www.zejournal.mobi
Lundi, 10 Août 2020

Record toxique : 53,6 millions de tonnes de déchets électrique et électronique ont été générées l’année dernière

Auteur : ONU Info | Editeur : Walt | Mercredi, 08 Juill. 2020 - 06h57

Selon le rapport de l’ONU, coordonné par l'Union internationale des télécommunications (UIT) et l'Université des Nations Unies (UNU), les déchets électroniques mondiaux - c’est à dire les produits jetés qui disposent d’une batterie ou d’une prise - atteindront 74 millions de tonnes métriques d'ici 2030, soit presque le double des déchets électroniques en seulement 16 ans. Cette tendance inquiétante fait des déchets électroniques le flux de déchets ménagers qui connaît la croissance la plus rapide au monde. Cela s’explique principalement par des taux de consommation plus élevés d'équipements électriques et électroniques, des cycles de vie courts de ces produits et peu d'options de réparation.

Seulement 17,4% des déchets électroniques en 2019 ont été collectés et recyclés. Cela signifie que l'or, l'argent, le cuivre, le platine et d'autres matières récupérables de grande valeur évaluées de manière prudente à 57 milliards de dollars - une somme supérieure au produit intérieur brut (PIB) de la plupart des pays - ont été pour la plupart déversés ou brûlés plutôt que collectés pour traitement et réutilisation.

Selon le rapport de l’ONU, l'Asie a généré le plus grand volume de déchets électroniques en 2019 - avec environ 24,9 millions de tonnes, suivie par les Amériques (13,1 millions de tonnes) et l'Europe (12 millions de tonnes), tandis que l'Afrique et l'Océanie ont engendré respectivement 2,9 millions de tonnes et 0,7 millions de tonnes.

Pour donner un ordre de grandeur, les déchets électroniques produits l'année dernière pesaient beaucoup plus que toutes les personnes adultes vivant en Europe, soit jusqu'à 350 navires de croisière de la taille du Queen Mary 2, ou bien 57 milliards de dollars d'or et d'autres composants jetés ou brûlés, et assez pour former une ligne de 125 km de long.

Un danger pour la santé et l’environnement

Les déchets électroniques sont un danger pour la santé et l'environnement, souligne également le rapport auquel ont également conribué le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) . Ils contiennent des composants toxiques ou des substances dangereuses telles que le mercure, qui endommagent le cerveau humain et/ou le système de coordination. On estime que 50 tonnes de mercure - utilisées dans les moniteurs, les PCB et les sources lumineuses fluorescentes et économes en énergie - sont contenues dans les flux non documentés de déchets électroniques chaque année.

Une bonne gestion des déchets électroniques peut aider à atténuer le réchauffement climatique. En 2019, environ 98 millions de tonnes d'équivalents CO2 ont été rejetés dans l'atmosphère par les réfrigérateurs et les climatiseurs mis au rebut, ce qui représente environ 0,3% des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

En termes par habitant, les déchets électroniques rejetés l'année dernière représentaient en moyenne 7,3 kg pour chaque homme, femme et enfant sur Terre. L'Europe se classe au premier rang mondial en termes de production de déchets électroniques par habitant avec 16,2 kg par habitant. L'Océanie est arrivée deuxième (16,1 kg), suivie par les Amériques (13,3 kg). L'Asie et l'Afrique étaient beaucoup plus faibles: 5,6 et 2,5 kg respectivement.

Les déchets électroniques en 2019 étaient principalement constitués de petits équipements (17,4 millions de tonnes), de gros équipements (13,1 millions de tonnes) et d'équipements d'échange de température (10,8 millions de tonnes). Les écrans et les moniteurs, les lampes, les petits équipements informatiques et de télécommunications représentaient respectivement 6,7 millions de tonnes, 4,7 millions de tonnes et 0,9 millions de tonnes.

Depuis 2014, les catégories de déchets électroniques qui augmentent le plus rapidement en termes de poids total sont: les équipements d'échange de température (+7%), les gros équipements (+5%), les lampes et les petits équipements (+4%). Selon le rapport, cette tendance est tirée par la consommation croissante de ces produits dans les pays à faible revenu, où ces produits améliorent le niveau de vie. Les petits équipements informatiques et de télécommunications ont augmenté plus lentement, et les écrans et moniteurs ont affiché une légère baisse (-1%), expliquée en grande partie par des écrans plats plus légers remplaçant les écrans et moniteurs à tube cathodique (CRT) lourds.

