www.zejournal.mobi
Mardi, 14 Juill. 2020

COVID-19, le néolibéralisme et la campagne contre le racisme

Auteur : Prof Michel Chossudovsky | Editeur : Walt | Vendredi, 05 Juin 2020 - 07h11

« Les médias sont l’entité la plus puissante sur terre. Parce qu’ils contrôlent l’esprit des masses, ils ont le pouvoir de rendre les innocents coupables et de rendre les coupables innocents, et c’est ça le pouvoir… Si vous ne faites pas attention, les journaux vous feront haïr les gens qui sont opprimés, et aimer les gens qui font l’oppression ». – Malcolm X

« Pendant un brillant moment, à la fin des années 60, nous avons cru que nous pouvions changer notre pays. Nous avions identifié l’ennemi. Nous l’avons vu de près, nous avions sa mesure et nous avions bon espoir de l’emporter. L’ennemi était creux là où nous avions de la substance. Toute cette substance était détruite par la balle d’un assassin. » – William Pepper (page 15, The Plot to Kill King)

***

Dans toute l’Amérique, ainsi qu’en Europe occidentale, une campagne contre le racisme est en cours à la suite des événements dramatiques de Minneapolis. Nos pensées vont à George Floyd, à sa famille et à ses amis. Nous sommes solidaires des Afro-Américains qui sont la cible d’assassinats par la police et de discrimination raciale. L’histoire coloniale et contemporaine a laissé des traces. Aujourd’hui, les Afro-Américains sont également victimes du néolibéralisme qui engendre la pauvreté, l’inégalité sociale et le chômage.

La campagne contre le racisme, y compris les mouvements de protestation, ne peut être dissociée de la lutte plus large contre le néolibéralisme et les instruments soigneusement conçus d’oppression économique et sociale.

À ce stade, il y a une question importante qui doit être abordée. La pandémie de la Covid-19, qui repose sur des données manipulées et une campagne de peur, détruit la vie des gens. Il s’agit d’un acte de guerre économique et sociale contre l’humanité. Elle est menée dans le monde entier.

Les preuves les plus récentes provenant d’un rapport du ministère allemand de l’intérieur qui a fait l’objet d’une fuite confirment que le virus de la COVID-19 est une « fausse alerte ». Selon l’équipe d’experts engagée par le gouvernement allemand, la COVID-19 est de moindre importance que la grippe saisonnière 2017-2018, qui a à peine fait la une des journaux. Si le rapport reconnaît les dangers pour la santé publique, il souligne néanmoins que « Le danger n’est évidemment pas plus grand que celui de nombreux autres virus. Il n’y a aucune preuve que ce soit plus qu’une fausse alerte ».

D’autres rapports arrivent à des conclusions similaires, sans parler de la manipulation des certificats de décès.

Le blocage de l’Italie au début du mois de mars a été justifié en citant des « fausses données ». Le député Vittorio Sgarbi a déclaré au Parlement que la fermeture de 60 % de l’économie italienne a été prise sur la base d’une « estimation » de 25 000 décès dus à des coronavirus.

« Ce n’est pas vrai », a-t-il déclaré. « Selon l’Institut national de la santé, 96,3% ne sont pas morts de coronavirus, mais d’autres pathologies » a déclaré Sgarbi – ce qui signifie que seulement 925 sont morts du virus et 24.075 sont morts d’autres choses a affirmé Sgarbi, « … le virus n’était guère plus qu’une grippe. Ne mentez pas ! Dites la vérité ! »

Les mensonges sont nombreux : de nombreux scientifiques et politiciens éminents se sont exprimés. Tant en Grande-Bretagne qu’aux États-Unis, le « double comptage » a été utilisé pour gonfler le nombre de cas positifs signalés.

