www.zejournal.mobi
Samedi, 15 Août 2020

Le PDG de Gab avertit que Visa contribue à installer le « score de crédit social » de la Chine aux États-Unis

Auteur : ASR | Editeur : Walt | Mardi, 30 Juin 2020 - 05h58

Un peu plus d’une semaine après avoir été mis sur la liste noire de Visa simplement parce qu’il était associé à Gab, une alternative aux médias sociaux qui s’engage à respecter les principes de la liberté d’expression, Andrew Torba, le PDG de Gab, vient de s’exprimer pour la première fois via un billet de blog détaillant ses expériences.

Son récit est presque choquant dans la mesure où, comme le soutient Torba, il montre que des sociétés américaines comme Visa ont commencé à créer leur propre version de la mesure du « score de crédit social » de la Chine aux États-Unis.

Si vous êtes jugé « politiquement incorrect », vous serez réduit au silence, licencié et harcelé par les grandes entreprises, les journalistes et les « activistes » qui prétendent être engagés en faveur de la justice sociale et de l’égalité. Comme l’explique Torba, parce qu’il refuse de censurer les discours de haine sur sa plateforme, conformément à son engagement de faire de Gab une plateforme sans censure, Visa l’a pris pour cible et l’a accusé d’« enfreindre la loi » – même si les « discours de haine » sont protégés par le premier amendement. 

Visa a effectivement coupé Torba du système financier basé sur le dollar. Son moyen le plus simple de faire des transactions numériques, à ce stade, est probablement la cryptographie.

Ce niveau de poursuites devrait rendre les chrétiens et les conservateurs nerveux, car ils ont déjà vu ces tactiques de la part de la gauche. Et les résultats de la dernière fois… eh bien… ils n’étaient pas beaux… peu importe ce que les millenials américains pourraient croire.

* * *

Le score de crédit social est en Amérique: Visa a mis sur liste noire mon entreprise et ma famille pour avoir construit Gab

Comme beaucoup d’entre vous le savent déjà, nous avons appris la semaine dernière que Visa a mis Gab sur liste noire et que nous sommes désormais incapables de traiter les transactions par carte de crédit et de débit. Nous avons appris plus d’informations cette semaine et je pense qu’il est important que je les partage avec les autres en tant qu’avertissement.

Ce n’est pas seulement Gab qui est sur la liste noire. C’est aussi ma famille.

En Chine, il existe un système appelé « système de crédit social », qui a été développé par le parti communiste chinois en tant que « système de réputation nationale ». Ce système permet de suivre la « fiabilité » des individus, des entreprises et des organisations. La « fiabilité » signifie ici la soumission totale et complète au parti communiste chinois. Si le parti communiste vous juge indigne de confiance, vous n’avez pas accès aux billets d’avion, aux billets de train, à l’ouverture et à l’exploitation d’entreprises, etc.

En juin 2019, selon la Commission nationale du développement et de la réforme de Chine, 26,82 millions de billets d’avion ainsi que 5,96 millions de billets de train à grande vitesse ont été refusés à des personnes jugées « indignes de confiance » (sur une liste noire), et 4,37 millions de personnes « indignes de confiance » ont choisi de remplir leurs obligations requises par la loi. 

Pour la plupart des Américains, cela semble horrifiant, et c’est le cas. Je le sais maintenant par expérience car ce système de crédit social existe aux États-Unis. Bien qu’il ne soit pas sanctionné par le gouvernement américain, il a très certainement été déployé par des entreprises américaines qui ont aujourd’hui, à bien des égards, plus de pouvoir, de données et de contrôle sur nos vies que notre gouvernement. Il se trouve que beaucoup de ces entreprises soutiennent et collectent des fonds pour les organisations communistes, les révolutionnaires et les terroristes nationaux qui brûlent nos villes.

On nous a dit cette semaine que non seulement Gab est sur la liste noire de Visa en tant qu’entreprise, mais que mon nom personnel, mon numéro de téléphone, mon adresse et bien d’autres choses encore sont également sur la liste noire de Visa. Si je voulais quitter Gab demain (ce qui n’arrivera pas) et ouvrir un stand de limonade, je ne pourrais pas obtenir de traitement de la part des commerçants. Tout simplement parce que mon nom est Andrew Torba. Si ma femme veut créer une entreprise, elle ne pourra pas obtenir le traitement des demandes des commerçants parce qu’elle vit à la même adresse que moi et sera signalée par Visa.

C’est évidemment très préoccupant. Nous n’avons rien fait de mal. Gab est et a toujours été une entreprise exploitée légalement. Nous vendons des chapeaux, des chemises et un service d’abonnement à un logiciel qui débloque de nouvelles fonctionnalités sur Gab. Ma cote de crédit personnelle se situe dans les 800. Je paie mes factures. Je dois subvenir aux besoins de ma femme et de ma fille, mais nous sommes tous punis et diffamés parce que quelqu’un chez Visa s’en prend à moi.

On nous a dit que quelqu’un chez Visa campe sur notre site web pour surveiller le traitement des paiements. Dès qu’un nouveau processeur est mis en place, ils découvrent de qui il s’agit et le contactent. Ils lui disent que Gab est signalé pour « activité illégale » et que s’ils ne cessent pas de traiter les paiements pour nous, ils seront condamnés à une lourde amende.

Lorsque le processeur s’informe de cette prétendue « activité illégale », Visa lui dit que Gab a été signalé pour « discours de haine ». Le « discours de haine » n’est bien sûr pas illégal aux États-Unis d’Amérique et est protégé par le premier amendement. Comme je l’ai écrit, ce n’est pas réel et je refuse de le reconnaître comme tel. Visa n’est pas d’accord avec moi.

Si je partage tout cela, c’est parce que j’espère que cela servira d’avertissement et de signal d’alarme. S’ils peuvent me faire cela, ils peuvent vous le faire et ils le feront probablement.

Les chrétiens doivent être particulièrement concernés et conscients de cela. Les révolutionnaires communistes qui prennent le contrôle des États-Unis viennent pour nous tous. Ce n’est qu’une question de temps avant que la Bible ne soit étiquetée comme « discours de haine » et que les églises commencent à ressentir ce que je vis en ce moment.

Et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom. Apocalypse 13:17

Lire aussi : Rapport : L’Amérique a un système de crédit social semblable à celui de la Chine

Sources : Zero Hedge, Gab


- Source : ASR

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...