www.zejournal.mobi
Mercredi, 28 Oct. 2020

Les penseurs italiens résistent aux mensonges sur l’Union Soviétique et la Seconde Guerre Mondiale

Auteur : Andre Vltchek | Editeur : Walt | Samedi, 20 Juin 2020 - 13h00

Le mensonge sur l’histoire du monde est l’une des principales armes des impérialistes occidentaux avec laquelle ils parviennent à maintenir leur contrôle sur le monde.

Les pays européens et nord-américains inventent et diffusent un récit tordu sur presque tous les événements historiques essentiels, qu’il s’agisse du colonialisme, des croisades ou de génocides commis par l’expansionnisme occidental aux quatre coins du globe.

L’une des plus viles fabrications a été celle qui a été lancée contre la jeune Union Soviétique, un pays qui est sorti des ruines de la guerre civile alimentée par les intérêts impérialistes européens, nord-américains et japonais. Les armées étrangères et les gangs violents locaux détruisaient d’innombrables villes et villages, volant, violant et assassinant la population locale. Mais des actes déterminés visant à rétablir l’ordre et à relever l’Union Soviétique, améliorant de façon spectaculaire la vie de dizaines de millions de personnes, ont été qualifiés de façon désobligeante de « Stalinisme ». L’étiquette de brutalité y a bientôt été habilement apposée.

Puis vint la Grande Guerre patriotique (pour les Soviétiques), ou ce que l’on appelle aussi la Seconde Guerre mondiale.

L’Occident a fait une erreur de calcul, espérant que l’Allemagne nazie détruirait facilement l’Union Soviétique, et avec elle, la révolution communiste la plus déterminée du monde.

Mais l’Allemagne avait, de toute évidence, des objectifs bien plus importants. Tout en brutalisant les terres soviétiques, elle a également commencé à commettre des crimes contre l’humanité dans toute l’Europe, en faisant précisément ce qu’elle faisait dans ses colonies africaines, des décennies plus tôt, à savoir, en gros, exterminer des nations et des populations entières.

Alors que les États-Unis ont d’abord hésité à intervenir (certains de leurs individus les plus puissants, comme Henry Ford, coopéraient ouvertement avec les nazis allemands), les nations européennes se sont effondrées comme des châteaux de cartes.

Puis, l’impensable a eu lieu : indignée, blessée mais puissante, l’énorme Union Soviétique s’est relevée, ressuscitée de ses cendres littéralement. Koursk et Stalingrad se sont battues comme jamais aucune ville ne l’avait fait auparavant, tout comme Leningrad, qui a résisté à 900 jours de blocus. Là, la reddition n’était pas une option : les gens préféraient manger de la colle et du contreplaqué, luttant contre la faim, plutôt que d’autoriser des bottes fascistes à marcher sur le trottoir de leur ville d’une beauté époustouflante.

À Leningrad, la plupart des hommes étaient morts avant la levée du siège. Les femmes sont allées au front, dont ma grand-mère, et elles ont repoussé, presque à mains nues, l’armée la plus puissante du monde.

Elles l’ont fait pour leur ville. Et pour le monde entier. Elles se sont battues pour l’humanité, comme la Russie l’a fait tant de fois dans le passé, et ils ont gagné, à un coût énorme de plus de 25 millions de soldats, civils, hommes, femmes et enfants.

Ensuite, les divisions soviétiques ont roulé vers l’Est, libérant Auschwitz, Prague, plantant le drapeau soviétique rouge sur le toit du Reichstag à Berlin.

Le monde a été sauvé, libéré. Par le peuple soviétique et l’acier soviétique.

La fin d’une guerre monstrueuse ! Des villes soviétiques entières en ruines. Des villages réduits en cendres.

Mais une nouvelle guerre, une guerre froide, une véritable guerre contre le colonialisme, pour la libération de l’Afrique et de l’Asie, commençait déjà ! Et la guerre internationaliste contre le racisme et l’esclavage.

Non, un tel récit ne pourrait jamais être autorisé à circuler en Occident, dans ses colonies et ses États clients ! Staline, l’Union Soviétique, la lutte anticolonialiste – tout cela devait être sali, traîné dans la boue !

***

Cette campagne de diffamation, d’abord contre l’Union Soviétique puis contre la Russie, a été menée dans toute l’Europe et a pris des proportions énormes.

Les médias ont répandu des mensonges, tout comme les écoles et les universités.

Les manipulations les plus ignobles ont été celles qui ont rabaissé le rôle décisif de l’URSS dans la victoire contre l’Allemagne nazie. Mais les organes de propagande occidentaux ont également réécrit habilement et de manière nuisible toute l’histoire de l’Union Soviétique, en la présentant de la manière la plus nihiliste et la plus déprimante, en omettant totalement les énormes succès du premier pays communiste, ainsi que son rôle héroïque dans la lutte contre le colonialisme et l’impérialisme occidental mondial.

***

Depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, l’Italie est au centre de la bataille idéologique, du moins en ce qui concerne l’Europe.

