www.zejournal.mobi
Samedi, 30 Mai 2020

Les États-Unis déclenchent une nouvelle phase de violence et un coup d’État contre le Venezuela

Auteur : République Bolivarienne du Venezuela | Editeur : Walt | Mardi, 31 Mars 2020 - 08h13

Déclaration de la République Bolivarienne du Venezuela après que l’administration américaine, toujours plus dangereuse, ait faussement accusé le Président Nicolás Maduro, dûment élu, et fixé une prime de 15 millions de dollars sur sa tête.

Parmi les plus récentes attaques des États-Unis contre le Venezuela, le gouvernement de Donald Trump a désigné le Président Nicolás Maduro comme faisant partie d’une prétendue structure narco-terroriste et a offert une récompense pour son arrestation ou son assassinat, ainsi que d’autres dirigeants du processus révolutionnaire vénézuélien. Sans aucune preuve, Washington accuse le Venezuela d’avoir une responsabilité dans le narcotrafic. La réalité est que nous sommes en fait les victimes de ce fléau, et le proche allié de Washington et notre voisin, la République de Colombie, est l’un des plus grands producteurs de drogue au monde, en particulier de cocaïne, un fait certifié par les Nations Unies et les autorités américaines elles-mêmes.

Mais replaçons la décision dans son contexte.

1- Sous la direction du Président Maduro, le Venezuela a mené une lutte efficace contre le coronavirus, parvenant jusqu’à présent à contenir le virus dans une large mesure. C’est notre pays qui a été le premier de la région à décréter la quarantaine, et grâce à la coopération avec la Chine, la Russie et Cuba, nous disposons de toutes les capacités médicales pour faire face à cette pandémie. De telles décisions ont reçu le soutien de la majorité du peuple vénézuélien, y compris de larges pans de l’opposition.

2- Un important processus de dialogue a progressé avec les secteurs démocratiques de l’opposition, dont beaucoup, dans le contexte de la pandémie, se sont déclarés favorables à une collaboration avec le gouvernement et ont exigé la fin des mesures coercitives unilatérales (improprement appelées sanctions) qui affectent notre économie et notre peuple.

3- Dans différentes parties du monde, de plus en plus de voix s’élèvent contre le blocus subi par le Venezuela, parmi lesquelles nous soulignons les récentes déclarations du Haut Représentant de l’Union Européenne pour les Affaires Étrangères, Josep Borrel ; du Secrétaire Général de l’ONU, Antonio Guterres, et de Michelle Bachellet, Haut-Commissaire aux Droits de l’Homme de l’ONU.

Le loup à la porte : Perspectives d’une intervention militaire américaine au Venezuela.

4- Le 23 mars dernier, la police de transit en Colombie a saisi un arsenal d’armes de guerre, et grâce à l’efficacité de nos services de renseignement, nous savions que leur destination finale était le Venezuela pour mener des actions terroristes contre le Président Maduro et d’autres autorités. L’ensemble du réseau de cette conspiration, qui bénéficie du soutien des États-Unis et de la Colombie, a été dénoncé hier avec force détails par notre Ministre des Communications, Jorge Rodriguez.

Après les minuscules mobilisations de l’opposition appelées par Juan Guaidó au cours de l’année 2020, ils ont décidé, depuis Washington, d’opter pour des moyens violents afin d’obtenir leur « changement de régime » tant attendu au Venezuela.

Cette décision dangereuse, irrationnelle et criminelle annoncée aujourd’hui par l’administration Trump est intervenue dans un contexte où le gouvernement bolivarien se renforce et où une crise éclate aux États-Unis en raison de la pandémie qui se propage rapidement dans ce pays. Ils soutiennent clairement la violence et le terrorisme, comme l’ont clairement montré les déclarations publiées aujourd’hui par un traître, l’ancien soldat vénézuélien, le Général Cliver Alcalá Cordones, qui a avoué que les armes saisies étaient effectivement destinées à être utilisées pour perpétrer des attaques au Venezuela. Ce plan avait reçu l’approbation de Juan Guaidó et du gouvernement américain, par l’intermédiaire de fonctionnaires et de mercenaires d’entrepreneurs militaires. Alcalá souligne notamment que l’achat des armes a été ordonné par Guaidó et qu’il dispose d’un contrat qui le prouve.

Il est important de souligner que depuis plusieurs années, en particulier depuis le 4 août 2018, date à laquelle il y a eu une tentative d’assassinat à Caracas contre le Président Maduro par l’utilisation de drones chargés d’explosifs, il y a eu de fréquentes dénonciations de ces groupes terroristes opérant depuis la Colombie. Les informations, même sur les lieux où les terroristes sont formés, ont été envoyées aux autorités compétentes mais le gouvernement d’Iván Duque ne s’est pas encore prononcé sur la question. Par la suite, nous avons dénoncé la situation de complicité du gouvernement colombien avec les terroristes devant le Secrétaire Général de l’ONU.

C’est un moment très dangereux, surtout si l’on tient compte des prochains élections présidentielles aux États-Unis, qui sont propices – comme nous l’avons vu historiquement – à des actions qui contribuent à garantir la réélection du président en exercice.

Nous vous demandons donc de faire preuve de solidarité avec le peuple vénézuélien et de rester vigilants face à cette nouvelle phase d’agression.

Nous gagnerons !

Traduit par Réseau International

Lire aussi: Trump veut-il bombarder Caracas comme Panamá en 1989?


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...