Le sénateur Dr Scott Jensen du Minnesota « a reçu un document de 7 pages qui lui a montré comment remplir un certificat de décès comme « diagnostic COVID-19″ même lorsqu’il n’y a pas de test de laboratoire confirmant le diagnostic ». Selon Jensen :

« En ce moment, Medicare détermine que si un patient est admis à l’hôpital pour une COVID-19, vous recevez 13 000 dollars. Si ce patient COVID-19 est placé sous respirateur, vous recevez 39 000 dollars, soit trois fois plus. Personne ne peut me dire, après 35 ans dans le monde de la médecine, que parfois ce genre de choses a un impact sur ce que nous faisons ». (Dr. Sen. Scott Jensen, de Fox Interview, c’est nous qui soulignons)

Pendant ce temps, les politiciens ont menti comme un arracheur de dents, les médias ont été chargés de soutenir la campagne de peur. La vie des gens est menacée. Les mensonges et les pots-de-vin sont la force motrice. Les politiciens et les scientifiques sont cooptés.

Tout cela dans le but de justifier la « distanciation sociale » et d’imposer le fameux « verrouillage » qui confine les gens dans leur maison, souvent sans revenu, sans nourriture et sans soins médicaux. Et les gens obéissent parce qu’ils ont peur.

Mais pourquoi ces questions n’ont-elles pas été soulevées par la campagne antiraciste ?

Le confinement est « raciste ». Il sert de justification au refus du droit fondamental des gens à l’emploi. C’est de l’ingénierie sociale. L’enfermement détruit nos institutions, sape la vie familiale et les relations sociales, détruit la culture, ferme les écoles et les universités, et bien sûr il appauvrit de larges secteurs de la population mondiale.

Et si la pandémie est une « fausse alerte » (rapport officiel de l’Allemagne), rien ne justifie la fermeture de l’économie.

La campagne antiraciste et le verrouillage des frontières

Le verrouillage dès le départ est utilisé comme un moyen de déstabiliser l’économie américaine et de créer un chômage massif. Pourquoi alors la campagne « contre le racisme » soutient-elle fermement le verrouillage ?

Cette campagne contre le racisme n’est pas un mouvement de protestation contre les élites financières qui font pression sur les gouvernements pour retarder le plus longtemps possible la réouverture de l’économie nationale.

Le Big Money contrôle les politiciens. Ils contrôlent les médias qui mènent la campagne de la peur. Ils sont également les créanciers de l’État, qui sont en train de concocter un paquet de prêts de plusieurs milliers de milliards de dollars pour les gouvernements endettés. Leur intention est de déréglementer le marché du travail et de ramasser les morceaux des entreprises en faillite.

Les protestations et les émeutes servent leurs intérêts. Les élites financières ne sont pas la cible du mouvement de protestation. Bien au contraire : leurs fondations milliardaires d’élite soutiennent de nombreuses ONG progressistes qui mènent la campagne contre le racisme, tout en se prononçant du bout des lèvres en faveur du Parti démocrate, qui est fermement opposé à la réouverture de l’économie étasunienne :

La campagne #WhatMatters2020 du BLM vise à maximiser l’impact du mouvement BLM en galvanisant les partisans et alliés du BLM dans les sondages de l’élection présidentielle américaine de 2020 afin de construire un pouvoir collectif et de s’assurer que les candidats sont tenus responsables des questions qui ont un impact systématique et disproportionné sur les communautés noires et mal desservies à travers le pays.

Le programme #WhatMatters2020 du BLM se concentrera sur les questions concernant l’injustice raciale, la brutalité policière, la réforme de la justice pénale, l’immigration noire, l’injustice économique, les LGBTQIA+ et les droits de l’homme, l’injustice environnementale, l’accès aux soins de santé, l’accès à une éducation de qualité, et le droit de vote et sa suppression.

Cette initiative inspirera et motivera les gens à se demander, ainsi qu’à leurs candidats, si vous abordez vraiment la question « Quelle importance en 2020 ?

« Qu’est-ce qui compte en 2020? » Ce que BlackLivesMatter n’aborde pas, c’est que les Afro-Américains sont les victimes de la campagne de peur de la pandémie COVID-19, ce qui, dans la pratique, contribue aux divisions sociales ainsi qu’au racisme.

Il s’agit d’une escroquerie : L’enfermement crée du chômage, ce qui affecte les communautés afro-américaines à travers les États-Unis. C’est un instrument d' »injustice économique ». C’est le néolibéralisme.