***

Du téléviseur à écran plat au téléphone portable, l’humain a généré 53,6 millions de tonnes de déchets électriques et électroniques l’année dernière, soit près de deux millions de tonnes de plus que l’année précédente. Seuls 17 % des déchets ont été recyclés, le reste finissant dans des décharges, incinéré ou tout simplement non recensé.

Les biens électroniques et électriques sont progressivement devenus indispensables dans les sociétés modernes, ce qui facilite la vie à bien des égards. Mais ils peuvent aussi contenir des produits chimiques toxiques, et une production croissante de déchets nuit à l’environnement et à la santé humaine.

Les chiffres de l’année dernière, rapportés par le Global E-waste Monitor, un projet mené par l’Université des Nations unies, l’Union internationale des télécommunications et l’Association internationale des déchets solides, en collaboration avec l’Organisation mondiale de la santé et le Programme des Nations unies pour l’environnement, équivalent à 7,3 kilogrammes de déchets électroniques pour chaque être humain sur Terre, bien que leur utilisation soit concentrée dans les pays riches.

Graphique tirée du rapport. (Global E-waste Monitor)

Déchets électroniques - électriques 2 20

Les habitants des pays d’Europe du Nord ont produit le plus de déchets électroniques l’année dernière, soit 22,4 kilogrammes par personne. Cette quantité était deux fois moins importante que celle observée en Europe de l’Est. Les Australiens et les Néo-Zélandais sont également en tête avec 21,3 kg par personne, tandis qu’aux États-Unis et au Canada, ce chiffre est de 20,9 kg.

Selon Ruediger Kuehr, l’un des auteurs du rapport :

Nous sommes au début d’une sorte d’explosion due à l’augmentation de l’électrification que nous constatons partout. Cela commence avec les jouets, si vous regardez ce qui se passe autour de Noël, tout vient avec une batterie ou une prise. Et ça continue avec les téléphones portables et les téléviseurs.

Le rapport a également constaté que parmi le plastique et le silicium jetés, il y avait de grandes quantités de métaux précieux tels que du cuivre et de l’or, utilisés pour conduire l’électricité sur les circuits imprimés. Un sixième a été recyclé, mais le reste ne l’a pas été, ce qui représente 57 milliards de dollars (environ 50 milliards d’euros) en métaux.

La préoccupation est plus forte dans les pays à faibles et moyens revenus, où une partie des déchets électroniques est recyclée mais en utilisant des pratiques risquées, comme de brûler les circuits imprimés pour récupérer le cuivre. Ce faisant, on libère des métaux toxiques tels que le mercure et le plomb qui peuvent avoir de graves effets sur la santé des travailleurs et des enfants vivant à proximité.

Le rapport estime qu’environ 50 tonnes de mercure provenant des moniteurs, des ampoules à faible consommation d’énergie et d’autres déchets électroniques sont mises en décharge chaque année. Dans le même temps, les gaz rejetés par les réfrigérateurs et les appareils de climatisation jetés équivalaient à 98 millions de tonnes de dioxyde de carbone atmosphérique en 2019.

Selon Kees Baldé, de l’université des Nations unies, basée à Bonn (Allemagne), et auteur du rapport :

Les déchets électroniques constituent un très gros problème car leur quantité augmente très rapidement chaque année et le niveau de recyclage ne suit pas le rythme. Il est important de mettre un prix sur cette pollution. Pour le moment, il est tout simplement gratuit de polluer.

L’augmentation des déchets électroniques devrait se poursuivre sans relâche, en particulier dans les pays où les classes moyennes sont de plus en plus présentes. Les auteurs de l’étude, qui est produite par l’Université des Nations unies, l’Association internationale des déchets solides et d’autres, ont prédit que les e-déchets mondiaux pourraient atteindre 74 millions de tonnes métriques d’ici 2030.

En 2018, les Nations unies s’étaient fixé comme objectif d’augmenter le recyclage des “e-déchets” de 30 % d’ici 2023. Mais, dans l’état actuel des choses, les auteurs du rapport considèrent que cet objectif est irréaliste. Le nombre de pays ayant mis en place des politiques ou des lois nationales sur les déchets électroniques n’est passé que de 61 à 78 depuis 2014, sur un total de 193 États membres des Nations unies.

Le rapport sur le site du Global E-waste Monitor : Global E-waste Monitor 2020. (Gurumed)


- Source : ONU Info

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...