer quels documents étaient « incriminants » et qu’elle était intimement consciente de ses activités commerciales les plus douteuses. En outre, avant sa mort, Robert Maxwell avait offert à Ghislaine une société new-yorkaise « sur mesure » appelée Maxwell Corporate Gifts, dont on sait peu de choses. Cette société aurait été destinée à l’aider à prendre pied dans la base de pouvoir de New York pour l’expansion prévue de Robert Maxwell dans la société new-yorkaise, un plan mis en œuvre pour la première fois après son achat du New York Daily News.

Notamment, un article de The Evening Standard en 2001 fait un commentaire étrange sur une source majeure de revenus d’Epstein pendant les années 1990, déclarant que « ses liens d’affaires avec des personnes comme Bill Gates, Donald Trump et le milliardaire de l’Ohio Leslie Wexner, dont il gère la fortune, lui ont rapporté plusieurs millions ». En outre, Maria Farmer, victime d’Epstein, a noté dans une interview qu’elle avait entendu Ghislaine et Epstein parler de Bill Gates comme s’ils le connaissaient bien en 1995. Cependant, ces mentions de Bill Gates défient ici le récit officiel de la relation Epstein-Gates, qui prétend qu’ils se sont rencontrés pour la première fois en 2011. Étant donné « l’alliance majeure » entre McKinley/Magellan et Microsoft qui a été forgée en 1995-1996, il est certainement possible que les « liens commerciaux » d’Epstein avec Bill Gates avant 2001 étaient en fait liés à l’implication et à la participation de Ghislaine dans Magellan. Cela est également confirmé par le fait que, comme le montrera la deuxième partie de ce rapport, la co-fondatrice de Magellan, Isabel Maxwell, avait une relation personnelle avec Bill Gates et que ce dernier a mis sa société suivante, CommTouch, basée en Israël, « sur la carte » après un investissement majeur qui avait été négocié entre Gates et Isabel personnellement. La deuxième partie montrera également comment l’implication ouverte d’Isabel et de Christine, respectivement auprès des services de renseignement israéliens et américains, s’est approfondie après la vente de Magellan à Excite en 1996.

Traduit par Réseau International


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...