Le « dommage collatéral » économique et social de COVID-19 est le chômage de masse, la pauvreté, la mort et le désespoir. Il émane de l’establishment financier.

Soutenir le verrouillage qui crée de la pauvreté et perturbe l’activité économique dans le monde entier a de facto des connotations racistes. Pourquoi ? Parce qu’il détruit la vie des gens.

Les dommages causés par un « verrouillage économique mondial » dépassent de loin les effets du virus de la corona sur la santé.

L’objectif des élites financières, des fondations milliardaires et des philanthropes est la concentration des richesses, la faillite de l’économie réelle, le chômage de masse, l’inégalité sociale et le racisme.

Si vous êtes contre le racisme, la fin de l’enfermement, la réouverture de l’économie nationale et le rétablissement de l’emploi devraient être une priorité absolue.

Pour le dire sans détour : Il n’y a pas de mouvement de protestation de masse contre le confinement COVID-19. Les mensonges sont acceptés tels quels.

L’OMS est financée par la Fondation Gates et Big Pharma, les politiciens du monde entier sont cooptés et soudoyés. Mais en même temps, les organisations caritatives et les fondations milliardaires (dont Soros, la Fondation Ford, Rockefeller et autres) financent les ONG antiracistes « progressistes », qui agissent comme une « opposition contrôlée ».

La dissidence fabriquée et le financement de la dissidence est également une entreprise de plusieurs milliards de dollars. « Les mécanismes de « fabrication de la dissidence » nécessitent un environnement manipulateur, un processus de tordage de bras et une subtile cooptation des individus au sein des organisations progressistes ».

Et ces ONG ont décidé d’ignorer le fait que les Afro-Américains sont les victimes du néolibéralisme et du verrouillage de l’économie américaine.

Et ce verrouillage fait partie intégrante de la plate-forme électorale du Parti démocrate pour 2020, qui est un programme raciste néolibéral pro-guerre imposé par Wall Street, les grandes sociétés pharmaceutiques, le complexe militaro-industriel, etc.

Vous ne pouvez pas relancer une bataille contre l’Empire et demander ensuite à l’Empire de financer vos mouvements de protestation.

« Tout ce que la Fondation [Ford] a fait peut être considéré comme « rendre le monde sûr pour le capitalisme« , réduire les tensions sociales en aidant à réconforter les affligés, fournir des soupapes de sécurité pour les coléreux et améliorer le fonctionnement du gouvernement (McGeorge Bundy, ancien conseiller à la sécurité nationale et président de la Fondation Ford, (1966-1979)

Le BLM ne « met » en aucun cas en danger le capitalisme mondial :

« … Black Lives Matter est de plus en plus inondé d’argent liquide, récoltant des promesses de plus de 100 millions de dollars de la part de fondations libérales [2016]… [y compris] la Fondation Ford et Borealis Philanthropy … Ce financement s’ajoute aux 33 millions de dollars du principal donateur du Parti démocrate, George Soros, ainsi qu’aux subventions du Center for American Progress. [dirigé par John Podesta Jr., le chef de cabinet de la Maison Blanche d’Obama]

Un véritable mouvement de base

Ce dont nous avons besoin, c’est d’un véritable mouvement de base, à travers le pays, au niveau national et international, indépendant du financement des entreprises. La crise du Coronavirus est un acte de guerre contre l’humanité. Nous devons tendre la main à tous ceux qui sont victimes de la crise du coronavirus. La légitimité de la pandémie COVID-19 dépend de la peur, de la désinformation et de la soumission à une autorité supérieure.

Briser le mensonge signifie briser un projet criminel de destruction mondiale, dans lequel la recherche du profit est la force prépondérante.

Ce qu’il faut, c’est développer un large réseau de base indépendant à tous les niveaux de la société, dans les zones urbaines, les villes et les villages, les lieux de travail, les paroisses. Les organisations de travailleurs et d’agriculteurs, les associations professionnelles, les associations d’entreprises, les écoles, les syndicats d’étudiants, les associations d’anciens combattants, les groupes religieux seraient appelés à intégrer ce mouvement. La pandémie COVID-19 est basée sur un mensonge. Le consensus doit être rompu.

Traduit par Maya pour Mondialisation


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...