www.zejournal.mobi
Samedi, 26 Sept. 2020

«Nous sommes formés à la désinformation» – Un ancien grand commercial de Big Pharma s’exprime

Auteur : Jeffrey Roberts | Editeur : Walt | Vendredi, 03 Juill. 2020 - 06h52

«Il n’existe pas de médicament sûr.» C’est ce qu’affirme Gwen Olsen, ex-représentante des ventes de produits pharmaceutiques et auteur du livre «Confessions of an Rx Drug Pusher».

Pendant 15 ans, Gwen a vécu un mensonge involontaire, travaillant comme représentante des ventes pharmaceutiques pour certains des plus grands fabricants pharmaceutiques actuels, dont Johnson & Johnson, Bristol-Myers Squibb et les Laboratoires Abbott. Mais au fil d’une série d’événements tragiques, les yeux de Gwen se sont finalement ouverts à la vérité non éthique et tyrannique sur les médicaments pharmaceutiques.

«C’était un processus d’éveil, un processus spirituel et de conscience où j’ai commencé à observer ce qui se passait, ce que faisaient certains médicaments, la désinformation, la désinformation. On m’encourageait à minimiser les effets secondaires lorsque je parlais aux médecins. J’ai commencé à réaliser que ces patients étaient littéralement torturés par les médicaments».

Dans son livre «Tell all», Gwen parle de ses années en tant que représentante des ventes pharmaceutiques, exposant les sales secrets de l’industrie qui sont souvent passés sous silence.

Comme elle l’explique, au moment où un médicament est approuvé et qu’il touche la population générale, nous ne connaissons même pas 50 % des effets secondaires qui sont liés à ce médicament, «Nous étions formés pour désinformer les gens», dit-elle.

Mais dans 2004, une tragédie familiale liée à la corruption de l’industrie pharmaceutique allait tout changer pour Gwen.

«Ma nièce avait 20 ans, elle fréquentait l’université de l’Indiana et elle était étudiante en médecine, une femme extrêmement intelligente et belle, et tout simplement un bel esprit à l’intérieur comme à l’extérieur. Elle a eu un accident de voiture, on lui a prescrit du vicodin hydrocodone pour la douleur, et elle est devenue dépendante».

Gwen dit que les propriétés sédatives de la drogue affectaient la concentration de sa nièce, alors elle a fini par prendre la drogue stimulante, l’éphédrine, pour l’aider à étudier.

«Elle a eu une interaction médicamenteuse et s’est retrouvée à l’hôpital, et ils l’ont marquée d’un trouble bipolaire, et non d’une toxicité ou d’une réaction aux drogues qu’elle prenait. Ils ont commencé à lui donner plus d’antipsychotiques et de stabilisateurs d’humeur, et cela l’a mise sur la voie de devenir une malade mentale».

Malheureusement, la nièce de Gwen a finalement abandonné l’école, après quoi elle a essayé de se sevrer des médicaments qu’elle prenait. Inévitablement, une grave dépression s’en est suivie.

«Sa mère était sur le chemin du retour pour la ramener chez le psychiatre et la remettre sous médicaments. [C’est alors que] ma nièce est entrée dans la chambre de sa jeune soeur et a pris une lampe d’ange remplie d’huile, l’a versée sur elle-même et l’a allumée, se brûlant vive».

Gwen dit que le suicide de sa nièce a été l’étincelle qui a déclenché sa passion pour la diffusion de la vérité sur ce qui arrive à tant d’autres personnes qui souffrent des effets secondaires associés aux médicaments pharmaceutiques.

«C’était une promesse qui lui avait été faite de ne pas laisser sa mémoire être souillée, et de dire aux gens ce qui lui était arrivé. On ne se souviendrait pas d’elle comme d’une personne mentalement ou génétiquement déficiente, je ne permettrais pas que cela se produise. Et je me rends compte qu’il y a des milliers et des milliers de personnes qui ont besoin d’une voix, et je suis cette voix».

Aujourd’hui, l’une des plus grandes préoccupations de Gwen concerne les millions d’enfants qui prennent des antipsychotiques, qui ont connu une croissance exponentielle au cours des dix dernières années. Ces médicaments sont surtout administrés aux enfants placés en famille d’accueil, ce qui les place dans une véritable camisole de force chimique.

«Un grand nombre de psychiatres sont malhonnêtes, car je les vois donner aux gens des médicaments dont ils savent qu’ils sont des thérapies qui endommagent le cerveau, dont ils savent qu’ils n’ont pas de résultats positifs à long terme, dont ils savent qu’ils ne guériront rien. Ils prennent simplement une liste de symptômes et appellent cela une maladie ou un trouble mental».

La subjectivité des diagnostics psychiatriques a créé une alliance lucrative entre les psychiatres, les représentants de la pharmacie et l’industrie pharmaceutique. Il n’y a pas de données scientifiques nécessaires pour diagnostiquer une maladie mentale. Il n’y a pas d’analyses de sang, d’urine, de TEP, ni de preuves médicales requises, ce qui élargit donc considérablement la population de patients potentiels.

«J’étais à la fois désillusionné et en colère lorsque j’ai découvert le degré de tromperie, de désinformation et d’utilisation de ce jeu. J’étais littéralement en première ligne, je faisais du mal aux gens sans le vouloir, mais j’étais responsable. Je porte un fardeau pour cela maintenant».

Vidéo en Anglais :

Traduction : ExoPortail


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...