www.zejournal.mobi
Mardi, 14 Juill. 2020

France: Requiem en Ré mineur pour une liberté défunte. 4ème et dernière partie

Auteur : Jean-Yves Jézéquel | Editeur : Walt | Jeudi, 04 Juin 2020 - 07h46

4ème et dernière partie

C’est la raison pour laquelle nous avions toutes les « chances » de voir « fleurir », ou le terrorisme pratiqué par des terroristes, ou encore mieux : le terrorisme pratiqué par un « virus invisible », contre lequel nous devrions « partir en guerre ». Il fallait maintenir par la peur tous ceux qui voulaient s’opposer à ce vol de la souveraineté des peuples. Les Français comme l’ensemble des européens ont été sévèrement punis, « assignés à résidence ». Cette manipulation des peurs serait accentuée via les médias inféodés qui allaient gracieusement relayer le discours sur la mort de milliers de personnes. Le préfet de Paris du « camp » macronien, Lallement, irait même jusqu’à accuser une personne d’avoir occupé un lit de réanimation par négligence sur les règles policières de distanciation sociale ! Il a été obligé de faire des excuses publiques… Il est hors de question que le peuple puisse sortir de cet enfermement que le système a si bien construit au bénéfice exclusif de la caste de « l’aristocratie stato-financière » au pouvoir.

Les Européens étant là pour enrichir le monde des privilégiés, ce monde des privilégiés était tout à fait prêt à exterminer les récalcitrants, par une « pandémie » providentielle ! 

Pire que la grande dépression de 1929, le désastre économique planifié par le biais du « confinement policier », allait atteindre cet objectif avec une facilité déconcertante. Ce nouveau monde en construction était celui de l’idéologie fasciste d’un ultra libéralisme ne servant que les riches, les nantis, les privilégiés du système, grâce aux masses laborieuses dépouillées de toute volonté démocratique par l’abolition des Constitutions. 

Mais les peuples s’étant montrés résistants à ce projet de domination incontestée, il fallait passer à un niveau supérieur de la répression de masses, mondialisée. Une « pandémie » jouait parfaitement ce rôle, on ne peut le nier. L’instrumentalisation de la « pandémie » allait permettre de mettre en place le programme complet des suppressions de la liberté, pensé depuis le début, mais qui avait rencontré le refus des peuples, à travers les mouvements sociaux comme celui des Gilets jaunes.

Aujourd’hui, après avoir manipulé au maximum les populations, avec la peur de la maladie et de la mort, n’hésitant pas à déclencher des cabbales odieuses contre tous les opposants et empêcheurs de tourner en rond, voilà que le lobbying était férocement activé dans les entreprises ainsi que dans les médias inféodés, en faveur d’une propagande pour une vaccination de masse future.

Préparer un vaccin prend théoriquement beaucoup de temps et ce temps est ennemi du profit : « le temps c’est de l’argent » ! Il y avait donc des alternatives qui seraient aussitôt étudiées encore une fois pour des raisons de profit évident avant de penser à quoi que ce soit d’autre. 

Dans toutes les thérapies testées contre le SARS-CoV-2, l’une d’entre elles repose sur le transfert d’immunité passive. C’est le transfert de plasma convalescent. Ces recherches restent encore classées « secret ». Ce que l’on sait déjà c’est que ce traitement doit être impérativement injecté, pour éviter la dégradation de son contenu par les enzymes de l’estomac. Chaque injection valant des centaines d’euros, on imagine aisément quelles sont les motivations qui occupent l’industrie pharmaceutique en ce moment et pourquoi tout traitement « bon marché », se révèlant en réalité aussi efficace, lorsqu’il est pris au bon moment et dans le cadre du bon protocole, devait être discrédité avec leurs promoteurs, sans ménagement. 

Mais une vigoureuse réaction internationale contre la publication de « The Lancet », (puisque c’est de lui que tout le monde parle) condamnant le « protocole Raoult », démontre très largement la volonté toxique de cette publication et les conflits d’intérêts évidents qui se cachent derrière ce coup destiné à garantir les gains substantiels attendus. (Cf., intervention majeure de Philippe Parola dans « L’heure des pros » sur C-NEWS le vendredi 29 mai 2020 ; voir également       https://youtu.be/VGi_bG8-vVU        puis :       https://youtu.be/HAcstIBsd6c  L’ancien ministre de la santé Douste-Blazy, fait des révélations importantes qui démontrent pourquoi la falsification de « The Lancet » a pu être publiée, à voir sur BFMTV du 24 mai 2020. Voir également l’analyse qui est faite par le Dr V. Guérin sur BFMTV du 23 mai 2020 qui ne laisse aucun doute sur la falsification opérée par cette « étude »…

La question qui se présente actuellement est un nouvel enterrement de nos ultimes libertés. Le pouvoir annonce des tests qui vont être appliqués aux enfants renvoyés dans les écoles. Les fabricants eux-mêmes disent que les tests utilisés ne sont pas vraiment fiables.