Avec son puissant parti communiste, presque tous les grands penseurs et artistes italiens étaient soit membres, soit au moins étroitement affiliés à la gauche. Les partisans qui luttaient contre le fascisme faisaient clairement partie de la gauche.

Sans l’ingérence brutale des États-Unis et du Royaume-Uni dans la politique intérieure de l’Italie, le parti communiste italien aurait facilement remporté les élections, démocratiquement, dans la droite ligne de l’après-guerre.

Les relations entre le peuple italien et le peuple soviétique/russe ont toujours été excellentes : les deux nations se sont inspirées et influencées l’une l’autre, grandement, en particulier en ce qui concerne les arts et l’idéologie.

Cependant, comme dans le reste de l’Europe, les médias grand public, la propagande injectée par les polémistes anglo-saxons et leurs homologues locaux, ont eu un impact énorme et ont fini par nuire aux grands liens et à la compréhension entre deux nations.

Surtout après la destruction de l’Union Soviétique, la gauche italienne a commencé à connaître une longue période de crises profondes et de confusion.

La propagande anti-soviétique et anti-russe a commencé à trouver un terrain fertile même dans les bastions historiques de la gauche italienne comme Bologne.

***

Avec l’arrivée du Mouvement 5 étoiles et des fractions radicales et traditionnelles de gauche qui s’y cachent, les millions de citoyens italiens ont commencé à se réveiller de leur léthargie idéologique.

J’en ai été témoin lorsque j’ai pris la parole à la légendaire Université Sapienza de Rome, aux côtés du Professeur Luciano Vasapollo, grand penseur et ancien prisonnier politique.

J’ai été impressionné par les jeunes cinéastes italiens qui, de retour à Rome après avoir été dans le Donbass, organisent d’innombrables événements politiques pour soutenir la Russie.

Rome était en ébullition. Des gens oubliés par l’histoire refaisaient surface, tandis que la jeune génération les rejoignait. Mon ami Alessandro Bianchi et son magazine de plus en plus puissant, L’Antidiplomatico, soutenaient courageusement le Venezuela et Cuba, mais aussi la Russie et la Chine.

Pourtant, Bianchi ne cessait de répéter :

« De nos jours, très peu d’Italiens comprennent ce qui s’est passé pendant la Seconde Guerre Mondiale. C’est une tragédie, une vraie tragédie… »

Et puis, récemment, L’Antidiplomatico m’a informé qu’il allait publier, pour célébrer les anniversaires du 25 avril et du 9 mai, un livre essentiel élaboré par le Bureau d’Information Soviétique, par les universitaires, avec des notes et des informations privilégiées de Joseph Staline. Il a été publié juste après la fin de la Seconde Guerre Mondiale : « Les falsificateurs de l’histoire. Informations historiques ». (En russe : « Fal’sifikatory istorii. Istoriceskaja spravka »)

En italien, le livre s’intitulera « Contro la falsificazione della storia ieri e oggi » (Fabrizio Poggi : « Contre la falsification de l’histoire hier et aujourd’hui »).

Le puissant travail éditorial de Poggi dévoile la vérité et contre-attaque la propagande antisoviétique occidentale.

Tout au long de ce travail, « les revendications anglo-américaines sur la prétendue union Berlin-Moscou contre les « démocraties occidentales » et sur un « pacte secret entre l’URSS et Hitler pour diviser toute l’Europe de l’Est » ont été clairement démantelées. La fausseté de la rhétorique qui est utilisée aujourd’hui de manière répétée dans pratiquement tous les pays occidentaux est exposée ici, pas à pas.

Ale Bianchi, l’éditeur, explique :

« La traduction présentée ici est précédée d’une introduction, éditée par Poggi lui-même, qui mentionne les principaux problèmes de la période précédant la Seconde Guerre Mondiale : les relations germano-polonaises, le rôle de la France et de la Grande-Bretagne et leurs relations avec l’URSS, la conférence de Munich, etc., tous utilisés par les propagandistes occidentaux pour faire avancer la théorie de la « responsabilité égale » de l’Allemagne nazie et de l’URSS dans le déclenchement de la Seconde Guerre Mondiale ».

J’ai demandé à Bianchi quel était le but principal du lancement du livre en Italie, et il a répondu sans hésitation :

« Vaincre la propagande anti-soviétique et aussi la propagande autour de la Seconde Guerre Mondiale ».

***

À bien des égards, le livre de Fabrizio Poggi (« Contre la falsification de l’histoire d’hier et d’aujourd’hui »), n’est pas seulement un livre. C’est un mouvement, qui consistera en des discussions, des conférences, des interviews.

De grands intellectuels italiens y participeront sans aucun doute. De nombreux sujets essentiels seront revisités. La vérité sera révélée.

Ce pourrait être un nouveau chapitre dans la coopération entre les penseurs et les dirigeants progressistes italiens et russes, dans leur lutte commune pour un monde meilleur !

Traduit par Réseau International


- Source : New Eastern Outlook

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...