« Les tests de diagnostic représentés surtout par la RT-PCR, technique d’amplification génique, sont loin d’avoir la fiabilité espérée, fiabilité pourtant cruciale dans une crise comme celle que nous traversons. » (Cf., l’excellent article du Dr Pascal Sacré du 28 mai 2020, dans mondialisation.ca) 

« Même positif, le test RT-PCR ne traduit que la mise en évidence d’un fragment ARN du coronavirus SRAS-CoV-2, pas la maladie COVID-19 elle-même. Pour dire cela, il faut un tableau clinique correspondant ! Il faut envisager toutes les autres pathologies du patient et s’il meurt, en tenir compte avant d’attribuer le décès au COVID-19 ! » (Idem)

« C’est effrayant quand on imagine les conséquences peut-être injustifiées résultant de décisions prises sur base de ces tests ! » (Idem)

Requiem en Ré mineur pour une liberté défunte  

Toute cette histoire nous a conduits à l’assignation de masse à résidence, au « confinement », puis aux mises en quarantaine, aux mesures liberticides inédites, à la ruine hospitalière ainsi que celle du système sanitaire dans son ensemble. Pire : des diagnostics graves pourront être réalisés à tort et infligés à des personnes arbitrairement terrorisées alors qu’elles seront souvent en bonne santé ! La doctrine de « distanciation sociale » ne peut qu’avoir des conséquences catastrophiques sur les rapports humains, détruits en profondeur. Le désastre économique est sans précédent et toutes les conséquences tragiques de son impact sont encore inconnues. Il y a un acharnement particulier et franchement injustifié contre toutes les activités sociales : loisirs, spectacles, restauration, bars, cafeterias, écoles… Nous sommes en « pénitence », punis pour avoir été insoumis et contestataires !

Enfin, cerise sur le gâteau : les projets de traçage et de contrôle acharné des peuples dans leur ensemble, par des moyens informatiques sophistiqués, sont désormais justifiés, lancés et approuvés par les politiques spécialisés en infantilisation…

Déjà, nous savons que les directeurs d’écoles pourront pratiquer le dépistage (controversé) sans la permission des parents. Or, si un enfant est dépisté « positif », c’est toute la famille, les proches et les contacts qui seront obligés de se faire dépister à leur tour. Ensuite, les « brigades » annoncées par Philippe, imposeront un « reconfinement » avant une vaccination ou un transfert d’immunité passive par injection coûteuse ! Si vous refusez le dépistage on pourrait bien vous enlever votre enfant, au nom de la sécurité sanitaire de tous, bien entendu ! « C’est effrayant quand on imagine…. ! » (Dr Pascal Sacré) Je dirais, quant à moi, qu’on va surtout vers des violences terribles inévitables et incontestables !

En résumé, si vous êtes dépisté « positif », vous serez donc « fiché nuisible », cela nous rappelle quelque chose du passé sous le Gouvernement de Vichy. Après 70 jours de « pandémie », le virus ne peut plus être contagieux, il est devenu inactif. Le dépistage, aujourd’hui, est devenu inutile et donc injustifié. Si ce dépistage est pratiqué maintenant, il sera d’emblée falsifié et hautement aléatoire, mais entraînera votre future vaccination soit par un procédé classique, soit par un transfert d’immunité passive, au bout du compte par un moyen qui va être extrêmement bénéfique pour l’industrie pharmaceutique impliquée dans cette campagne et cela sans jamais savoir ce que vont contenir exactement ces traitements qu’on vous injectera…Dans ce contexte d’opacité, et de lobbying forcené, quels sont les médecins qui accepteront de pratiquer ces injections à votre avis, à part bien sûr ceux qui, avec Véran, assassinent en ce moment le Pr Raoult ?

Pour ma part, je n’hésite pas à contester l’accusation arbitraire qui consiste à dire aux gens qu’ils seront une menace pour les autres, par leur refus de se soumettre à une dictature sanitaire. Nous devons faire front en nombre contre cette aberration et contre une telle soumission à un tel système pervers au service du profit capitaliste ultra libéral déguisé en hypocrite préoccupation sanitaire pour tous… 

Les « élites » au pouvoir n’en démordront pas, car c’est l’argent qui fait la loi. Nous devons être tous des résistants, dès à présent, et donc nous organiser pour que cette résistance puisse atteindre son objectif anti « monde orwellien ».

Après ce requiem en Ré mineur pour une liberté défunte, préparons ensemble une Grande Fugue en Si bémol majeur célébrant la prochaine résurrection de la libération. 

Première partie : France: Requiem en Ré mineur pour une liberté défunte

Deuxième partie : France: Requiem en Ré mineur pour une liberté défunte. 2ème Partie

Troisième partie : France: Requiem en Ré mineur pour une liberté défunte. 3ème Partie


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...